Afterfall InSanity
// VERSIONS DISPONIBLES :
Créer un contenu
Test : Afterfall : InSanity
pas d'image
Appréciations du jeu
Profil de Pseudo supprimé
L'avis de Pseudo supprimé
06 décembre 2011 à 16:57:07
12/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
  • Partager sur :
Afterfall : InSanity

Bien que Afterfall : InSanity n'entende pas révolutionner le genre du survival-horror, il peut compter sur son ambiance post-apocalyptique pour apporter un peu de fraîcheur, aussi paradoxal que cela puisse paraître. Ainsi, en parcourant les sombres couloirs de l'abri souterrain où se situe l'action, on a souvent l'impression de se retrouver dans les coursives de l'Ishimura vues par le prisme de Fallout. Pour autant, il est un peu dommage de ne pas avoir travaillé ce point en jouant sur la claustrophobie des protagonistes par exemple. Cependant, pour pallier cet état de fait, les développeurs ont inclus quelques idées intéressantes bien que peu développées. On citera ainsi la notion de peur à l'approche de plusieurs monstres venant troubler notre vision. Marrant même si au final, ceci a juste pour effet de rajouter un filtre graphique 3D. Qui plus est, cette gêne ne sera véritablement embêtante que lorsqu'on devra viser avec une arme à feu, les combats à armes blanches étant basiques et donc peu affectés par cet état de panique.

Afterfall : InSanity
En plus de l'obscurité, il vous faudra braver les monstres qui s'y tapissent.

L'autre point intéressant se situe également au niveau des énigmes qu'on trouvera à intervalles réguliers. Si la plupart d'entre elles consisteront à actionner des valves ou trouver des cartes pour ouvrir telle ou telle porte, d'autres en revanche nous demanderont un peu plus de jugeote. Si l'ensemble n'a rien à voir avec du Myst, il est sympathique de constater que le tout est un peu plus recherché que dans Resident Evil ou Dead Space. D'autant plus vrai que les développeurs ont essayé d'équilibrer leur titre en ne cédant pas aux sirènes de l'action. Certes, il y en aura, beaucoup même, mais les scènes d'action seront souvent entrecoupées de longues plages de calme durant lesquelles on devra crapahuter dans l'abri pour en savoir un peu plus sur cette contamination. A ce sujet, il est regrettable que Nicolas Games n'ait pas peaufiné son bestiaire se résumant à quelques infectés et autres créatures qui croiseront notre route ici et là. Mauvaise pioche car ceci accentue encore un peu plus l'impression de redondance, s'installant après quelques heures de jeu, synonyme d'allers-retours et de combats relativement basiques.

Afterfall : InSanity
Votre PDA vous fournira plusieurs informations importantes.

Pourtant, sur ce point, il y avait de quoi faire puisqu'on profitera d'un bon panel d'armes dont les ¾ seront des armes blanches. Ainsi, à l'image d'un Cryostasis, le héros, Albert Tokaj, pourra récupérer une palanquée d'objets allant de la hache au pied-de-biche en passant par la faucille ou la matraque électrique. De plus, si vous gardez les yeux ouverts, vous aurez l'occasion de dénicher un flingue, un fusil à pompe ou bien encore une mitraillette. Utile lorsqu'il faudra protéger un survivant contre une horde de monstres. Malheureusement, les combats manquent le plus souvent de pêche et se résument à bloquer ou éviter les coups, à frapper et à recommencer cette manoeuvre jusqu'à ce que mort s'ensuive. On aurait donc aimé que les militaires et les contaminés aient des schémas d'attaque différents afin d'amener un peu plus de dynamisme. En somme, pour varier les plaisirs, il conviendra de changer régulièrement d'arme de fortune et de switcher avec son arme de poing et celle secondaire.

Afterfall : InSanity
Visuellement très homogène, l'abri offre certaines ambiances steampunk plutôt réussies.

En définitive, tout ceci concourt à faire de Afterfall : InSanity un survival-horror d'honnête facture qui aurait sans doute pu donner quelque chose de plus viscéral si certaines idées avaient été creusées. En l'état, le jeu de Nicolas Games remplit bien son office grâce à un univers relativement original même si au final, Metro 2033 s'avère plus flippant et bien plus immersif. De plus, le gros problème de Afterfall est d'être sorti alors que ses principaux modèles sont disponibles pour une bouchée de pain. Cela lui fera sans doute pas mal d'ombre, mais si vous avez une trentaine d'euros en poche, vous pourrez vous laisser tenter par ce survival certes bancal mais loin d'être inintéressant.

Profil de Pseudo supprimé
L'avis de Pseudo supprimé
06 décembre 2011 à 16:57:07
12/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Mis à jour le 06/12/2011
PC Action Survival-Horror Nicolas Games Intoxicate Interactive
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Syberia 3, sur la route de la bonne aventure ?
  • Aperçu : Dragon Quest Heroes II : Dans la veine du premier opus
  • Aperçu : Gravel : rapide, mais vraiment pas furieux
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre
    Vidéo - Bande-annonce
  • Conan Exiles
    Vidéo - Gaming Live
  • Gran Turismo Sport
    Vidéo - Bande-annonce