Test Soleil- Megadrive

Megadrive

Nous sommes en 1994, Nintendo et Sega se livrent une guerre vidéoludique forcenée. Si Mario et Sonic se disputent dans le domaine de la plate-forme, le genre jeu de rôle est toujours dominé par Nintendo et sa fameuse série The Legend of Zelda. C'est alors qu'arrive Soleil, un jeu Sega fortement inspiré par la saga concurrente. Soleil a-t-il de quoi faire de l'ombre à Zelda ? Ma foi, c'est un point à éclaircir. Lumière sur... Soleil !

Soleil

C'est votre anniversaire, quatorze ans déjà ! Comme votre défunt père en son temps, il est l'heure pour vous d'apprendre à combattre pour devenir un héros. Suivant la coutume du village, vous recevez comme cadeau l'épée rouillée de votre paternel. Une part de gâteau ? Non, le temps est précieux. L'aventure de Soleil commence rapidement, mais le scénario, assez flou et effacé, peine à s'installer. En ce début de partie, vous savez seulement que vous devez partir au combat et repousser l'invasion de monstres grâce à votre précieuse lame. Cette bribe d'histoire suffit tout de même à nous lancer dans l'aventure. Dès le départ, Soleil se distingue des jeux de rôle classiques de l'époque en s'orientant volontiers vers l'action et la plate-forme tout en faisant l'impasse sur le système d'expérience, ainsi que sur l'utilisation de la magie. Mais rassurez-vous, plusieurs rencontres insolites compenseront rapidement l'absence de magie et autres pouvoirs spéciaux.

Test Soleil Megadrive - Screenshot 17Tout débute par un anniversaire particulier.

Tout au long de l'aventure, des animaux de tout poil rejoindront en effet votre cause pour vous apporter leur soutien. C'est Pilou votre chien qui sera le premier à vous suivre. Par la suite, chat, autruche, lion et... dinosaure pourront vous apporter leur aide, chaque bête ayant sa propre capacité. Par exemple, le lion pourra enflammer votre lame, qui causera ainsi davantage de dégâts. Si certains partenaires sont indispensables à la progression, d'autres représentent simplement des atouts non négligeables. Deux animaux seulement peuvent être utilisés à la fois, les autres restent sagement « stockés » dans l'inventaire de la touche pause. De cette manière, il est possible de combiner les capacités de deux bestioles choisies. Par exemple, l'association du lion et du papillon (qui permet de contrôler la trajectoire de l'épée une fois lancée) confère au joueur la possibilité de projeter sa lame tel un boomerang enflammé, une technique très efficace pour neutraliser les ennemis à distance. Les combinaisons sont simples à mettre en place et nourrissent admirablement le jeu. S'il est facile et inné d'utiliser les capacités de nos fidèles amis les animaux, il en est de même en ce qui concerne le protagoniste. Soleil bénéficie d'une prise en main quasi intuitive. Certaines phases de jeu, notamment les passages orientés plates-formes, demandent un peu de dextérité et de patience, mais contrôler le personnage reste un véritable plaisir grâce à la précision des mouvements et des déplacements. En plus de courir, frapper et sauter, le héros peut également parler avec n'importe quel individu, qu'il soit humain, animal ou végétal.

Test Soleil Megadrive - Screenshot 18Consulter le Roi est la toute première quête.

Loin d'être anodins, ces dialogues apportent beaucoup au jeu. Aussi enfantin qu'il puisse paraître, Soleil nécessite tout de même un bon niveau de lecture pour être pleinement apprécié. Il n'est pas rare qu'un individu croisé vous révèle une anecdote ou un conseil utile pour votre progression. Certains donnent d'ailleurs de bonnes leçons de morale : « C'est facile si tu y crois. C'est pareil pour tout dans la vie. » m'a dit un éléphant bleu un jour d'été. Les dialogues sont donc très moraux et portent souvent sur de nobles valeurs. Le titre fait notamment référence à l'affrontement entre le bien et le mal et les relations entre hommes et animaux tout en mélangeant certains contes et autres genèses. En d'autres termes, Soleil passe un message. Et histoire de captiver le joueur, le tout lui est servi avec une bande-son d'une grande qualité, dont le style varie selon le lieu. La musique est en parfaite harmonie avec les décors, eux-mêmes très variés et graphiquement magnifiques. Des couleurs chaudes et vives d'une plage ensoleillée aux teintes grises et ternes d'une montagne dangereuse, Soleil a le mérite d'être agréable pour les yeux comme pour les oreilles. Autant dire qu'avec une telle ambiance, l'aventure prend des airs de poésie.

Test Soleil Megadrive - Screenshot 19Mère-grand est dans la cheminée.

Mais en dépit de toutes ces qualités, Soleil n'offre malheureusement pas une durée de vie exceptionnelle d'autant plus qu'il est possible de sauver sa progression n'importe quand. Il faudra environ huit heures aux plus rapides pour en venir à bout, entre dix et quinze heures pour ceux qui fouilleront les moindres recoins de chaque lieu. Une durée de vie qui se retrouve sans doute pénalisée par la trop grande facilité globale du soft. En effet, même si les ennemis sont fréquents, et réapparaissent d'ailleurs dès que vous quittez un lieu, ils n'en restent pas moins faibles. Quant aux énigmes, si certaines nécessitent de se creuser un peu la tête, la plupart sont assez simples. Au chapitre des griefs, notons également l'absence de raccourcis forçant le joueur à passer par l'inventaire à chaque fois qu'il est nécessaire de changer d'animal, ce qui s'avère redondant au final. Mais, qu'on se le dise, c'est vraiment histoire de chipoter. Sachez de plus que l'inventaire est uniquement destiné aux bêtes, vos récompenses y seront affichées, mais il est impossible de s'équiper d'objets ou armes, hormis l'épée évidemment. Ces quelques soucis mineurs ne viennent heureusement pas gâcher le plaisir procuré par un gameplay vaste et accrocheur et une ambiance envoûtante. Bref, Soleil est sans conteste un des meilleurs jeux de la Sega Megadrive.

Crash-Manu (contributeur de jeuxvideo.com), le 11 mars 2010

Les notes

  • Graphismes 17/20

    Soleil bénéficie de très bons graphismes. L'apparence des individus traduit à merveille leurs intentions envers le joueur. Les lieux à explorer ont tous un style bien à eux et une ambiance particulière. Grâce à la diversité des zones, aucune impression de déjà-vu n'est concevable. Bref, la variété et le style des environnements et des personnages rendent Soleil brillamment immersif.

  • Jouabilité 18/20

    Soleil se laisse très intuitivement prendre en main. Notre héros répond admirablement bien et la précision des déplacements confère au jeu une maniabilité quasi irréprochable. Même si le soft ne propose pas l'utilisation de divers objets et armes comme dans The Legend of Zelda, les capacités des animaux et les combinaisons réalisables offrent au joueur un grand confort dans les combats et les déplacements. Un système bien pensé qui plaira à la plupart des aventuriers en herbe.

  • Durée de vie 13/20

    Les inconditionnels du genre viendront à bout de Soleil en huit heures environ. Il faudra un peu plus de temps aux autres joueurs qui ne laisseront pas tomber le soft avant de l'avoir exploré dans ses moindres recoins. Cela dit, il est nécessaire de préciser que Soleil offre divers challenges rendant l'ennui impossible.

  • Bande son 17/20

    Chaque lieu dispose de son propre thème musical, tous aussi accrocheurs les uns que les autres. De par sa diversité et sa qualité, la bande-son de Soleil immerge totalement le joueur dans son univers magique. Certaines mélodies resteront même gravées dans les esprits des fans. Quant aux bruitages, leur style « cartoon » se prête volontiers à l'aspect graphique du jeu.

  • Scénario 14/20

    Il faut le dire, le scénario de Soleil est assez flou, le joueur part à l'aventure sans trop savoir pourquoi. Même si la menace des monstres se fait ressentir, la quête n'en fait pas mention explicitement. Quelques missions apportent tout de même de quoi étayer l'histoire. En revanche, le jeu en lui-même est une leçon de morale. Il traduit dans certains dialogues et certaines scènes, la cruauté de l'homme, son dégoût pour ce qu'il ne comprend pas et ses rapports, quels qu'ils soient, avec la nature.

  • Note Générale17/20

    Développé pour contrer The Legend of Zelda, Soleil s'en sort plutôt bien, même s'il ne parvient pas au même niveau que son rival. Il faut dire que le défi était de taille. Mais le petit RPG de Sega mérite le détour pour la richesse et l'originalité de son gameplay ainsi que pour l'ambiance globale qui s'en dégage. Grâce à la variété des environnements et leurs styles graphiques et sonores particuliers, Soleil ne laisse aucune place à la routine ou à la répétitivité et procure un plaisir de jeu d'une grande intensité. Traverser ce monde magique aux côtés d'animaux amicaux est une expérience inoubliable !

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 17/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Sega
  • Développeur : Sega
  • Type : Action / Jeu de Rôle
  • Multijoueurs : non
  • Sortie France : 1994
  • Version : française intégrale
  • Classification : Pour tous publics
Mots-clefs : Crusader of Centy, Ragnacenty

Vidéos

Voir la vidéo de Soleil