Sturmwind
DCAST
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Sturmwind sur DCAST /

Test Sturmwind sur DCAST du 09/05/2013

Test : Sturmwind
DCAST
Sturmwind
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de shametblame
L'avis de shametblame
MP
Journaliste jeuxvideo.com
09 mai 2013 à 17:10:45
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (10)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18/20
  • Partager sur :

Eternellement encensée par une kyrielle d'inconditionnels qui n'ont jamais pu se résoudre à la ranger au fond d'un placard après une vie trop courte mais fichtrement bien remplie, la Dreamcast fait encore parler d'elle en 2013 en accueillant un nouveau titre exclusif : le shoot'em up Sturmwind. Après plus de six longues années de développement et un an et demi de retard sur le planning d'origine, le petit studio Duranik s'est finalement décidé à mettre un terme à cette interminable attente. Sturmwind est enfin là et il ne risque pas de décevoir.

Sturmwind

Derrière le studio Duranik se cachent en fait deux frères Allemands qui sont passionnés, dès leur plus jeune âge, d'informatique et bien sûr de jeux vidéo. Bien avant Sturmwind, nos deux amis se sont fait la main sur trois projets beaucoup moins ambitieux qui tournaient sur des machines déjà très « exotiques » et qui ne devraient pas évoquer grand-chose aux plus jeunes d'entre vous : la Falcon, la Lynx et la Jaguar. C'est sur cette dernière console qu'ils ont créé Native, un prototype de shoot'em up finalement abandonné, mais qui se vantait (à raison) d'être le plus beau de tous les jeux sortis sur Jaguar. Sturmwind serait, à en croire certaines rumeurs et surtout en raison de nombreuses similitudes graphiques, la suite spirituelle de Native. Sauf que cette fois, les frères Allemands se sont attaqués à une console de plus gros calibre qui, et c'est le moins que l'on puisse dire, a été exploitée à son plein potentiel.

Dieu que c'est beau !

Sturmwind
Graphiquement parlant, Sturmwind est une tuerie.

Une fois la scène d'introduction passée, illustrant votre vaisseau prenant son envol sur fond d'une musique électro-rock somme toute assez pêchue, c'est à vous de prendre les commandes de l'appareil pour aller dézinguer quelques vilains. Et là, c'est la claque ! Largement plus beau que les autres homebrew développés sur la défunte console de Sega, Sturmwind réalise même l'exploit de détrôner, visuellement parlant, les titres de l'époque pourtant mis au point avec le kit de développement officiel ! En plus d'être extrêmement variés, les 16 niveaux qui composent le jeu (excusez du peu) sont remplis d'effets spéciaux impressionnants (lumière, eau, feu, vent, chaleur, etc.) et les animations des décors, en mouvements constants, font partie de ce qu'il se fait de mieux en la matière. Préparez-vous à croiser d'énormes créatures aquatiques qui traversent la moitié de l'écran, à sillonner de gigantesques bases spatiales et même à être ébloui par un soleil qui explose et inonde l'écran d'une lumière immaculée.

Un gameplay aux petits oignons

Sturmwind
Orientez vos tirs à 360° pour ne laisser aucune chance à vos ennemis.

Côté gameplay, Sturmwind n'est pas non plus en reste. Votre vaisseau est équipé de trois armes différentes dès le début de la partie, interchangeables à tout moment. Comme on peut s'en douter, chacune d'entre elles se différencie à la fois par sa puissance de feu et par son rayon d'action. Ainsi, la première arme est peu destructrice mais permet de faire feu à 360° autour de soi (clin d'œil évident à Axelay, tout comme certains passages et boss ) ; la seconde fait un peu office de bouclier en épousant une trajectoire courbée qui entoure le vaisseau ; et la dernière est plus dévastatrice mais attaque uniquement en ligne droite. La gâchette gauche de la manette permet d'orienter chaque arme vers l'arrière de l'appareil, une manœuvre qui s'avérera vite indispensable pour contrer les vagues d'ennemis qui s'invitent dans votre dos.

Sturmwind
Chargez vos tirs pour déclencher une attaque surpuissante, mais attention à ne pas faire surchauffer votre arme.

La rencontre de votre engin avec un ennemi entraînera la perte de l'arme équipée, votre vaisseau n'étant détruit qu'à la disparition de vos trois armes. Et bien que vous ne disposiez que de deux vies, cette approche facilite grandement le jeu. En effet, la destruction de certains ennemis ou éléments du décor provoquera l'apparition d'une capsule d'armement pouvant vous rendre une arme perdue. Sans constituer une véritable vie supplémentaire, la récupération d'une arme permet cependant de la perdre à nouveau et donc d'encaisser un coup de plus. Une bonne gestion de son armement peut donc permettre de traverser un niveau sans perdre une vie, tout en ayant pourtant subi de nombreux impacts. L'arme rendue par une capsule dépend de la coloration de cette dernière et tirer sur une capsule permet de modifier sa couleur. Ramasser une capsule de la couleur de l'arme équipée provoquera son amélioration : jusqu'à deux drones peuvent ainsi renforcer votre puissance de feu, et il est d'ailleurs possible de modifier leur formation de combat pour s'adapter à toute situation. Ces derniers peuvent également jouer le rôle de bouclier en se sacrifiant au contact des ennemis (et des éléments du décor). Finalement, votre appareil est capable de charger un tir avec n'importe laquelle de vos armes, la puissance augmentant à mesure que vous maintenez enfoncé le bouton dédié, avant de le relâcher. Mais il faudra faire preuve de vigilance car une arme chargée trop longtemps finit par vous exploser à la figure !

Dans la lignée d'un Thunder Force

Sturmwind
L'arme électrique est plus puissante sous l'eau.

Pour ce qui est des codes de jeu, Sturmwind se présente sous la forme d'un shoot'em up à scrolling horizontal et à réapparition instantanée, plus proche d'un Thunder Force que d'un R-type. Comprenez par là que votre survie dépendra avant tout de vos réflexes plutôt que de la mémorisation des niveaux, même s'il faut bien admettre que plusieurs boss vous donneront du fil à retordre lors du premier affrontement, certains de leurs mouvements étant très brusques et imprévisibles. Même si le titre de Duranik prétend s'adresser à un public large plutôt qu'aux joueurs chevronnés, force est de constater que finir chaque étape avec seulement deux vies (en mode normal) peut rapidement devenir délicat les quelques premiers niveaux passés. Mais le titre a pensé à tout le monde et offre un mode de jeu inattendu pour un shoot'em up, en plus d'un mode arcade classique : le mode « normal ». Ce dernier propose de débloquer les niveaux un par un pour ensuite directement commencer une nouvelle partie là où on le souhaite. Être capable d'enchaîner tous les niveaux d'affilée n'est donc pas nécessaire pour atteindre la fin du jeu.

Problèmes de lisibilité et de rythme

Sturmwind
Il y a 3 ennemis sur cette image, saurez-vous les trouver ?

Mais Sturmwind n'est pas non plus exempt de petits défauts. Tout d'abord, bien que les boulettes soient multicolores et assez flashy, et donc facilement identifiables, certains ennemis et projectiles le sont nettement moins, même avec la meilleure volonté du monde, la faute à une charge d'effets en tous genres à l'écran. Deuxièmement, il n'est pas toujours évident de deviner où vous pouvez vous diriger ou pas. Ce mur est-il à l'arrière-plan ou est-il bien tangible ? Cette question revient trop souvent et faire feu sur le possible obstacle en quête d'une éventuelle collision révélatrice du danger n'aide pas vraiment. Le même problème survient lors des affrontements contre certains boss : vos tirs les traversent d'un bout à l'autre et il faut donc bien se concentrer pour distinguer leurs points faibles et à quel moment ils subissent des dégâts. Enfin, les bruitages se font discrets et les compositions musicales ne sont pas spécialement transcendantes, ce qui rend le jeu un peu moins dynamique qu'il aurait pu l'être. Certains passages (heureusement peu nombreux) manquent également d'intérêt, quelques ennemis se baladant à l'écran sans vous inquiéter pendant que vous les dézinguez sans réfléchir, comme si vous étiez en pilotage automatique.

Un jeu qui vaut son pesant d'or

Sturmwind
Les nombreux boss sont imposants.

En plus de proposer 16 niveaux variés donnant lieu à des situations originales (grottes dans le noir, courants marins, tempêtes de neige), au moins autant de boss et un nombre hallucinant d'ennemis différents, Sturmwind propose une série de fonctionnalités bonus. Ainsi, un système de récompenses permet de débloquer des artworks d'ennemis (dont certains n'ont pas été incorporés dans la version finale du jeu) et autres bonus qui permettent de découvrir le développement du jeu. Vous devrez donc surmonter des défis, tels que détruire un certain nombres d'ennemis sans mourir, terminer une série de niveaux sans perdre de vie ou atteindre un score voulu. Le support SD de la Dreamcast, – conçu et commercialisé par des fans de la machine et non par Sega –, est également mis à contribution et permet d'enregistrer des replays de parties ou encore de prendre des captures d'écran à tout moment. Finalement, un sympathique système de scoring, basé sur des multiplicateurs à déclencher en dégommant des chaînes d'ennemis, plaira à tous ceux qui aiment recommencer un niveau des dizaines de fois pour repérer la position de chaque adversaire et faire exploser le compteur de score.

Chargement du lecteur vidéo...
Les notes
+ Points positifs
  • Beau à en pleurer
  • 16 niveaux !
  • Niveaux et ennemis extrêmement variés
  • Gameplay efficace et instinctif
  • Trois modes de difficulté pour s'adapter à tous les types de joueurs
  • Des bonus déblocables
- Points négatifs
  • Bande son en retrait et finalement peu inspirée
  • Quelques problèmes de lisibilité et de rythme

« Wunderbar », « Enorme » sont les mots qui décrivent le mieux Sturmwind, tant du point de vue des graphismes somptueux que du contenu impressionnant du jeu. Alors bien sûr, les plus grognons pointeront du doigt quelques problèmes de lisibilité et de rythme, ainsi qu'une bande-son faiblarde à des années-lumière de l'énergie d'un Thunder Force V. Mais au fond qu'importe : Sturmwind est un titre d'exception qui se classe parmi les meilleurs shoot'em up de la Dreamcast et qui est né du travail colossal et de la dévotion totale de ses développeurs. En un mot les gars : Merci.

Profil de shametblame
L'avis de shametblame
MP
Journaliste jeuxvideo.com
09 mai 2013 à 17:10:45
17/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (10)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18/ 20
Mis à jour le 09/05/2013
Dreamcast Shoot'em Up Redspotgames
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Last Day of June : Le nouveau titre émouvant des concepteurs de Murasaki Baby - E3 2017
    PC - PS4
  • Aperçu : E3 2017 : Project CARS 2, un retour très attendu
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Metroid : Samus Returns - Un remake classieux pour un classique sur 3DS
    3DS
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Call of Duty : WWII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Far Cry 5
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Star Wars : Battlefront II
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce