Test Charlie et la Chocolaterie- Gamecube

Gamecube

Je me demande ce que ferait le jeu vidéo sans le cinéma. Dès qu'un film à gros budget sort sur grand écran, on peut être sûr de le retrouver sur nos chères machines à jouer. Charlie Et La Chocolaterie, la nouvelle machine à billets verts de Tim Burton, n'échappe pas à la règle et trouve donc son chemin jusqu'à nos consoles.

Charlie et la Chocolaterie

On pourrait aussi se demander ce que ferait le cinéma sans la littérature, lui qui puise allègrement ses sujets dans les oeuvres d'auteurs plus ou moins connus. Avant que Tim Burton s'en accapare, Charlie Et La Chocolaterie est un livre. Un conte de Roald Dahl qui détaille l'extraordinaire visite d'une chocolaterie par un groupe d'enfants aussi émerveillés que turbulents. Le jeu reprend évidemment ce point de départ, ainsi que l'esthétique magique et colorée apporté par le cinéaste, pour réaliser un titre naviguant autant vers la plate-forme que la réflexion. On y incarne le jeune Charlie, un garçon ravi de pouvoir pénétrer dans l'immense fabrique de chocolat tenue par l'intrigant Willy Wonka. Au cours de sa visite, Charlie va découvrir un monde fascinant peuplé de petites créatures entièrement dévouées à l'élaboration des friandises de Wonka. Il va devoir explorer le lieu dans les moindres recoins pour résoudre une série de problèmes généralement provoqués par les autres enfants du groupe.

Test Charlie Et La Chocolaterie Gamecube - Screenshot 1L'usine renferme un monde merveilleux dans lequel travaille un peuple étrange.

Bien vite, on se rend compte que l'aspect plates-formes annoncé par les images diffusées avant la sortie du jeu laisse sa place à un gameplay plus calme, s'apparentant presque à de la réflexion. Le fait est que vous allez devoir naviguer dans les niveaux accompagné de Oompa-Loompas (les fameuses créatures) et leur demander de se mettre au travail pour actionner des mécanismes, des souffleries ou simplement des ascenseurs. Vous devrez d'abord trouver les Oompa-Loompas, leur demander de vous suivre et leur assigner des tâches, tout ça très simplement grâce aux touches directionnelles de la manette. Sans eux, vous ne pourrez rien faire, mieux vaut donc les dénicher rapidement avant d'explorer plus en profondeur un niveau. Vous pourrez rencontrer plusieurs types de Oompa-Loompas, certains étant aptes à tout faire, d'autres plutôt spécialisés dans un domaine bien précis (la moisson, la soudure, l'électricité, etc.). Généralement ces-derniers sont bien cachés, tout le challenge consistant justement à les trouver pour progresser. La chocolaterie regorge de secrets et de mystères que vous découvrirez petit à petit. Elle renferme aussi de nombreuses machines aux noms et aux fonctions totalement différents de tout ce que vous avez déjà vu. Charly apprendra ainsi à se servir des pouvoirs liés à toutes les friandises dont certaines permettent d'immobiliser des objets, de s'envoler dans les airs, ou même de provoquer des explosions. Ces friandises font pour ainsi dire office d'armes, bien qu'il n'y ait pas forcément d'ennemis à battre, simplement des pièges à déjouer.

Test Charlie Et La Chocolaterie Gamecube - Screenshot 2Le grand-père de Charlie est peut-être le plus excité des deux à l'idée de visiter la chocolaterie.

Un tel programme aurait pu permettre à Charlie Et La Chocolaterie de se distinguer de la masse de jeux de plates-formes maladroits qu'on voit à longueur d'année. Oui mais voilà, le titre n'est pas sans quelques défauts majeurs, liés à la jouabilité. Pour une fois, la caméra ne sera pas entièrement responsable, elle connaît quelques petits moments de faiblesse, mais rien de très grave. En revanche, c'est au niveau des collisions et du contrôle du petit Charlie que le titre commence à patauger dans la semoule. C'est au prix de longs efforts qu'on parvient à faire ce que l'on veut du garçon, avec le danger de s'énerver et de jeter l'éponge. Les phases de sauts sont ainsi catastrophiques, et celles de tirs (lorsque Charlie doit balancer des friandises sur des points bien précis) totalement ratées. Avec ces tares, impossible de réellement apprécier la visite de la chocolaterie. On se contentera du film, qualifié de "gentillet" par Super.panda, notre monsieur cinéma à nous.

Jihem, le 10 août 2005

Les notes

  • Graphismes 10/20

    La réalisation n'est pas éblouissante bien qu'elle reprenne en partie l'univers du film. Car si les décors et les costumes sont bien ceux de Tim Burton, les personnages n'adoptent pas les traits des acteurs. Sûrement une question de droits. A part les Oompa-Loompas, enfants cachés de Gary Coleman et de l'oracle de Matrix, les protagonistes sont plutôt bien modélisés, contrairement aux environnements, assez sommaires.

  • Jouabilité 8/20

    Le titre est littéralement gâché par sa jouabilité imparfaite. Les contrôles sont très approximatifs, de même que les collisions. Dommage car le gameplay avait quoi séduire.

  • Durée de vie 10/20

    Les chapitres sont assez courts et pas très nombreux non plus, donc en mettant de côté les soucis de jouabilité, on progresse relativement vite dans la jeu.

  • Bande son 12/20

    Le doublage français, s'il ne respecte pas les voix du film, s'en sort tout de même bien, mais les musiques ont tendance à tourner en boucle trop rapidement.

  • Scénario 11/20

    S'il en suit la trame général, le jeu s'éloigne quand même un peu du film afin de présenter des séquences susceptibles d'être interactives.

  • Note Générale9/20

    Il aurait suffit à Charlie Et La Chocolaterie de s'attarder davantage sur sa jouabilité, et ainsi gommer ses lourds problèmes de collisions, pour obtenir un jeu plutôt sympa. Malheureusement, ça n'a pas été fait, et on se trouve face à un titre très moyen.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 10/20

Retour haut de page

Infos jeu

Mots-clefs : Charly et la Chocolaterie Charlie and the Chocolate Factory Charlie & the Chocolate Factory Charly and the Chocolate Factory Charly & the Chocolate Factory