Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / Aarklash : Legacy sur PC /

Test Aarklash : Legacy sur PC du 12/09/2013

Test : Aarklash Legacy
PC

Adapter un jeu de figurines dans notre univers pixelisé est une chose, en réussir l’exercice en est une autre. Cyanide en a fait les frais en transposant sur nos écrans l’univers de Confrontation dans son soft éponyme. Inspiré du jeu d'escarmouche par figurines créé par le défunt Rackham Studio, Confrontation, paru fin 2012, laissait un goût d’inachevé, bien trop amer pour satisfaire le fan de la licence. Le joueur ignorant tout de la franchise de Rackham, lui, bringuebalé qu’il était dans ce qui aurait pu être un très sympathique RPG tactique, n’a pas pu trouver ses marques dans ce Confrontation trop bancal, qui manquait cruellement de finition, en dépit de son potentiel tactique franchement séducteur. Aarklash : Legacy reprend les bases de son prédécesseur et tente de corriger le tir. Pari réussi ?

Vous évoluez dans le monde d’Aarklash à la tête de 4 valeureux guerriers, les Wheel Swords, section d’élite spécialisée dans le recouvrement de dettes pour leur guilde GoldMongers. Au cours d’une mission de récupération d’orbe, le baron endetté Mornstar va jouer les mauvais payeurs et vous envoyer ses hommes pour en découdre. Il vous apprendra que votre guilde a été dissoute et que vous êtes déclaré hors-la-loi. A vous de lever le voile sur cette conspiration. Voilà pour les bases d’un scénario somme toute assez convenu mais qui a été suffisamment soigné pour nous donner l’envie d’en apprendre davantage. L’histoire vous sera contée via des cut-scenes sympathiques, quoiqu'un peu statiques, au cours desquelles les héros donneront leurs sentiments bien tranchés, souvent avec humour, sur les péripéties qu’ils vivent. Reste encore à savoir si la progression sera servie par un gameplay à la hauteur.

Un jeu en apparence accessible...

Vos 4 guerriers prêts au combat.

Vous incarnez en vue du dessus et simultanément 4 des 8 personnages jouables au cours de l’aventure. En plus des déplacements groupés, qui s’effectuent à la souris, vous pouvez switcher à loisir entre chaque avatar pour découvrir ses compétences propres, ses forces et faiblesses, et diriger chacun d'entre eux individuellement. Chaque Wheel Sword possède 4 compétences de base et répond à une fonction particulière. Par exemple Knokka sera votre tank, Wendaroo votre soigneur, tandis que Denzil et Nella seront respectivement vos DPS corps-à-corps et magique. Vous gagnez de l’expérience en décimant vos adversaires, ce qui vous permet de débloquer vos premiers skills (certains sont grisés en début de partie), jusqu’à ce que l’arbre de compétences soit accessible une fois le niveau 4 (sur 20) atteint.

L'arbre de talent est simple et bien pensé.

D’un traitement simple mais pas simpliste pour autant, la feuille de personnage est plutôt bien pensée, quoiqu’un peu classique. Plus vous grimpez dans l’arbre des compétences, plus vous pouvez spécialiser vos talents, comme faire davantage de dégâts, infliger des effets de saignement supplémentaires, etc. L’arbre pouvant être réinitialisé à tout moment, les possibilités de personnalisation sont nombreuses, et il vous sera souvent utile de changer d’orientation de talents si vous rencontrez des difficultés à sortir vivant d’un affrontement un peu corsé. Bien entendu, de multiples objets d'équipement de qualités diverses seront récupérables au fil du jeu, de l'objet commun à l'artefact épique, sur les cendres fumantes de vos ennemis. Afin de vider votre sac, qui se remplira assez vite, il vous suffira de cliquer-déposer une pièce de stuff dont vous ne vous servez pas sur l'icône recyclage de votre inventaire. Passé une certaine quantité d'objets recyclés, vous obtiendrez automatiquement une pièce de qualité épique. Simple et efficace pour optimiser au mieux la résistance de vos guerriers au combat. Et de la résistance, ils vont en avoir un besoin impérieux.

...révélant une dimension tactique exigeante.

Les infos sur vos adversaires vous aideront à élaborer votre stratégie.

Composante majoritaire du gameplay, les affrontements seront nombreux, brutaux et particulièrement tactiques. Dès qu’un groupe d’ennemis apparaît à l’écran, le jeu se met automatiquement en pause. Ce système de pause active, qui sera familier aux joueurs de Baldur’s Gate ou plus récemment de Dragon Age, vous laisse alors tout le temps d’élaborer votre stratégie. Chaque adversaire dispose de caractéristiques spécifiques, qui sont renseignées au joueur par un simple clic sur l’icône de l'ennemi sélectionné, en haut à gauche de l’écran. Ainsi, un regard attentif sur chaque opposant vous apprendra par exemple que l’un est peu résistant aux dégâts magiques, tandis qu’un autre a des capacités de soigneur. Autant d’informations indispensables au succès d’un combat. Vous pouvez alors planifier jusqu’à 6 ordres par compagnon qui s’enchaîneront dans l’ordre choisi une fois la pause désactivée, par une simple pression de la barre d’espace du clavier. Et c’est à cet instant qu’un élément majeur des affrontements entre en liste : celui du Friendly Fire.

Un bon positionnement est obligatoire sous peine de mort.

En effet, l’AOE de Nella renversera aussi ses alliés dans sa zone d’impact. Les soins de Wendaroo, qui se dispensent en visant avec la souris dans la direction souhaitée, soigneront certes votre allié si vous avez bien visé, mais pourront aussi régénérer un ennemi s’il intercepte votre tir, sachant que la réciproque est vraie. Aussi le placement est primordial au cours des affrontements, et jongler avec les techniques, s’adapter aux aléas du combat, slalomer entre les projectiles adverses et récupérer certains de leurs sorts à notre avantage est très enthousiasmant. Les combats sont exigeants, mais particulièrement gratifiants dès lors qu’une stratégie minutieusement élaborée porte ses fruits. Par ailleurs, durant votre périple, uniquement solo pour cet épisode et réparti sur une bonne quinzaine d’heures, vos 4 Wheel Swords seront rejoints par 4 autres compagnons, chacun disposant bien entendu de talents particuliers. Vous pourrez alors, avant chaque combat, opter pour la meilleure composition de groupe, si tant est que votre groupe n'ait pas été séparé pour des besoins scénaristiques. Possibilité agréable ajoutant aux escarmouches une dimension tactique supplémentaire, le choix de votre formation est parfois crucial tant les capacités de chacun peuvent être déterminantes à certaines occasions pour mener à bien un affrontement. Allez-vous composer votre groupe que de DPS distance, opter pour du corps-à-corps, ou privilégier les soins ? Libre à vous de décider, de décortiquer une situation afin d’opter pour la combinaison la plus adaptée à vous faire passer de l’état de cadavre à celui de héros victorieux.

Des éléments gênants encore persistants.

Le moindre oubli est souvent fatal.

Car la mort interviendra souvent, dans Aarklash : Legacy. Les plus hauts modes de difficulté s’avèrent particulièrement retors et s’il existe un reproche majeur que l’on pourrait adresser à l’encontre du jeu, ce serait sans doute une gestion mal dosée de la difficulté. En effet, certains boss, ou des ennemis en surnombre, mettront vos nerfs à rude épreuve tandis qu’une fois l’affrontement terminé, les quelques trash mobs qui vous séparent du prochain défi tomberont comme des mouches. Le challenge est relevé, on ne va pas s’en plaindre bien au contraire, mais le jeu s’articule autour de pics de difficulté un peu abrupts, cassant sensiblement le rythme de la narration, dans l’ensemble très linéaire. Très peu d’exploration au programme, on avance d’une traite, en tuant une succession de monstres, avec quelques détours pour dénicher des coffres renfermant des pièces d’équipement (celles-ci pouvant être équipées indifféremment par tous les membres de votre escouade). Il arrive alors qu'au bout d’un moment, une certaine répétitivité s’installe, un peu frustrante, et qui ternit le plaisir pourtant énorme procuré par les combats d’Aarklash : Legacy. Ce ne sont pas les quelques puzzles, sympathiques mais rapidement expédiés et disséminés çà et là au cours de votre aventure qui apporteront un vrai vent de fraîcheur sur votre escapade dans le monde d'Aarklash. Et tout le reste n’est pas rose non plus. L’interface, certes épurée, n'est pas toujours pratique, notamment lorsqu’il s’agit de planifier des ordres, soit ce que vous ferez 95 % de votre temps. En effet, un ordre immédiat se donne par un clic droit, tandis que la directive qui lui succède chronologiquement se planifie à l’aide du clic gauche. Simple et efficace sur le papier, la pratique se révèle bien différente. C’est donc bien souvent que l’on se retrouve à annuler sans le vouloir 5 ou 6 ordres préalablement donnés à cause d’un clic droit un peu trop rapide, qui annule et remplace tous les enchaînements paramétrés auparavant.

Quelques puzzles très accessibles jalonnent votre aventure.

Quelques bugs de pathfinding viennent également nuire à l’expérience de jeu. Il est par exemple très frustrant de voir un de vos avatars ne pas trouver son chemin car un ennemi lui barre la route, ruinant par la même occasion toute la planification de votre stratégie. L’erreur étant immédiatement punitive dans Aarklash : Legacy, les inconvénients de ce type peuvent rapidement être agaçants. S’ils se font nettement plus occasionnels que sur Confrontation, ils surviennent suffisamment souvent pour être signalés et finalement considérés comme gênants. Enfin, et sur deux machines différentes, nous avons constaté des chutes assez brutales de framerate, notamment lorsque les éléments en mouvement sont trop nombreux. Sans être vilain, nettement plus aidé par sa direction artistique que sa technique pure, Aarklash : Legacy n’est pas une vitrine technologique, et aussi devions-nous préciser ce léger souci d’optimisation, pas vraiment handicapant, mais qui peut parfois ajouter à la confusion de certains combats.

Chargement du lecteur vidéo...
Les notes
+ Points positifs
  • La tactique des combats
  • L'importance du positionnement de vos guerriers
  • Le Friendly Fire
  • La stratégie à adopter spécifiquement par adversaire
- Points négatifs
  • Une difficulté en dents de scie
  • Les problèmes de pathfinding
  • Une interface pas toujours pratique
  • La répétitivité de certaines phases de jeu

Cyanide a clairement appris de ses erreurs, et rien que pour cela, on le félicite. Empruntant des éléments d’aventure, de hack'n slash, de RPG, de tactique et de MMO, Aarklash Legacy est un jeu complet, au gameplay malin et aux affrontements stratégiquement exigeants qui s’impose (presque) comme l’aboutissement de l’ébauche qu'était finalement Confrontation. Pour autant, il est regrettable d’être bridé par ces éternels problèmes de pathfinding et par une interface pas toujours très ergonomique, éléments que l’on espère voir un jour définitivement corrigés. Pour autant, l’expérience tactique procurée par Aarklash Legacy en fait un jeu sincèrement recommandable aux amateurs de combats stratégiques.

Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste de jeuxvideo.com
12 septembre 2013 à 14:36:45
14/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (23)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/ 20
Mis à jour le 12/09/2013 Voir l'historique
PC RPG Stratégie Cyanide
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News (7)
  • Vidéos (2)
  • Images (33)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Aarklash Legacy sur PC
    -
    PC
Boutique
  • Aarklash : Legacy PC
    0.00 €
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.