Menu
Codename : Panzers : Phase One
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Codename : Panzers : Phase One
PC
Codename : Panzers : Phase One
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de superpanda
L'avis de superpanda
MP
Journaliste jeuxvideo.com
07 septembre 2004 à 18:00:00
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (45)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.1/20
Tous les prix
Prix Support
11.99€ PC
26.00€ PC
Voir toutes les offres
Partager sur :

Après plus de deux ans de développement dans les studios hongrois de Stormregion (qui sont déjà responsables du sympathique SWINE), Codename : Panzers : Phase One est enfin là, installé sur nos PC. Le jeu de stratégie temps réel basé sur la seconde guerre mondiale a déjà très bonne presse outre Rhin et c'est donc avec un a priori positif que nous avons commencé à jouer. Un a priori qui allait d'ailleurs se confirmer au fil des heures comme nous allons le voir maintenant.

Codename : Panzers : Phase One

Ce qui frappe au premier abord lorsqu'on commence une partie, c'est la qualité des graphismes du jeu. Les unités sont très détaillées et fidèlement reconstituées à partir de documents d'époque, les effets d'explosions et de lumière sont superbes et les décors sont réussis. D'ailleurs, on peut interagir avec un nombre assez phénoménal d'éléments de ces derniers. Ainsi, les chars peuvent abattre des arbres en roulant dessus, l'infanterie peut utiliser les téléphériques présents sur certaines cartes, mais aussi entrer dans les bâtiments pour y déloger des snipers par exemple. Fait plutôt rare pour être signalé, lorsque vous entrez dans une bâtisse, vous voyez l'intérieur de celle-ci et donc, les ennemis qui s'y trouvent. Intéressant. L'animation a aussi été soignée puisque les développeurs n'ont pas hésité à faire appel au désormais très connu procédé de motion capture pour que les mouvements de vos troupes soient les plus réalistes possible. L'infanterie court, rampe, tire avec un naturel qui fait plaisir à voir, d'autant qu'il est tout à fait possible d'admirer tout ça grâce aux capacités de zooms et de rotations du moteur 3D.

Codename : Panzers : Phase One
Cet avion va détruire la pièce maîtresse de mon dispositif.
Coté scénario, on se retrouve plongé au coeur d'un des plus grands conflits de l'histoire : la seconde guerre mondiale. Trois campagnes distinctes sont présentes : allemande, russe et alliée. La première débute en septembre 1939 lors de l'attaque allemande contre la Pologne. Elle se poursuit ensuite en Russie, dans les Balkans et en France. La seconde commence en octobre 1941 et vous allez devoir aider les Russes à recouvrer leurs terres perdues et plus largement conquérir l'Europe de l'Est et aller jusqu'à Berlin. Enfin, la dernière campagne débute dans la nuit du 6 juin 1944. Vous commandez les troupes britanniques et vous devrez participer à la prise de quelques ponts en Normandie en prévision du débarquement, puis vous prendrez part à l'action sur les plages d'Utah. Enfin, il vous faudra bouter les allemands hors de France et participer à la terrible bataille des Ardennes.

Codename : Panzers : Phase One
J'aime les situations de surnombre !
Dans le principe, le jeu ne dépaysera pas les habitués des STR. On déplace ses unités avec la souris, on peut choisir d'avancer en rampant... Comme dans D-Day ou dans le STR futuriste Ground Control, il n'y a pas de récolte de ressources et de construction de base. En fait, vous disposez d'un certain nombre d'unités au début d'une mission que vous devez préserver pour pouvoir progresser. Quelques renforts vous seront parfois accordés, de même que des soutiens aériens dans certaines missions (parachutages, bombardements...). Plusieurs objectifs vous sont confiés : principaux (dont l'accomplissement est indispensable) et secondaires (facultatifs). Certains objectifs sont même cachés. Il est conseillé de ne pas s'en tenir simplement à l'accomplissement des principaux car vous ne gagnerez alors que très peu de points de prestige. Et Dieu sait que l'obtention d'un maximum de ces points est vital. C'est en effet avec eux que vous pourrez acheter vos unités en début de mission. A ce propos, on regrette un peu de ne pas avoir accès à un briefing assez détaillé pour pouvoir choisir en toute connaissance de cause les types d'unités les plus adaptés à la situation. On est donc souvent obligé de faire la mission une première fois pour voir exactement à quoi on sera confronté pour ensuite la recommencer en prenant des unités plus adaptées.

Codename : Panzers : Phase One
Les chars détruisent tout sur leur passage.
Certains pourront dire que les caractéristiques des unités du jeu n'ont rien à voir avec celles de l'époque. Et c'est effectivement le cas. En effet, la portée de tirs des chars d'assaut qui avoisinait les 2 Km a été diminuée pour rendre le jeu plus spectaculaire et pour garder une certaine cohérence avec la taille des cartes. Ce choix est totalement assumé par les développeurs et évite en grande partie le désagréable sentiment de voir ses troupes se faire pilonner par des unités adverses que l'on ne voit pas. Evidemment, cet aspect ne plaira pas à ceux qui souhaiteraient un réalisme absolu, mais il renforce incontestablement l'aspect intuitif et sans prise de tête du jeu. De même, il n'est pas nécessaire de dire à un médecin ou à un véhicule de réparation de soigner une unité : c'est fait automatiquement si un homme ou un char en a besoin et se trouve à proximité. Pratique. La jouabilité est aussi grandement aidée par une petite option qui n'a l'air de rien, mais que vous utiliserez à n'en pas douter souvent : la gestion du temps. Il est en effet possible de mettre la pause à tout moment mais aussi d'accélérer le déroulement du temps. Utile si vous souhaitez rejoindre votre infanterie avec vos unités lourdes et que vous ne souhaitez pas attendre trop longtemps.

Codename : Panzers : Phase One
Les interactions avec les décors sont nombreuses : ici, vos soldats peuvent utiliser un téléphérique.
Un brouillard de guerre est bien évidemment inclus. Si celui-ci représente fort bien le champ de vision de vos troupes, il est aussi complété par un champ auditif. En fait il arrive souvent que, comme dans la réalité, vous entendiez arriver un char avant de le voir. Le jeu le prend en compte et affiche alors une petite icône dans la direction dans laquelle votre unité a entendu quelque chose. Cette icône peut prendre des formes différentes : un char si une unité lourde est en approche ou de petits personnages si c'est l'infanterie adverse qui est dans les parages. Bien évidemment, vous ne savez pas quel type exact d'unité arrive, ni le nombre, vous savez juste qu'un danger est proche. Ce champ auditif ainsi que le champ de vision s'améliorent à mesure que vos hommes gagnent de l'expérience.

Codename : Panzers : Phase One
La mission de débarquement sur les plages d'Utah.
Si on veut chipoter, on peut trouver de petits points faibles au jeu. Tout d'abord, dans le réalisme des unités aériennes présentes. Ainsi, on retrouve les mêmes avions au début et à la fin du conflit, or le Typhoon (Tiffy pour les intimes) n'était pas encore utilisé en 1939 puisque son engagement réel en opération n'a été lancé que fin 41-début 42. En fait, le premier vol de ce type d'avion britannique a eu lieu en octobre 39 mais les moteurs connaissaient alors des problèmes au niveau des radiateurs et il aura donc fallu attendre de nombreux mois avant que les ingénieurs ne résolvent vraiment ce défaut. Pour vraiment respecter la réalité, les développeurs du jeu auraient donc dû inclure des Hurricane qui eux étaient bien présents au début de la seconde guerre mondiale. Mais bon, les unités aériennes ne traversent l'écran que quelques secondes lorsqu'elles sont engagées, donc ça passe. Au niveau historique, Blitzkrieg est quand même bien plus complet que Codename : Panzers : Phase One. Autre petit regret, la deuxième mission alliée pendant laquelle on participe au débarquement sur Utah Beach est un peu courte. En fait, la plage est trop petite pour que l'on puisse élaborer une véritable stratégie d'attaque. L'accent aurait dû être un peu plus mis sur ce moment important du conflit. Heureusement que les autres missions de la campagne relèvent le niveau.

Codename : Panzers : Phase One
Certains combats se déroulent dans des villes dévastées par la guerre.
Mais que serait un jeu de stratégie temps réel sans multijoueur ? Et bien rassurez-vous, Codename : Panzers : Phase One en comporte bien un et c'est jusqu'à 8 joueurs (2 équipes de 4) qui peuvent s'affronter dans des batailles dantesques. Le multi est divisé en trois modes. Outre le classique deathmatch (12 cartes), on retrouve un mode "domination" (9 cartes) consistant à capturer l'usine automobile et le camp d'infanterie qui se trouvent sur la carte, mais surtout à en garder le contrôle ! Enfin, le mode "assaut" (3 cartes) ferme la marche. Dans celui-ci, une équipe doit accomplir les objectifs et l'autre doit l'en empêcher. Tous ces modes sont aussi jouables en solo contre l'ordinateur. Au début d'une partie, vous pouvez choisir vos unités grâce aux points de prestige qui vous sont affectés et qui sont les mêmes pour chaque joueur. Ce mode multi jouable en LAN et sur internet via GameSpy se révèle à l'usage très intéressant, d'autant qu'on nous promet déjà de nouvelles cartes à télécharger.

Codename : Panzers : Phase One
Il faut tenir la position, mais là c'est une situation désespérée.
Terminons par décrire un autre aspect du jeu : la bande son. Si du côté des bruitages on ne relève aucun problème, du côté voix un choix étrange a été fait. En effet, alors que les troupes s'expriment dans leur langue maternelle (en russe, allemand...), les officiers parlent un français impeccable. On ne peut pas s'empêcher de penser qu'un système de sous-titrage aurait certainement renforcé le réalisme du jeu parce qu'en l'état, le résultat est assez étrange. Il ne faut cependant pas que ce détail vous décourage de découvrir Codename : Panzers : Phase One qui est vraiment l'un des tout meilleurs jeux basé sur la seconde guerre mondiale qu'il nous ait été donné de voir.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Unités fidèles à la réalité, décors détaillés, mais surtout effets d'explosions superbes font que les graphismes de Codename : Panzers : Phase One vous en mettront plein les yeux.

  • Jouabilité 17 /20

    Le gameplay est parfaitement pensé et les choix des développeurs (comme celui de la limitation de la portée de tir de certaines unités) se justifient parfaitement et rendent le jeu simple d'accès et fun.

  • Durée de vie 17 /20

    On peut dire qu'avec Codename : Panzers : Phase One, vous en aurez pour votre argent ! Les trois campagnes comportent des missions longues et intéressantes, et le mode multijoueur très complet promet de longues heures d'affrontement sur des cartes très travaillées. Il ne manque qu'un éditeur de maps (qui sera inclus dans le stand alone Phase Two) pour atteindre la perfection.

  • Bande son 16 /20

    Les bruitages sont de grande qualité, mais le problème se situe au niveau des doublages. Attention, le travail effectué par l'équipe de localisation est excellent, mais on est un peu surpris d'entendre des officiers allemands, anglais ou russes parler dans un français parfait, alors que les simples soldats s'expriment dans leur langue maternelle. Un système de sous-titrage pour les voix des gradés aurait certainement donné un meilleur résultat en renforçant le réalisme.

  • Scénario 16 /20

    Les trois campagnes reprennent les moments clés de la seconde guerre mondiale (avancée des troupes de la Wehrmacht en Pologne, contre-attaque Russe, débarquement de Normandie...) et sont parfaitement scénarisées.

C'est bien simple, Codename : Panzers : Phase One est un titre indispensable ! Tous ceux qui apprécient un tant soit peu les jeux de stratégie se doivent de le posséder. Avec sa réalisation soignée, ses trois campagnes passionnantes, son gameplay quasi-parfait et son mode multijoueur riche et complet il devient naturellement un des tout meilleurs RTS existants à ce jour. On ne peut y reprocher que quelques légers problèmes au niveau du réalisme historique des unités (défaut qui passera cependant inaperçu auprès de la grande majorité des joueurs) et une mission dédiée au débarquement proprement dit bâclée. Mais surtout, que ces petits défauts ne vous empêchent pas de découvrir ce titre qui parviendra à n'en pas douter à vous captiver.

Profil de superpanda
L'avis de superpanda
MP
Journaliste jeuxvideo.com
07 septembre 2004 à 18:00:00
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (45)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.1/20
Mis à jour le 07/09/2004
PC Stratégie Focus Stormregion
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live