Test Lufia & the Fortress of Doom- Super Nintendo

Super Nintendo

Dans le monde des jeux de rôle, il y a de grandes séries connues de tous et dont le succès n'est plus à prouver. Et puis à côté, dans l'ombre des plus grands, certaines sagas demeurent totalement méconnues du public. La série des Lufia en fait malheureusement partie…

Lufia & the Fortress of Doom

Il y a de cela un siècle, une île volante apparut dans le ciel. Elle annonçait la venue de quatre êtres démoniaques qui possédaient chacun un terrifiant pouvoir : le chaos, la destruction, la terreur et la mort. Le peuple apeuré les nomma par la suite les Sinistrals. Effrayés par tant d'actes malfaisants, les royaumes s'unirent et envoyèrent leur meilleure force afin de les repousser. Mais les quatre étaient bien trop puissants et les écrasèrent sans mal. Alors, en désespoir de cause, le peuple fit appel à ses plus braves guerriers : Maxim, Selan, Artea et Guy. Vous incarnez ces quatre personnages en début de jeu, au moment même où ils s'apprêtent à livrer un combat épique face aux Sinistrals au sein même de leur antre.

Test Lufia & the Fortress of Doom Super Nintendo - Screenshot 19L’interface de combat se compose de 5 icônes.

Cependant vous ne les contrôlez que pour cette brève phase de jeu. Cet affrontement fait office d'introduction générale au gameplay et à l'univers de Lufia.Cela vous laisse le temps de vous accommoder à l'interface de combat en toute quiétude puisque votre équipe est quasiment invulnérable à ce moment-là. Cette fameuse interface est d'ailleurs située au carrefour de ce que nous proposent un Final Fantasy et un Dragon Quest : en bas de l'écran vous avez votre équipe positionnée en carré autour des commandes de combat, et au-dessus les ennemis qui vous font face. Le système demeure très conventionnel, vous choisissez l'action de chacun de vos personnages entre les cinq commandes disponibles (Magies, Attaquer, Défendre, Item et Fuite) et le reste se fait au tour par tour. Notez que toutes les magies sont disponibles durant ce combat profitez-en car cela ne va pas durer.

Test Lufia & the Fortress of Doom Super Nintendo - Screenshot 20Même dans un jeu, on ne change pas une femme…

Ce prologue n'est qu'un aperçu de ce que proposera ensuite le jeu. Car une fois ce combat mythique remporté, votre réelle aventure va enfin pouvoir commencer. Un siècle s'est écoulé depuis la défaite des Sinistrals, et vous voilà dorénavant dans la peau d'un jeune soldat de l'armée royale, descendant du héros Maxim. Suite à diverses rumeurs faisant état de monstres attaquant un village proche, vous partez seul mener votre enquête afin de voir de quoi il en retourne. Mais Lufia votre amie d'enfance, insiste pour vous accompagner à tout prix. Une fois sur place, vous constatez l'ampleur de l'attaque avec des cadavres éparpillés ça et là. Votre investigation vous mènera face à un puissant ennemi nommé Gades, l'un des fameux Sinistrals vaincu un siècle auparavant qui vous laissera pour mort. Une intrigue qui se soldera bien évidemment par une nouvelle entre aide des royaumes afin de vaincre le mal.Même si quelques petits rebondissements sont bel et bien présents, le jeu demeure assez banal d'un point de vue scénaristique.

Votre quête vous fera voyager aux quatre coins du monde et ainsi rencontrer deux nouveaux personnages qui se joindront à votre équipe. Mais en bon jeu de rôle qui se respecte, Lufia ne déroge pas à la règle de l'exploration d' un village suivie d'une quête se terminant immanquablement dans un donjon gardé par un Boss. Problème, c'

Test Lufia & the Fortress of Doom Super Nintendo - Screenshot 21Les villes ont quasiment toutes le même design.

est une formule trop prévisible car chaque nouvelle ville débouche sur un ou plusieurs donjons proches. Et cette linéarité est d'autant plus ennuyante qu'il n'y a pas de quêtes secondaires dans lesdits villages. On déplore aussi un manque cruel de vie et de personnalité dans ces derniers. Outre les habituels magasins d'équipement et d'items, l'auberge,la chapelle (qui vous permet de sauvegarder et de ranimer vos alliés), les villes ne présentent aucun intérêt si ce n'est pour débusquer des items cachés ça et là. Au final, explorer une cité n'est synonyme que d'une simple halte avec ravitaillement avant de se lancer corps et âme dans le prochain donjon.

Test Lufia & the Fortress of Doom Super Nintendo - Screenshot 22Apercevoir un coffre est une chose, y parvenir en est une autre !

A l'intérieur des donjons, la frustration règne en maître ! D'une part, la cadence des affrontements est vraiment énervante et casse toute dynamique de jeu. De plus, une fois au combat, vous ne savez jamais réellement comment vous allez en ressortir. Les ennemis peuvent être anéantis en un seul tour ou à l'inverse faire preuve de stratégie et vous lancer toutes sortes d'altérations vraiment ennuyantes. Du moins quand ils ne s'acharnent pas sur un seul de vos personnages ayant ainsi de chance de survie.Comble de l'ironie, vous ne pouvez jamais vraiment cibler un ennemi en particulier puisque ceux-ci sont en groupe. En pratique, une attaque lancée touchera au hasard l'un des adversaires d'où des issues de combat totalement aléatoires. En outre, il est conseillé de faire du leveling car certains Boss sont assez retors. Et traverser d'un bout à l'autre un donjon sans trop galérer, n'est vraiment pas une mince affaire.

Zashy (contributeur de jeuxvideo.com), le 30 juin 2011

Les notes

  • Graphismes 14/20

    Mignon. Voilà le premier mot qui vient à l'esprit lorsque l'on mentionne le rendu visuel du soft. Un côté assez enfantin mais pleinement assumé et qui définit très bien l'ambiance véhiculée par le jeu. Cependant cet opus manque clairement d'identité.Le tout reste très flashy mais les villes sont toutes pareilles et les décors se répètent énormément. Il en va malheureusement de même pour votre équipe que l'on ne différencie pas vraiment des PNJ eux-mêmes peu variés. Seuls les monstres parviennent à tirer leur épingle du jeu.

  • Jouabilité 13/20

    Un gameplay au tour par tour archi-classique.Vous faites face à vos ennemis comme dans un Dragon Quest, à la différence près que l'on voit votre équipe en bas de l'écran. Cette dernière est positionnée autour de cinq commandes sous forme d'icônes. D'un point de vue offensif, on regrettera que les magies ne soient pas assez nombreuses, beaucoup sont en plus relativement faibles et vite délaissées. Dernier point, la cadence des combats est vraiment intempestive. Les affrontements sont de plus assez hasardeux puisque les ennemis peuvent être très simples à vaincre comme insurmontables à terrasser. Le leveling sera souvent de circonstance d'ailleurs afin de progresser. On notera aussi que l'inventaire est un gros fourre-tout qui manque totalement d'ergonomie.

  • Durée de vie 14/20

    La durée de jeu est tout à fait honorable, mais Lufia est extrêmement linéaire et les vingt à trente heures nécessaires pour terminer le soft vous paraîtront bien longues. Tout se ressemble, et vous faites les mêmes gestes encore et encore. Il n'existe pas de quêtes annexes, mis-à-part peut-être une caverne qui renferme de précieux items accessibles en fonction du niveau de vos personnages. Vous ne sortirez donc jamais de la rengaine ville-donjon-ville.

  • Bande son 15/20

    Les musiques collent parfaitement à l'ambiance, et contribuent à renforcer le côté enfantin déjà présent graphiquement. Mais dans le fond, la bande-son ne laisse pas de souvenirs impérissables.

  • Scénario 14/20

    Pas de surprises, il va falloir combattre le mal afin que la paix revienne. Vous allez devoir anéantir les Sinistrals…encore. Durant le jeu le scénario n'influe pas vraiment puisque vous passerez de lieu en lieu simplement parce qu'il faut avancer, et non parce que c'est utile à l'histoire. En outre, il existe tout de même quelques petits rebondissements, mais rien de vraiment palpitant.

  • Note Générale14/20

    Lufia & the Fortress of Doom n'a rien d'exceptionnel comparé à d'autres jeux de rôle. Cependant et malgré de grosses lourdeurs en termes de gameplay le jeu possède un univers plutôt attirant de par son côté mignon et simplet. On regrettera surtout que la patte graphique n'apporte pas de réelle identité au soft échouant à créer un tout réellement plus immersif et original. Précisons pour conclure qu'il est préférable d'un point de vue scénaristique de s'attarder sur Lufia II : Rise of the Sinistrals avant Lufia & the Fortress of Doom. Le second épisode de la série étant en fait une préquelle au premier opus.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs

Retour haut de page

Infos jeu

  • Lufia & the Fortress of Doom
  • Afficher recto jaquette
  • Editeur : Taito
  • Type : Jeu de Rôle
  • Multijoueurs : Non
  • Sortie France : Non communiquée
    (1993 au Japon)
Mots-clefs : Lufia and The Fortress of Doom, Estopolis Denki Estpolis Denki, Lufia The Fortress of Doom Lufia : The Fortress of Doom