Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Max Payne 2 : The Fall Of Max Payne
PC

Des mois d'attente frémissante avant de pouvoir retrouver le flic maudit et dépressif de Remedy. Une horde de fans proches de l'explosion à l'idée de renouer avec l'ambiance glauque et les états d'âme de Max, celui qui n'a plus rien  à perdre. Après une promo tapageuse mais pas trop, à grands renforts de vidéos aguicheuses, nous étions tous bien excités et ça y est, le voilà. Max Payne est revenu, dommage qu'il ne passe qu'en coup de vent.

Max Payne, un nom qui résonne aux oreilles de nombreux joueurs comme une litanie, c'en est presque mystique. Moi rien que d'entendre le main theme j'en ai des frissons. De l'usage du Bullet Time aux cinématiques roman-photo en passant par le scénario et l'ambiance unique de polar tordu à tendance série Z, le jeu avait tout pour lui en dehors de sa durée de vie. Pour sa suite, Remedy avait tout intérêt à ne pas se vautrer et justement, ils ne l'ont pas fait. Tout commence peu de temps après la fin du premier opus. Max, plus mûr, plus marqué par son histoire, a quitté la DEA pour intégrer la police criminelle, se vouant à de pauvres affaires sans grand intérêt. Mais les embrouilles lui collent à la peau comme le cuir à celle de Trinity et rapidement, Max retrouve une vieille connaissance en la charmante personne de Mona Sax dont il croisera le chemin après avoir fait la connaissance d'une entreprise de nettoyage aux méthodes saugrenues. Bien vite, le flic psycho-maniaco-parano-dépressif se retrouve accusé de meurtre avec sa nouvelle copine. Du scénario, je ne vous dévoilerai rien d'autre que la façon dont il nous est narré, mais sachez tout de même qu'il est torturé à souhait et qu'il a en plus la classe de ne pas se prendre au sérieux, et c'est comme ça qu'on l'aime.

Devine qui vient de rentrer !

Ceux qui attendaient de cette Chute De Max Payne une ambiance et une personnalité aussi forte qu'auparavant ne seront pas déçus. Encore une fois on nous offre une histoire sombre mais qui s'enrichit d'un aspect affectif nouveau avec l'idylle Max/Mona. A l'occasion on nous fait rire, ou au moins sourire, parfois on nous met aussi mal à l'aise que Max lorsqu'il part dans ses trips. En bref, c'est le panard pour qui aime se lancer dans un bon scénar et une grosse ambiance. Côté narration, Remedy a conservé le style roman-photo mais cette fois on a droit à de splendides peintures réalisées à la main en lieu et place des photos de la dev team. Oui, c'est plus classe en effet. A cela, s'ajoutent des cinématiques tournant avec le moteur du jeu, histoire de faire le lien entre les « BD » et le jeu en lui-même.

Après un saut, Max peut maintenant rester au sol le temps de vider son chargeur.

Vous voilà rassuré, côté atmosphère et histoire, Max Payne 2 assure méchamment. Seconde question, le gameplay. Personne ne s'est vraiment attendu à voir débouler une foultitude de nouveautés et à raison. Le jeu se pratique exactement comme son aîné à deux ou trois changements mineurs près. Les niveaux sont donc toujours très linéaires et l'essentiel de l'action consistera à tuer les méchants. Clé du gameplay : le Bullet Time. Pour ceux qui n'auraient pas connu le premier volet, petit rappel. Max dispose de la capacité de ralentir le temps et donc d'ajuster au mieux ses adversaires. Pour aller avec ce Bullet Time, il peut également effectuer des sauts aussi classes qu'utiles pour dégommer les ennemis dans tous les sens, en avant, sur le côté, derrière, tout ça avec une facilité déconcertante et une fluidité accrue dans ce second épisode. On note des nouveautés mineures à ce niveau. Le sablier qui sert de jauge pourra se colorer en différentes nuances de jaune. Plus il est coloré, plus le ralenti sera puissant. Pour arriver à augmenter le niveau de coloration, il suffit d'aligner un maximum de cadavres sur son chemin. Simple. Autre nouveauté qui concerne les shootdodges, après un saut, Max peut maintenant rester plaqué au sol le temps de vider son chargeur. Ce n'est pas fondamental, mais ça fait parfois une petite différence durant certains gunfights. Du côté purement esthétique, le Bullet Time s'accompagnera maintenant d'un nouveau filtre graphique sépia du plus bel effet. Autre petit changement, l'arrivée de Mona que l'on sera amené à incarner, l'occasion de voir l'action sous un autre angle, celui du fusil de snipe entre autres. Les personnages non joueurs viendront eux aussi vous seconder à l'occasion, mais leur importance est plus que réduite, autant que leur IA d'ailleurs, c'est amusant mais assez secondaire en vérité.

Les photos laissent la place à de superbes peintures réalisées d'après modèles. Vite, retrouvons celui de Mona !

Peu d'évolutions donc. La progression dans les niveaux est toujours aussi linéaire, une salle = une porte. A de rares occasions on devra faire chauffer un peu les neurones mais si peu. Qu'à cela ne tienne, The Fall Of Max Payne a d'autres arguments. En l'occurrence, une action intense et sans faille, des hordes d'ennemis qui compensent par leur nombre ce qui leur manque en I.A. Les temps morts sont rares et feront plutôt office de temps de repos pour vos doigts ou de plongée plus profonde dans l'intrigue. Si on peut regretter le manque de nouveautés, on saura apprécier une maniabilité un peu plus fluide et le retour des passages bien barrés dans le style de l'appart de « Max défoncé ». Mais heureusement, plus courts et bien moins lourds. Parlons maintenant du truc qui fâche : la durée de vie. C'était le principal reproche adressé au premier volet, ce sera celui du second vu qu'il est encore plus court. Selon votre niveau, comptez de 7 à 10 heures maximum pour venir à bout du jeu. Oui c'est scandaleusement court, oui ça fait super cher de l'heure mais je vous garantis qu'on en a pour son argent (ça me va bien de dire ça tiens). Tout de même, attendre tout ce temps pour voir si vite la fin, ça fait un peu mal au ventre. L'avantage c'est qu'en 7 heures est concentré un maximum de jouissance ludique.

Alors, ça te fais déjà moins marrer le girl power là !

Revenons à des choses plus reluisantes, c'est le cas de le dire, avec la réalisation résolument sublime que nous livre Remedy. Vous voyez Half-Life² ? Ben ce n'en est pas loin (et puis au moins il ne nous joue pas l'arlésienne lui). Par quoi on commence ? Le design d'abord est excellentissime avec ses décors tantôt sombres comme une vieille cave à vin, tantôt baignés sous une lumière crue ou laiteuse. Le traitement des lumières est d'ailleurs lui aussi des plus réussis, de même que les ombres. Saluons également les textures effrayantes de détails et de « vie », les petites choses fourmillent de partout. Les modèles 3D sont eux aussi les plus complexes du moment avec des visages grandioses. Et on finit en beauté (et pourtant il y a encore plein de chose à dire) avec le moteur physique, le fameux Havok. Les ragdolls tout d'abord font preuve d'un réalisme saisissant, les ennemis valdinguent selon la façon dont vous les dégommez, butent sur les obstacles, tombent et épousent les formes au sol. Les objets inertes se comportent de la même façon, le moindre bidule bouge avec réalisme, de la canette à la grosse caisse. A vous d'en tirer parti d'ailleurs. Pour faire court, disons que ce moteur est encore une fois ce qu'on fait de mieux pour le moment et qu'en plus il est relativement peu gourmand et très stable.

Les notes
  • Graphique 18 /20

    On tient un nouvel étalon en attendant l'arrivée d'Half-Life². Les modèles 3D et surtout les visages sont saisissants de détails et de réalisme. Les textures sont variées, complexes et pleines de vie et le moteur physique est au poil malgré quelques exagérations sur les morts. En définitive : une référence.

  • Jouabilté 18 /20

    C'est vrai, le gameplay n'a quasiment pas évolué mais quel panard. La prise en main est intuitive, plus souple et surtout l'action est intense et indissociable de sa mise en scène parfaitement maîtrisée, parfois proche d'un Metal Gear Solid 2 en mois « envahissant ». On lâche pas la souris avant la fin.

  • Duree 9 /20

    L'ombre au tableau, une durée de vie ridicule de 7 à10 heures. Les divers modes de difficulté tentent de combler cette lacune mais on comptera plutôt sur le mods qui ne tarderont pas à sortir (vite, un nouveau Kung Fu). C'est court, mais concentré. Vaut mieux ça qu'un jeu long et creux.

  • Son 18 /20

    Musicalement c'est une merveille, comme dans le premier volet. Les effets sont eux aussi une pure réussite en terme d'immersion (la pluie omniprésente, les douilles qui tombent etc.) et on appréciera que pour éviter les aléas de la localisation (on se souvient du premier Max Payne) le voix originales aient été conservées.

  • Scénario 18 /20

    Ambiance noire, scénario torturé mais qui sait ne pas se prendre au sérieux dans ses moments les plus mélo-dramatiques. Max Payne 2 est l'un des rares jeux qui puissent prétendre à une réelle identité.

Une action frénétique, une atmosphère et une personnalité terriblement fortes et une réalisation à tomber. Pas de doutes, Max Payne 2 est une splendeur, à tous points de vue. On pourra lui reprocher son manque d'innovation mais on ne peut nier que le gameplay soit toujours aussi efficace et suffisant, d'autant que le jeu s'apprécie également par ses airs de film noir. Reste un problème, c'est trop court et ça risque d'en bloquer plus d'un. A choisir, je préfère 8 heures de pur bonheur que 20 de simple satisfaction. Y a des fois, on peut pas avoir les deux. Pour vous consoler, riez en pensant à Enter The Matrix.

Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
24 octobre 2003 à 18:00:00
17/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (203)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/ 20
Mis à jour le 24/10/2003 Voir l'historique
PC Action Take 2 Interactive Remedy
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (3)
  • News (25)
  • Vidéos (21)
  • Images (114)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (11)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Max Payne 2 : The Fall Of Max Payne sur PC
    -
    PC
Boutique
  • Max Payne 2 : The Fall of Max Payne PC
    22.00 € Neuf
    2.44 € Occasion
    9.99 €
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.