Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Minecraft
Web

Depuis quelques années déjà, on a coutume de dire que l'originalité est désormais à chercher du côté des productions indépendantes. C'est d'autant plus vrai pour Minecraft, qui parvient à innover en revenant à la source de tout plaisir ludique : la découverte, la création et le partage.

Minecraft, c'est avant tout une belle histoire, celle du Suédois Markus Alekej Persson, dit Notch. Ce créateur passionné, qui a appris à coder à l'âge de 7 ans sur Commodore 128 et qui prend part régulièrement à des concours de programmation, a déjà de nombreuses productions à son actif, amatrices ou professionnelles (il a conçu pas mal de jeux flash pour King.com). En 2009, il décide de quitter le confort de son emploi salarié pour mener à bien un projet inspiré de Dwarf Fortress, Infiniminer et Dungeon Keeper. Ce jeu de type "bac à sable", entièrement codé en Java, adopte une représentation subjective et des graphismes dans un style 8-bits pour permettre à l'utilisateur d'ériger le plus simplement du monde les constructions les plus folles. Minecraft est né.

Bien que générés aléatoirement, les paysages sont d'une cohérence remarquable.

A ce mode créatif, qui a depuis été renommé "Classic", succède rapidement une variante plus ambitieuse intitulée "Survival", où le joueur est confronté à un univers généré aléatoirement dans lequel il doit survivre en exploitant les ressources environnantes. Ce mode de jeu est plébiscité par les joueurs dès sa version alpha, et tandis que Notch améliore et enrichit le concept au gré des retours de la communauté, le bouche à oreille fonctionne si bien que Minecraft fait le buzz dès l'été 2010. Le 21 décembre, le jeu passe en version bêta, et l'on apprend que les ventes approchent le million d'exemplaires. Notch fonde alors sa propre société, Mojang Specifications, pour assurer la pérennité de son bébé. Voilà une belle success story, non ? Pour comprendre ce qui rend Minecraft si addictif, il n'y a pas de secret : il faut l'essayer. Mais nous allons tout de même nous risquer à expliquer d'où vient sa richesse – que nous ne pourrons qu'effleurer –, sachant que si le jeu est en évolution constante et que cet article se fonde sur l'actuelle version bêta, les principes de base devraient rester globalement les mêmes.

Le soleil décline : vous feriez mieux de rentrer chez vous avant l'apparition des monstres.

Minecraft vous plonge dans un univers gigantesque constitué de milliards de cubes. "Gigantesque" est d'ailleurs un doux euphémisme, puisque la map peut atteindre une taille égale à 8 fois la surface de la Terre. Afin de réduire le temps de calcul initial, le monde est généré dynamiquement au fur et à mesure de votre exploration, sachant que le logiciel parvient à créer des paysages crédibles de vallées, de forêts, de cours d'eau, de montagnes, de déserts, de rifts volcaniques, de glaciers, etc. Largué au beau milieu de ce monde à partir d'un point de spawn qui restera le même pour toute la partie, vous n'êtes pas tout à fait seul. Durant la journée, ce sont des moutons, des vaches, des poules et des cochons qui vous tiennent compagnie. Mais dès que le soleil décline et que la nuit tombe, des monstres terrifiants investissent les lieux. La première fois que cela vous arrivera, vous risquez fort d'y passer avant d'avoir vu l'aube suivante, où la lumière du jour finit par brûler les squelettes et les zombies, par repousser les creepers et par calmer les araignées. Vous comprendrez alors l'unique objectif de Minecraft : survivre.

Vos débuts seront douloureux, mais vous vous aguerrirez progressivement.

Votre salut réside dans la possibilité de tirer profit des ressources environnantes : les arbres fournissent du bois, les roches renferment du minerai, les cochons grassouillets peuvent être réduits en côtelettes, etc. Vous pouvez interagir avec la quasi-totalité des cubes qui vous entourent. Pour commencer, pourquoi ne pas creuser un trou dans la terre à flanc de colline, afin de vous construire un abri de fortune à la manière d'un Hobbit ? Pour ce faire, c'est très simple : outre ses contrôles au clavier et à la souris typiques de la plupart des jeux en vue subjective, Minecraft ne vous autorise que deux actions de base. Ce sont les fameux dig & drop (creuser et poser), que vous allez répéter fréquemment durant votre aventure pour récolter les ressources alentours et les utiliser ensuite sur l'environnement. Si vous souhaitez par exemple couper du bois, il vous suffit de maintenir enfoncé le bouton gauche de la souris face à une section d'arbre. Une fois le rondin tombé au sol, vous pouvez le ramasser (il rejoint votre inventaire), puis le poser où vous voulez grâce au bouton droit de la souris. C'est de cette façon que vous bâtissez toutes vos constructions.

Certains patrons sont plus compliqués que d'autres, mais tous restent assez intuitifs.

Mais pour pouvoir exploiter au mieux votre environnement et ériger des bâtiments un tant soit peu sophistiqués (avec portes, fenêtres...), il vous faut travailler vos matières premières. Accessible depuis votre inventaire ou depuis votre atelier (quand vous aurez construit ce dernier), une fenêtre de craft permet de façonner des objets et des outils. Le bois, pour rester sur notre exemple, peut être transformé en planches, qu'il est possible de découper à leur tour en bâtonnets afin de fabriquer torches, échelles, barrières, etc. L'artisanat se fonde sur un système de patrons quelque peu déroutant au début, mais qui s'avère finalement très intuitif : il consiste à esquisser la forme de l'objet voulu au moyen des ressources adéquates. Ainsi, pour créer un pantalon, il vous suffit d'en ébaucher la silhouette au moyen de morceaux de cuir récupérés sur les vaches. Une fois équipé, il vous procure une petite capacité d'armure qui augmente votre résistance. Il y a de nombreux objets à construire dans Minecraft, dont nous aurons le bon goût de ne pas dévoiler la liste (que vous pouvez trouver facilement sur des sites dédiés) afin de vous les laisser découvrir par vous-même.

L'exploration est l'occasion de tomber sur des lieux étranges mais fascinants.

Cette dernière option est d'ailleurs conseillée dans un jeu qui fait constamment appel à votre ingéniosité. Les premières nuits, vous tremblez en entendant les monstres fureter et gratter autour de votre petit abri vulnérable. Puis vous en venez à inventer mille et une méthodes pour protéger le plus efficacement possible votre repaire et survivre dans cet environnement hostile. Il vous faut notamment trouver un moyen de piéger les creepers, de véritables plaies qui explosent dès qu'elles vous touchent, infligeant de gros dégâts aux constructions alentours. Une fois suffisamment aguerri et équipé, vous pouvez vous lancer dans l'exploration du vaste monde, à commencer par ces cavernes naturelles où des monstres se tapissent même dans la journée (puisqu'il y fait sombre), mais qui regorgent de minerais indispensables à la fabrication d'objets avancés. Et il ne suffit pas d'éclairer les lieux pour éloigner tout danger : plus vous creusez profondément et plus vous êtes susceptible de trouver des filons intéressants, mais à l'occasion d'un coup de pioche, vous tomberez peut-être sur un donjon oublié, renfermant un trésor protégé par un générateur de monstres.

Minecraft possède une option 3D en relief qui vous poussera à sortir vos lunettes en carton.

Car Minecraft reste un jeu hardcore et relativement imprévisible : un instant d'inattention suffit au joueur le plus prudent pour passer l'arme à gauche. Le cas échéant, vous laissez tomber le contenu de votre inventaire (qu'il vous faudra venir récupérer) et retournez à votre point de spawn initial. Comme vous ne bénéficiez d'aucune carte du monde, pensez à installer des points de repère. Ce qui est terriblement grisant dans Minecraft, c'est la sensation permanente d'écrire sa propre histoire. En comparant son expérience avec celle d'autres joueurs, on se rend compte que certaines situations reviennent et que l'efficacité de certaines techniques n'est plus à prouver, mais que chaque aventure reste unique et souvent bien différente de celle d'autrui. Quant à l'absence de finalité, elle fait le charme du jeu, puisque c'est à chacun de se fixer ses propres objectifs : certains se plaisent à bâtir une forteresse imprenable, d'autres à creuser une mine cyclopéenne avec système de wagonnets à l'appui, d'autres encore à explorer le monde à la recherche d'un coin de paradis... Les seules limites sont celles de votre imagination.

Le mode multi permet de croiser d'autres joueurs pour œuvrer à un but commun.

Aussi riche soit le solo dans Minecraft, le concept trouve bien entendu son aboutissement dans son mode multijoueur. Vous pouvez en effet partager l'expérience avec d'autres joueurs, que ce soit sur la version classique (gratuite) ou bêta, et que ce soit sur un serveur privé (personnel) ou public. Si l'aspect survie est encore en rodage sur la version bêta, il est déjà possible de s'amuser énormément en coopérant avec d'autres joueurs pour ériger des constructions plus spectaculaires les unes que les autres, comme une ville entière avec ses quartiers, ses canaux, ses routes aériennes et son métro souterrain. Certains serveurs vous laissent libre de créer et de détruire à volonté, vous exposant alors aux actes de vandalisme des "griefers". D'autres vous imposent davantage de restrictions : on trouve des serveurs roleplay où les responsables ont réussi à mettre en place une administration et une économie : les parcelles doivent être achetées et les projets de construction motivés ! Minecraft est également promis à un bel avenir côté modding : de nombreuses modifications de jeu intéressantes (packs de textures, mappers, conversions totales...) sont déjà disponibles.

Le mode Classique de Minecraft est gratuit, mais il reste assez limité.

Minecraft est donc un titre surprenant, qui sous un aspect minimaliste recèle des possibilités d'une richesse incroyable. Pour vous en rendre compte par vous-même, n'hésitez pas à essayer librement la version classique, avant de passer aux choses sérieuses en achetant la version bêta actuellement proposée à 14,95 euros (le prix du jeu devrait passer à 19,95 euros à l'occasion de la release). Vous bénéficierez alors d'un compte qui vous permettra de jouer par le biais de votre navigateur ou via le téléchargement d'un petit exécutable d'une taille ridicule de 226 Ko. L'une des expériences les plus enrichissantes et les plus marquantes de ces dernières années ne pèserait donc pas plus lourd qu'une image au format JPEG ? Voilà un solide coup de pied au cul de toute l'industrie vidéoludique.

Les notes
  • Graphique 11 /20

    Minecraft n'est pas techniquement dépassé, il est juste cubique. Et ses textures ne sont pas moches, puisqu'il s'agit de pixel art. Bon, on vous accorde que le jeu flattera rarement votre rétine, mais ce parti pris assumé permet d'offrir à l'utilisateur une lisibilité et une fluidité optimales.

  • Jouabilté 18 /20

    La prise en main nécessite un temps d'adaptation pour parvenir à utiliser efficacement l'outil de craft en jonglant avec les deux boutons de la souris. Une fois maîtrisée, la jouabilité ne souffre d'aucun reproche ; c'est un jeu d'enfant que d'assembler les cubes pour bâtir ses constructions. Le gameplay est si ingénieux et si gratifiant qu'il marque la naissance d'un nouveau genre.

  • Duree 19 /20

    Comme tout jeu bac à sable, Minecraft est doté d'une durée de vie potentiellement infinie renforcée par la génération aléatoire de la carte. Et si le mode solo finit par vous lasser, les possibilités multijoueurs vous donneront l'occasion de partager votre expérience et vos créations.

  • Son 15 /20

    Les bruitages sont minimalistes (mais efficaces, notamment quand il s'agit du râle insistant d'un zombie !), tout comme les superbes compositions musicales de l'artiste électronique C418, qui parvient à conférer une touche poétique à l'univers avec quelques notes de piano.

  • Scénario /

Minecraft est le jeu bac à sable ultime et l'expérience vidéoludique la plus enrichissante de ces dernières années. Sous son aspect minimaliste et son rendu visuel qui ne paie pas de mine (n'y voyez aucun jeu de mots), se cache un gameplay ingénieux et gratifiant qui fait constamment appel à l'inventivité du joueur et qui lui permet de façonner son univers dans les limites de son imagination. Jouez à Minecraft : vous en sortirez plus intelligent, plus inspiré, plus beau et surtout bien plus heureux.

Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
11 janvier 2011 à 17:49:12
19/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4453)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18/ 20
Mis à jour le 11/01/2011 Voir l'historique
Web Création Mojang
  • Partager cette page :
Minecraft
PS4 ONE PS3 360 Vita Web
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (6)
  • News (161)
  • Vidéos (65)
  • Images (454)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (1)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Dossier : Les 20 meilleurs mods pour Minecraft
    - 156
    WEB
  • Test : Minecraft sur Web
    -
    WEB
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.