FIFA 11
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PC PS3 360 DS Wii iOS PS2 PSP
Créer un contenu
Test : FIFA 11
PS3
FIFA 11
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
24 septembre 2010 à 17:32:49
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1120)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
Tous les prix
Prix Support
2.00€ PS3
2.80€ PS3
5.78€ 360
6.23€ 360
19.00€ PC
25.90€ PC
Voir toutes les offres
  • Partager sur :

Destination placard pour FIFA 10. Après douze mois de bons et loyaux services, de Set Pieces et autre Pro Virtuel, la simulation d'EA Sports doit laisser place à sa petite sœur, bien décidée à rendre immédiatement caduque son aînée. Sûr de sa force, le studio de développement a beaucoup communiqué sur les améliorations apportées au gameplay avant de sortir de son chapeau une feature réclamée à corps et à cris depuis l'apparition du mode Deviens Pro : l'incarnation du gardien. La révolution FIFA est-elle en marche ?

FIFA 11

Leader naturel du marché du ballon rond virtuel depuis trois ans, la série d'EA Sports, peut être encore boudée par une poignée d'irréductibles allergiques à un gameplay pourtant fameux, a su faire évoluer une base introduite par FIFA 08. Par de simple détails ou en démocratisant des modes de jeu originaux, les développeurs ont jusqu'à présent toujours réussi à renouveler leur bébé et visant juste et grâce à une communauté jamais avare en critiques et en bonnes idées. Du coup, après des mois de jeu intense sur FIFA 10, on se demandait bien ce que le studio allait être capable de mettre sur la table pour continuer à faire progresser la franchise. Les dernières semaines ont été un début de réponse puisque coup sur coup étaient dévoilés le Personality+, le centre de création, l'éditeur de musiques et chants de supporters ou encore l'attraction devenue depuis la fonctionnalité la plus souvent citée : la possibilité de jouer le gardien en ligne et en Deviens Pro. Autant de nouveautés qui suivent la double logique "toujours plus de réalisme, toujours plus de contenu". Mais dans les faits, FIFA 11 en impose-t-il autant qu'on nous le promet ? Tient-on là la meilleure simulation de foot de tous les temps ?

FIFA 11
La gestion des têtes a vraiment évolué, celles-ci sont plus puissantes et plus crédibles.
Que l'on soit fan de Fabien Barthez, de René Higuita, de Lev Yachine ou de Thomas Price, force est de constater que la place accordée au gardien dans une simulation de ballon rond n'a jamais été à la hauteur de l'importance du poste. FIFA 11 est l'opus de la rédemption, comme une réparation aussi nécessaire que tardive de ce traitement injuste réservé à un joueur sans qui un match de foot ne peut être joué. Le poids de la responsabilité d'une grande partie d'un résultat est désormais sur vos épaules. A vous les parades héroïques, les envolées spectaculaires, les montées désespérées sur le dernier corner du match, les relances hasardeuses, les boulettes improbables... FIFA 11 propose donc d'incarner le portier via son mode Deviens Pro, que ce soit en carrière comme en match amical ou en multijoueur, via ce qui s'appelle dorénavant le 11 contre 11 en ligne. Bien que l'on aurait souhaité voir la caméra se placer sur la ligne des 7,32m, celle-ci utilise le même angle qu'avec un joueur de champ, surélevé et dynamique. S'il couvre une large partie du terrain, ce même angle ne permet pas forcément de distinguer précisément l'action si elle se situe dans la surface de réparation adverse. C'est pourquoi en appuyant simplement sur Select, comme c'est par exemple le cas dans NHL, le joueur peut demander à la caméra de se focaliser, via un travelling, sur le ballon. Une simple pression sur cette même touche permet le retour à l'angle initial.

FIFA 11
Le système de tirs au but de Coupe du Monde de la FIFA a été repris... malheureusement.
Le contrôle du gardien se fait en partie à l'aide du stick analogique gauche (ou la croix directionnelle) pour les déplacements et du droit pour les plongeons latéraux. Tout est notamment question d'anticipation puisqu'à moins d'être déjà sur la trajectoire du ballon, ne comptez pas trop sortir des arrêts réflexes à tout bout de champ. Comme pendant les tirs au but, il faut impérativement commencer par un petit pas de côté avant de plonger, faute de quoi, vous n'arriverez, au mieux, qu'à effleurer le cuir du bout des gants. Pourtant, le joueur demeure largement assisté dans sa quête d'inviolabilité de ses cages puisque si le ballon vous fonce droit dessus et que vous n'esquissez pas le moindre geste, le gardien repoussera ou bloquera le ballon comme si vous l'aviez demandé. L'assistance existe également dans les déplacements car une icône représente le placement idéal et en appuyant sur L1 (ou LB), l'utilisateur peut donner l'ordre à son gardien de la suivre scrupuleusement si la science d'un bon placement lui échappe. Du coup, on évolue dans un certain confort, même si le poste n'est pas notre spécialité et ce, même si les autres contrôles (sortie dans les pieds, dégagement au poing) sont moins évidents. Tout ce que l'on regrette, c'est qu'en Deviens Pro, l'IA ne se créé qu'une poignée de situations par match, ce qui rend les rencontres ennuyeuses, quel que soit l'écart existant entre les équipes. Les kamikazes en herbe pourront toujours tirer les coups de pied arrêtés et les penalties pour donner un peu de piquant au rôle de gardien, franchement trop calme à notre goût.

FIFA 11
Les puristes apprécieront d'incarner un gardien. Mais attention à ne pas s'endormir d'ennui !
De son côté, le gameplay "classique" a connu des ajustements dont l'impact sur vos habitudes peut-être aussi bien inexistant que déterminant, comme nos discussions de passionnés nous l'ont prouvé à la rédaction. A vrai dire, cette "nouvelle" jouabilité possède des fans comme des joueurs plus perplexes. Il faut dire que le Personality+, qui accentue les caractéristiques majeures des joueurs (le dribble pour les tricoteurs, la puissance pour les joueurs physiques, les passes pour les techniciens, etc.), a de nombreux atouts mais aussi quelques effets pervers sur le gameplay. Après quelques heures de jeu, nous l'avons principalement ressenti en contrôlant des équipes 5 étoiles de la trempe du Barca ou de l'Inter Milan, ces clubs qui possèdent des joueurs qui dominent leur poste depuis quelques années ou qui ont explosé en 2009-2010. Un Puyol traquera son adversaire direct tel un chien enragé, un Iniesta dribblera avec aisance dans de petits espaces, un Messi multipliera les touchés de balle pour qu'elle lui colle aux pieds, un Maicon transformera son couloir en piste de 100 mètres, un Milito réussira tous ses contrôles poitrine... Des exemples, on n'en manque pas et si vous connaissez votre équipe et ses individualités sur le bout des doigts, il vous est possible de jouer sur leurs forces à chacune de leur intervention, comme dans la réalité. Mais lorsque l'on descend d'un ou deux étages, lorsque l'on dirige un Sochaux ou un Clermont Foot, FIFA 11 se transforme en FIFA 10 malgré le fait que n'importe quel club possède des joueurs aux profils bien racés. Pire, certains joueurs semblent être touchés par un script aux abords de la surface de réparation affectant leur accélération. L'IA de son côté, semble être plus qu'à l'aise avec le Personality+, le nombre de joueurs (des défenseurs, des milieux, des attaquants, parfois très modestes) adeptes de roulettes et autres gris-gris ayant explosé.

FIFA 11
Les gardiens sont quasi irréprochables, que ce soit dans leurs sorties ou leurs arrêts.
L'autre modification radicale concerne le système de passes, baptisé Pro Passing. Qu'on se le dise, celui-ci se présente sous la forme d'un FUMA (pour full manuel) légèrement remanié et ne touche que partiellement les joueurs qui préfèrent jouer à l'aide de l'assistance sur les transmissions de balle. Il propose donc une gestion relativement hard-core des passes, en opposition aux fameuses passes "ping-pong" qui permettent de faire tourner le ballon sans trop de risque, en une touche de balle. Désormais, on vous impose quasiment systématiquement un enchaînement "contrôle + passe" pour s'assurer de la réussite d'une transmission. Si, dans l'esprit, l'idée est lumineuse et réaliste, dans les faits, cela ralentit un peu trop la construction, au point que les matches sont devenus très fermés. De plus, l'introduction d'erreurs contextuelles, comme cela existe depuis longtemps sur les frappes, multiplie les risques de perdre le ballon. L'équilibre du joueur, le fait qu'il soit marqué ou non, sur son bon pied ou non, influe sur la qualité de sa passe. En soi, nous adhérons totalement. Le problème, c'est que, non seulement les passes sont devenues très molles et ce, quelle que soit la puissance qu'on souhaite leur donner, mais le pressing constant de l'IA oppresse le joueur et ne lui permet pas de construire convenablement. Du coup, le système est un peu trop hardcore et demande une longue phase d'adaptation bien qu'il se marie parfaitement avec les nouveaux contrôles orientés, en pleine course ou non, du pied ou de la poitrine. A l'instar du Personality+, le Pro Passing est agréable et efficace avec de grosses écuries, beaucoup moins avec les autres formations. Au final, le gameplay a été intelligemment affiné mais l'impact des nouveautés est trop fonction du niveau des équipes. En revanche, on ne peut que louer la lourdeur du ballon sur les frappes, plus crédibles et retombantes, ce qui n'est pas encore le cas des transversales qui flottent indéfiniment.

FIFA 11
De jolies scènes de joie.
Outre le gameplay, le contenu de FIFA profite de l'expertise des développeurs d'EA Canada pour s'enrichir de nouvelles fonctionnalités qu'on va apprendre à apprécier. La première d'entre-elles, c'est la personnalisation des musiques du jeu et des chants de supporters. Si l'édition de la tracklist n'a rien de révolutionnaire, le fait de pouvoir choisir les mp3 (et mp3 seulement, les wma provoquant des erreurs de lecture) joués selon cinq événements distincts donne énormément de pouvoir et de liberté au joueur. Prenons le cas de l'OM. En quelques manipulations, vous pouvez faire jouer Jump à l'entrée des joueurs sur le Vélodrome, Come With Me a chaque but marqué, inclure tous les chants olympiens dans les tribunes, déclencher une bronca à l'issue d'une défaite ou des cris de joie après une victoire. Bref, l'interface est bien plus complète et intuitive que celle que nous propose PES pour les chants de supporters. L'opération est réalisable pour n'importe quelle équipe du jeu. Malheureusement, le tout est encore très instable. Outre les problèmes de format, on est parfois contraint de batailler avec le niveau sonore par défaut (foule, commentaires, speaker...) pour entendre les sons que l'on aura choisis. Aussi, certaines lectures de sons peuvent sauter, entraînant un freeze de l'écran de deux secondes.

FIFA 11
Pinwwwwwwwwwwwst !
Autre originalité de cette version, le Centre de Création. Il réalise le fantasme des joueurs de FIFA qui pestent, à juste titre, contre le mode édition limité et surtout horriblement lent sur PS3 comme sur 360. Désormais, tout se passe sur le site officiel du jeu à l'adresse http://www.ea.com/fr/football/fifa/creation-centre. Cette interface permet de créer votre équipe de quartier, une dreamteam, une équipe fictive ou fantaisiste, la New Pie, le FC Jeuxvideo.com, bref, n'importe quelle formation sortant tout droit de votre imagination. Nom, couleur des maillots, fanion, stade, tout est personnalisable. Même chose pour les joueurs qui peuvent être créés un à un via une suite d'écrans qui renseignent leurs données personnelles, leur physique, leurs caractéristiques ou leur look. On dispose donc d'un outil ultime (bien qu'incomplet concernant les visages et surtout, réservés aux joueurs de sexe masculin) et bien huilé. Une fois l'équipe créée, il ne vous reste plus qu'à connecter votre machine et à importer les données pour jouer avec votre club original. Youpi !

FIFA 11
Le mode Carrière a été revu et est plus réaliste, bien qu'assez similaire au précédent.
Enfin, nous terminerons par un petit mot sur le mode Carrière de FIFA 11 dont l'interface et quelques mécanismes ont été revus. Regroupant désormais les modes joueur (Deviens Pro), entraîneur et entraîneur-joueur, la Carrière se veut plus complète et progressive qu'auparavant. En témoigne notamment la boîte mail dont vous disposez et qui se remplit assez rapidement pour vous informer de l'évolution des transferts, de la forme de vos joueurs, de leur niveau actuel ou tout simplement de l'avis de vos dirigeants sur votre travail. Bien que l'interface soit lourde et lente, son format est des plus lisibles et surtout, permet au joueur de se tenir au courant des classements de tous les championnats du Monde pendant sa Carrière. Idéal pour quiconque souhaite changer régulièrement de club. La gestion des finances est quant à elle, en Légendaire tout du moins, plus délicate que dans FIFA 10, le moindre sou devant être économisé pour éviter un résultat négatif. Le gain en réalisme est donc évident bien que se séparer de n'importe quel joueur est toujours trop facile, même s'il est surcoté et que son niveau est extrêmement faible. En revanche, les arrivées sont moins systématiques, les joueurs très durs en négociations. En résumé, le mode en question progresse mais la logique mécanique n'a guère évolué. Rien à voir mais précisons enfin en vrac, que FIFA 11 permet au joueur de choisir la façon dont les officiels arbitrent les mains (désactivables), de choisir la forme des filets et dispose d'un menu de gestion des ralentis, désormais enregistrables en local.

Les notes
  • Graphismes 17 /20

    Le moteur de FIFA 10 a été reconduit sans trop d'ajustements. De petites cinématiques supplémentaires, des animations plus variées et moins clonées et c'est à peu près tout. Une minorité des joueurs possède un visage fidèle à son modèle pendant que les autres sont difficilement identifiables au premier coup d'œil. Que fait Valbuena avec une queue de cheval ou Diaby avec une coupe afro ? Pas de quoi ôter à FIFA le réalisme ambiant qu'il propose, que ce soit grâce à l'animation globale ou aux détails apportés aux stades ou aux pelouses, criants de vérité. L'authenticité est plus que jamais au rendez-vous.

  • Jouabilité 17 /20

    Objet de plusieurs retouches de connaisseurs, le gameplay tend de toute évidence vers une simulation encore plus prononcée que celui de FIFA 10. Avec la pratique, le Personality+ peut devenir une arme technico-tactique supplémentaire pour le joueur, si tant est qu'il évite au maximum les matches entre de petites équipes. Même constat pour le Pro Passing, certes plus crédible que l'ancien système de passes mais peut-être un peu trop hard-core en l'état. Quoi qu'il en soit et même s'il n'est pas aussi révolutionnaire qu'on l'espérait, FIFA 11 s'impose comme un titre extrêmement agréable à jouer, notamment grâce à une gestion des têtes et des contacts aux petits oignons, à des arbitres aléatoires mais jamais à côté de la plaque et à la possibilité d'incarner enfin un gardien de but.

  • Durée de vie 17 /20

    On trouve à peu près tout dans FIFA 11. Si l'on regrette sincèrement l'absence de modes Euro ou Coupe du Monde (certes, réservés à des titres spécifiques), le faible nombre d'équipes nationales ou le fait qu'Ultimate Team ne soit pas inclus comme c'est le cas dans NHL 11, force est de constater qu'il y a matière à jouer des milliers d'heures sans se lasser. Grâce aux multiples possibilités apportées par le Centre de Création, au Deviens Pro gardien et à l'ajout du championnat de Russie, FIFA est une fois de plus un titre extrêmement complet.

  • Bande son 16 /20

    Le duo de commentateurs composé d'Hervé Mathoux et Franck Sauzée est manifestement arrivé au bout de ses possibilités et EA devra se tourner vers d'autres spécialistes pour éviter de lasser définitivement les joueurs. En effet, bien qu'ils aient un ton très juste et incroyablement spontané, les commentaires tournent en rond et n'ont été que partiellement actualisés. De son côté, la possibilité d'éditer les chants des supporters et les musiques propres à chaque équipe est un petit bonheur même si l'outil est encore un peu instable.

  • Scénario /

FIFA 11 sera, comme ses récents aînés, la référence du ballon rond jusqu'à l'automne 2011. En perpétuelle recherche du petit détail qui fait évoluer les éléments de gameplay collatéraux, les développeurs ne ménagent pas leurs efforts pour améliorer leur bébé. Toutefois, pour la première fois depuis FIFA 08, nous constatons une certaine stagnation dans le jeu, comme une fin de cycle, peut-être annonciatrice d'une révolution dans douze mois. Quoi qu'il en soit, en apportant un pack de nouveautés de premier choix (le gardien jouable, le centre de création ou encore l'édition de sons), EA Sports s'assure que chaque amateur de simulation de foot craque pour cette itération sans risquer d'être déçu.

Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
24 septembre 2010 à 17:32:49
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1120)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
Tous les prix
Prix Support
2.00€ PS3
2.80€ PS3
5.78€ 360
6.23€ 360
19.00€ PC
25.90€ PC
Voir toutes les offres
Mis à jour le 24/09/2010
PlayStation 3 Sport EA Sports Electronic Arts Football
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Kingdom Come : Delivrance - Quand RPG et Histoire font bon ménage
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Phantom Doctrine : Guerre froide et thriller tactique, une alliance à fort potentiel
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Mario Party : The Top 100, un jeu pour les fans, qui ne plaira pas à tous les fans sur 3DS
    3DS
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Monster Hunter World
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Far Cry 5
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live