Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Mega Man 2
Wii

Après le succès quelque peu mitigé du premier Mega Man (Rockman en VO), Capcom se lance tout de même dans un second opus. Même si à l'époque Mega Man 2 n'est pas la priorité de la boîte, l'équipe créatrice menée par Akira Kitamura et Kenji Inafune va travailler sur son temps libre pour finaliser un jeu auquel ils croient plus que tout. A force de labeur, ils vont réussir à en faire ce qui est sans doute l'un des meilleurs jeux d'action jamais conçus, meilleur épisode d'une des séries les plus prolifiques de tous les temps.

Aujourd'hui encore, beaucoup croient que Mega Man premier du nom fut un gros succès. En réalité, bien qu'il ait su poser les bases de la série, le titre n'a pas fait un énorme carton à sa sortie. Même les dirigeants de Capcom sont à ce moment persuadés qu'une suite ne servirait à rien. Heureusement pour l'histoire, Kenji Inafune, le character designer aussi à l'origine des personnages du premier Street Fighter, va réussir à convaincre Capcom qu'il peut faire une excellente suite. Avec son équipe et le game designer du premier opus, Akira Kitamura, ils ont œuvré jour et nuit pour peaufiner Mega Man 2 afin d'en faire le titre que l'on connaît tous aujourd'hui. Le jeu reprend les fondements du premier opus. Le héros Mega Man, création du Dr Light, doit à nouveau affronter le Dr Wily et ses Robot Monsters. Ces boss, au nombre de huit, ont chacun une arme particulière qu'il est possible d'acquérir en les battant pour ensuite les utiliser à votre tour. Chaque Robot Monster a son niveau dédié, qui suit une thématique précise (Le ciel pour Air Man, l'eau pour Bubble Man, etc…). Mais ne croyez pas que tout est fini une fois les huit boss vaincus. Vous entrez alors dans les stages du Dr Wily. Alors que le jeu est déjà plutôt ardu, tout se gâte ici, d'autant que de nouveaux boss viendront vous taquiner, comme le mémorable dragon qui vous poursuivra dans une scène désormais culte.

Réussir le mode Normal est déjà un exploit…

Mega Man commence donc le jeu avec une seule arme, un canon à énergie directement incorporé dans son bras. La palette de mouvements est tout sauf impressionnante puisqu'il ne peut faire que trois choses : courir, tirer et sauter. Impossible de s'accroupir, de faire des doubles sauts ou de charger son tir, ni même de le diriger bien que certaines armes de boss permettent ces deux dernières actions. Avec un gameplay aussi simpliste, la logique voudrait qu'on se retrouve devant un jeu basique et ennuyeux, mais c'est évidemment sans compter sur le talent de l'équipe de chez Capcom. Tout d'abord, le principe qui consiste à obtenir l'arme d'un boss après l'avoir battu est primordial. Effectivement, certaines armes sont particulièrement efficaces contre certains boss. Etant donné que le joueur peut choisir dans quel ordre il fait les stages, il est important d'établir un plan de marche pour optimiser ses chances de gagner. Pour exemple, Heat Man ne subira pas beaucoup de dégâts avec la plupart des armes du jeu, mais disparaîtra en à peine trois coups de l'arme de Bubble Man. Même à l'intérieur des niveaux, le choix de l'arme peut s'avérer capital pour conserver de précieux points de vie.

L'ordre dans lequel vous combattez les huit boss peut vous faciliter la tâche.

Mais là où Mega Man II est vraiment ingénieux, c'est sans doute dans son level design. Plus axés plates-formes que l'on pourrait penser, les stages regorgent toujours d'épreuves parfois extrêmement complexes. Les cubes qui apparaissent et disparaissent dans le stage de Heat Man peuvent s'avérer un vrai calvaire et nécessitent un timing parfait. Toutefois, la diversité de ces phases de jeu est telle qu'on ne s'ennuie jamais et leur difficulté font d'elles de vrais challenges pour le joueur. Pour vous aider, Mega Man obtiendra en cours de jeu trois « items » (c'est leur nom), lui permettant de créer des plates-formes qui peuvent réellement faciliter votre tâche. Néanmoins ces dernières ne sont pas efficaces partout et vous devrez faire appel à vos réflexes dans la plupart des cas. Comme dit précédemment, même les armes d'autres boss peuvent s'avérer pratiques dans ces phases de plates-formes. Le cas le plus évident se trouve dans le mythique stage de Quick Man, où Mega Man fera une vertigineuse chute pendant laquelle il devra éviter des rayons mortels en tombant le plus vite possible et où la moindre seconde perdue sera fatale. La chose sera plus aisée si Mega Man a auparavant défait Flash Man, il aura alors la possibilité d'arrêter le temps pendant quelques secondes, lui permettant de survivre en cas d'erreur.

Le fameux passage des lasers du Quick Man Stage.

A plusieurs reprises, vous aurez le choix entre deux chemins sur votre écran de jeu. En général, l'un est bien plus compliqué que l'autre, et mène vers une vie, ou une réserve d'énergie supplémentaire (appelée E-Tank) plus que nécessaire. Il faut aussi savoir que mis à part son canon principal, toutes les autres armes de Mega Man utilisent une barre d'énergie qui leur est propre et qui peut être remplie en ramassant des recharges que laissent tomber les ennemis vaincus. Il faudra donc apprendre à être économe si on ne veut pas se retrouver à court une fois arrivé face au boss. En règle générale, le jeu est difficile surtout si on le compare aux softs d'aujourd'hui. Il reste toutefois beaucoup moins décourageant que l'était le premier Mega Man, ce dernier étant vraiment hardcore. L'une des principales améliorations de Mega Man 2 par rapport à son prédécesseur tient aux graphismes. Outre l'aspect des décors, c'est surtout le character design qui a fait un petit bon en avant. Les boss, en plus d'être particulièrement coriaces, possèdent tous un charisme étonnant pour un jeu de l'époque. Un groupe de rock japonais a même écrit une chanson sur Air Man, dont le clip hilarant est sur le net depuis quelques années. Même les monstres ont un design mémorable, comme les chiens géants cracheurs de feu dans le stage de Wood Man, ou les têtes qui servent de plates-formes dans celui de Air Man.

Et voilà le fameux Air Man

Evidemment, tout jeu d'action qui se respecte se doit d'avoir une bande-son accrocheuse. Cela tombe bien, Mega Man 2 possède certainement une des bandes originales les plus célèbres de l'époque 8-bits. Vieilles de vingt ans, les musiques sont toujours un régal aujourd'hui pour les nostalgiques. Le thème de Wood Man, le Boss Theme ou encore le fameux Dr Wily's Stage 1 Theme sont d'extraordinaires réussites, surtout compte tenu des moyens qu'avaient à leur disposition les trois compositeurs que sont Takashi Tateishi (Ghoul's & Ghost, Suikoden), Manami Matsumae (U.N. Squadron, Dragon Quest Swords) et surtout Yoshihiro Sakaguchi (1943, Duck Tales). Toutes ces qualités donnent au soft un cachet singulier. De plus, pour l'époque, le jeu peut être considéré comme plutôt long. Même si la difficulté y est pour beaucoup (vous mourrez souvent, croyez-nous), il vous faudra bien six heures pour terminer le jeu en mode difficile. Heureusement, un système de password vous permettra de reprendre le jeu là où vous en étiez, ce qui n'est pas un luxe.

Prêts pour un petit plongeon ?

Au final, Mega Man 2 est une légende, une perle qui aura ébloui une génération entière de son éclat, brillant encore aujourd'hui de mille feux pour tous les vieux gamers qui recherchent un challenge. On pourrait se demander pourquoi faire compliqué, quand avec des moyens aussi basiques, une équipe talentueuse démontre que le gameplay est à la base de tout. On oublie vite les quelques défauts du jeu, comme certains ralentissements ou bugs visuels dus aux limitations de la console. La seule chose que l'on pourrait regretter à propos de Mega Man 2 est que ses suites (Les Mega Man X mis à part) n'auront jamais ne serait-ce qu'effleuré le condensé de bonheur de cet opus, même si on peut noter le bon Mega Man 3 et le surprenant Mega Man 9. Heureusement que la Console Virtuelle est là pour nous déterrer ce type de joyaux et éventuellement les faire connaître à la nouvelle génération.

Les notes
  • Graphique 16 /20

    Même si les décors ne sont pas exceptionnels, ils ont au moins le mérite de ne pas gêner la lisibilité. La prouesse du soft est surtout dans le character design, sans doute un des plus réussis de l'époque. Dur de faire plus charismatiques en si peu de détails, à commencer par les Robot Monsters, qui ne sont pourtant pas plus grands que Mega Man. Même les simples monstres ont bénéficié d'un travail minutieux de Kenji Inafune. Dommage toutefois que de nombreux clignotements viennent gêner de temps en temps.

  • Jouabilté 19 /20

    Il est impossible d'énumérer tous les passages cultes de Mega Man 2 et dont tellement de jeux se seront inspirés. On pourrait citer le fameux « boss » du Dr Wily Stage 4 entre autres. De bout en bout, il n'y a aucun défaut dans le level design. Evidemment comme beaucoup de jeux de l'époque, Mega Man est foncièrement ardu et vous devrez recommencer mainte et mainte fois. Mais l'envie de découvrir l'enfer de la pièce suivante est trop forte pour laisser tomber et chaque fois que vous réussirez un passage difficile révèlera un sourire radieux sur votre visage.

  • Duree 17 /20

    Dans le contexte de la fin des années 80, le jeu a une durée de vie plus qu'honorable. D'ailleurs, quand on commence les niveaux du château de Dr Wily et que l'on en voit apparaître de nouveaux au fur et à mesure qu'on finit les premiers, on se demande quand tout ça va se terminer. Si vous le finissez en mode Normal, libre à vous de vous lancer dans le mode Difficile. De plus, Mega Man 2 a un degré de rejouabilité bien absent de nombreux jeux actuels, surtout pour ceux qui veulent réussir à ramasser les vies et capsules souvent placées dans des passages très compliqués.

  • Son 18 /20

    Si vos esgourdes ne sont pas allergiques aux sonorités 8-bits, vous ne pouvez qu'être enchanté par les thèmes de ce jeu. Pas d'inspiration cinématographique ici, on a droit à du son pur jeu vidéo d'époque et ce qui se faisait de mieux, d'autant que le jeu pouvait se targuer d'avoir un nombre de morceaux assez conséquent, fait assez rare à la fin des années 80. On peut juste regretter que quelques bugs sonores nous empêchent d'écouter ces œuvres en entier, notamment l'intro du Boss Theme, toujours coupée par le son de la barre d'énergie du boss qui monte.

  • Scénario 17 /20

    Evitons de juger le scénario en lui-même qui vous oppose à un docteur fou et à ses créations, et arrêtons nous plutôt sur la mise en scène du titre. L'ingénieuse double porte juste avant un boss, avec le logo du Dr Wily, est une invention remarquable pour mettre la pression sur le joueur. Lorsque vous arrivez devant avec quatre pauvres points de vie, vous savez que vos chances sont infimes. Beaucoup de passages du jeu sont mémorables grâce à une mise en scène incroyablement intelligente.

Malgré ses aspects de Run & Gun game, Mega Man 2 est un jeu bien plus complet qu'il n'y parait. Il faut être particulièrement habile et malin pour se sortir de la plupart des situations. Chef-d'œuvre de mise en scène, avec une bande-son unique et un chara design parfait, le titre de Capcom est un des tous meilleurs jeux de la Nes. Son portage sur la Console Virtuelle n'est qu'une raison de plus pour en profiter ou pour le faire découvrir à ceux qui n'auraient pas eu la chance d'y jouer à l'époque. Mega Man 2 restera à tout jamais une référence incontournable du jeu d'action.

Profil de Anagund
L'avis de Anagund
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
06 août 2009 à 11:37:15
18/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (11)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
19/ 20
Mis à jour le 06/08/2009 Voir l'historique
Wii Action Plate-Forme Capcom
  • Partager cette page :
Mega Man 2
WiiU 3DS iOS Nes PS1 Wii
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (2)
  • News (8)
  • Vidéos (6)
  • Images (75)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Mega Man 2 sur Wii
    -
    WII
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.