Menu
Dying Light
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
  • PS3
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Dying Light
PC PS4 ONE
Dying Light
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
30 janvier 2015 à 18:00:41
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (326)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.1/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Fnac Marketplace ONE 8.90€ Fnac Marketplace PS4 13.89€ Cdiscount ONE 18.02€ Fnac Marketplace PS4 29.82€ Fnac Marketplace PC 32.73€ Amazon PC 99.00€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Partager sur :
Dying Light

Call of Juarez, Dead Island, Techland connaît les jeux en open world et le prouve une fois de plus avec Dying Light. En effet, il va à nouveau être ici question de visiter un immense terrain de jeu, pour cette fois récupérer les données d'un virus planquées dans une ville mise en quarantaine. Et comme d'habitude, qui dit quarantaine dans le jeu vidéo, dit infectés et moult problèmes à venir.

S'ouvrant sur un parachutage que n'aurait pas renié James Bond ou Solid Snake, Dying Light met rapidement les pieds dans le plat. Ainsi, quelques minutes après notre entrée en scène, Kyle Crane, notre avatar, se retrouve au sein d'une des factions tentant tant bien que mal de survivre dans la ville d'Haran en proie à un virus ayant transformé ses habitants en véritables créatures avides de chair humaine. Si notre but premier sera de retrouver un traître de l'agence GRE ayant dérobé le virus, on sera très rapidement confrontés à des décisions nous demandant de choisir entre notre mission d'agent infiltré et le fait d'aider les survivants. Bref, au-delà du scénario cliché faisant intervenir des personnages manquant de charisme, Dying Light repose sur un concept parfaitement huilé déjà au centre des deux premiers Dead Island : de la survie, du craft et un paquet de missions à remplir.

Quand Yamakasi rencontre World War Z

S'il n'est pas possible dans Dying Light de conduire des véhicules, Techland a néanmoins opté pour une façon rapide de se mouvoir à l'intérieur de l'immense open world à disposition. De fait, l'un des points mis en avant par les développeurs lors des campagnes de promotion de leur bébé était le fameux Parkour, technique permettant d'utiliser l'environnement urbain pour se déplacer avec aisance dans de grandes cités. Au final, que vaut vraiment cette feature ? Eh bien, sans atteindre la fluidité et la souplesse du système de Mirror's Edge, le free run remplit très bien son office dans Dying Light en nous permettant de couvrir rapidement de longues distances. Le bidonville mis à disposition devient donc très vite un gigantesque terrain de jeu pour nos acrobaties même s'il conviendra d'être prudent afin de ne pas se retrouver trop rapidement submergé par les hordes de zombies « patrouillant » de jour comme de nuit dans la ville. Habile transition pour évoquer ce fameux cycle ayant une grande importance dans le jeu.

Dying Light
Dying LightDying LightDying Light

En somme, si les rues de Haran seront autant peuplées quelle que soit l'heure de la journée, vous aurez la malchance, dès le crépuscule, de tomber sur des groupes de créatures particulièrement vicieuses, et très inspirées des Reapers de Blade II, autrement dit les Night Hunters. Ces derniers, plus sensibles au bruit et ayant une bien meilleure vision que le zombie de base, n'auront alors de cesse de vous poursuivre pour vous battre à mort. Autant dire qu'il faudra dans ce cas se montrer discret ou courir très vite pour avoir une chance de survivre. Ces séquences, particulièrement réussies, ajoutent donc une vraie tension lors des passages nocturnes plus axés course-poursuite que leurs homologues diurnes davantage orientés action. Bien entendu, outre ces chasseurs, vous rencontrerez d'autres types d'infectés à l'image des brutes, des cracheurs, des sprinteurs. Si on y rajoute les humains, généralement bien armés et donc très dangereux, vous comprendrez rapidement l'intérêt de jouer à quatre en coopération ou de trouver les matériaux nécessaires pour créer de puissants mods à même de customiser vos armes blanches.

L'art du crafting

Dying Light

Les fans de Dead Island auront bien entendu compris de quoi il en retourne mais arrêtons-nous quelques instants sur ce système pour les non-initiés. Si vous trouverez bien quelques armes automatiques dans Dying Light, vous devrez le plus souvent combattre avec ce que vous trouverez dans les bidonvilles. Clés à molette, tuyaux, battes de baseball, rien de bien fameux de prime abord. Pourtant, en fouillant un peu partout, vous tomberez sur des objets qui, combinés entre eux, pourront vous permettre d'utiliser des plans synonyme d'améliorations. Un marteau électrifié ? Une machette enflammée ? Il ne tiendra qu'à vous de prendre le temps de tout fouiller pour dénicher de véritables trésors ! A ce sujet, précisons que cette recherche sera plus aisée que dans Dead Island grâce à une sorte de sixième sens nous permettant de voir en un clin d'oeil tous les objets à récupérer dans une zone délimitée. Un pouvoir bien pratique surtout qu'il nous servira aussi à connaître précisément l'emplacement de nos objectifs ou l'emplacement des Night Hunters décrits plus haut. Et pour les plus flemmards d'entre vous, n'oublions pas qu'il sera aussi possible d'acheter des objets dans des camps ou à la Tour, notre gigantesque QG où un intendant nous offrira chaque jour, à titre gracieux, des objets. Une raison de plus pour dormir, ceci ayant pour effet, en plus de passer le temps, de rapidement switcher entre le jour et la nuit. Quel intérêt me demanderez-vous, d'autant que je précisais un peu plus tôt que les nuits étaient bien plus dangereuses que les journées ? Tout simplement pour ne pas perdre d'EXP !

Agilité et puissance, les deux mamelles de la survie

Dying Light

Dying Light étant à la croisée des chemins du survival-horror et du RPG, il ne sera donc pas surprenant de voir apparaître les termes Expérience, Montée de niveaux ou Capacités. En gros, en fonction de votre façon de jouer, vous aurez la possibilité d'orienter votre évolution via les niveaux Survivant, Agilité et Puissance. De fait, en effectuant des actions précises (combattre, free runner, relever des défis, aider les survivants...), vous obtiendrez de l'expérience qui fera monter les niveaux décrits juste avant, et pourrez débloquer de nouveaux mouvements et compétences, gagner en force, avoir des prix dans les boutiques, etc. Il sera donc très important d'écumer tous les challenges et quêtes à disposition (principales et annexes) pour engranger un max d'EXP, mais attention ! En effet, si vous veniez à mourir de jour, chaque respawn vous coûterait pas mal d'expérience. Une idée bien vicieuse mais vous forçant à faire plus attention ou à évoluer de nuit, vos morts nocturnes n'impactant nullement sur votre pécule d'EXP. Mieux, en vous baladant une fois la nuit tombée, il sera même possible de récupérer davantage d'expérience. Une chouette idée incitant le joueur à constamment passer d'un moment à l'autre de la journée en fonction de ce qu'il cherche à faire.

Dying LightDying LightDying LightDying LightDying LightDying Light

Au final, Dying Light est-il un simple Dead Island 2.0 ?

Après plusieurs heures de jeu, on se rend compte que Techland n'a pas pris de risques avec Dying Light. Les développeurs polonais ont ainsi récupéré ce qui faisait le succès de leur survival-horror exotique en le transposant dans un environnement plus urbain. Pour autant, loin de moi l'idée de critiquer cet état de fait, d'autant que les nombreuses améliorations servent parfaitement le propos. Si le soft doit néanmoins, comme ses proches parents, supporter plusieurs problèmes (doublage français aux fraises, IA des ennemis déséquilibrée, scénario cliché, quelques petits soucis de framerate), il s'en sort malgré tout haut la main grâce à une véritable impression de liberté, un gameplay équilibré et dynamique, son coop pour 4 joueurs et le mode multi Be the Zombie plutôt fendard. De quoi s'amuser de longues heures durant en attendant un certain Dead Island 2.

Notre Vidéo-Test de Dying Light

Chargement de la vidéo Test Dying Light en vidéo
Les notes
+Points positifs
  • Le vaste terrain de jeu
  • Bon mélange entre fuite et action
  • Le cycle jour / nuit bien pensé
  • Les morts qui valent de l'EXP... Une idée démoniaque qui incite à être prudent !
  • Le Parkour pour un gameplay fun et dynamique
  • Très bonne durée de vie
  • Jeu en coop vraiment sympa
-Points négatifs
  • Obligation d'avoir une très bonne machine pour en profiter pleinement sur PC
  • Doublage très inégal
  • Scénario fantôme
  • Difficulté parfois mal dosée

Sans surprise, Dying Light reprend la quasi-totalité des bonnes idées de Dead Island en les injectant dans un univers plus sombre, sans cet aspect coconut qui faisait le charme du jeu précité. En résulte un clone urbain de ce dernier, plus dynamique grâce au Parkour et surtout mieux pensé à pas mal de niveaux. Certes, le tout est encore loin d'être parfait (doublage français à revoir, scénario de série B...) mais l'impression de liberté couplée à un vrai plaisir de jeu finira par l'emporter sur tous les petits tracas émaillant la progression.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
30 janvier 2015 à 18:00:41
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (326)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.1/20
Mis à jour le 30/01/2015
PC PlayStation 4 Xbox One Survival-Horror Warner Interactive Warner Bros Games Techland Post-apocalyptique Zombies
Dernières Preview
PreviewStar Wars Jedi Fallen Order : trois heures de jeu plutôt encourageantes 17 oct., 17:00
PreviewPokémon Épée et Bouclier : De bonnes idées, mais un épisode trop classique ? 17 oct., 15:00
PreviewLegends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone ! 16 oct., 04:00
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
Pokémon Épée / Bouclier
15 nov. 2019
3
The Last of Us Part II
21 févr. 2020