Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Of Orcs and Men
360

Contributeur

Les elfes, les humains... et si pour une fois, les héros de l'histoire n'avaient pas la peau douce et l'haleine fraîche, mais plutôt la peau verte et rugueuse, et la voix rocailleuse ? C'est le parti pris de Cyanide qui nous propose de diriger un orc et un gobelin dans Of Orcs and Men...

Voici le décor dans lequel vous évoluerez : dans ce monde torturé proposé en partenariat par Cyanide et Spiders, les humains ont pris de l'ampleur grâce à un chef tyrannique et mènent depuis dix ans une guerre sans merci aux peuples du sud, les orcs et les gobelins. Mais la résistance ne perd pas espoir, et une escouade de peaux vertes, les Bloodjaws, fomentent un plan pour assassiner l'empereur. Vous incarnez Arkaïl, l'un de ces soldats d'élite, qui va risquer sa peau pour traverser le mur (construction humaine censée cantonner la guerre au côté du sud du continent, sur les terres des Orcs) et mener cette improbable mission à bien. Mais pour passer le mur, il faut... un passeur, qui ne se fera pas remarquer et saura vous guider dans les bidonvilles l'entourant. Et quoi de mieux qu'un Gobelin astucieux nommé Styx pour remplir cette tâche ingrate ? Voilà donc notre duo formé, duo que le joueur aura la chance de contrôler librement, et qui fait d'ailleurs tout le sel de Of Orcs and Men. Attention, ne vous méprenez pas, vous ne trouverez point de mode coopération au sein du jeu, puisque le gameplay est axé sur le solo et la possibilité qu'a le joueur de coordonner lui-même toutes les actions du bourrin Arkaïl et de Styx, spécialiste de l'infiltration et des attaques à distance. Il faudra donc rapidement adopter ce système de combats particulier, basé sur un menu composé de roues d'action, ralentissant le temps pour vous permettre de bien sélectionner les attaques à mener. Car le titre, que l'on pourrait facilement qualifier de jeu de rôle, prend surtout la forme d'un action-RPG vous demandant de batailler à intervalles très réguliers.

Arkaïl et Styx, complices malgré eux. Les deux héros passent leur temps à se chambrer.

Of Orcs and Men vous confronte en effet à une série hélas bien trop répétitive de groupes d'ennemis, placés dans des environnements qui ont tout de couloirs restreignant fortement les possibilités des joueurs. En clair, pour chaque quête, vous foulerez un nouveau décor (visible sur une carte dans les menus) et donc de nouveaux couloirs, peuplé d'autres ennemis. On aurait apprécié que le soft nous offre davantage de liberté, tout en conservant quand même cet aspect «action». En l'état, pour n'importe quelle quête effectuée, le déroulement de l'action est exactement le même : on traverse une carte en affrontant quelques groupes d'ennemis et en récupérant de rares artefacts venant grossir notre équipement, avant de se trouver face à l'objectif de la mission. Qui se termine encore une fois généralement par une bataille un peu plus costaud que les précédentes. D'autre part, l'intelligence artificielle ennemie n'est vraiment pas au mieux de sa forme, puisque les gardes ne tiquent même pas lorsqu'ils tombent sur le cadavre de l'un de leur collègue, et continuent de patrouiller tranquillement. Pour explorer les décors sans risque, on pourra utiliser le gobelin Styx (on change de personnage à volonté, d'une simple touche), qui peut passer inaperçu auprès d'un certain type d'ennemis. Pratique pour se faufiler par derrière et trancher leur gorge. Mais face à des chiens ou d'autres gobelins, Styx ne peut plus vraiment se dissimuler, il faudra donc y aller franco. En mode normal, le joueur aura vraiment l'impression que la stratégie adoptée influe directement sur l'issue du combat, selon les postures adoptées par chaque personnage.

Le système de combats est la principale originalité d'Of Orcs and Men.

En effet, la pause (qui permet pratiquement de geler le temps) vous donne accès à des menus distincts en fonction du personnage sélectionné. Dans tous les cas, on trouve trois roues différentes : les actions offensives, défensives, et les actions spéciales, certaines d'entre elles requérant des points de concentration (jauge remontant automatiquement). On se doute que la stratégie à adopter sera différente selon l'ennemi visé. Avec Arkaïl, on balancera plutôt des attaques fortes contre des ennemis de grande stature ou des humains armés de bouclier, alors qu'il sera plus malin de choisir des attaques rapides et légères pour des chiens ou des gobelins. De son côté, Styx dispose d'attaques offensives dévastatrices, comme la fameuse et efficace «dague volante» , mais il excelle également dans les attaques à distance. On trouvera par exemple beaucoup de plaisir à lui faire balancer une bombe assommante sur un ennemi, puis d'enchaîner avec quelques coups puissants portés par le gros Orc. En vrac, on pourra aussi utiliser une action spéciale donnant la possibilité à Arkaïl de lancer Styx sur les ennemis, ou encore intimer l'ordre au gobelin d'insuffler quelques points de vie à son collègue. Enfin, lorsque l'un de nos compagnons meurt au combat, on pourra ordonner au soldat restant de le réanimer, grâce à une autre action spéciale. Au fil des affrontements, vos personnages gagnent des points de compétence, permettant de débloquer des actions ou d'améliorer l'efficacité de certaines attaques, et des points de caractéristique à répartir (force, agilité, endurance et esprit). Ces caractéristiques ont évidemment des répercussions sur le terrain, en augmentant les dégâts, les points de vie, la capacité d'esquiver, de dévier les coups ou encore de s'évader... Si ce système de points semble au prime abord simpliste, il est finalement assez riche, et permet d'influer de manière efficace sur les caractéristiques de nos deux personnages.

Malgré son petit gabarit, Styx ne se laisse pas faire.

En combat, l'orc «bénéficie» également d'une caractéristique très particulière. En effet, une jauge de rage se remplit lorsqu'il accumule les coups (donc lorsqu'il ne se défend pas, en mode Offensif), et Arkail passe en mode Berserker lorsqu'elle est pleine. Il ne se contrôle alors plus, et attaque tout ce qui bouge, que ce soit des ennemis ou son allié. Cette spécificité n'est pas forcément une faiblesse puisqu'elle est même très utile pour terminer un combat efficacement. Mais il faudra quand même veiller à ce qu'il n'entre pas dans ce mode Rage temporaire trop tôt, sous peine de se prendre des coups quand il en sortira, sonné. Bref, le système de combats de Of Orcs and Men est riche, et la stratégie est bel et bien au rendez-vous ! On aurait donc apprécié que les quêtes, principales ou secondaires, soient plus intéressantes, et que le level design ne soit pas si rébarbatif. Car malgré tout, le jeu possède un sacré charme, grâce à son ambiance sonore et à son duo de personnages que tout oppose, et qui se chamaille à tout va. Le scénario n'est pas non plus en reste, la durée de vie se compte en dizaine d'heures, et le système de combats est très satisfaisant. Bref, Cyanide et Spiders nous proposent un titre perclus de défauts, mais qui possède pourtant un petit quelque chose qui passionnera le joueur et captera son attention jusqu'au dénouement de l'histoire.

Les notes
  • Graphique 14 /20

    Techniquement plutôt corrects, les décors manquent pourtant vraiment de personnalité, et les couloirs s'enchaînent, se ressemblant malheureusement un peu trop. Ceci dit, les personnages ont des «gueules» plus charismatiques, et nos deux héros sont sympathiques à regarder.

  • Jouabilté 12 /20

    Le système de combats est très agréable et permet de jouer de manière stratégique, malgré une intelligence artificielle ennemie souvent à la ramasse et des problèmes de caméra récurrents. Le système d'évolution des deux personnages et de leurs attaques est lui aussi très satisfaisant. Mais le level design et la construction de chaque quête sont répétitifs au possible, ce qui aura du mal à passionner le joueur... On notera également la présence de quelques bugs aléatoires un peu gênants. (Cinématique qui ne s'enclenche pas, personnage coincé dans les décors...)

  • Duree 16 /20

    Of Orcs and Men nous embarque pour plus de vingt heures de jeu dans une aventure hélas bien trop répétitive, mais portée par un scénario et un duo de personnages qui sauront maintenir notre intérêt.

  • Son 17 /20

    Les voix françaises sont vraiment très convaincantes et donnent vie à notre charismatique duo de héros. Côté musique, la qualité est aussi présente, grâce à de nombreux thèmes aux accents épiques.

  • Scénario 15 /20

    Si on s'en tient à l'histoire principale qui nous est contée, la qualité est vraiment au rendez-vous. Arkaïl parviendra-t-il, aidé de Styx, à assassiner l'empereur humain pour mettre fin à la guerre qui opprime son peuple depuis 10 ans ? Le joueur a envie de connaître la réponse, malgré la construction des quêtes et des niveaux, lassante.

Of Orcs and Men nous entraîne dans un univers Dark Fantasy très réussi, et nous donne la possibilité d'incarner un orc et un gobelin, deux races rarement mises en valeur. Le titre parvient, malgré quelques défauts dont on se serait passé, à capter l'attention du joueur de fort belle manière, notamment grâce à un duo de personnages particulièrement charismatique.

Profil de Lena
L'avis de Lena
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
11 octobre 2012 à 10:05:00
15/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (30)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/ 20
Mis à jour le 11/10/2012 Voir l'historique
Xbox 360 Action RPG Stratégie Cyanide + Focus Home Interactive
  • Partager cette page :
Of Orcs and Men
PC PS3 360
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (9)
  • News (11)
  • Vidéos (10)
  • Images (580)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (3)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Of Orcs and Men sur 360
    -
    360
  • Aperçu : Of Orcs and Men sur 360
    - 9
    360
  • Aperçu : Of Orcs and Men - E3 2011 sur 360
    - 17
    360
Boutique
  • Of Orcs and Men 360
    9.99 € Neuf
    17.00 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.