Test In Memoriam : Le Dernier Rituel- PC

PC

Selon la légende, un phoenix ne peut mourir. A son dernier souffle, l'oiseau renaît inexorablement de ses cendres et peut de nouveau déployer ses ailes pour reprendre son envol. Peut-être bien que le Phoenix de In Memoriam n'a jamais connu la mort, n'empêche ce second volet le fait passer à la postérité et à l'image de Hannibal Lecter pour la littérature et le cinéma, lui permet de confirmer son statut de tueur en série le plus intrigant et le plus passionnant du jeu vidéo.

In Memoriam : Le Dernier Rituel

Jack Lorski est mort. Le Phoenix, lui, court toujours. L'oiseau de mauvais augure, après un silence prolongé de quelques années, a discrètement repris son envol il y a quelques mois, refaisant aujourd'hui parler de lui au travers d'un nouveau DVD envoyé aux personnes même lancées sur sa piste. Le Phoenix, c'est le tueur en série qui avait déjà sévi dans le premier In Memoriam. Imperturbable dans l'accomplissement de son Oeuvre, ce malade a toujours pris grand plaisir à narguer les autorités en les conduisant jusqu'à lui pour finalement disparaître au dernier moment. C'est ainsi qu'il a toujours agi et qu'il continue de faire dans Le Dernier Rituel. Jack, c'est le journaliste qui avait le premier découvert l'existence du Phoenix. C'est son enquête que l'on avait remontée dans In Memoriam et ce sont ses déductions, constamment mises en scène dans son journal filmé, que l'on avait suivies à l'époque. Aujourd'hui, ses recherches ont eu raison de lui. Il a été retrouvé mort en Ecosse, le Phoenix n'étant visiblement pas étranger à ce meurtre. D'autres cadavres ont aussi été trouvés. Trois en Espagne, deux aux Etats-Unis. Et puis il y a bien sûr ce DVD reçu par l'ICPA, l'International Committee for the Phoenix Arrest. C'est certain, le tueur souhaite que l'on s'intéresse encore à lui. Et c'est exactement ce que tout bon enquêteur fera sans broncher, avec la certitude que ce second voyage en compagnie de l'oiseau de feu se révélera au moins aussi intense que le précédent, sinon plus.

Test In Memoriam : Le Dernier Rituel PC - Screenshot 34Bienvenue dans le nouveau jeu du Phoenix.

Qui a déjà joué au premier In Memoriam ou à son add-on La Treizième Victime sait déjà à peu près à quoi s'attendre : à un jeu, bien sûr, mais surtout à une expérience si unique qu'elle ne peut se cantonner à la seule définition de jeu. Oui, In Memoriam, et par analogie sa suite Le Dernier Rituel, sont des jeux. Oui, on va bien insérer un DVD dans son ordinateur pour installer un programme et suivre le déroulement de l'enquête au fil de nos performances. Oui, c'est un jeu de réflexion bourré d'énigmes tordues qu'il faudra résoudre une à une si on veut avoir une chance de progresser et de connaître le dénouement de l'histoire. Mais In Memoriam n'est pas que ça. A l'origine du projet, il y a une volonté, celle d'impliquer totalement le joueur à tel point qu'il lui sera parfois difficile de séparer le vrai du faux, le réel de la fiction, si tant est que les deux soient ici distincts. Dans la forme, cette volonté se traduit par l'utilisation des outils qui rythment notre quotidien. A la moindre information à chercher, notre réflexe à tous est désormais de nous tourner vers l'internet, n'est-ce pas ? Les créateurs d'In Memoriam le savent et ont donc construit leur jeu autour d'énigmes malignes qui vous feront parcourir la toile dans tous les sens. Pour schématiser, on pourrait presque dire que le DVD que vous aurez entre les mains contiendra des questions ainsi que toutes les réponses à ces questions, mais se déchargera presque totalement de la partie intermédiaire, celle de la recherche d'indices, préférant vous laisser glaner vos propres indices sur le net. Le Phoenix vous donnera bien quelques pistes, souvent obscures, mais le reste ce sera à vous de le trouver, en vous servant de votre jugeote et d'un bon moteur de recherches.

Test In Memoriam : Le Dernier Rituel PC - Screenshot 35Chaque tableau parvient à nous mettre mal à l'aise.

Evidemment, le jeu ne vous laisse pas totalement isolé et vous rattrape parfois pour vous remettre sur le droit chemin s'il sent que vous pataugez un peu trop. Cela passe essentiellement par l'envoi de mails de prétendus autres enquêteurs, coincés comme vous à tel ou tel endroit dans le DVD. Vous retrouverez ainsi de vieilles connaissances croisées dans le premier volet (Julie, Gery...), mais également de nouvelles têtes venues en renfort pour vous épauler. Comme avant, vous pourrez réellement correspondre avec ces personnes si le coeur vous en dit et ainsi vous impliquer davantage dans la traque du Phoenix. Les connaisseurs ayant déjà résolu l'enquête initiale savent de quoi je parle puisque tout cela était déjà possible. Mais alors, cette suite n'apporte-t-elle rien de nouveau au concept. Si si, j'allais y venir. Tout d'abord Le Dernier Rituel pousse l'implication du joueur un peu plus loin en ajoutant l'utilisation du téléphone portable. En souscrivant à une petite option en début de partie (moins de deux euros par partie), vous pourrez vous exposer à la réception de SMS. Je resterai volontairement évasif sur le sujet pour ne pas vous gâcher les différentes surprises que vous aurez à ce niveau mais sachez que vous recevrez sur votre mobile des messages directement liés à vos progrès dans le jeu, du plus anodin au plus angoissant. Mais le téléphone n'est pas seulement utilisé pour les mini-messages, parfois il faudra aussi lui rendre sa fonction première et tenter de joindre de vraies personnes. Là encore, n'en dévoilons pas trop.

Test In Memoriam : Le Dernier Rituel PC - Screenshot 36Jess part à la recherche de son frère disparu depuis de longues années.

Autre nouveauté pour cette suite, la mise en place d'un site ayant pour but de rassembler les différents enquêteurs afin de vous tenir informé des progrès de chacun. Vrais et faux joueurs y trouveront donc un point de ralliement idéal pour échanger des informations ou même demander de l'aide. Une fois inscrit sur ce site, vous pourrez effectivement, grâce à un moteur de recherches dédié, tenter de trouver une personne spécialement douée dans tel ou tel domaine. Vous-même aurez d'ailleurs à indiquer dès le formulaire d'inscription si vous vous sentez plus à l'aise avec la recherche d'informations, le décryptage, la religion, la psychologie, l'ésotérisme ou encore la géographie dans le but d'être sollicité à votre tour. Ce site donne enfin accès à un bloc-notes personnel, à un logiciel de traduction ainsi qu'au moteur de recherches web spécialement dédié au jeu. Il s'agit une nouvelle fois du moteur MSN et comme c'était déjà le cas avec In Memoriam premier du nom, ce dernier sera vivement conseillé, au moins dans les premières semaines de commercialisation du jeu, le temps que toutes les pages réellement utiles soient référencées sur les autres moteurs. Cela me permet d'ailleurs de préciser que les développeurs ont une nouvelle fois multiplié les fausses pistes en créant des dizaines de vrais et de faux sites capables ou non de vous aider. J'ai d'ailleurs vu deux sites quasiment identiques. La seule différence se situant dans une série de chiffres correcte sur un site, légèrement erronée sur l'autre. Si ce n'est pas de la perversité ça !

Test In Memoriam : Le Dernier Rituel PC - Screenshot 37Une petite séance d'auriculotherapie ?

Pour le reste, on navigue en terrain connu. Le DVD que l'on parcourt se décompose en 36 portes, comprenez en 36 énigmes à l'ésthétique particulièrement marquante. Chaque page est effectivement une vraie composition aussi bien graphique que sonore qui pourra mettre mal à l'aise quelques personnes. Le Phoenix laisse en effet exprimer toute sa perversité dans ses "tableaux" n'hésitant pas à mettre en scène ses victimes. D'une difficulté certes élevée mais pas forcément croissante, In Memoriam : Le Dernier Rituel parvient à trouver le juste équilibre entre véritables casse-tête et problème plus évident à résoudre, certainement dans le but de ne pas décourager le joueur dans son avancement. Une nouvelle fois, le Phoenix, dans sa grande mansuétude, nous récompense à chaque nouveau palier gravi. Ses cadeaux prennent toujours la forme de séquences vidéo, et on verra dans les bouts de films qu'il consent à nous donner deux histoires parallèles qui finiront par se rejoindre. D'un côté la dernière enquête de Jack, celle qui le conduira vers sa propre mort. D'un autre celle de deux jeunes femmes, Jess et Sharon, parties à la recherche d'Adrian Moses, le frère de la première, disparu il y a maintenant plusieurs années sans laisser de traces. Le lien entre les deux histoires, seul le Phoenix le connaît. Ce dernier semble toutefois prêt à le partager avec vous si vous acceptez son invitation à le suivre dans son nouveau délire crypté. Alors, prêt à remonter une à une les étapes de ces deux enquêtes ? Prêt à plonger pour ne revoir la surface qu'au décryptage complet de son DVD ? Prenez bien votre souffle, l'immersion risque de durer longtemps.

Jihem, le 20 septembre 2006

Les notes

  • Graphismes 16/20

    Le Phoenix fait preuve d'un goût certain pour les compositions totalement destructurées. Les collages côtoient les vidéos, elles-mêmes masquées par des gribouillages anarchiques et des symboles ésotériques. Etonnamment, l'ensemble conserve une certaine cohérence. C'est parfois malsain, c'est glauque, c'est sale, mais c'est diablement attirant. Les différents sites créés pour l'occasion s'approprient une multitude de styles graphiques. De la page perso au site plus costaud, les graphistes et web-designers de Lexis Numerique savent visiblement s'adapter à toutes les situations.

  • Jouabilité 18/20

    Le mélange jeu/internet fonctionne encore parfaitement. Si l'option n'est pas obligatoire, l'ajout du téléphone dans l'enquête augmente grandement l'implication du joueur. Plusieurs nouveaux outils nous sont aussi donnés pour nous aider dans la résolution des énigmes. On aura par exemple droit à un analyseur d'images, un décodeur de textes ou encore une visionneuse de films. Difficile de ne pas rentrer dans le trip.

  • Durée de vie 15/20

    La difficulté n'a pas forcément été revue à la baisse mais l'habitude aidant, on cerne mieux les méthodes payantes pour résoudre plus rapidement les 36 énigmes du DVD. Certaines portes vous demanderont tout de même pas mal de patience pour fouiller le net et trouver la bonne solution. Bloquez déjà plusieurs soirées en tête-à-tête avec le Phoenix.

  • Bande son 16/20

    Les musiques sont assez rares lors des énigmes, le Phoenix préférant nous inonder de sons bizarres et distordus. Il y en a pourtant quelques-unes, notamment lors des séquences vidéo. Il faut avouer que le tueur a plutôt bon goût.

  • Scénario 18/20

    En cherchant un peu on pourrait trouver quelques détails nuisant à l'immersion (par exemple, dans une vidéo, on aperçoit des chiffres écrits par une personne américaine, hors le 1 et 7 s'écrivent là-bas sans barres) mais ce serait vraiment chipoter face à la solide histoire dans laquelle le Phoenix décide de nous entraîner. Mêlant ésotérisme, sociétés secrètes et croyances anciennes, le scénario de In Memoriam pourrait facilement s'avérer crédible. Esprits faibles s'abstenir.

  • Note Générale18/20

    On se demandait comment Lexis pourrait faire aussi bien que le premier volet de In Memoriam. La réponse était toute bête : en se contentant d'améliorer un à un les différents éléments du jeu. Plus ambitieux dans sa réalisation et plus riche dans son immersion, Le Dernier Rituel prouve encore une fois qu'il suffit d'une idée pour renouveler notre petit monde de joueur. Je vous laisse, y a mon portable qui sonne.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 18/20

Retour haut de page

Infos jeu

Mots-clefs : In Memoriam Le Dernier Rituel, In Memoriam 2 Le Dernier Rituel In Memoriam 2 : Le Dernier Rituel

Vidéos