Menu
Alone in the Dark : The New Nightmare
  • Tout support
  • PC
  • DCAST
  • GB
  • PS1
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Alone In The Dark : The New Nightmare
PS2
Alone in the Dark : The New Nightmare
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Jihem
L'avis de Jihem
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
17 octobre 2001 à 18:00:00
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (38)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.4/20
Tous les prix
Prix Support
4.99€ PC
6.29€ PC
19.10€ GB
25.00€ PS1
29.90€ GB
253.00€ PS2
Voir toutes les offres
Partager sur :

Après de longs mois d'attente, le quatrième volet des aventures d'Edward Carnby se décide enfin à sortir sur PS2. Alors, ultime version ou déception ? Un peu des deux, malheureusement...

Alone In The Dark : The New Nightmare

Si je compte bien, c'est la cinquième fois que Alone 4 passe dans nos colonnes de tests. Autant vous dire qu'on commence un peu à le connaître par cœur maintenant. Cela dit, on reste toujours aussi impressionné face aux superbes effets de lumière (à mon avis le point fort du jeu) et on apprécie toujours autant le scénario. Mais qu'en est-il du scénario, justement ? Je pourrais très bien vous renvoyer sur les tests des autres versions (PSX, PC, DC et GB), mais mon grand professionnalisme me pousse quand même à vous rappeler brièvement de quoi il retourne. Edward Carnby et Aline Cedrac, un détective de l'étrange et une anthropologue, arrivent sur Shadow Island pour des raisons bien différentes. Aline est à la recherche de tablettes Abkanis (une ancienne tribu indienne) alors qu'Edward enquête sur la mort d'un de ses amis. Séparés au début de l'aventure dans d'étranges circonstances, les deux héros se croiseront par la suite mais chacun vivra sa propre histoire. Cela permet de profiter de deux visions d'un même scénario qui nous entraîne sur les traces d'une étrange famille, les Morton, fortement impliquée dans l'apparition de créatures démoniaques sur l'île.

Vous pourrez donc choisir de débuter soit avec Carnby, pour un jeu légèrement plus orienté action, soit avec Aline, pour une aventure laissant une plus grande part à la résolution d'énigmes. A noter qu'avec Aline, le jeu est également plus difficile car la pauvre jeune femme se retrouve désarmée dès le début et devra souvent compter sur sa lampe torche pour faire fuir les créatures. Les énigmes sont cependant assez faciles à résoudre pour peu que vous lisiez bien les nombreux documents que vous trouverez tout au long du jeu.

Alone In The Dark : The New Nightmare
Carnby démarre en pleine forêt sous un orage...
Je ne vous apprends rien en vous annonçant que le succès d'un jeu de survie-horreur (plus communément appelé survival-horror) repose entièrement sur son ambiance. Celle de Alone 4 est en tous points remarquable. Le jeu porte bien son nom : seul dans le noir, vous le serez à de nombreuses reprises. Uniquement guidé par le faisceau de votre lampe de poche, vous progresserez dans des salles sombres et obscures, craignant à chaque instant qu'un monstre surgisse de l'ombre. L'effet de la lampe est criant de vérité et on se plaît à la balader dans tous les sens non seulement pour inspecter chaque lieu en vue d'éventuels ennemis mais également pour le simple plaisir des yeux. Les décors (écrans fixes) se dévoilent peu à peu à la lumière de la lampe et laissent apparaître des textures de toute beauté.

L'ambiance est aussi assurée par la bande son qui fait un peu penser à la musique dérangeante du générique de Seven. Exit les nappes de violons de la série Resident, Alone 4 donne plutôt dans l'industriel et utilise abondamment tout un tas de sons sourds et plaintifs, de quoi faire grimper très haut votre trouillomêtre.

Alone In The Dark : The New Nightmare
... alors qu'Aline se retrouve sur le toit du manoir.
Cette version PS2 n'est cependant pas exempte de tous reproches. A part la qualité graphique revue à la hausse et les quelques détails comme la buée qui sort de la bouche des héros ou les ombres portées, cette version se révèle même un peu décevante compte tenu du support et des quelques mois de patience qu'il a fallu attendre avant de pouvoir en profiter. Les personnages sont toujours aussi raides et font toujours autant penser à des automates en raison de leurs gestuelles répétitives. Leur maniement n'a pas changé d'un pouce depuis la version PSX. On aurait pourtant apprécié l'ajout d'une touche pour recharger son arme sans avoir à passer par l'inventaire ou la possibilité de courir tout en visant. Malheureusement, rien de tout cela... Pour cette édition PS2, on nous promettait également une synchronisation des lèvres avec les dialogues. Mais, là encore, il n'en est rien. Pire, la bande son est en complet décalage avec les images pendant les cinématiques ! Enfin, il faut signaler les longs et fréquents chargements entre les pièces qui ralentissent considérablement le rythme du jeu.

Bilan mitigé donc pour cet Alone 4 sur PS2. Et bien qu'il n'exploite pas complètement les possibilités de la console, le titre reste malgré tout très prenant grâce à son ambiance bien flippante qui nous change des manipulations génétiques d'Umbrella. A réserver à ceux qui n'ont pas joué aux autres versions.

Les notes
  • Graphismes 17 /20

    D'un côté, des personnages et des créatures moyennement modélisés, de l'autre des décors superbes mis en valeur par l'incroyable faisceau lumineux de la lampe torche.

  • Jouabilité 14 /20

    La maniabilité empruntée à la série Resident Evil n'a pas changé depuis la première version sur PSX. On aurait aimé que certains points soient améliorés.

  • Durée de vie 16 /20

    Le jeu se partage entre deux scénarios différents et complémentaires. Comptez en gros une dizaine d'heures pour chacun. Au final, le titre vous tiendra donc devant votre écran une bonne vingtaine d'heures, ce qui est tout à fait honnête pour unsurvival-horror.

  • Bande son 13 /20

    La bande son est bien flippante, les bruitages (cris de monstres, détonations...) sont bien fichus, mais le décalage entre les images et le son dans les cinématiques est très énervant. De plus, les musiques marquent un temps d'arrêts pendant les changements de caméra...

  • Scénario 16 /20

    L'aventure est bien construite, pour connaître tous les secrets que cache la famille Morton, vous devrez parcourir le jeu avec les deux personnages.

J'attendais énormément de cette édition PS2 et les mois qui ont séparé sa sortie des autres versions me confortaient dans l'idée qu'elle serait la meilleure de toutes. Ce n'est malheureusement pas le cas (à titre indicatif, elle se situe au même niveau que la version Dreamcast). Un très bon jeu quand même qui vous changera de la série de Capcom.

Profil de Jihem
L'avis de Jihem
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
17 octobre 2001 à 18:00:00
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (38)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.4/20
Mis à jour le 17/10/2001
PlayStation 2 Survival-Horror Infogrames Darkworks Rétrogaming
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce