Aperçus Dying Light- Xbox One

Xbox One

L'existence d'un certain Dying Light a récemment été dévoilée par Warner. D'après l'annonce, il s'agit d'un jeu d'action / survie dans un monde ouvert infesté de zombies, avec un cycle jour / nuit et de l'artisanat. C'était déjà suffisant pour appâter le chaland, mais nous avons pu en apprendre davantage au cours d'une petite démonstration non jouable.

Dying Light

Début 2012, dès la parution du dernier DLC, l'équipe responsable de Dead Island se mettait au travail sur un nouveau projet. Pendant qu'une autre équipe commettait Riptide, c'est donc les créateurs du Dead Island original qui concevaient Dying Light. D'après Techland, il s'agit du jeu le plus ambitieux du studio. En tout cas, il s'agit de son premier projet next-gen, puisqu'il doit sortir sur PS4 et Xbox One en plus des classiques PS3, 360 et PC. Dying Light est d'ailleurs le premier titre de Techland bénéficiant de la nouvelle mouture du moteur maison (le Chrome Engine), nous dit-on. Gardons-nous bien de comparer le résultat à une quelconque autre production, exercice périlleux s'il en est... bornons-nous à dire que c'est joli. Voilà.

Aperçu Dying Light Xbox One - Screenshot 2La machette, une arme fort utile.

Ces considérations techniques étant évacuées, intéressons-nous à l'essentiel, c'est-à-dire au jeu. De l'histoire nous saurons peu, Techland souhaitant en garder sous le coude pour le futur : Dying Light ne sortira qu'en 2014. L'aventure se déroule dans une ville grouillant d'infectés. Quelque part à l'extérieur, il existe probablement des gentils : au début de cette démonstration, le héros assistait au parachutage de deux caisses par un avion. Sa mission consistait d'ailleurs à récupérer leur contenu. A l'intérieur de la cité, il y a aussi des méchants : arrivé à la première caisse, le joueur était contraint d'abandonner face à un groupe d'humains lourdement armés. Techland insiste sur ce point : Dying Light n'est pas qu'un jeu de lutte contre des zombies. Gangs et autres factions humaines hostiles cohabitent avec les morts-vivants. Dernier point important : le joueur est lui-même infecté ! Évidemment, il n'est pas encore transformé en zombie ; mais il est atteint par le mal, ce qui lui confère certains avantages. Ainsi, la nuit, son corps émet régulièrement des vagues d'impulsions qui créent un écho rouge si elles rencontrent un monstre un peu plus costaud que le zombie moyen. Un radar biologique, en quelque sorte. Autre conséquence de cet état de santé : nous soupçonnons que le joueur devra se soigner, même si Techland refuse de commenter cette hypothèse. En tout cas, la capsule récupérée dans la seconde caisse ressemblait fortement à un médicament... Espérons que Dying Light ne sombre pas dans les travers de Far Cry 2 et de sa malaria.

Aperçu Dying Light Xbox One - Screenshot 3Si le jour vous fait déjà peur, attendez la nuit.

Quoi qu'il en soit, sa condition de futur zombie ne semble pas affecter les mouvements de notre personnage. Au contraire, il se meut avec agilité dans le labyrinthe urbain. Dying Light propose en effet un système de « free running ». Le joueur progresse de façon fluide, enjambant les murets, glissant sous les barrières, escaladant les poteaux électriques, sautant de toit en toit... Reste à voir comment cela fonctionne. Est-ce quasi automatique, à la Assassin's Creed 3 ? Ou le système repose-t-il sur le skill ? No comment pour l'instant. Ce qui est sûr, c'est qu'on peut aller partout, ou presque, intérieurs compris, ce qui a représenté un sacré challenge en matière de level design, d'après les développeurs. Ils refusent de comparer la surface de l'aire de jeu à celle de Dead Island, signe qu'elle est sans doute plus petite. Mais elle est infiniment plus dense. Dying Light offrira d'ailleurs « des douzaines » de missions secondaires générées de manière semi-aléatoire. Au cours de cette présentation, le démonstrateur est ainsi passé devant une maison d'où sortait le son d'un dessin animé. Entrant dans l'édifice, il finissait par y trouver une fillette terrorisée cachée dans un placard, et son zombie de père...

Aperçu Dying Light Xbox One - Screenshot 4Un décor plutôt apocalyptique.

Bref, le jeu met l'accent sur l'exploration, qui sera aussi de mise pour récupérer divers éléments et autres plans afin d'améliorer les armes via un système d'artisanat. Sans rentrer dans les détails, Techland parle de « plusieurs centaines » de combinaisons possibles. Ce ne sera pas de trop pour venir à bout des zombies, qui, eux, se comptent parfois en dizaines sur un même écran. De jour, il ne représentent pas une énorme menace. Et encore : certaines créatures donneront du fil à retordre, comme cet ersatz du tank de Left 4 Dead, que nous avons vu en train de jeter une voiture sur le joueur comme s'il s'agissait d'une vulgaire chaussette (la voiture, pas le joueur). D'autres zombies, récemment infectés, présentent encore des réactions humaines, ce qui s'avère assez perturbant au moment de les affronter. La nuit, c'est encore pire. De puissantes créatures font leur apparition, et le jeu tourne au survival : il faut fuir plutôt que combattre. Il est possible de jeter un coup d'oeil par dessus son épaule tout en courant pour voir où en sont les poursuivants, et l'action est alors ralentie. Un effet slowmo similaire se déclenche lors d'un coup critique. Il y a aussi un effet « rayons X » quand le joueur brise un os d'un ennemi : la peau de l'infortuné devient localement transparente, afin de bien montrer l'impact sur son squelette ! Ça ne sert à rien, mais le résultat est sympathique.

Aperçu Dying Light Xbox One - Screenshot 5"T'as pas une gueule de porte-bonheur..."

Après cette démonstration, j'ai pu poser quelques questions à Blazej Krakowiak, international brand manager chez Techland. La première fut : « Mais, c'est un FPS ? ». En effet, j'avais vu le développeur fracasser des zombies à la batte et au marteau, et les découper à la machette et à la hache. Mais de flingue, point. La réponse est en demi-teinte : oui, il y aura bien des pétoires, mais les munitions seront rares. Techland souhaite que le joueur se sente menacé, et a donc mis l'accent sur les combats au corps-à-corps. M. Krakowiak qualifie d'ailleurs Dying Light de « First Person Melee », genre que le studio estime avoir inventé : on évitera gentiment de lui rappeler que Zeno Clash est sorti en 2009, Condemned en 2006, et d'autres avant eux. Durant cette interview, nous avons aussi appris, en vrac, qu'il y aura du coop à 4 joueurs, que le monde sera d'un seul tenant, sans chargements, que la version PC supportera Steam et DirectX 11, et qu'il y aura des fonctionnalités spécifiques à certaines plates-formes, sans plus de précisions. Enfin, les armes ne seront pas seules à avoir droit à un système d'amélioration. Notre personnage pourra également monter en puissance en piochant dans des compétences, mais nous n'avons pas pu voir la chose à l'oeuvre. Bref, si le potentiel de Dying Light est indéniable, il nous reste à confirmer tout cela manette en mains, histoire de jauger les sensations du free run et des combats. Ça tombe bien : Techland compte présenter une autre démo, jouable celle-ci, lors de l'E3. Nous y serons.

Nos impressions

  • CptObvious
  • L'avis de CptObviousMessage privé
  • Journaliste Jeuxvideo.com
  • le 28 mai 2013
  • Aperçu Dying Light : bon
Capable de souffler le chaud (Dead Island) comme le froid (Call of Juarez : The Cartel), le studio polonais Techland semble plutôt à son avantage avec Dying Light. Le jeu nous a paru réussi, que ce soit dans sa partie action, diurne, où l'on désosse des zombies à la machette, et dans sa partie survie, nocturne, où il vaut mieux esquiver et courir d'une cachette à l'autre. Espérons que les développeurs parviennent à doser ces différents ingrédients avec le juste équilibre, et surtout que le jeu soit aussi fun à jouer qu'il l'est à regarder.

Aperçu Dying Light Xbox One - Screenshot 6Aperçu Dying Light Xbox One - Screenshot 7Aperçu Dying Light Xbox One - Screenshot 8Aperçu Dying Light Xbox One - Screenshot 9Aperçu Dying Light Xbox One - Screenshot 10

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Warner Interactive
  • Développeur : Techland
  • Type : Survival-horror
  • Sortie France : 2014
  • Classification : Déconseillé aux - de 18 ans
  • Existe aussi sur :
    Dying Light - PlayStation 3 Dying Light - Xbox 360 Dying Light - PC Dying Light - PlayStation 4

Vidéos

Voir les 7 vidéos de Dying Light