Test Catwoman- Gameboy Advance

Gameboy Advance

Grand fantasme des inconditionnels de Batman, notre belle amie Catwoman sort ses griffes dans l'espoir de se raccrocher à votre coeur de joueur adepte de DC Comics. Une première phrase à l'originalité peu flagrante et à l'habileté proche du néant se rapprochant pourtant de l'essence même du jeu qu'Electronic Arts essaie de nous faire acquérir à grands renforts de coups marketing. Tentant vainement de retenir un jeu de mots aux atours peu enchanteurs depuis quelques minutes, je ne peux plus contenir cette force immense : "Le chat retombe toujours sur ses pattes, mais Catwoman en est-elle capable ?". Je vous avais prévenu. Si seulement EA avait fait de même.

Catwoman

Pourtant tout s'était bien déroulé au début. Voici le type de constatation qui réapparaît souvent lors, soit des grandes déceptions, soit de subtils aveuglements. Et c'est de cette dernière catégorie qu'il s'agit. En effet, devant les cris horrifiés emplissant la rédaction lors des découvertes traumatisantes des opus consoles de salon et PC, je me suis dit qu'un titre ne pouvait jamais être mauvais sur toutes les plates-formes l'accueillant. Et comme il ne demeurait que la petite et frêle cartouche GBA, encore vierge de tout avis, elle incarnait en un sens le dernier bastion virtuellement sur pied. Les premières impressions sont plutôt bonnes, et le demeurent tout au long du titre. Tout d'abord, la qualité graphique, sans être du niveau d'un Splinter Cell ou d'un Spiderman dans la même catégorie, se révèle convaincante et relativement fouillée. Les décors se trouvent détaillés, tout comme les sprites des divers protagonistes, dont l'animation fait montre d'un travail sérieux et attentionné. La femme féline se meut avec grâce et souplesse, tandis que ses opposants, essentiellement composés d'hommes de main, tentent vainement de déplacer leur être à la corpulence massive.

Test Catwoman Gameboy Advance - Screenshot 9Catwoman est une gymnaste exceptionnelle, qui vous fera peur plus d'une fois

Il en résulte donc des phases d'explorations agréables à admirer, tout comme les affrontements, dynamiques et faisant appel à la quintessence de la décomposition générale des mouvements. Et toujours dans cette courte rubrique des points plutôt positifs, rentre en ligne de compte le traitement "comics" des scènes relayant le scénario du soft. Vous aurez en fait à faire avec un défilement d'images fixes au cadrage et à l'inspiration typiques des bandes dessinées américaines. Un aspect véritablement sympathique, participant à l'immersion, mais qui tranche malheureusement trop avec le parti pris des développeurs concernant le fait de proposer un univers artistique au grain résolument "réaliste". Dommage pourrait-on se dire. Mais à la vue de ce qui nous attend par la suite, les remords font place à la certitude d'un produit non finalisé.

Test Catwoman Gameboy Advance - Screenshot 10Des phases scénarisées aux dialogues ridicules, dommage

D'ailleurs, il serait peut-être temps d'informer les programmeurs de l'inutilité de mettre en avant une progression basée sur la précision au sein d'environnements en 3D isométrique. De ce fait, et associée à une jouabilité erratique, l'avancé au gré des divers niveaux jalonnant un parcours riche en énervements de toutes sortes s'apparente à une longue souffrance. Il n'est pas rare effectivement de s'escrimer à saisir une barre métallique juste au-dessus de la svelte héroïne durant une bonne minute, tout simplement par que cette dernière n'est pas alignée au millimètre près avec la prise convoitée. Lorsque une erreur de ce type conduit à être obligé de recommencer un passage entier, cela a de quoi frustrer, je vous l'assure. Dans le même ordre d'idées, l'architecture des endroits meublant la vacuité généralisée, se révèle redondante, et l'on a très souvent l'impression d'exécuter des actions semblables dans un but identique, qui plus est décuplée par ce qui est énoncé ci-dessus. Et comme si cela ne suffisait pas, il arrive fréquemment que les parties du décor que vous devez atteindre ne soient que peu visibles, ou tout simplement pas du tout indiquées, et de surcroît parfois sincèrement cachées. Paradoxalement l'assistanat dont vous faites les frais hors des occurrences précédentes nuit de manière dommageable au titre. Par exemple, dès que vous trouvez une clé, le sens animal de Catwoman vous montre dans quel endroit l'insérer. Un détail ruinant tous vos efforts de recherche et conférant une linéarité sans faille au jeu.

Test Catwoman Gameboy Advance - Screenshot 11Les chats ont vraiment peur de l'eau visiblement

De même, les pugilats sont fort brouillons, et ne permettent jamais de véritablement savoir ce que l'on fait. S'il est vrai que l'on engrange de nouveaux coups au fur et à mesure de notre quête de vengeance, il est regrettable de ne pouvoir au plein sens du terme réaliser des enchaînements. Vous vous contenterez en effet de les subir sans en profiter, fondus dans une masse informe d'ennemis. Les protagonistes demeurent trop petits, accentuant l'effet désagréable d'extériorité à l'action, donnant l'impression de suivre les péripéties de notre chère Catwoman du haut d'un hélicoptère. Aucun challenge ne daigne pointer le bout de son nez dans cette situation inconfortable, laissant sa place à un inintérêt ne se faisant pas prier pour subtiliser cette position de choix. Si seulement, si seulement tout pouvait s'arrêter ici, sans heurts supplémentaires. Cette donnée ne tenait pourtant qu'à Electronic Arts. Mais poussé par l'appât du gain, la société tentaculaire n'a pu freiner sa volonté de puissance inconsistante.

Test Catwoman Gameboy Advance - Screenshot 12Quelques passages où la furtivité entre en ligne de compte.

De ce fait, on assiste à une lente déchéance de la qualité des dialogues parsemant l'aventure de leur amer goût de clichés. Sonnant tous creux et ne résonnant pas à nos petites oreilles, ceux-ci semblent tout droit extraits d'un best-of des séries Z américaines diffusées le jeudi soir sur TF1, mettant en scène des acteurs oubliés de tous, tentant un retour désespéré. C'est triste. Cette barrière indestructible à une immersion déjà en berne, ne fait que repousser le pauvre joueur cherchant par tous les moyens à justifier son achat. Et j'évoquerais pour terminer la durée ridicule des diverses missions à accomplir, allant de 5 minutes pour la plus longue, à 30 secondes (véridique) pour la plus courte. Cet état de fait conduit à hacher le jeu, insérant des évènements de manière inconsidérée, et brisant le flux de l'action en de nombreuses reprises durant un seul "acte". Produit formaté, mal découpé, et se basant simplement sur une licence qui plus est peu passionnante pour se vendre, le dernier produit EA Games ne mérite vraiment pas votre attention. Big Brother EA ne voit pas tout visiblement.

La rédaction, le 26 août 2004

Les notes

  • Graphismes 12/20

    Les graphismes sont relativement fins, et les environnements suffisamment détaillés pour que l'on prenne plaisir à les arpenter, mais le level-design se révèle catastrophique dans son manque d'originalité et par extension de renouvellement. Il en va de même concernant les personnages, qui s'ils disposent d'une animation de qualité, s'avèrent trop petits et peu variés. On notera également une utilisation de la 3D isométrique pas du tout en adéquation avec la forme du titre, et conduisant à une prise en main très délicate.

  • Jouabilité 9/20

    Catwoman ne souffre d'aucun défaut et répond précisément à vos injonctions, mais connaît les plus grandes difficultés à se mouvoir dans l'espace visiblement. Saisir précisément un objet, ou tout simplement anticiper le danger est relativement compliqué. De plus, les combinaisons de coups sont limitées, tout comme la variété des affrontements, aboutissant à une lassitude certaine. D'autre part, le principe de s'accrocher aux murs implémente une dimension supplémentaire au gameplay, mais provoque des mouvements non désirés. S'agripper à une paroi contre votre plein gré sera votre lot quotidien.

  • Durée de vie 8/20

    Le soft n'offre aucune raison d'être repris de fond en comble, et de toute façon n'est pas digne d'intérêt lors de la première partie. La facilité de l'ensemble due aux nombreux points de sauvegardes enfonce un peu plus le titre dans un marasme dont il lui est quasiment impossible de sortir. De même, l'absence de renouvellement général, et le peu de variété présente ne vous pousseront pas à poursuivre l'aventure.

  • Bande son 10/20

    Les compositions musicales se révèlent assez sympathiques, bien que le problème de grésillement inhérent au processeur sonore de la GBA soit toujours d'actualité. Les effets sonores demeurent toutefois fort rares, et le claquement du fouet est celui que vous entendrez le plus souvent. Bien retranscrits, il n'en demeure pas moins crispant au bout de la deuxième heure de jeu.

  • Scénario 5/20

    Des dialogues indigents, une progression scénaristique décousue, rien ne permet d'apprécier l'histoire de vengeance au centre du jeu. Et ce n'est peut-être pas un mal.

  • Note Générale7/20

    Les adaptations de longs métrages n'ont jamais brillé par leur qualité ludique, mis à part les trois softs tirés de la trilogie du Seigneur des Anneaux (signés également EA). Cette production EA Games ne fait pas entorse à la règle, et se contente d'espérer que la licence fera tout le travail. Un titre mal équilibrée, à la progression pénible et à la mise en forme scénaristique complètement décalée (dans le mauvais sens du terme). Il en résulte donc un mauvais jeu, vendu au prix fort et tentant d'appâter les fans de la femme-chat. Un conseil laissez tomber ce produit sas saveur, et regardez une nouvelle fois le second Batman de Tim Burton, avec une sublime Catwoman. Un bonheur plus fugitif mais inclus dans un grand film.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 10/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Electronic Arts
  • Type : Action / Aventure
  • Multijoueurs : Non
  • Sortie France : 26 août 2004
    (3ème trimestre 2004 aux Etats-Unis)
  • Version : Française intégrale
  • Classification : Déconseillé aux - de 7 ans
  • Existe aussi sur :
    Catwoman - Gameboy Catwoman - PC Catwoman - Gamecube Catwoman - Xbox Catwoman - PlayStation 2
  • Similaire à :
    Shrek 2
    Spider-Man 2
Mots-clefs : Cat woman, Cat-woman

Vidéos

Voir la vidéo de Catwoman