La fin des consoles à nouveau prédite

Le par de jeuxvideo.com

La fin des consoles à nouveau préditeSi durant de longues années, on prédisait la mort du jeu sur PC, la tendance actuelle, c'est de prédire celle des machines de salon. Le dernier argumentaire en date est celui de Ben Cousins, un vétéran de l'industrie qui a officié chez Lionhead, Electronic Arts ou encore Sony. Il publie une colonne chez Kotaku pour synthétiser sa réflexion. Pour la résumer, l'extinction des consoles dédiées sera causée par leur modèle économique beaucoup trop difficile à maintenir. Cousins commence par rappeler un fait bien connu : depuis de longues années, les constructeurs vendent leurs machines à perte, cherchant à gagner de l'argent non sur les ventes directes, mais sur l'établissement d'un parc de machines permettant de réaliser un maximum de ventes de jeux et à toucher les droits qui vont avec. Pour mémoire, Microsoft avait mis plusieurs années avant de voir la division Xbox commencer à réaliser des profits. Cousins ajoute à ce constat le fait qu'une part non négligeable des consoles, environ 40%, est écoulée suite à de grosses baisses de prix intervenant en milieu de cycle, indiquant qu'une grande partie du public ne se soucie pas d'avoir un système dernier cri mais plutôt un rapport qualité / prix satisfaisant pour faire tourner les grands blockbusters.

 

Le problème qui se pose selon lui, c'est que ce très grand public indispensable aux constructeurs va peu à peu se détourner des jeux consoles trop chers au profit de systèmes plus économes, les smartphones et les tablettes, de plus en plus puissants et sur lesquels on peut se procurer des jeux pour une poignées d'euros, voire gratuitement. Or, privés de cette manne, les grands constructeurs ne pourront plus financer uniquement via les hardcore gamers les coûts énormes de recherche, de développement et de production des consoles de salon traditionnelles. La conclusion de Cousins est que le marché du jeu va se scinder en deux segments :

 

  • - Le marché mobile (tablettes, smartphones), regroupant le grand public consoles et les joueurs occasionnels.
  • - Le marché PC, axé hardcore gamers, qui retrouve une santé grâce au free-to-play, à la dématérialisation et au support de l'affichage sur un écran TV.

 

Un argumentaire qui ne manque pas de sens et qui rejoint les idées déjà avancées par de nombreux acteurs du marché, mais on a vu plus d'une fois les prédictions sur l'avenir de l'industrie se casser la mâchoire sur la réalité, souvent imprévisible. N'oublions pas qu'en théorie, le jeu vidéo sur PC ne devrait plus exister aujourd'hui.

 

Rechercher une News