Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur Wii / Pandora's Tower sur Wii /

Test Pandora's Tower sur Wii du 13/04/2012

Test : Pandora's Tower
Wii

Misère ! Attendu avec passion par des wagons de joueurs, l'écume au bord des lèvres, Pandora's Tower sort finalement en France dans un inquiétant anonymat. Un mutisme qui n'est jamais bon signe, surtout quand le jeu est édité par Nintendo lui-même, une boîte qui a les moyens de se faire entendre. Alors ? Navrante déception ou perle cachée ?

Aviez-vous entendu parler de l'Operation Rainfall ? Il s'agissait d'une pétition aux Etats-Unis pour s'assurer de la sortie occidentale de trois jeux Wii : Xenoblade Chronicles, The Last Story et Pandora's Tower. Trois RPG (ou genres apparentés) extrêmement prometteurs qui ouvraient un bel horizon pour la fin de vie de la console Nintendo. Aujourd'hui, nous avons pu voir que la prédiction des gamers fut bonne tant les deux premiers jeux cités ont su charmer le public, disposant chacun d'un charme indéniable, d'un gameplay travaillé et d'un univers intense. Mais quand il s'agit de jauger le petit dernier, développé par le studio Ganbarion (One Piece, Jump Super Stars), il faut bien se rendre à l'évidence : on ne sait pas grand-chose de Pandora's Tower. Maintenant que nous avons la bête entre nos doigts, levons le voile sur ce mystère.

La Brèche, un lieu fort accueillant.

Le scénario prend place autour d'un couple : le valeureux Aeron et sa fiancée, Elena. Aidés par une marchande errante du nom de Mavda (qui porte constamment un vieillard pratiquement muet sur son dos...), les tourtereaux fuient l'Armée d'Elyria suite à un dramatique événement. En effet, Elena a été frappée par une terrible malédiction, la transformant peu à peu en un monstre difforme et visqueux. Le seul moyen de lui sauver la vie et de lui donner à manger de la chair de bêtes issues des Treize Tour de La Brèche, un lieu déserté et mystérieux. Après avoir pris vos quartiers dans un ancien observatoire de l'Armée, Aeron s'enfonce déjà dans le premier donjon, prélude d'aventures et de surprises. Si ce pitch vous semble classique, ne pensez pas pour autant que Pandora's Tower nous livre du réchauffé ! Tout l'intérêt de l'histoire réside dans la relation entre Aeron et Elena, et surtout, dans la mise en abîme des relations humaines, et de la perception d'autrui, notamment à travers les évolutions physiques de cette dernière. Plus vous avancerez dans le jeu, plus vous en apprendrez sur le passé de ces deux personnages, morceau par morceau. Les souvenirs remontent régulièrement à la surface et de nébuleux rêves viennent perturber le peu d'acquis que l'on a. Mais nous reviendrons sur ces éléments plus tard.

La Chaîne est vraiment un outil multifonction.

Car avant de penser à la relation entre Aeron et sa belle, il va d'abord falloir la sauver du terrible destin qui obscurcit son horizon. Rapidement, Mavda vous offrira la Chaîne d'Okanos, une arme très ancienne aux pouvoirs divers et dont les utilisations se comptent par dizaines. Tantôt grappin, tantôt fouet, elle est un élément indispensable à votre avancée dans les Tours, qui constituera une grosse partie de votre temps de jeu. Justement, les Tours, parlons-en. Constituées de niveaux, ces gigantesques édifices s'arpentent d'une façon qui rappelle immanquablement la série des Zelda. En manipulant des mécanismes divers, on trace son chemin en espérant arriver le plus vite possible au bout. Pourquoi se presser vous dites-vous ? Tout simplement parce qu'un cercle vous indique lentement l'avancée de la malédiction d'Elena, vous obligeant à trouver de la chair rapidement afin de la lui ramener. Voyez ceci comme une sorte d'Epée de Damoclès qui évolue lentement, mais sûrement. Ce point est important car tous les monstres ne vous laisseront pas de chair, et il faudra parfois se dépêcher pour trouver la précieuse (et immonde) nourriture et la ramener à l'observatoire. Imaginez la scène : vous pensiez encore avoir du temps quand vous vous retrouvez soudainement coincé dans une pièce avec des ennemis particulièrement difficiles. Une fois débloqué, il ne vous reste que deux petites minutes pour sauver la belle avant qu'elle ne se transforme en un immonde mollusque dégoulinant. Vous la sentez la pression ? Un concept simple, mais diablement efficace, notamment grâce à la structure des Tours. Lorsque vous avancez, vous ouvrez régulièrement des raccourcis afin d'alléger le chemin du retour. Pratique.

Appétissant, n'est-ce pas ?

Mais la transformation de la belle ne sera pas votre seule préoccupation dans Pandora's Tower. En effet, si vous êtes là, c'est surtout pour récupérer la Chair du Maître, et ceci pour les 12 Tours Principales de la Brèche. Mais pour arriver jusqu'à la porte de chacun des boss, il faut auparavant briser les gigantesques chaînes qui la bloquent (il peut y en avoir plusieurs). Pour cela, il faut attaquer leur base, cachée dans des pièces relativement éloignées. Afin de vous repérer efficacement, vous avez accès à une carte plutôt claire qui vous montre les portes et les coffres, avec une légende qui précise si vous les avez déjà ouverts ou non. Etant donné la structure quelque peu linéaire des donjons, vous pouvez largement vous en sortir sans... A vrai dire, l'outil indispensable qui régit tout le gameplay de Pandora's Tower est sans conteste votre chaîne, dont nous vous parlions plus tôt dans cet article. Pas une seule énigme ne vous demande pas de vous en servir, et ceci de toutes les manières imaginables. Actionner un levier à distance, vous suspendre à des crochets, récupérer des objets afin de les jeter : le mélange de plates-formes et de réflexion sied à merveille à votre nouveau joujou. C'est d'autant plus remarquable que les épreuves qui s'imposent à vous sont toujours pleines d'ingéniosité, sans pour autant nécessiter des heures à tourner en rond avant d'être comprises. En un coup d'oeil, la solution s'impose à vous, et c'est surtout dans la pratique qu'il va falloir être habile. Par exemple, un passage est bloqué tant que vous n'avez pas éradiqué une certaine plante. Malheureusement, cette dernière s'enfuit dans le sol dès que vous l'approchez un peu trop. La solution ? Accrocher un bout de votre chaîne à un élément de l'architecture avant d'accrocher l'autre bout (à distance) à la plante. Vous pouvez maintenant foncer dessus afin de l'attaquer avec votre arme.

Mavda fait office de marchande et de bonne conseillère tout au long de l'aventure.

Ces manipulations sont d'autant plus importantes lors des combats contre les ennemis, pendant lesquels votre chaîne devient un véritable couteau suisse ! En effet, vous pouvez attraper la plupart des monstres de façon différente selon l'endroit que vous visez. Si elle s'enroule autour de sa tête, il n'y verra plus rien et frappera dans le vide. Les jambes ? Il tombera au sol. Les bras ? Il n'arrivera plus à vous attaquer. C'est d'autant plus efficace que selon les situations, vous pouvez très bien bloquer complètement un ennemi avant de le tirer au sol telle une épave pour lui faire sa fête dans un coin. Important quand le monstre essaie de s'échapper par exemple. Dans certains cas, vous pouvez lier deux ennemis l'un à l'autre. Si vous faites ainsi, vous pourrez faire des dégâts aux deux en même temps tout en gênant leurs mouvements. Tout ceci n'est qu'un petit éventail des possibilités offertes, car il serait trop long de tout décrire en détail, mais sachez que le bonheur procuré lorsque vous faites tournoyer un ennemi en l'air avant de le jeter violemment contre un mur est tout simplement irrésistible ! Sans trop vouloir gâcher la surprise, notez que les combats contre les boss tirent tout leur génie des multiples possibilités offertes par votre chaîne. Il faut souvent y exploiter un point faible accessible que dans certaines circonstances, tout en esquivant efficacement des attaques souvent dévastatrices. Haletantes, stressantes, techniques, ces joutes sont d'autant plus jouissives que la malédiction d'Elena suit toujours son cours de façon inexorable.

Sans être trop difficiles, les combats contre les Maîtres demandent de la technique et de la réflexion.

Si l'issue des combats est souvent conditionnée par votre niveau de jeu, votre équipement y sera aussi pour beaucoup. Tout au long de l'aventure, vous ramassez de nombreux objets dans les donjons qui peuvent être ramenés à Mavda et son étrange compagnon afin de créer d'autres items, voire des armures et autres gadgets utiles. Les possibilités sont nombreuses, voire complexes, et vous devrez sûrement revenir dans des lieux déjà visités pour trouver ce qu'il vous manque. Vu que certains artefacts annihilent totalement une ou plusieurs altérations d'état, cela à une importance capitale. Mais vous ne pourrez cependant pas faire tout ce que vous voulez. En effet, vous êtes limité en nombre d'objets à prendre sur vous, et même si Elena se fera un plaisir d'augmenter la capacité de votre sac si vous lui amenez ce qu'il faut, il va parfois falloir trier, ou faire quelques allers-retours. Il en va de même pour tous les équipements que vous portez, que vous devrez placer sur une grille selon leur taille. Bien sûr, les armures les plus efficaces prennent le plus de place... Sachez qu'il est aussi possible d'améliorer les armes via un système de crafts plutôt simple à comprendre, et qu'un coffre vous permet de poser tous les objets dont vous n'avez pas besoin en donjon. Bref, une machine bien huilée.

Et encore, ça peut être bien pire...

Mais devant ce portrait idyllique, vous vous demandez sûrement si Pandora's Tower a des défauts... Autant vous le dire tout de suite, oui, il y en a quelques-uns, mais croyez-nous sur parole quand on vous dit que vous les aurez très vite oubliés. Premièrement, d'un point de vue technique, le titre du studio Ganbarion aurait sans doute pu être un peu plus performant. En effet, les immenses structures et certains intérieurs magnifiques ne peuvent passer sur Wii que grâce à un éternel grain cache-misère qui ne plaira peut-être pas à tout le monde. De plus, certains environnements en donjon ont sans doute tendance à se répéter un petit peu, tout comme le bestiaire qui fait dans le recyclage malgré un design franchement réussi (surtout concernant les boss). Cela dit, ces écueils ne parviennent pas à ruiner l'expérience de jeu tant la finesse des autres aspects nous éblouissent, comme nous allons en parler un peu plus tard. Le seul véritable point noir semble être la caméra, qui possède pourtant certaines qualités. En effet, celle-ci ne peut absolument pas être dirigée, se plaçant ainsi à des endroits prédéfinis. Si elle reste souvent immobile dans un coin, il lui arrive aussi de suivre le personnage. Bien que cela permette d'avoir des plans avantageux de certaines salles, voire de donner automatiquement, via un angle intelligent, un indice sur la marche à suivre, la caméra peut s'avérer gênante lors de certains combats, où les ennemis se situent hors champ, les rendant impossibles à locker avec votre chaîne. Ce n'est pas assez grave pour en jeter sa manette au sol et les cas restent rares, mais c'est important à signaler.

Les phases de plates-formes sont très maniables.

De toute façon, ces quelques défauts ne sont que foutaises devant l'incroyable ambiance qui se dégage de ce Pandora's Tower, et qui fait véritablement sa force. Tout d'abord, il bénéficie d'une incroyable bande-son qui mélange avec soin morceaux classiques et compositions réalisées pour l'occasion, avec une propension gigantesque à verser dans l'orchestral. Quelle surprise d'entendre un Dies Irae en pleine cinématique, ou de profiter d'une oeuvre de Tchaïkovski formidablement incorporée. Idem pour les combats contre les Maîtres, souvent accompagnés de choeurs majestueux et menaçant. Mais au-delà de la musique, c'est l'ambiance inquiétante qui règne finalement à l'Observatoire, là où Elena attend patiemment le retour de son héros à chaque escapade. Effectivement, Pandora's Tower amène finalement un aspect glauque, voire carrément gore, à une histoire qui semblait pourtant partir pour verser dans le mièvre. On s'étonne parfois de la persistance des développeurs à nous montrer en détail la pauvre demoiselle manger la dégoutante chair de monstre, déglutir, et pousser des gémissements de dégoût, le tout en gros plan et avec des effets sonores qui ne cachent rien. Mais au fil du jeu, on observe ces scènes avec un oeil terrifié, devant certaines évolutions parfois imperceptibles, mais bien présentes, qui amènent un côté malsain particulièrement délectable au final. Chacun de vos retours, obligatoires ou non, est accompagné d'une scène pouvant aller du joyeux (voire fade par moments) à l'angoissant selon le temps que vous avez mis pour revenir, et donc, l'avancée de la malédiction d'Elena. On ose à peine vous en dire plus.

Il est possible de s'accrocher à des tas de structures.

Au final, Pandora's Tower est une véritable oeuvre à part entière, une aventure de laquelle on ressort forcément touché. Cela est d'autant plus remarquable que vos actions pendant le jeu ont une réelle répercussion sur son dénouement. En effet, selon votre affinité avec Elena à l'entrée du chapitre final, l'histoire débouchera sur cinq fins, qui n'influent pas que sur la cinématique ultime d'ailleurs. Quand on sait que les 25 heures de jeu sont aussi suivies d'un éventuel New Game + qui est loin d'être un simple gadget, on sait maintenant que l'on est devant un véritable hit digne de votre plus grand intérêt, qui a su puiser son inspiration dans les plus grands, comme la saga des Zeldas, ou encore Shadow of the Colossus pour son côté mélancolique. Audacieux et puissant, Pandora's Tower est sans doute un des titres à retenir de l'année 2012 !

Les notes
  • Graphique 14 /20

    Bien qu'il soit loin de la vitrine technologique, Pandora's Tower reste propre et soigné. Bien que peu diversifié, son bestiaire est plutôt remarquable. Une mention spéciale est attribuée à l'observatoire, dont le design évolue selon les cadeaux que vous offrez avec Elena, votre attitude générale envers elle et surtout, l'avancée de sa malédiction lorsque vous ne lui avez pas amené de chair depuis un certain temps...

  • Jouabilté 18 /20

    La chaîne permet tellement d'interaction avec les ennemis et objets qu'on ne pourrait pas tous les citer ici. Mais le must, c'est que chaque élément de gameplay, que cela concerne les combats, la plate-forme et les énigmes, se renouvelle tout au long de l'aventure avec une grande ingéniosité. La pression constante de la malédiction d'Elena qui vous impose un sablier à chacune de vos sorties, est un aspect primordial de l'histoire. Votre coeur risque de palpiter lorsque des éclats rougeâtres jailliront sur votre écran, le moment fatidique approchant.

  • Duree 18 /20

    S'il faut bien compter 25 heures pour en voir le bout de façon correcte, la présence de cinq fins prolonge ingénieusement la durée de vie, d'autant qu'hors donjons, l'ambiance n'est pas du tout la même selon votre affinité avec Elena. Un New Game + est aussi de la partie, et vu le nombre d'endroits encore inaccessibles lors de vos premiers passages dans les Tours, il y a largement de quoi faire.

  • Son 18 /20

    Magnifique de bout en bout, la bande-son porte merveilleusement les différentes scènes du jeu, que ce soit avec Elena ou dans les Tours. L'utilisation de compositions classiques et orchestrales est parfaitement appropriée...

  • Scénario 18 /20

    Le côte gnangnan initial d'Elena et d'Aeron peut faire peur au début. Pourtant, cette relation revêt des aspects de plus en plus sombres au cours de l'aventure. Certains non-dits sont pesants, et derrière une apparente amourette, ils se regardent parfois en chien de faïence. L'évolution de l'ensemble regorge d'intrigues, que ce soit le comportement d'Elena, ses rêves de plus en plus précis, ou encore la présence et l'aide énigmatique de Mavda et de son étrange ami.

Quelle surprise ! Alors que les yeux des fans de action/RPG sur Wii étaient encore tournés vers Xenoblade Chronicles et The Last Story, Pandora's Tower vient nous coller une gigantesque gifle qui pourrait bien laisser des traces. Sous ses apparences mièvres de prime abord, il cache une aventure follement émouvante qui touche directement aux sentiments et à la perception de l'autre. Parfois glauque et inquiétant, il met parfaitement le gameplay au service d'un conte à ne pas mettre entre toutes les mains, pour ceux qui savent lire entre les lignes...

Profil de Anagund
L'avis de Anagund
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
13 avril 2012 à 17:31:21
18/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (161)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/ 20
Mis à jour le 13/04/2012 Voir l'historique
Wii Action Aventure RPG Nintendo + Ganbarion
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News (7)
  • Vidéos (18)
  • Images (333)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (1)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Pandora's Tower sur Wii
    -
    WII
Boutique
  • Pandora's Tower WII
    43.40 € Neuf
    62.48 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.