Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Thomas Was Alone
PC

Les sorties des blockbusters qui marquent la fin de l'année commencent déjà vous pomper l'air ? Vous en avez assez de l'action explosive et des cinématiques qui cherchent à vous en mettre plein les yeux ? Ca tombe plutôt bien, la scène des jeux indépendants accouche une nouvelle fois d'un titre atypique qui vous fera l'effet d'une petit pause, juste le temps de reprendre votre respiration dans cette tourmente. Thomas Was Alone joue en effet la carte du minimalisme visuel et nous donne l'occasion de nous concentrer totalement sur le gameplay.

Il suffit d'avoir regardé Tron ou Le Cobaye une fois dans sa vie pour savoir que le revers de la réalité virtuelle est un monde diablement coloré dans lequel le moindre quidam se voit doté de super-pouvoirs. En revanche, le cinéma du siècle dernier avait oublié de nous prévenir que les protagonistes de ce type d'univers étaient en réalité de petits rectangles évoluant dans un monde en deux dimensions. Heureusement, Thomas Was Alone est là pour rectifier le tir. Ce jeu de plates-formes et de réflexion atypique vous permettra de comprendre de quelle manière ces intelligences artificielles explorent leur environnement. Ce sera aussi l'occasion pour elles de sonder leurs propres limites et leur façon de gérer leurs relations aux autres. Et oui, aussi étrange que cela puisse paraître, les petits rectangles colorés de Thomas Was Alone ont quelque chose à vous dire concernant le partage et l'amitié...

Thomas ne va pas tarder à se faire des amis.

Thomas est un joli petit rectangle rouge mais il se sent bien seul. Il va finalement découvrir un but à sa vie en faisant la rencontre d'autres rectangles multicolores aux priorités bien distinctes : l'un est effilé et peut sauter plus haut que ses comparses tandis qu'un autre flotte dans l'eau ou fait rebondir ses congénères... Cette joyeuse bande devra invariablement atteindre des places prédéterminées pour activer une téléportation vers le niveau suivant. Ce sera l'occasion pour eux de découvrir l'amitié et l'entraide par le biais de défis de plus en plus ardus. Un narrateur vient en effet insuffler un peu d'âme à cette épopée, malheureusement, le jeu n'étant pas traduit, vous devrez réviser vos leçons d'anglais pour en profiter pleinement. Les plus réfractaires à la langue de Shakespeare pourront toujours se rabattre sur l'excellente bande-son signée David Housden : ils découvriront une superbe ambiance musicale qui saura les décontracter à coup sûr.

Ces zones hachurées vont transformer les rectangles qui les traversent.

En termes de jeu pur et dur, vous découvrirez une centaine de niveaux proposant certes des challenges inégaux mais qui ont le bon goût de se renouveler. Thomas Was Alone ne tombe jamais dans la facilité et nos neurones le remercient : il vous faudra toujours exploiter les particularités de tous vos rectangles et jouer de différentes manières sur leur complémentarité pour progresser. On apprécie aussi tout particulièrement les derniers niveaux qui nous donnent l'occasion de changer les propriétés de nos rectangles en passant simplement dans une zone colorée. Cette astuce vous permettra par exemple de jouer avec la gravité ou de découvrir en plein vol les joies du double-saut. Ce gameplay intelligent et varié devrait maintenir votre cerveau en éveil sans pour autant vous proposer une difficulté insurmontable. Il ne vous faudra pas plus de quatre heures pour faire le tour de cette aventure, mais vous profiterez vraiment de chacun de ces moments. Qu'on se le dise, Thomas Was Alone est un vrai régal pour l'esprit.

Les notes
  • Graphique 12 /20

    Thomas Was Alone joue la carte du minimalisme esthétique et ça se voit. Il y a effectivement une vraie beauté dans ce dénuement mais il est difficile de quantifier cette esthétique dans le cadre d'une note sur 20...

  • Jouabilté 16 /20

    Thomas Was Alone regorge de bonnes idées en termes de gameplay : on prend un véritable plaisir à découvrir une centaine de niveaux qui ne cessent de faire évoluer la formule initiale en apportant régulièrement de petites touches originales.

  • Duree 13 /20

    Comptez un peu moins de quatre heures pour traverser l'aventure, c'est d'autant plus court que le jeu ne propose que très peu de rejouabilité. Il faut plutôt le prendre comme une brève parenthèse enchantée dans un monde où les jeux vidéo se contentent généralement de nous écraser sous des cinématiques toutes plus impressionnantes les unes que les autres.

  • Son 18 /20

    Il faut malheureusement une certaine maîtrise de l'anglais pour profiter de l'excellente narration de Danny Wallace, mais même les plus réfractaires risquent de tomber sous le charme des excellentes compositions de David Housden qui allient simplicité et sérénité.

  • Scénario 14 /20

    Le fait d'explorer les sentiments d'une petite bande d'IA esseulées est prometteur mais la narration finit malheureusement par devenir un peu confuse dans le cadre des derniers niveaux.

Thomas Was Alone fait partie de ces jeux hors norme qui prennent la forme d'une parenthèse enchantée dans notre quotidien de joueur. Les amateurs de plates-formes qui aiment se creuser la tête y trouveront un design minimaliste et un gameplay inventif, bref de quoi se changer les idées sans pour autant mettre ses neurones au chômage.

Profil de miniblob
L'avis de miniblob
MP
Twitter
Journaliste de jeuxvideo.com
19 novembre 2012 à 17:12:43
15/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (40)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14/ 20
Mis à jour le 19/11/2012 Voir l'historique
PC Plate-Forme Réflexion Mike Bithell
  • Partager cette page :
Thomas Was Alone
PC PS4 ONE WiiU PS3 Vita iOS Mac
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (3)
  • News (12)
  • Vidéos (5)
  • Images (743)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Thomas Was Alone sur PC
    -
    PC
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.