Menu
Odin Sphere
  • Tout support
  • PS4
  • PS3
  • Vita
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Odin Sphere
PS2
Odin Sphere
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
13 mars 2008 à 16:49:31
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (71)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Tous les prix
Prix Support
29.90€ PS3
39.99€ PS3
49.90€ PS4
49.95€ PS4
97.99€ Vita
99.99€ Vita
Voir toutes les offres
Partager sur :

Enivrant, enchanteur, envoûtant, Odin Sphere subjugue le regard du joueur imprudent qui se laisse attirer par son univers de contes et de légendes empreint de mythologie nordique. Par-delà le ciel brumeux de notre réalité se trouve un monde féerique qui s'apprête à devenir le théâtre d'une inéluctable tragédie. Les destins de chacun des peuples d'Erion vont se lier et se délier selon le bon vouloir d'une fresque narrative imprévisible dont vous serez le témoin privilégié.

Odin Sphere

Loué soit Vanillaware qui, après Princess Crown et Grim Grimoire, affirme son talent inné pour la 2D. La réalisation d'Odin Sphere est à ce point magnifique qu'elle nous fait parfois oublier tout le reste, témoignant d'un réel travail d'artiste qui ne pourra laisser personne insensible. Mais le plus incroyable avec ce titre est qu'il surprend à tous les niveaux, et pas seulement sur le plan visuel. L'histoire, mise en scène à la manière d'une pièce de théâtre, prend la forme d'un véritable labyrinthe narratif aux ramifications innombrables. Inclassable, le gameplay oscille entre une action extrêmement subtile et une customisation qui fourmille d'idées encore jamais tentées dans un jeu vidéo. Son approche singulière et audacieuse démarque Odin Sphere de tout ce que l'on a pu voir jusqu'à présent, et il suffit de prendre le temps de l'apprivoiser pour se laisser envoûter par son atmosphère.

Odin Sphere
Les textes sont traduits en français mais ne s'affichent plus directement dans les bulles.
Atypique, Odin Sphere l'est déjà dans sa construction puisque l'aventure qu'il nous invite à vivre se déroule suivant plusieurs actes durant lesquels vont se dérouler des événements qui auront des répercussions sur chacune des factions du continent d'Erion. Le scénario nous est donc présenté à travers les yeux de cinq personnages différents, ce qui entraîne des changements de point de vue successifs qui complexifient chaque fois un peu plus les tenants et aboutissants de l'histoire. Qu'ils soient alliés ou appartenant à des camps rivaux, les héros d'Odin Sphere ont tous une noble quête à accomplir, un royaume à défendre ou une vérité à découvrir. Et parce qu'il devient rapidement hasardeux de chercher à obtenir une vision d'ensemble de l'intrigue, le soft nous permet non seulement de revoir toutes les cut-scenes du jeu à tout moment, mais il comporte aussi un tableau détaillé expliquant la manière dont ces scènes s'intercalent les unes par rapport aux autres.

Odin Sphere
Alchimie, cuisine et botanique seront vos principales préoccupations.
Tout commence dans la demeure du seigneur Odin, le fier roi de Ragnanival étant affreusement préoccupé par la guerre et par la mort de sa fille Griselda, l'une des plus brillantes Valkyries. La cadette, Gwendolyn, ne sait pas encore qu'elle va jouer un rôle majeur dans la série d'événements terribles qui se prépare. La richesse de son aventure aurait à elle seule suffi à conférer au titre un scénario solide, mais sa conclusion marque seulement le début d'un autre conte, celui du prince Cornélius. Victime d'une terrible malédiction qui lui a fait prendre l'apparence d'un lapin inoffensif, le prince de Titania devra surmonter son désespoir et brandir son épée pour défendre la princesse étrangère dont il est amoureux. Au royaume sylvestre de Ringford, l'intrépide Mercedes se verra confier malgré elle des responsabilités qui la dépassent en tant que nouvelle reine des fées. Abandonné lorsqu'il était enfant puis traité comme un esclave durant toute son existence, l'impassible Oswald s'est entièrement laissé dominer par la haine au point de devenir celui que l'on surnomme le chevalier des ombres. Qui pourrait croire que ce coeur dévoré par le mal pourrait bien être sauvé par une âme innocente ? Eradiqué de la surface d'Erion, le royaume de Valentine fut la première victime significative de la guerre et les rares survivants se sont réfugiés depuis dans la sombre forêt d'Elrit. C'est là que se cache Velvet, princesse contrainte de dissimuler ses origines pour survivre tout en cherchant un moyen d'empêcher la fin du monde. Après bien des révélations, l'issue inéluctable de cette histoire en cinq parties ne nous sera révélée qu'à la fin du sixième chapitre, l'Armageddon, où l'ensemble des personnages devront affronter les boss les plus terribles du jeu.

Odin Sphere
Seul point négatif, les niveaux sont peu nombreux et doivent être revisités.
Annoncé comme un Action-RPG, Odin Sphere s'avère en réalité bien difficile à qualifier. Ses combats flirtant avec le beat'em all sont beaucoup plus subtils qu'il n'y paraît, et on passe finalement plus de temps à s'occuper de l'évolution de son héros qu'à batailler dans les phases d'action. Car le challenge est pensé de manière à rendre difficile la traversée des niveaux sphériques qui sont reliés les uns aux autres jusqu'à la zone du boss. Suivant un scrolling horizontal, le terrain peut être parcouru dans un sens comme dans l'autre et comporte des portes de sortie vers les sphères suivantes qu'on ne peut emprunter qu'une fois la totalité des ennemis vaincus. Chaque étage se solde par un score qui évalue votre performance et vous récompense en fonction du résultat obtenu. Le gameplay diffère bien évidemment selon les personnages joués, mais tous disposent d'une panoplie de mouvements intéressante et de capacités qui renouvellent la façon dont on va négocier les affrontements. Heureusement, d'ailleurs, car le fait de devoir retraverser les mêmes environnements et d'affronter des boss récurrents avec chacun d'entre eux pourra en choquer plus d'un. A dire vrai, le gameplay mis en place dans Odin Sphere est tellement particulier que ce n'est qu'après avoir terminé le premier scénario au bout de 5-8 heures de jeu qu'on commence à véritablement l'apprécier. Autant dire qu'il ne faut pas hésiter à persévérer et opter pour le mode Facile si on souhaite surmonter les difficultés des phases d'action sans baisser les bras.

Odin Sphere
Le gameplay se renouvelle à chaque changement de personnage.
Pour survivre, il est donc indispensable de préparer son personnage en blindant son inventaire et en augmentant ses niveaux d'énergie et de magie. Une étape qu'on a bien du mal à cerner lorsqu'on démarre l'aventure, mais qui devient passionnante une fois qu'on a saisi toutes ses possibilités. Car pour monter de niveau il faut manger, et donc faire pousser des fruits dans les niveaux, ce qui implique de récupérer des graines dans des coffres et des particules appelées phozons pour les faire pousser. Finalement, tous les éléments constitutifs d'Odin Sphere sont étroitement liés, et la force du jeu réside bel et bien dans le fait que le joueur est toujours libre d'assurer son évolution à sa manière. Imaginez un RPG où les personnages ne gagnent pas de points d'expérience en combattant des monstres et où le seul moyen de monter de niveau est de se nourrir. A peine entré dans un niveau, vous ouvrez votre sac pour en extraire une graine que vous plantez dans le sol en attendant qu'elle pousse. En éliminant vos adversaires, des phozons sont libérées et servent d'énergie à vos plantations pour donner naissance à des baies, des fruits, et même à des moutons qui s'extirpent des branches des arbres pour tenter d'échapper à votre faim dévorante. Une fois ingurgités, tous ces mets vous redonnent non seulement de la vie mais font également monter votre quota d'expérience, et c'est en vous nourrissant abondamment que vous passerez au niveau suivant.

Odin Sphere
Les grimoires permettent de revenir indépendamment sur chaque scénario avant d'attaquer l'ultime chapitre.
Mais la botanique est tout un art dans Odin Sphere, car il faut savoir planter les graines au bon moment, cueillir les fruits avant qu'ils ne pourrissent et surtout être capable de conserver certains ingrédients pour qu'on puisse ensuite vous cuisiner des plats de toutes sortes. Une possibilité à ne surtout pas négliger car la nourriture crue révèle très vite ses limites et rien ne vaut la bonne cuisine pour augmenter ses capacités en à peine quelques minutes. Votre sac ne sera donc pas seulement rempli de graines mais aussi de toutes sortes d'ingrédients : du lait, des oeufs, du pain, de la viande, sans oublier les mandragores que vous pourrez chasser dans les niveaux en repérant les sons qu'elles émettent lorsque vous marchez dessus. La gestion de l'inventaire, la cuisine, les plantations et l'évolution du personnage sont complétées par une intervention très pertinente de l'alchimie. En mixant des potions avec des mandragores et d'autres objets, vous allez pouvoir créer des décoctions dont vous ne pourrez plus vous passer. Certaines vous redonnent de la vie, d'autres réduisent les dégâts infligés par le froid ou la chaleur, d'autres encore peuvent servir de poison ou de projectiles explosifs. La diversité des mélanges possibles rend les choses assez complexes à gérer au début, mais vous disposez toujours de parchemins sur lesquels sont listés les ingrédients dont vous aurez besoin pour réaliser vos recettes et vos formules d'alchimie.

Odin Sphere
Certains boss sont tellement énormes qu'ils ne logent pas entièrement à l'écran et font ramer l'action.
S'il peut s'avérer déroutant, difficile et même fastidieux lors des premières heures de jeu, Odin Sphere récompense le temps passé à son apprivoisement en se rendant de plus en plus passionnant à jouer, au point de générer une dépendance chez ceux qui sauront apprécier tous les aspects de son système de jeu. La version française propose l'option 50/60 Hz et des textes entièrement traduits dans notre langue, bien que ces derniers ne s'affichent plus directement dans les bulles mais sur le haut ou le bas de l'écran. On a toujours la possibilité d'opter soit pour les voix anglaises soit pour le doublage original en japonais, et trois niveaux de difficulté sont proposés. Voilà sans doute l'un des derniers grands jeux de la PS2, et ceux qui seraient rebutés par l'étrangeté de son concept passeront à côté d'un titre pourtant magnifique.

Les notes
  • Graphismes 19 /20

    Le développeur semble avoir atteint le summum artistique en matière de 2D, et le résultat est tellement somptueux qu'on en oublie presque de jouer.

  • Jouabilité 16 /20

    Ceux qui s'attendent à un simple beat'em all seront sûrement rebutés par les phases d'action qui s'avèrent beaucoup plus subtiles, précises et difficiles qu'on ne le pense au début. La clé de la réussite réside dans le développement des personnages qui passe par la botanique, la cuisine et l'alchimie.

  • Durée de vie 15 /20

    Si les débuts sont fastidieux, les choses se font beaucoup plus aisées une fois qu'on a compris les astuces pour progresser. Comptez entre 30 et 40 heures pour accéder au sixième et dernier chapitre du jeu.

  • Bande son 16 /20

    Hitoshi Sakimoto a contribué à l'élaboration des musiques d'Odin Sphere et nous sert des orchestrations très jolies qui se marient sans problème avec l'univers féerique du titre.

  • Scénario 17 /20

    Odin Sphere nous offre cinq scénarios pour le prix d'un, soit cinq points de vue différents pour une même histoire. Les scènes s'imbriquent les unes dans les autres et nous permettent peu à peu de reconstituer les pièces du puzzle.

Une perle insoupçonnée arrive discrètement sur PS2 mais vous n'aurez qu'à poser les yeux sur elle pour savoir qu'elle renferme quelque chose de grandiose. Odin Sphere est un titre farouche qui s'apprivoise avec le temps au prix de nombreux efforts avant d'exprimer tout son potentiel. Original et déroutant dans sa construction, le gameplay est un modèle d'inventivité où tout est étroitement lié pour donner un résultat parfaitement maîtrisé. A vous de lui donner sa chance.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
13 mars 2008 à 16:49:31
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (71)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Mis à jour le 13/03/2008
PlayStation 2 Action RPG Vanillaware Atlus
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Dreams : Media Molecule va faire de vous le Toby Fox de demain
    PS4
  • Preview : Yoshi's Crafted World : Le jeu de plates-formes mignon "fait-maison"
    SWITCH
  • Preview : A Plague Tale : Innocence, l’aventure qui rat-isse large dans ses inspirations
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Mortal Kombat 11
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Tom Clancy's The Division 2
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce