Menu
Warp
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Warp / Warp sur 360 /

Test du jeu Warp sur 360

Test : Warp
360
Warp
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
17 février 2012 à 17:46:39
12/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (6)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.5/20
Partager sur :

Cette année, c'est Warp qui a l'honneur d'ouvrir le Xbox Live House Party, une opération traditionnellement destinée à mettre en avant quatre jeux qui valent le coup, tout en proposant une petite remise aux joueurs qui les achèteront tous. Pourtant, ce titre du jeune studio québécois Trapdoor ne nous a que partiellement convaincus.

Warp

Imaginez ce que pourrait donner le croisement entre Wall-E et un Lapin Crétin et vous aurez une bonne idée de la créature extraterrestre de Warp. On ne sait pas trop d'où elle vient, ni ce qu'elle était venue faire sur Terre, mais ce qui est sûr, c'est qu'elle a fini par se faire capturer par une équipe de scientifiques sans scrupules, qui effectuent des recherches pas très catholiques dans une base sous-marine. Malmenée et étudiée sous toutes les coutures, elle finira par heureusement par échapper à leur vigilance en recouvrant l'usage de son fabuleux pouvoir : la téléportation. A l'instar du Dutilleul de Marcel Aymé, elle est en effet capable de se téléporter à courte distance afin de traverser les murs les moins épais, d'éviter les pièges et de se faufiler au nez et à la barbe de ces humains qui veulent à tout prix remettre la main dessus. Voilà un concept diablement séduisant, qui aurait pu donner lieu à un formidable jeu d'infiltration si seulement il avait été mieux exploité.

Warp
L'essentiel du gameplay consiste à résoudre des puzzles afin d'activer des mécanismes et d'ouvrir des portes.
Prenez n'importe quel grand classique : Mario, par exemple. Imaginez maintenant qu'au lieu de disposer d'emblée de toutes ses possibilités d'action, le fameux plombier italien ne les obtienne que progressivement au cours du jeu, et que chaque capacité nouvellement acquise fasse l'objet d'un niveau dédié : il faudrait courir dans le premier, sauter sur ses adversaires dans le second, lancer des boules de feu dans le troisième... Ce serait quand même beaucoup moins drôle, non ? C'est pourtant le type de progression adopté par Warp. Bien plus redoutable qu'un Solid Snake, l'alien sera à terme capable de se téléporter à l'intérieur de n'importe quoi (scientifique, robot, objet...) afin de passer de cachette en cachette, de faire imploser ces hôtes en agitant frénétiquement le stick analogique gauche, d'échanger sa position avec eux, de les propulser violemment dans une direction donnée, ou encore de créer un clone de lui-même pour détourner l'attention... On pense encore à ce qu'aurait pu donner ce gameplay s'il avait été servi par des niveaux relativement ouverts basés sur l'infiltration. Hélas, ce n'est pas l'optique qu'ont choisie les développeurs de Trapdoor.

Warp
La dimension infiltration du jeu, assez anecdotique, n'est pas aidée par l'IA, complètement absente.
En, vérité, Warp s'apparente bien plus à un jeu de réflexion qu'à un jeu d'infiltration. La progression dans les différents étages de la base sous-marine, fortement linéaire en dépit de quelques secrets à découvrir, est constituée d'une succession de puzzles qu'il faut résoudre pour ouvrir la porte suivante, et qui sont séparés par des checkpoints. Comme chaque niveau est dédié à la dernière capacité acquise, l'ensemble donne l'impression d'évoluer, trois heures durant, au sein d'un gigantesque tutorial, et laisse un goût amer dans la bouche... Les puzzles sont à l'évidence bien étudiés, mais ils se montrent à la fois classiques (générateurs d'énergie à détruire, interrupteurs à activer...) et trop répétitifs. Ils n'ont rien de vraiment retors mais la moindre erreur ne pardonne pas, ce qui confère au jeu une dimension die & retry. La part d'infiltration se résume quant à elle à ne pas éveiller l'attention des gardes et des scientifiques, ce qui n'est pas bien dur tant l'IA se montre peu réactive, quand bien même elle vous a repéré. Il est plus gratifiant de progresser sans tuer aucun être humain, mais leur explosion est l'occasion d'un bel effet gore qui pousse à la violence !

Warp
Particulièrement austères, les challenges ne motivent pas à essayer de battre le high-score.
Les scientifiques finiront par découvrir le point faible de l'extra-terrestre : l'eau, qui neutralise ses pouvoirs. Voilà qui donnera lieu à des phases d'infiltration un peu plus corsées (les gardes seront protégés par des boucliers aquatiques) et à des énigmes intéressantes qui exploitent bien cette thématique. Warp tente par ailleurs de rompre la monotonie de la progression en y intégrant des épreuves de scoring. L'objectif ? Parvenir, le plus rapidement possible, à rallier l'arrivée ou à tuer tous les humains. Peu motivantes (design austère, musique minimaliste), ces séquences ne donneraient guère envie de battre le highscore si elles n'accordaient quelques Grubs en guise de récompense. Également disséminés dans les niveaux, ces Grubs peuvent être échangés à des terminaux dédiés contre des capacités spéciales (se déplacer plus vite, faire moins de bruit en marchant, poser des mines…), hélas peu utiles vu qu'elles n'offrent que rarement une solution alternative à la résolution des puzzles et qu'on peut finir le jeu sans y recourir. En somme, malgré son concept original, Warp rentre indubitablement dans la catégorie des "vite joué, vite oublié".

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Le jeu ne brille ni sur le plan technique, ni sur le plan artistique. La modélisation datée et les décors austères sont heureusement égayés par des éclairages plutôt réussis et par le passage du petit alien, qui laisse une forte dominante rouge. Le moteur physique connaît parfois quelques ratés.

  • Jouabilité 12 /20

    Le gameplay plein de promesses se voit gâché par une progression peu convaincante, et bien trop linéaire en dépit d'un bon level-design. En dehors de quelques morts inopinées causées par un léger manque de précision ou par la disparition trop brutale des échos, la prise en main se révèle globalement correcte (il faut dire que le jeu n'utilise qu'un seul bouton pendant plus d'une heure !).

  • Durée de vie 11 /20

    Warp propose environ 3 heures de jeu, que vous pourrez toutefois facilement doubler en recherchant tous les Grubs ou en essayant de battre les highscore sur les différents challenges.

  • Bande son 10 /20

    Sorti des borborygmes rigolos du petit alien et de quelques bruitages réussis, l'ambiance sonore déçoit. L'absence quasi-totale de musique (à l'exception du mode Challenge ou elle aurait peut-être mieux fait de ne pas se faire entendre non plus) y est pour quelque chose.

  • Scénario /

On attendait beaucoup de Warp, et sans doute trop. Le titre du studio Trapdoor a beau être basé sur un concept original et séduisant, la sauce a un peu de mal à prendre. Ce qui aurait pu donner lieu à un sympathique jeu d'infiltration revêt finalement la forme d'une succession de puzzles certes efficaces, mais vus et revus, consistant pour l'essentiel à activer des mécanismes et à ouvrir des portes. Affublé d'une progression linéaire émaillée de challenges sans grand intérêt, ce gigantesque tutorial de 3 heures nous fait saliver inutilement sur le jeu formidable qu'on aurait pu avoir au bout, mais qui n'arrivera jamais.

Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
17 février 2012 à 17:46:39
12/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (6)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.5/20
Mis à jour le 17/02/2012
Xbox 360 Infiltration Réflexion Electronic Arts Trapdoor
A lire aussi
Wiki de Warp 07 déc. 2014, 17:14
00:39
Dernières Preview
PreviewDragon Ball Z Kakarot : Vers un Action-RPG respectueux et dynamique ? 10 déc., 16:05
PreviewGrounded - Le nouvel Obsidian miniaturise le jeu de survie ! 14 nov., 22:44
Les jeux attendus
1
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
2
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020
3
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020