Menu
TOCA Race Driver 3
  • Tout support
  • PC
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : toca race driver 3
PC
TOCA Race Driver 3
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
20 février 2006 à 18:00:00
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (69)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Tous les prix
Prix Support
36.00€ PC
39.99€ PC
39.99€ PS2
44.99€ PS2
79.00€ Xbox
Voir toutes les offres
Partager sur :

La série des Toca Race Driver montant en puissance, il est légitime que nous attendions beaucoup de ce troisième volet sur 128 bits. Codemasters a rapidement annoncé la couleur en privilégiant le contenu, n'hésitant pas à proposer encore plus de courses, catégories et compétitions que dans le précédent opus, déjà ultra complet. C'est dans ce titre que vous trouverez des disciplines absentes de tout autre jeu de courses, simulation ou arcade, et rien que pour cela, le coup d'oeil en vaut la peine.

toca race driver 3

Si l'on doit faire un bref résumé de la trilogie Toca Race Driver depuis son arrivée sur PC, PS2 et Xbox, on ne peut que tirer un bilan positif de l'évolution de la série, une des seules à se renouveler sans mal et à ne pas hésiter à prendre des risques en proposant des nouveautés qui ne sont pas forcément du goût de tout le monde. Loin des premiers Toca sur PSOne et PC étant exclusivement consacrés à des courses de Grand Tourisme comme l'indiquent leur nom, les trois derniers opus de la franchise ont petit à petit pris un chemin différent, celui de la diversité et de la variété tout en continuant à rester le plus collés possible à un aspect simulation. Bien qu'il ne sera pas question ici de réglages minutieux et de carrière gérée à la Gran Turismo, on ne peut être que ravi de voir que les développeurs aient voulu donner une vraie vie et une vraie personnalité à chacune des compétitions, insistant fortement sur les différences de pilotage d'un bolide à l'autre, provoquant un dépaysement total lorsqu'il faut passer de la conduite des SuperTrucks à celle des Formule Palmer, monoplace à mi-chemin entre Formule Indy et Formule 1. Tout cela pour dire qu'avec Toca 3, vous en aurez forcément pour votre argent au niveau de son contenu impressionnant.

toca race driver 3
Quand on vous dit qu'il est possible de conduire de tout dans Toca 3...
Si Toca a évolué et changé au niveau des disciplines proposées, il est resté fidèle à ses habitudes en ce qui concerne les modes de jeu et la façon dont on débloque chaque course. D'entrée de jeu, on est donc plongé dans la peau d'un jeune pilote coaché par un Directeur d'écurie à la recherche de nouveaux talents. A peine le temps de dire ouf et l'on est au coeur d'une course qu'il faut terminer sans bobo en écoutant les recommandations de notre liaison radio, n'hésitant pas à intervenir à chacun de nos écarts. D'ailleurs, les puristes souriront à plusieurs reprises en entendant les propos du Directeur d'écurie puisque celui-ci vous prend régulièrement pour un débutant n'ayant aucune notion concernant la course automobile... Intervenant à travers de nombreuses cinématiques, il aura le même rôle que dans Toca Race Driver 2, c'est-à-dire de nous proposer de participer aux courses qui font la réputation d'un bon pilote et qui aident donc à grimper les échelons un à un. Ainsi, afin d'accéder aux niveaux suivants (le jeu est composé de 32 niveaux au total), on se doit de remplir les objectifs mentionnés avant chaque compétition. Si au départ, une troisième ou une quatrième place suffira, il vous faudra rapidement viser la plus haute marche du podium et soigner vos temps aux qualifications puisque l'IA devient de plus en plus rapide et accrocheuse au fur et à mesure de la progression.

toca race driver 3
Les icones de droites nous informent sur l'état mécanique du véhicule.
Ce qu'il faut retenir, c'est que les différents modes de jeu dépendent tous du mode principal nommé "Tour Mondial" puisqu'il vous faut d'abord débloquer les épreuves dans celui-ci avant de pouvoir les retrouver dans les autres. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elles sont nombreuses. Divisées en huit catégories (Classics, GT, Ovales, Tourisme, Off Road, deux catégories de Monoplaces et Honda), elles vous permettront de goûter à tout et de varier les plaisirs en proposant des pilotages qui pourront être aussi techniques que délirants, je pense pour ce second cas de figure aux Monster Séries ou aux courses de Buggies. En tout, c'est près de 120 championnats différents qui vous attendent et qui se finissent finalement assez rapidement puisqu'ils ne se composent en général que de quelques courses. Pourtant, la durée de vie reste conséquente car la difficulté va crescendo et qu'il faut indéniablement un temps d'adaptation plus ou moins long entre chaque série de courses. Pour vous faire la main, il est indispensable de passer par les séances de qualifications qui pourront être de trois tours ou durer plusieurs minutes en fonction de la compétition. Le plus compliqué sera finalement de ne pas mordre sur l'herbe puisqu'au moindre écart, les commissaires estiment que l'on tente de "tricher" en coupant les virages (ce qui n'est jamais le cas puisque l'on perd énormément de temps). La sanction tombe alors et le chrono du tour est purement et simplement annulé. Imaginez la situation lorsque l'on ne dispose que de trois tours de qualifs retenant notre meilleur temps pour définir notre position sur la grille de départ...

toca race driver 3
Ces petits bolides peuvent atteindre plus de 140km/h.
Cela est un vrai point noir car dans les derniers niveaux du jeu, une place en fond de grille sera quasiment irrattrapable. C'est d'ailleurs certainement dans cette optique là qu'il est prévu de pouvoir recommencer autant de fois que nécessaire sans que cela ait une quelconque répercution négative sur notre progression. Au niveau du gameplay, le titre reste très proche de Toca Race Driver 2. Comprenez donc qu'il faut faire preuve de précision et que l'on a parfois l'impression de rouler sur des oeufs. Cependant, une fois le dosage de l'accélération en sortie de virage maîtrisée, on éprouve un réel plaisir de pilotage et c'est à partir de ce moment que l'on peut embrasser les meilleures trajectoires et dégoter les chronos les plus rapides. Plus de 80 tracés sont au programme, la rigueur et la patience sont donc essentielles car il faut passer de nombreux tours sur ceux-ci avant d'en connaître les moindres pièges d'autant que leur approche est totalement différente selon le bolide conduit. Le principal changement avec TRD 2 se situe au niveau des contacts entre véhicules. Tout en reprenant l'idée du second volet qui consistait à tout faire pour que vous n'ayez pas l'envie de rentrer dans vos concurrents pour vous en débarrasser, les développeurs ont accentué les dégâts provoqués par les collisions frontales. Ainsi, si l'on freine trop tard, que notre allure n'est pas modérée et que l'on ne peut éviter le choc avec la voiture qui nous précède, c'est l'abandon assuré, toute la direction sera partiellement ou entièrement détruite.

toca race driver 3
La flêche rouge indique la position de la voiture qui nous succède. Idéal pour éviter de se faire dépasser.
Tous ces problèmes ne sont pas seulement dus à un pilotage trop incisif mais aussi et surtout à une IA qui a tendance à être un peu trop prudente dans certains virages lents et difficilement égalable dans les plus grandes courbes. Il faut donc constamment se servir du rétroviseur (non-activé par défaut) afin d'être assuré de la position de la voiture qui nous succède dans le but de ne pas avoir de mauvaise surprise et d'être expulsé hors de la piste de manière précoce. Cependant, le comportement de l'IA est bien loin d'être aussi suicidaire et automatisé que celui qu'on a pu voir dans d'autres simulations auto. Pour ce qui est des différentes caméras, on espère sincèrement que le prochain Toca disposera enfin d'une caméra interne digne de ce nom, celle proposée dans Toca Race Driver 3 est en effet dénuée de tout détail et ne permet pas d'avoir la vue du volant, un réalisme supplémentaire n'aurait donc pas été du luxe. Malgré tout, les sensations de conduite sont réellement positives d'autant que la bande-son est sans reproche possible, la sonorité des moteurs ayant été travaillée un maximum afin d'apporter une certaine jouissance dans la montée des rapports que seuls les fans de courses automobiles pourront ressentir. S'il a donc choisi de ne pas innover énormément en terme de jouabilité, Toca Race Driver 3 est l'épisode de la confirmation, celui qui saura retenir les fans sans souci et attirer, pourquoi pas, la curiosité des néophytes lassés de l'arcade mais pas prêts à se lancer dans une pure simu aux données complexes et longues à maîtriser.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Bien qu'on s'attendait à mieux, Toca 3 a de la gueule. La modélisation des dégâts a été améliorée mais reste encore un peu loin des références en la matière. Pour le reste, c'est séduisant et plutôt joli mais pas aussi révolutionnaire que les premiers screens le laissaient espérer.

  • Jouabilité 15 /20

    Si vous n'avez pas peur de perdre une course parce que vous avez fait une petite erreur dans les derniers hectomètres du circuit, Toca est fait pour vous. Pour les autres, pensez à parcourir les tracés plusieurs fois avant de vous lancer afin d'apprendre les trajectoires et le dosage du freinage et de l'accélération. L'IA est un facteur avec lequel il faut faire constamment puisqu'il suffit d'une touchette malvenue pour se retrouver à goûter au fossé.

  • Durée de vie 17 /20

    Quelle variété et quelle diversité ! Du Grand Tourisme aux stock-car en passant par le rally, le Dakar, les karts, les trucks, les buggies, les monoplaces et j'en passe, on trouve absolument de tout dans Toca Race Driver 3 ! Le mode carrière est un peu linéaire mais reste très intéressant et vous occupera de très longues heures. En plus de cela, on a la possibilité de jouer jusqu'à 12 sur le Live. Que demander de plus ? Peut-être des possibilités de customisation et de réglages supplémentaires.

  • Bande son 16 /20

    Les sonorités des moteurs sont bluffantes de réalisme et le doublage du Directeur d'écurie vous collant au train tout au long du mode carrière, est parfaitement réalisé. L'ambiance des courses de Toca doit beaucoup à cette bande-son vraiment convaincante.

  • Scénario 10 /20

    Peu d'inspiration à ce niveau-là puisque les éléments de Toca Race Driver 2 ont été copier/coller dans ce troisième volet. Le patron d'écurie n'a pas changé et fait globalement les mêmes commentaires. On apprécie en revanche que ses réactions changent en fonction de nos performances sur la piste. L'idée est bonne mais elle est à améliorer et à développer pour éviter une trop grande linéarité et l'impression de déjà-vu.

Il aurait fallu que le jeu franchisse un cap graphique supplémentaire pour que sa note soit plus élevée. Son richissime contenu en fait une des forces en puissance sur consoles et ses quelques côtés délicats à maîtriser ne seront pas suffisamment nombreux pour repousser les plus sceptiques. Une fois de plus, Codemasters a accompli sa mission et peut se targuer d'être à l'origine d'un des meilleurs jeux de courses actuel.

Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
20 février 2006 à 18:00:00
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (69)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Mis à jour le 20/02/2006
PC Course Codemasters
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live