Menu
Capcom Fighting Jam
  • Tout support
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Capcom Fighting Jam / Capcom Fighting Jam sur PS2 /

Test Capcom Fighting Jam sur PS2 du 17/02/2005

Test : Capcom Fighting Jam
PS2
Capcom Fighting Jam
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
17 février 2005 à 18:00:00
10/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (10)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
8.5/20
Partager sur :

Imaginez un jeu de combat regroupant l'ensemble des figures emblématiques de la constellation Capcom, au travers de cinq inspirations majeures, allant de Street Fighter 3rd Strike à Street Fighter Alpha, en passant par Darkstalkers. Véritable graal vidéoludique pour les amoureux de cette firme aux possibilités créatrices plus que notables, ce titre se présentait comme l'aboutissement de la quintessence du savoir-faire de cette dernière en matière de jouabilité. Un beau cadeau en somme, qui chasserait les ombres néfastes de récentes productions plus axées sur la forme que sur le fond. Arriverons-nous jusqu'au déluge des 56 combattants de Marvel Vs Capcom 2, dans un flot de contentement enfantin ? Voilà les fiers conquérants qui s'avancent.

Capcom Fighting Jam

Se pliant à la mode des compilations croisées, Capcom Fighting Jam met en avant cinq séries phares de la firme au petit robot bleu et à bien d'autres personnages charismatiques. S'étendant au gré de Street Fighter 2, 3rd Strike, de la série des Alpha, de Red Earth (jeu d'action portant le nom de Warzard au Japon), ainsi que de Darkstalkers, le dernier soft à vocation guerrière de Capcom permet d'incarner des gladiateurs modernes aux styles foncièrement différents, et possédant chacun une approche se voulant particulière et unique. Cela permet par conséquent de varier ses techniques au gré des softs d'où sont tirés ces héros musculeux, renouvelant idéalement l'expérience de jeu, et par la même un intérêt fortement mis à mal ces temps-ci dans les titres orientés vers le pugilat. Toutefois, ce constat ne soutient que peu longuement la désillusion titanesque de l'amateur, qui ne dénichera que 22 individus dans un contexte qui se portait éminemment au soutien d'un groupe beaucoup plus imposant. A ce propos, le choix effectué n'est pas du tout représentatif des forces des multiples composantes de ce patchwork, et provoque sans attendre une sorte d'arrière-goût désagréable, commun à celui ressenti lors de l'essai de Street Fighter Anniversary Collection. Sans parler de trahison, ce qui serait un terme un tantinet usurpé, on ressent l'impression de s'être fait mener en bateau une nouvelle fois. Pourquoi laisser espérer un cross-over somptueux, répondant aux appels d'une masse de joueurs ne jurant que par le biais de Capcom ? La déception ne peut en être que plus importante. Le plus frustrant est d'apercevoir en arrière-plan, lors des combats, de nombreuses personnalités reconnues telles que Ken, Sagat, Vega, ou encore Gallon qui ne prendront hélas jamais place dans l'arène. Fort heureusement, et dans ce vent de dépit, vous aurez tout de même l'occasion d'incarner des intervenants suffisamment intéressants pour attirer votre regard.

Capcom Fighting Jam
Quand Chun-Li s'énerve, il vaut mieux ne pas rester devant... ou en l'air
En effet, hormis la jolie Chun-Li séculaire et toujours aussi efficace, la petite Sakura imprévisible, le fier Guy insaisissable ou encore l'increvable Ryu semblable à lui-même, des hommes et femmes de l'ombre vont montrer leur supériorité au grand jour. En commençant d'ailleurs par les petits nouveaux que sont Léo (de Red Earth) ou encore Ingrid, disposant tous deux d'un panel de coups assez diversifié et surtout rafraîchissant, permettant de justifier un tant soit peu le statut de "nouveauté" du fond du jeu. Effectivement, ce ne sont pas Hauzer, bien que très impressionnant et électrisant, et Hydron qui vous souffleront une joie certaine et apaisée. Bien trop faibles à la vue de leur stature et subissant la majeure partie des attaques sans démontrer une vitesse suffisante à les contrer, ces deux compatriotes de Léo s'avèrent rapidement dénués de tout crédit ludique. Sauf si vous aimez encaisser des dégâts disproportionnés sans obtenir une capacité de réaction convenable. Dans le même ordre d'idées, vous dirigerez avec aisance et plaisir des revenants comme Rose, Karin, ou encore Yun, qui, au travers de leur prise en main différente des habituels "shoryuken" et "hadoken" ouvrent des perspectives sans cesse renouvelées. Mais, et vous l'aurez bien compris, il ne s'agit là que d'une minorité, se noyant dans le flot d'une impression tenace de "déjà-vu" et d'une absence d'innovation flagrante.

Capcom Fighting Jam
Les lions, ce n'est déjà pas vraiment sympa à la base, mais alors avec une épée...
Autre preuve, s'il en faut, d'errances du titre au niveau de l'équilibre, les différents combattants révèlent des capacités propres totalement disproportionnées. En effet, il existe une scission gigantesque entre une grande partie des protagonistes conduisant à un malaise constant au gré des combats. Il n'est en fait pas rare de se dire que la partie est perdue d'avance une fois que l'on se trouve face à un individu que l'on connaît, aux commandes d'un autre nettement moins avantagé. Après un tour d'horizon, on s'aperçoit d'une part que des combattants autrefois peu inquiétants sont devenus pratiquement imbattables, et surtout que le titre qui nous intéresse aujourd'hui privilégie nettement tout ce qui a un rapport avec les prises. Il n'est pas rare de subir une projection alors que l'on a déclenché son coup de pied ou de poing nettement à l'avance. On se retrouve donc devant un tableau très déstabilisant, composé essentiellement de frustration. Je vous promets qu'après vous être acharné sans réussite contre un Guile inattaquable et à la puissance titanesque, et un Anarkis subitement destructeur avec un Guy pourtant au mieux de sa forme, et surtout beaucoup plus rapide, l'envie de débrancher sa manette sera plus que latente. De plus, ce n'est pas la qualité graphique de l'ensemble qui parviendra à remonter le titre dans des sphères plus accueillantes. Pixellisés et animés de façon peu fluide, nos amis les héros et héroïnes au fort charisme font un tant soit peu pâle figure comparés à la magnificence d'un Guilty Gear XX. On retrouve bien évidemment une variation d'une série de personnages à une autre, comme habituellement, mais elle demeure cette fois-ci plus fine à déceler dans le marasme global. Rejouez à 3rd Strike sur Dreamcast et vous verrez la différence, surtout au niveau d'Alex et d'Urien. Une lacune assez regrettable, qui tranche nettement avec des décors fins et agréablement détaillés, gorgés de couleurs et d'un effet pastel lumineux. Animés et emplis d'effets lumineux, ceux-ci démontrent tout de même un parti-pris qualitatif évident, mais peu palpable dans l'ensemble du soft. Dommage.

Capcom Fighting Jam
Je pense que vous le reconnaissez. Un joli clin d'oeil
Incluse dans ce sentiment de déception planant sur ce Capcom Fighting Jam, la pauvreté évidente relative aux modes de jeu vous mettra férocement la puce à l'oreille. D'une vacuité sans nom, le menu principal vous propose un choix cornélien entre le mode arcade, le mode versus et le mode entraînement. Durant un instant, vous vous figerez de surprise, et finirez par découvrir qu'effectivement vous vous trouvez devant un choix définitif. Soumis à la victoire finale sur un boss peu marquant et surtout pas du tout original, les différents bonus que vous glanerez ne vous donneront en effet aucun mode supplémentaire, aucune galerie de personnages, et surtout pas de stage inédit. Vous aurez simplement le pouvoir d'écouter les thèmes originaux des individus présents, avec les sonorités de synthétiseurs déficients de l'époque, pour les plus anciens. Au final, donc et après cette déconvenue finale, il reste néanmoins que CFJ, à défaut de ne pas répondre à vos attentes et d'être soumis à un laisser-aller imposant, demeure un titre agréable sur le court terme. Doté d'une jouabilité intuitive et par le biais de la présence d'êtres charismatiques et au fort pouvoir nostalgique, il apparaît comme un soft honnête, qui pourra intéresser les personnes désireuses de passer quelques après-midi combatifs. Mais ce que l'on retiendra le plus est évidemment une déception catastrophique. "Hurricane Kick" toi-même !

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Après avoir admiré Guilty Gear XX, certainement mis au monde à l'aide de capitaux moins importants que ceux de Capcom, il est légitime de se demander ce qui a bien pu arriver aux sprites pixelisés de Capcom Fighting Jam. Issus pourtant pour certains du légendaire 3rd Strike, réputé pour son animation étonnante, il est vraiment étrange de ne pas en retrouver la qualité ici. On se consolera par conséquent avec les décors en fond, très travaillés et sincèrement harmonieux. A noter également l'apparence un peu trop commune d'un boss de fin aussi raté que celui de MvsC 2.

  • Jouabilité 11 /20

    Non que la prise en main de CFJ soit mauvaise en soi, bien au contraire même, dépeignant toujours ce sentiment intuitif flagrant, mais c'est ici le gameplay qui est en cause. En effet, que ce soit au niveau de l'originalité des attaques, de l'équilibrage global, ou encore des systèmes de contre, on ne peut pas dire que le titre de Capcom parvienne à convaincre. Offrant des combats complètement déséquilibrés, et par la même une frustration évidente, ce dernier commet un impair conséquent.

  • Durée de vie 5 /20

    Une fois que vous aurez fini une première fois le titre, et de ce fait embauché le boss de fin au sein de vos personnages jouables, l'intérêt s'évanouira d'un coup, comme ça, pouf, sans prévenir. Effectivement, le peu de modes de jeu présents est un obstacle réellement handicapant au plaisir pris à jouer. Reste que vous pourrez toujours essayer de vous perfectionner.

  • Bande son 9 /20

    Les mêmes thèmes reviennent très souvent et provoquent une lassitude éreintante très rapidement, dans les phases hors combat. Néanmoins, certaines compositions durant les affrontements se révèlent assez originales, dans leur thème et les instruments utilisés. Les bruitages sont quant à eux quelconques et ne retranscrivent pas vraiment la puissance des coups.

  • Scénario /

    -

Immense déception, Capcom Fighting Jam n'est pas du tout la compilation ultime présentée et espérée et se contente de proposer une absence d'innovation désolante, et une approche ludique discutable. Surfait et parfois éreintant de par son déséquilibre global, le titre de Capcom parvient étonnamment à éveiller parfois une once de chaleur en nous, en vous permettant de retrouver des sensations et une approche que l'on croyait oubliées. Allez Zangief, ne pleure pas...

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
17 février 2005 à 18:00:00
10/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (10)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
8.5/20
Mis à jour le 17/02/2005
PlayStation 2 Combat Capcom
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce