Menu
Fire Emblem
  • Tout support
  • WiiU
  • GBA
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Fire Emblem / Fire Emblem sur GBA /

Test Fire Emblem sur GBA du 16/07/2004

Test : Fire Emblem
GBA
Fire Emblem
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
16 juillet 2004 à 18:00:00
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (152)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18.5/20
Partager sur :

L'embrasure du volet permettait, à travers une lame de lumière s'évanouissant au gré du masque nuageux se profilant à l'horizon, de se représenter la situation présente. Nous étions définitivement pris au piège d'un bâtiment accusant le poids des ans, et ne disposant pour notre plus grand malheur d'une unique sortie, rapidement détenue par l'ennemi. Chacun se dispersait dans les volutes de poussières s'élevant au moindre pas effectué. Nos lames ébréchées et rongées par un sang gorgé d'acides regrets ne pourront pas exercer le rôle salvateur qui leur incombe... Voilà une occurence à ne pas reproduire dans un RPG Tactique, qui plus est dans Fire Emblem.

Fire Emblem

Effectivement, il n'est ici en aucun cas question de stratégie menée de manière hâtive, la hache au poing, hurlant le nom d'une divinité ou d'un roi quelconque. Le titre des magiciens d'Intelligent Systems, également créateurs de l'austère mais très peaufinée série Advance Wars, vous permet de vous confronter à la mise en place d'une tactique réfléchie et se déployant à long terme. Aucune place n'est accordée aux errances d'un esprit trop peu synthétique. Il vous incombe de gérer un ensemble de situations en ayant conscience de votre équilibre offensif et défensif et en prenant en compte impérativement votre environnement.

Fire Emblem
Erk a toutes les chances de devenir le pilier de votre attaque tellement ses magies sont puissantes
Vous n'aurez pas un instant de répit, tant les possibilités sont nombreuses et avant tout sujettes à modification. Les bases de cet enseignement vous seront inculquées tout au long de la quête de Lyndis, vaillante guerrière des hautes terres de la Plaine Sacae, dont l'arbre généalogique troublé sera le déclencheur d'un conflit dépassant bien vite les cadres familiaux et locaux, pour devenir source des plus grandes craintes. Le développement de ces acquis jusqu'à la sagesse du stratège interviendra quant à lui par le biais des aventures épiques d'Eliwood, jeune noble fils d'un marquis réputé, cherchant à tout prix à retrouver ce dernier après un enlèvement inexpliqué, ainsi que par le sombre destin d'Hector, pour qui le maniement de la hache n'a aucun secret. Trois trames scénaristiques différentes, toutes d'égal intérêt, réunies sous le dôme de la préservation d'un chaos étendant ses ténèbres tentaculaires sur une contrée autrefois paisible. Vous l'avez compris via les descriptions des intervenants principaux, nous sommes transportés au sein d'un monde au background rougeoyant des flammes ravivées d'un héroic-fantasy immersif, où magies et héros cuirassés rejoignent dragons et châteaux-forts, en un raffinement nous remémorant nos plus téméraires aventures dans des univers aux mêmes thématiques. Final Fantasy 9, Final Fantasy Tactics, Drakengard et consorts participent à ces havres imaginaires toujours aussi enchanteurs et propices à accueillir merveilles et drames.

Fire Emblem
Voici l'un des artworks dont je vous parlais
Il est par conséquent évident qu'en ces temps troublés, où la parité des notions du bien et du mal est remise en cause et bafouée chaque jour, l'occupation principale de la société s'incarne dans des guerres intestines. Dans ce contexte particulier, où chaque citoyen cherche à survivre, vous n'aurez pas de mal à dénicher de fiers défenseurs de votre cause. C'est là une des grandes forces de ce Fire Emblem. Il vous est en effet offert la possibilité de recruter des futurs compagnons au fil de villages assiégés ou de grandes batailles épiques durant lesquelles votre pouvoir de persuasion sera une arme plus tranchante que l'épée. Un discours posé et argumenté peut parfois forcer un homme à comprendre vos motivations profondes et à rejoindre votre troupe. Néanmoins, la majorité des nouveaux venus apparaissent tout simplement durant des scènes relatives au scénario, ce qui n'empêche en aucun cas de visiter les diverses habitations à la recherche de l'oiseau rare. A la différence des autres RPG Tactique, il n'est en fait possible de se rendre à l'intérieur de bâtiments de fonctions diverses qu'au cours des affrontements. Une fois parvenu sur la carte de bataille, vous vous rendrez bien vite compte de la présence de constructions autour des troupes présentes sur le front. Celles-ci jouent un rôle différent suivant leur type, et nécessitent d'être répertoriées dans la longue liste de vos techniques d'affrontement. Les maisons d'habitation, peuvent abriter des renforts, mais contiennent le plus souvent des villageois vous conseillant de manière avisée, et les châteaux vous permettent de reprendre des points de vie et de bénéficier d'une augmentation de points de défense si vous restez en leur sein. Mais ce n'est pas tout.

Fire Emblem
La possibilité de briser un mur est un plus non négligeable lors de situations désepérées
L'achat d'objets et d'armes se fait également à l'aide de cette méthode. Il suffit de déplacer une de vos unités jusqu'à une porte et de choisir de visiter tel ou tel édifice afin de combler les espaces vides de votre inventaire, qui se remplira bien vite, ne vous inquiétez pas. Un aspect très intéressant, vous obligeant à bien définir une ligne de conduite, dans le but de partager les tâches entre vos différentes unités. Toutefois l'interaction avec le milieu ambiant ne s'arrête pas là, dépassant allègrement l'originalité du concept abordé précédemment. Chaque parcelle peut vous avantager ou vous désavantager suivant la manière dont elle est usitée. Le principe est simple, mais diablement novateur. En fait, différents types de terrains recouvrent le monde dans lequel vous déambulez, octroyant à n'importe quelle unité s'y trouvant un apport notable. J'ai parlé en amont du cas des châteaux, mais la nature peut aussi vous procurer une protection digne d'intérêt. Par exemple, le fait de vous trouver dans une forêt augmentera votre défense de 1 point et votre esquive de 20 points, dû à la présence de branches, obstruant la vue de vos opposants. Cependant, ces derniers peuvent également prendre position dans ces bosquets, et retourner votre propre schéma contre vous. D'autre part il arrivera parfois que des murs soit fissurés, auquel cas rien ne vous empêche de les briser afin de prendre en tenailles les combattants retranchés à l'intérieur. Les projections tactiques sont alors décuplées et confient au joueur une liberté dans ses choix très imposante. Mais le bonheur ne s'arrête pas en si bon chemin, et passe par le peaufinement de votre groupe.

Fire Emblem
Des attitudes physiques très orientées manga pour le plaisir des fans de RPG japonais
La force réside dans l'union et cette dernière est un ensemble d'individualités. Voici la manière de concevoir le système de gestion de Fire Emblem, dans lequel l'exhaustivité s'impose en tant que fondement inaltérable. Premièrement, au coeur d'un furieux pugilat plusieurs attitudes peuvent être mises en pratique. Imaginons qu'un allié soit blessé et qu'il n'ait plus de potion pour espérer mettre fin à ses souffrances. Plusieurs solutions s'offrent alors à vous. Soit vous vous approche de votre compatriote et choisissez de lui confier un objet de soin en une sorte d'échange, soit, et nous tenons là une grande et belle idée, vous le prenez avec vous de manière à le protéger des agressions. Ce second choix permet d'éviter la perte d'un soldat, mais diminue de moitié l'attaque et la vitesse de déplacement de l'unité hôte. Néanmoins, à la manière d'un vulgaire outil, il ne vous est pas interdit de le confier à un autre compagnon disposé sur une case adjacente, oo d'aller le déposer loin du champ de bataille. Pourquoi tant d'attention me direz-vous ? Tout simplement parce qu'un homme décédé, contrairement à FFTA ou Shining Force, ne peut être ressuscité, et demeure inaccessible durant tout le jeu, prenant part tout de même aux évènements importants du scénario, sous la forme de petites images fixes, s'il s'avère non négligeable au creux de l'histoire.

Fire Emblem
Dorcas sait manier sa hache aussi bien de loin que dans le feu de la bataille
Ce qui amène logiquement et en douceur à évoquer le niveau de difficulté globale qui n'a rien à envier aux ténors du T-RPG, à savoir Black Matrix, Hoshigami, ou dans une moindre mesure Final Fantasy Tactics (le combat contre Gafgarion sans tricher, aïe, aïe). Si vous n'appliquez pas à la lettre les conseils du soft (soumis à la fatalité que vous pouvez détourner en achetant les services de la diseuse de bonne aventure dans le menu préparation de combat) et si vous vous persuadez qu'en attaquant de front vous passerez les défenses ennemis tranquillement en vous arrosant de potions de soins vous vous méprenez totalement. Le plaisir de jeu en est transcendé, donnant le sentiment de mériter une victoire, et faisant souffler en vous le vent de contentement d'une rixe bien menée. D'autant qu'en plus de toutes ces données à planifier, il vous faut avoir connaissance des vitaux triangles des armes, et des magies. Le premier indique les interdépendances existant entre les différents outils affûtés en votre possession. Le concept est simple, l'épée est plus puissante que la hache, elle-même dépassant la lance, qui s'avère plus forte que l'épée. Le second quant à lui, fonctionne sur un principe similaire, et met en avant les pouvoirs spirituels selon le schéma suivant : les éléments (foudre, terre, air, etc...) surpassent la magie blanche, cette dernière anéantissant la magie noire qui se révèle, elle, dévastatrice face aux éléments.

Fire Emblem
Certains personnages sont vraiment charismatiques, comme ce voleur sans vergogne
Cette interconnexion cyclique paraît dénuée de tout attrait comme cela, mais oblige à repenser chaque duel, à changer sa stratégie suivant les ennemis en lice, pour aboutir à une profondeur de jeu ahurissante, n'omettant que les arcs, et les chevaliers-pégase ou wyvern, qui s'avèrent assez équilibrés, mis à part contre les attaque physiques pour le premier, et les tirs de flèches pour le suivant. En sus, l'évolution ne concerne pas que vos personnages en armure reluisante, mais aussi vos armes. En effet, chacun de vos ustensiles acquiert de l'expérience en relation avec la fréquence d'utilisation d'un type spécifique. En résumé, si vous utilisez tout le temps un outil offensif de type hache (n'importe laquelle), vous commencerez à avancer sur le chemin épineux de la maîtrise de ce genre précis. Allant de E à S (qui est la classe la plus haute), cela a une répercussion sur la force et la résistance affiliée. Sachez cependant que vos armes ne sont pas éternelles et qu'elles disposent d'une jauge d'usure, qui une fois arrivée à zéro provoque irrémédiablement la destruction de votre compagne d'acier. Il vous incombe par conséquent de vous occuper d'elle comme d'un individu à part entière, ce qui rajoute encore une couche d'intérêt à un ensemble de strates attirantes qui n'en manquait déjà pas. Il y'a tant à dire que j'espère n'avoir rien oublié, et pouvoir passer sereinement à l'aspect "extérieur" du jeu.

Fire Emblem
Voici une des conséquences de votre placement sur un bosquet. Vous êtes pratiquement intouchable
Contrairement au somptueux FFTA, regorgeant de détails et arborant une finesse conséquente, adjointe à une animation étonnante pour une GBA, Fire Emblem ne propose quant à lui qu'un aspect graphique relativement dépouillé, donnant à voir des sprites minuscules durant les phases de combat. Fort heureusement, les artworks présents lors des scènes oeuvrant pour la trame scénaristique donnent une idée sincère de l'ambiance qu'ont voulu inclure les développeurs et les divers artistes ayant travaillé sur le projet. Les dégradés sont étudiés avec soins, et les teintes ocrées corroborent avec intelligence le côté légende sous-jacent des quêtes qui nous sont contées. Toutefois vous serez loin de crier au scandale, à la vue des petites animations mettant en scène un duel, accompagnées de décors de fond splendides, en accord avec le terrain sur lequel vous luttez âprement pour votre vie. Les mouvements de vos héros lors de ces instants dynamiques sont décomposés habilement, donnant véritablement une assise au combat, dépeignant avec force le fracas des armes. De plus, les effets lumineux et "spéciaux" agrémentent avec goût la qualité globale, relayées par l'utilisation de teintes vives et agréables tout au long du titre. Au final, il apparaît donc que malgré ses petites lacunes graphiques, Fire Emblem se place comme l'un, voire le meilleur RPG Tactique sur GBA, grâce à sa profondeur et ses multiples éléments novateurs. Un petit bijou qu'il est dure de tailler, mais qui révèle alors toute sa beauté.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Comparé aux chefs-d'oeuvre que sont par exemple Sword Of Mana ou encore FFTA, il est vrai que Fire Emblem accuse un retard plus que certain, mettant moins en avant l'artistique que le ludique. Toutefois, l'appréhension première face à la carte de déplacement inter-états, et à celles dédiées aux combats, n'affichant que des individus minuscules et peu détaillés au milieu de constructions pixellisées, s'envole rapidement après avoir aperçu un artwork au détour d'une "scène cinématique". On se laisse alors envahir par une confiance en ce titre, qui ne nous déçoit pas, une fois plongé dans le dynamisme et la réalisation très correcte des animations de pugilat. D'autre part, les différents décors placés en fond s'avèrent réalisés avec soins et plongent immédiatement dans l'ambiance. Mention spéciale à la boîte française, aussi belle que l'américaine.

  • Jouabilité 18 /20

    Rarement un T-RPG sur console portable n'avait proposé autant d'alternatives au sein d'une même partie. La profondeur de jeu est proprement fascinante, et l'on se prend souvent à répéter sans cesse un plan d'attaque afin de mettre en forme l'immensité des possibilités dans son esprit. Les commandes répondent parfaitement à vos injonctions, et on ne note aucun problème de jouabilité pure. La navigation dans les menus est intuitive, mais il faudra néanmoins vous habituer aux nombreux tableaux et sous-tableaux, preuves de la multiplicité des choix possible. Un gameplay fantastique qui ne mérite que des éloges.

  • Durée de vie 16 /20

    Non content de proposer une trame scénaristique aux rebondissements nombreux et à la longueur conséquente (composée de trois aventures distinctes), Fire Emblem comblera vos nuits de parties endiablées pour éradiquer le chaos en compagnie d'autres joueurs. En effet, le titre comprend plusieurs modes multijoueurs pour parachever l'expérience addictive, offrant ainsi une durée de vie plus que conséquente. Des heures de plaisir se dessinent devant vous.

  • Bande son 14 /20

    Les compositions sonore, oscillant entre l'épique et les douces mélopées calmes et entraînantes, proposent une diversité assez importante, et collent parfaitement aux situations rencontrées. Il est surprenant d'ailleurs d'entendre certaines pistes de très bonne qualité, pour une fois peu handicapées par le processeur sonore de la GBA. Pas au niveau de FFTA (Sakimoto je t'aime), mais très agréable tout de même. A noter les bruitages très convaincants, notamment celui de l'épée rangée dans son fourreau.

  • Scénario 15 /20

    La multiplicité des destins et la construction habile des scénarios immergent rapidement dans ce monde d'héroic-fantasy à la japonaise, et vous entraîne dans un voyage des plus charmant. Les personnages disposent quant à eux de psychologies crédibles, mettant bien en avant leur but personnel avant celui du groupe.

Véritable renouveau dans le domaine en progression du RPG Tactique, ce qui n'est pas pour nous déplaire, Fire Emblem impose sa marque sur la petit portable de Nintendo, et surpasse même le pourtant magnifique Shining Force. Comblé de talents, d'innovations, il rassemble tout ce qui est la base d'un excellent T-RPG, dépassant pratiquement ce que FFTA a pu nous proposer en son temps. Si vous deviez ne choisir que deux jeux de ce type sur votre rutilante GBA, laissez-vous surprendre par ce Fire Emblem, et craquez pour Tactics Ogre : Knights Of Lodis. Désolé pour FFTA qui reste toujours dans les meilleurs softs à ce jour, mais les élèves ont sans doute dépassé le maître.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
16 juillet 2004 à 18:00:00
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (152)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18.5/20
Mis à jour le 16/07/2004
Gameboy Advance RPG Stratégie Nintendo Intelligent Systems
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live