Menu
Transistor
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • Switch
  • Vita
  • Mac
  • iOS
  • Linux
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Transistor
PS4
Transistor
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Anagund
L'avis de Anagund
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 mai 2014 à 17:38:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (29)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.8/20
Tous les prix
Prix Support
5.49€ Mac
5.49€ iOS
Voir toutes les offres
Partager sur :

Après le succès critique de Bastion, la prochaine œuvre de Supergiant Games ne pouvait être qu'attendue au tournant. Maintenant que son nouveau bébé Transistor est disponible, voyons si l'attente valait le coup.

Transistor

Le joueur incarne Red, une ancienne chanteuse, dans l'univers cyberpunk de la ville de Cloudbank. Dès le début, elle met la main sur le Transistor, une épée pourvue d'une âme qui nous accompagnera de sa voix. Il faut dire que Red a perdu la sienne, un point qui fait partie des nombreux éléments de background du jeu. Pendant toute l'aventure, il faudra combattre le Process, des robots qui ont corrompu toute la ville, vide de ses habitants. Si le pitch de base ne dit pas tout, ce n'est pas un hasard : l'histoire nous est racontée au fur et à mesure par la voix chaude de Transistor, interprété par Logan Cunningham, déjà derrière le narrateur de Bastion. Mais ici, point de narration puisque Transistor fait partie intégrale de l'histoire. Une nouvelle façon d'utiliser un point crucial de Bastion sans pour autant sombrer dans la repompe.

Du Bastion tout craché...

Transistor
Red découvre le Transistor.
Avant de parler du gameplay, continuons de nous attarder sur la direction artistique, élément qui sera sans aucun doute votre première raison d'achat. Avec sa vue isométrique, Transistor possède d'office un style singulier, grandement aidé par des décors axés sur le thème des circuits électroniques. Bien que l'on reconnaisse les bâtisses, on a vraiment l'impression de se balader dans un processeur tout au long de l'aventure. Si les décors colorés et les teintes assombries font leur effet, il faut toutefois noter que l'aspect général fait un petit peu vide. Un effet sans doute voulu, certes, mais qui risque de lasser quelques joueurs au fil de la progression. Les décors peinent à se renouveler, plutôt dommageable pour un titre qui reste, pour des raisons scénaristiques, une longue ligne droite. Mais la direction artistique ne s'arrête pas à cela, fort heureusement. Outre les artworks des personnages diablement stylés, on retrouve aussi des compositions musicales trip hop / électro d'excellente qualité, œuvres du musicien Darren Korb et de la chanteuse Ashley Barrett, qui avaient déjà officié sur Bastion. Une ambiance qui accompagne magnifiquement la trame, autant portée par la voix de Transistor que par les terminaux OVC grâce auxquels on en découvre bien plus sur les quartiers de Cloudbank, les antagonistes qui se dévoilent rapidement, mais aussi sur Red.

Fusion

Transistor
Gérer vos compétences constitue une grosse part de votre efficacité en combat.
Arrive le moment où on parle de gameplay, un aspect de jeu où Transistor apporte de nouvelles billes. Tout l'aspect combat du titre tourne autour des compétences conservées dans l'épée et récupérées à chaque montée de niveau (on a le choix entre deux à chaque fois). Mais la gestion des compétences est bien plus compliquée qu'il n'y paraît. Si vous pouvez en placer quatre directement dans une barre de raccourcis, elles peuvent aussi être placées en complément d'autres compétences. Par exemple, en mettant Crash en compétence principale, on fait une attaque qui fait des dégâts et peut étourdir l'adversaire. Mais en mettant Crash en compétence secondaire de Breach, par exemple, on donnera la possibilité à Breach d'étourdir les robots du Process, en plus des capacités initiales de Breach. Je ne sais pas si tout est clair, mais pour résumer, avec la bonne quinzaine de compétences disponibles, cela donne un incroyable nombre de combinaisons ainsi qu'une grande liberté offerte aux joueurs, d'autant que chaque skill peut être améliorée avec deux compétences secondaires. Mieux encore, toutes les compétences ont encore un autre effet si elles sont placées en tant que capacités passives, que vous pouvez débloquer au fur et à mesure de l'aventure. Un concept pas simple à expliquer mais qui se domestique avec un minimum d'attention. Attention tout de même à veiller sur les points de mémoire, qui limitent le nombre de compétences (primaires, secondaires ou passives) que vous pouvez porter en même temps.

Casser du processeur

Transistor
Grâce à la planification, vous pouvez enchaîner les actions rapidement.
Bien sûr, tout cela n'a d'intérêt qu'en combat, qui revêt une nouvelle fois un caractère particulier. Alors qu'une arène se forme soudainement autour du joueur à l'apparition de monstres, vous avez deux façons de gérer la situation. Soit vous vous y prenez à l'ancienne et attaquez les ennemis tel un « banal » jeu d'action (avec un cooldown après chaque utilisation de skill), soit vous passez par le mode Planification (ou Turn) grâce auquel vous arrêtez le temps pour planifier vos attaques et déplacements qui s'enchaîneront alors que les ennemis seront au ralenti. Si la deuxième solution semble être la plus simple de prime abord, il faut bien prendre en compte une chose. Lorsque vous optez pour la planification, non seulement vous êtes limité dans le nombre d'actions que vous pouvez effectuer, mais de plus, le cooldown avant de pouvoir réutiliser une action est beaucoup plus long, cumulant celui de toutes les compétences utilisées. Un choix à faire. Quoi qu'il en soit, les combats s'avèrent plutôt tactiques, même s'il faut bien avouer que le bestiaire est particulièrement faiblard car il n'est composé que d'une dizaine d'ennemis. C'est peu, malgré le gain de compétences de ces derniers au fil de l'aventure. En fait, plus que les combats (qui restent assez agréables pour tenir le coup), c'est la structure de l'avancée de Red qui finit par devenir répétitive. On se contente souvent d'avancer jusqu'à la prochaine fournée d'ennemis, et ceci pendant des heures. Heureusement que les terminaux OVC et la voix de Transistor maintiennent l'intérêt de la trame.

Ca vaut le coup !

Transistor
La direction artistique est de haute volée.
Autre défaut, la durée de vie de Transistor, dont le prix officiel est de 18,99 €, s'avère sans doute un peu juste. Vous pouvez compter à peu près 5 heures, même si cela dépend beaucoup de votre façon de jouer. Pour prolonger l'aventure, vous pouvez utiliser les limiteurs, qui améliorent le Process (et donc les ennemis rencontrés), ce qui engendre logiquement une montée de la difficulté, en échange d'un gain accru en expérience. Vous trouverez aussi sur votre chemin des portes dérobées, qui vous amèneront sur une plage qui semble en dehors du temps. Différentes épreuves de combat vous y attendent, comme des tests de vitesse, ou encore des tests d'endurance par exemple. Au final, Transistor semble réunir les mêmes qualités et les mêmes écueils que Bastion : si le gameplay peine parfois à se renouveler, la direction artistique est tellement peaufinée qu'on a une véritable envie d'aller jusqu'au bout de l'aventure histoire d'entendre le mot de la fin.

Transistor Gaming Live

Chargement de la vidéo
Transistor : Digne héritier de Bastion
Gaming Live : Transistor : Digne héritier de Bastion
Transistor : Trailer de sortie
Bande-annonce : Transistor : Trailer de sortie
Transistor : E3 2013 : La démo E3
Making-of : Transistor : E3 2013 : La démo E3
Les notes
+Points positifs
  • Un design singulier qui fait mouche
  • La voix du Transistor
  • Une excellente bande originale
  • Les liaisons de compétences
  • On veut voir la fin
  • Les épreuves supplémentaires (portes dérobées)
-Points négatifs
  • Trop court
  • Un gameplay qui peine à se renouveler
  • Des décors trop similaires
  • Des menus mal optimisés

Transistor est aussi attirant qu'il y paraît. De la voix du Transistor à la bande-son, en passant par le design général, la direction artistique est magnifique, proche de ce que nous avait offert Bastion. Avec son système de compétences très bien fichu qui permet de marier les skills comme on l'entend et de tester les combinaisons de notre choix, il y avait de quoi faire un véritable hit. Toutefois, de par ses aspects visuels et ludiques quelque peu répétitifs, Transistor risque de déplaire à quelques joueurs, un écueil qui valait aussi pour Bastion. Toutefois, l'aventure vaut le coup et je vous conseille vivement de vous y essayer.

Profil de Anagund
L'avis de Anagund
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 mai 2014 à 17:38:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (29)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.8/20
Mis à jour le 22/05/2014
PlayStation 4 Action RPG Supergiant Games
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Pokémon Let's Go Pikachu/Evoli : Une première génération remise au goût du jour
    SWITCH
  • Aperçu : Hitman 2 : Le monde qui vous entoure est une arme
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Fallout 76 - Une transition 100% multi réussie pour la saga ?
    PC - PS4 - ONE
Derniers aperçus
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Red Dead Redemption II
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Fallout 76
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live