Menu
Tears To Tiara 2
  • PS3
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tears To Tiara 2 sur PS3 /

Test du jeu Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG sur PS3

Tears To Tiara 2
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Djidane01
L'avis de Djidane01
MP
Twitter
Utilisateur jeuxvideo.com
23 décembre 2014 à 10:14:58
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (8)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.4/20
Fnac Marketplace PS3 52.89€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Test Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG

Contributeur

Tears To Tiara 2 : Trailer de lancement

7 154 vues

Si l'on assiste régulièrement ces dernières années à des croisements de genres bien distincts entre visual novel et RPG, il ne s'agit en général que d'un mariage de forme. Le visual novel a ceci de pratique qu'il permet de contourner les coûts importants de développement de modèles graphiques complexes au profit de simples portraits pour les phases de dialogues des personnages, et donc de laisser le champ libre à la mise en place d'un gameplay aux petits oignons. A l'inverse, l'aspect narratif ne bénéficie que trop rarement de ce que le genre peut vraiment lui apporter. On ne pourra donc que se réjouir de l'arrivée chez nous de ce Tears to Tiara 2, mélange parfait (ou presque) entre ces deux mondes assez fermés.

Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG

Alors que ce petit jeu, sorti comme trop souvent sans faire de bruit, ne paye vraiment pas de mine, il a probablement plus à offrir que beaucoup de T-RPG ces derniers temps. Sous des dehors austères (techniquement daté, mise en scène banale), il cache un scénario poussé et surtout un gameplay ambitieux, quoique très classique dans ses concepts.


The Harder they Rise

Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
Maintenant ça va ch... !

A l'issue de la grande guerre qui déchira les cieux et rendit le sol terrestre impropre à leur survie, les anciens peuples laissèrent aux humains le monde en héritage. Le nouvel âge d'or ne dura pourtant pas, à l'image d'un empire belliqueux qui se mit rapidement à étendre son influence sur le monde en réduisant brutalement tous les peuples en esclavage. C'est justement le fléau qui tombe sur les Hispaniens. Le prince Hamilcar, privé de ses parents dans la révolte sanglante qui agita la région quelques années plus tôt, ne dispose plus d'aucun pouvoir politique, mais en stratège résigné, il supporte en silence sa condition déchue et le travail forcé, persuadé que cela permettra à son peuple d'éviter l'annihilation. Mais c'est sans compter l'arrivée dans sa vie de Tarte, jolie jeune fille se réclamant incarnation de la déesse Astarte, qui servira de frappant catalyseur, et surtout des intentions meurtrières des sbires de l'empire. Alors que ceux-ci laissent libre cours à leurs plus bas instincts d'épuration ethnique, Hamil finit par lâcher prise sur la réalité et laisse le champ libre à sa furie intérieure sous les traits du dieu Melqart. C'est grâce aux forces conjuguées des deux divinités, désormais unies, que le royaume tout entier pourra faire s'élever les flammes de la rébellion. Le petit groupe se met alors en branle, bien servi par les éléphants de guerre de la déesse tel Hannibal Barca traversant les Alpes. Et ceci n'est que l'une des nombreuses références historiques qui parsèmeront le jeu.


Pour la petite histoire...
Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG

Tears to Tiara 2 donne suite dès 2013 à l'histoire racontée au travers du premier opus (un eroge datant de 2005) et de ses adaptations. D'abord revampé en une histoire tout public sortie sur PS3 et PSP en 2008, il eut par la suite droit à un épisode supplémentaire sur la portable en 2009, puis fut vite adapté en anime. On retrouve même ses plus marquants personnages dans le jeu de baston Aquapazza.

On y suit les aventures d'Arawn et Rhiannon à travers l'île d'Albion, dans une histoire brodant allégrement sur les mythologies galloises, celtes et romaines ainsi que sur les légendes arthuriennes. Propice à ouvrir un nouvel horizon culturel à tout joueur un peu curieux, ce projet cross-media n'a malheureusement jamais foulé notre sol. Mais vous verrez plus bas que Tears to Tiara 2 reprend le même concept et peut donc constituer une belle entrée en matière dans cet univers riche et inspirant. Notez aussi que certains des personnages originaux y refont leur apparition via une série de DLC, bien accompagnés par d'autres licences d'Aquaplus.

Une tension textuelle palpable

Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
Pourtant ça me dit quelque chose.

L’histoire contée dans Tears to Tiara 2 a beau sembler déjà vue et revue, son lore se révèle plutôt intéressant. Les belligérants et mythologies qui s'opposent par leur entremise semblent trouver leur fondement dans les anciennes civilisations carthaginoises (pour les Hispaniens) et romaines (pour l'Empire), comme l'attestent les nombreuses divinités phéniciennes et noms à consonances orientales (Astarté, Melqart, Ba'al, Hamilcar, Abraxas et bien d'autres). Sa carte du monde, qui ressemble à s'y méprendre à l'Europe occidentale, fait aussi pour beaucoup dans la constitution de cet univers cohérent, et l'on retrouvera au cours du jeu une foultitude de références plus ou moins bien placées. Même si vous n'êtes pas particulièrement féru de mythologies et autres légendes, Tears to Tiara 2 est une véritable invitation à l’adoption d’une culture générale ludique. Cela dit le jeu ne cherche pas plus que ça à décrire une réalité historique, mais ne fait que s'en servir pour donner du corps à l'ensemble.


Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
Plus diva que déesse.

Contrairement à l'eroge original qui lui servait de prémices, Tears to Tiara 2 ne contient ni situations scabreuses ni éléments de Dating Sim. Ce qui heureusement pour l'humour n'exclut pas les petits flirts et allusions, toujours de circonstance dans ce genre de jeu. La très forte influence visual novel, directement héritée du développeur spécialisé Aquaplus, n'est pour le coup pas reniable. Toute l'histoire est contée par l'entremise de longues phases de dialogues entièrement doublées en japonais (les Seiyus n'ont clairement pas chômé). Et longues est le mot juste, cela peut prendre une bonne heure pour les scènes standards du début de jeu, voire plus si vous vous contentez de laisser défiler les dialogues. A ce propos, sachez que la longueur ahurissante du script n'ayant pas permis à l'éditeur Atlus de localiser parfaitement le jeu, il faudra se contenter des doublages japonais originaux et de la traduction anglaise, tous deux de bonne facture. Cela a un inconvénient, celui de contraindre le non-japonophone à fixer les bulles de dialogues plutôt que de profiter des beaux portraits et CG. Cependant, puisqu'il apparaît que bon nombre de fans réclament à cor et à cri les doublages originaux sur virtuellement tous les J-RPG du marché, il y a fort à parier qu'ils ne leur en tiendront pas rigueur. Un bémol toutefois si vous êtes allergique aux dialogues grandiloquents aux intonations exagérées typiquement japonaises, le jeu en est friand. Il est d'ailleurs étrange de constater à quel point la narration se sert de grosses ficelles directement héritées des shonen, parmi lesquelles le nekketsu et le pouvoir de l'amour tiennent une grande place, quand on nous parle dans le même temps de sujets sérieux comme le prosélytisme, les guerres de religions ou la conscription qui pourraient sans peine trouver écho dans notre époque contemporaine.


Je pense donc je lis
Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
La narration a tendance à se dévoiler par couches successives, partant des simples guerres humaines vers la recherche de Dieu par l'homme, jusqu'à ce que tout ce petit monde tente de trouver ce qui définit l'individu, y compris les divinités elles-mêmes qui ne sont pas omnipotentes. Bien sûr, pas de réponse philosophique inattaquable ici (qui apparaîtrait de toute façon futile), mais de vrais questionnements. L'un des effets pervers de cette méthode de récit est qu’elle crée au cours du jeu un manque d'homogénéité de l'implication des thèmes dans le scénario, et on n'échappera pas non plus aux vieux poncifs dans cette intrigue typique des guerres d'idéologies religieuses, à base de "mon dieu est meilleur que le tien". Ni à la classique opposition entre une religion monothéiste avide de croyance aveugle en son dogme, contre une religion polythéiste plus proche de l'ordre naturel. Les personnages semblent d'ailleurs très manichéens au premier abord, mais quelques antagonistes arrivent à tirer leur épingle du jeu au fil du scénario en se révélant bien moins lisses, lorsqu'ils nous enseignent leurs aspirations à la lueur de leur histoire personnelle. Si l'on croise au cours du jeu bon nombre de clichés, de retournements prévisibles de situations et de grosses ficelles, on assiste tout de même à de grands moments d'épiphanie scénaristique. Des agissements sans failles trouvent leur écho quelques dizaines d'heures plus loin, et c'est finalement tous les rouages de l'histoire qui finissent par tourner dans le bon sens.

Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
Le duo de choc.

Certains joueurs adoreront ces longs développements scénaristiques, d'autre trouveront qu'ils se perdent trop en tergiversations. Si l'on peut trouver reposant et rafraîchissant le fait de passer 5 minutes à parler des goûts culinaires de l'héroïne, il est de toute façon sûr que ce rythme bâtard ne laisse pas toujours beaucoup de place aux phases de RPG tactique derrière le visual novel. Tears to Tiara 2 doit se voir comme une aventure complète à tous les niveaux, plus que comme des enchaînements de combats à loisir. Les premières heures de jeu sont d'ailleurs assez évocatrices de cette évolution très lente. Entre longues phases narratives et tutoriels de combat, le jeu s'échine à mettre en place son univers de façon posée mais frustrera aussi les amateurs de T-RPG pur, fort heureusement sans jamais devenir rébarbatif. Et même si cela rend le joueur un peu trop spectateur sur ces premières heures, le résultat en est surtout un scénario cohérent, où les motivations sont bien connues et les personnages intéressants. Heureusement, cet arc un peu longuet finit par déboucher sur une phase où la cadence se fait plus maîtrisable, dès lors que le joueur a accès à la carte du monde pour disputer ses propres batailles et, enfin, à la customisation de son équipe.


1+1+1+1+...

Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
Pas trop perdu jusque-là ?

Tout comme le scénario, les combats subissent une évolution tout en lenteur. D'abord limités à leur plus simple déroulement par le peu de diversité des forces en présence, ils amorcent une prise d'ampleur bienvenue avec la différenciation et la multiplication des unités pour finalement donner l'un des plus complets systèmes qui soient parmi les T-RPG classiques. On n'ira pas jusqu'à la démesure d'un Disgaea, mais il y a tout de même de quoi s'amuser. Rien de bien original de prime abord concernant la mécanique tour par tour et le déplacement sur damier, l'amateur de T-RPG est en terrain connu. De même quand on s'intéresse aux techniques physiques et magies, respectivement l'apanage des divers types de guerriers et sorciers qui viendront grossir les rangs à mesure de l'histoire. Tout ce qu'il y a de plus ordinaire. On commence à entrevoir légèrement plus d'inventivité dans le cycle élémentaire qui améliore ou réduit inéluctablement d'une bonne part les caractéristiques de l'ensemble des unités selon leur affinité élémentale associée et qui change à chaque tour. Difficile à exploiter dans le flux du combat, cette feature ne se révèle pourtant pas particulièrement critique et sera probablement reléguée au statut de simple variable aléatoire. Arrivent ensuite les Chain Stocks, unités de puissance que vos unités gagnent en combattant et peuvent consommer pour bénéficier de bonus conséquents comme frapper plusieurs fois de leurs attaques de base, étoffer la puissance ou l’aire d’effet d’une magie, déclencher l’une des rares attaques combinées entre personnages ou, plus tard dans le jeu, déchaîner leur attaque ultime.


Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
Ne m'encorne pas, ce sera déjà bien.

Au rang des vraies spécificités, Noa obtient probablement la palme. Cette charmante demoiselle éléphant est incorporée d'emblée à la majeure partie des batailles avec, à sa suite, une petite roulotte abritant vos unités de réserve, que vous pouvez de facto intervertir en plein cœur de la bataille, du moins si vous le souhaitez. Car vos personnages ont une fâcheuse tendance à rapidement devenir obsolètes dès que vous ne les déployez pas, et vous risquez donc fortement de vous cantonner de vous-même à une petite dizaine de personnages tout au long du jeu. Cela ne veut pourtant pas dire que Noa en devient inutile, car comme toutes les unités de type "monstre", celle-ci peut être montée par la cadette de votre équipe, une soigneuse de premier ordre qui devient par cette fusion une sorte de tank lanceuse de soins et autres buffs. Dans la mesure où les unités alliées sont en général plus puissantes que résistantes et ont donc une forte tendance à trépasser après un ou deux coups, elle en devient sans conteste l'un des piliers de votre bataillon. Fort heureusement, une mort en combat n'est pas définitive et vous retrouverez vos personnages frais et dispos dès la fin des batailles. Cela ne veut pas pour autant dire que le joueur peut se montrer laxiste sur son placement, car les K.-O. - entre autres choses - influent de manière défavorable sur la note de combat. La stratégie est de fait toujours au premier plan.


Deus ex Anima

Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
Over 9 000 !

Malgré tout ça, il arrive que la situation tourne à votre désavantage, ou qu'un ennemi prévu comme trop coriace vous mette en échec. Pour toutes ces situations, il y a Melqart. Melqart, comme expliqué dans le synopsis, est le pendant divin de notre jeune héros qui peut surgir en plein combat dès lors que sa jauge de puissance est pleine. L'occasion d'une petite séquence relooking dont le résultat esthétique ne serait pas renié par un certain extraterrestre à queue de singe. Mais son intérêt réel est ailleurs, puisque cette transformation permet à Hamil de surpasser ses limites pour augmenter significativement l'ensemble de ses statistiques et bénéficier de nouvelles techniques. Le résultat en est tellement puissant que Tarte décide de faire de même pour ne pas être en reste. Ces transformations sont toutefois à utiliser avec parcimonie, dans la mesure où la nature instable de Melqart peut parfois ôter tout discernement à Hamil. Il passe alors en mode Berserk et attaque indifféremment alliés comme ennemis, avec la force brute qui le caractérise. La forme divine de Tarte, Tanit, est de nature plus calme mais doit tout autant être utilisée avec réflexion car ces mutations entraînent un contrecoup : après deux tours, les deux vaisseaux des dieux retournent à leur état d'origine, laissant leurs organismes éreintés. Le tour suivant vous obligera à composer avec des personnages aux caractéristiques presque nulles, incapables de se mouvoir de plus d'une case et donc particulièrement fragiles.


Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPGTears to Tiara 2, un excellent tactical RPGTears to Tiara 2, un excellent tactical RPG

Ce caractère bien trempé du protagoniste incitant peu aux issues pacifistes, la résolution des conflits consiste généralement à se débarrasser du leader ennemi, voire de l'ensemble de son armée. Plus rarement de survivre un certain nombre de tours ou d'activer un mécanisme en un temps donné. Les objectifs secondaires sont, par contre, plus intéressants à réaliser à défaut de se montrer inventifs. Qu'il s'agisse de protéger un PNJ, d'éliminer les gardes d'un boss en même temps que leur maître, de remporter la victoire en un certain temps ou plus largement de vous débarrasser d'un ennemi excessivement puissant, ce n'est qu'à ce prix que le jeu passe de bourrin à véritablement tactique. Et ce n'est pas pour rien qu'il vous faudra redoubler de stratégie, puisqu'en plus de vous mettre à l'épreuve au travers de ces objectifs secondaires, votre façon de combattre aura aussi une influence directe sur le rang de combat et les récompenses substantielles qui y sont associées. Un perso mort et c'est la dégringolade, tout comme pour les objectifs non remplis, l'abus d'objets consommables ou l'emploi de personnages de trop haut niveau. Et comme si cela n'était pas suffisant, il faudra parfois composer avec diverses conditions défavorables, parmi lesquelles des tirs de mortier sur vos positions, des unités isolées du groupe, des civils à protéger, ou autres nuages toxiques et sables mouvants n'affectant que votre équipe et qui viendront vous mettre des bâtons dans les roues. Autant dire que pour vraiment rafler la mise sanctionnant un rang S, il convient de jouer ses coups avec la précision d'un joueur d'échecs. Du fait de son caractère quasi exhaustif, l'aspect "combats" de Tears to Tiara 2 ne souffre donc d'aucun défaut majeur. Ou presque.


Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
Ni vu ni connu.

On pourrait à la rigueur lui reprocher l'incorporation d'un système de retour sur les tours passés, à la façon d'un Tactics Ogre mais jamais justifié par le scénario. Certes cela peut aider dans la réussite des objectifs secondaires des batailles, qui nécessitent parfois d'anticiper les déplacements de vos personnages pour par exemple faire face à un renfort ennemi. Ou encore quand des variables vous compliquent la tâche, comme ces ennemis munis de skills qui neutralisent tout dommage dès lors qu'il s'agit d'un nombre pair. Privé d'une façon fiable de jauger les dégâts potentiels, ou encore de prévoir le placement des quelques pièges incapacitants placés sur votre route, il est tout simplement impossible d'élaborer une stratégie fiable sans jouer vos coups a priori. Par conséquent, le caractère quasiment obligatoire de ce Rewind (du moins dans les niveaux de difficulté Normal et Difficile) pour résoudre les plus gros conflits, en menant à bien les conditions additionnelles, incite vraiment le joueur à s'en servir, d'autant que son utilisation même massive n'entre pas en compte dans le calcul du rang obtenu à l'issue de la bataille et par voie de conséquence sur les prises de guerre qui viendront vous aider pour les combats ultérieurs. On aurait apprécié une façon de responsabiliser le joueur sur son utilisation des systèmes, plutôt que de ne pas lui laisser le choix d'être tenu ou non par la main. Toutefois, Rewind ou non, le sentiment d'accomplissement qui vous envahit lorsque vous venez à bout - avec la manière - d'une bataille particulièrement retorse est, lui, bien présent. Et c'est le principal.


Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation - Sun Tsu

Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
La magie, c'est cheaté.

Voilà pour l'essentiel, mais ça ne serait pas rendre justice au jeu que de passer sous silence la principale force de son gameplay : le caractère très complet des possibilités d'utilisation des personnages. Ceux-ci sont déjà bien charismatiques et dotés de caractéristiques bien tranchées selon les bons vieux archétypes (épéiste, tank, mage, healer), mais la flexibilité du système permet de plus - dans une certaine mesure - leur réorientation ou le renforcement de leurs forces selon les goûts du joueur. Une unité comme Elissa peut au choix donner un tank offensif parfait tout comme être réorientée en soigneuse d'appoint. Enneads jouera le rôle d'un touche-à-tout magique, mais ses dégâts de zone feront pâle figure devant ceux de la sorcière pure si vous ne prenez pas soin de lui apprendre des skills adaptés à ce rôle. Ces multiples skills (plus d'une centaine au bas mot) constituent autant de capacités passives qui élargissent encore le spectre des possibles. Ainsi celles multipliant votre puissance d’attaque contre un type d'ennemi donné (humains, monstres et ainsi de suite) seront en particulier utiles dans tout type de situations à fort besoin offensif. D'autres se contentent de booster significativement l'une ou l'autre de vos caractéristiques, ou encore d'améliorer vos facultés de mouvement. Et dans ce dernier cas, ça ne sera pas de trop.


Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
L'acier de Damas, y a que ça de vrai.

En effet, la portée de vos coups et du déplacement joue comme souvent un rôle primordial. Si les archers bénéficient pour la plupart des deux caractéristiques en quantité industrielle - en contrepartie d'une faible constitution - il est un peu dommage de voir les mages ou assimilés incapables de se déplacer de plus de trois ou quatre cases en début de jeu. Non que l'idée de tempérer le déchaînement de leur immense pouvoir soit malvenue, mais cela a pour effet de les rendre parfaitement inutiles sur les terrains trop étirés en longueur, tristement relégués en queue du peloton. Certains personnages s'en retrouvent délaissés pour une bonne partie de l'aventure, jusqu'à ce qu'ils ne profitent d'un level-up pour qu'une skill ne vienne les délester de ce crucial défaut. Le système d'expérience est d'ailleurs ainsi fait qu'il rétribue vos actions proportionnellement à la différence de niveau avec l'ennemi (ou l’allié). Un personnage de haut niveau risque donc de ne plus évoluer si vous l'utilisez trop souvent par rapport aux autres, qui d'un autre côté pourraient facilement gagner un voire deux niveaux en se défaisant d'un seul ennemi. Il y a donc un fort besoin de raisonner les coups sur le long terme. Au besoin, un petit nombre de batailles libres est disponible au fil du jeu dans les territoires libérés. L'occasion de mettre vos unités à niveau ou de récupérer quelques matériaux pour la forge, car comme dans la plupart des RPG le maintien à flot de l'équipement de vos personnages est une condition sine qua non à l'obtention d'une équipe compétitive.


Vous en voulez encore ?

Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
Dépaysement garanti.

Si vous n'êtes pas encore rassasié de la soixantaine d'heures de jeu nécessaire pour aller au bout du scénario, vous serez content d'apprendre que c'est un post-game conséquent qui vous attend. Après un petit bout de scénario supplémentaire, voilà l’équipe bloquée dans les entrailles d'une île mystérieuse, constituées d'un long enchaînement de combats bien vicieux. Outre les ennemis gonflés à bloc par le mode Hard, il faudra compter sur diverses conditions additionnelles comme des nuages toxiques qui mettront votre équipe à rude épreuve. Plus cruel, il faudra également composer avec la désactivation pure et simple du Rewind. Il serait hypocrite de critiquer ce choix après le paragraphe qui lui était consacré tantôt, toujours est-il que cela ne simplifiera pas vos affaires. Attention toutefois, une bonne dose de grind est nécessaire pour venir à bout ne serait-ce que des premiers combats, bien plus corsés que ce à quoi le jeu vous aura habitué jusque-là. On y perd un peu en progression graduelle, mais ceux qui cherchaient un moyen de prolonger l'expérience (et c'est peu dire) seront comblés. Et puis ce sera également l'occasion de parfaire votre équipement.

Et la technique dans tout ça ?
Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG
Graphismes : peut mieux faire.

Eh bien comme dans la majeure partie des titres à forte emphase scénaristique, tous les aspects techniques sont en berne. Les modèles 3D chibi des personnages leur donnent bien un petit côté mignon, mais les quelques tentatives d'effets de lumière et d'ombre sont particulièrement dégueulasses. Malgré ces lourdes lacunes techniques, la mise en scène ne s'en sort finalement pas si mal, et le tout est rehaussé par de belles CG dans le plus pur style des visual novels.

Les musiques, elles, s'en tirent avec les honneurs. Certaines sont tout bonnement excellentes, les thèmes martiaux collent parfaitement aux situations rencontrées, d'autres plus orientales viennent bien réhausser l'ambiance d'un souk hispanien. Puis au détour d'une scène, on vous colle une chanson mielleuse d'anime pour ados. Mais prise dans sa globalité, l'OST vaut certainement le coup.

Tears to Tiara 2, un excellent tactical RPG

On l'a vu, le jeu s'avère particulièrement long à se lancer. De fait, à moins d'être plus friand de dimension narrative que de tactical pur, le premier contact n'est pas des plus passionnants. Mais il serait dommage de renâcler à la tâche, car c'est sur la longueur qu'il gagne toute sa dimension. En prenant le temps de développer en parallèle une histoire dense, un univers cohérent et un système de combat particulièrement complet, Tears to Tiara 2 nous sert un cocktail métissé d'une ambition bien plus importante que sa condition de jeu de niche ne le laissait présager. Donnez-lui sa chance et vous ne le regretterez pas.

Points forts

  • Système de combat particulièrement complet
  • Nombreuses possibilités de personnalisation des unités
  • Histoire prenante et dense
  • Donjon annexe stimulant
  • Grosse durée de vie
  • OST de bonne facture
  • Entièrement doublé en japonais, une performance vu le script

Points faibles

  • Un peu long à démarrer
  • Bavard... Mais BAVARD
  • Des heures entières sans taper un seul ennemi
  • Le Rewind quasi obligatoire
Le constat semble sans appel : si vous ne cherchez dans les T-RPG que des batailles tactiques portées par un gameplay original et fun, ou tout simplement si la lecture d'un script un peu trop épais vous donne des crises d'urticaire, passez votre chemin. Si en revanche les deux facettes proposées par le jeu vous tentent autant l'une que l'autre, ou que vous souhaitez tenter cette expérience quelque peu exotique, Tears to Tiara 2 saura vous convaincre qu'il s'agit là d'une expérience comme il y en a peu sur cette génération de consoles.

Note de la rédaction

17
15.4

L'avis des lecteurs (8)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de Djidane01,  Jeuxvideo.com
Par Djidane01, Utilisateur jeuxvideo.com
MPTwitter
Aquaplus PS3 Tactical RPG Aqua-Plus Fantastique
Dernières Preview
PreviewChorus : les fans de combats spatiaux pourraient en prendre plein les yeux 23 sept., 16:00
PrevieweFootball 2022 : nos impressions sur le concurrent free-to-play de FIFA 22 23 sept., 15:00
PreviewLes Gardiens de la Galaxie : Aussi bon que les films du MCU ? 22 sept., 15:00
Les jeux attendus
1
Gran Turismo 7
04 mars 2022
2
God of War : Ragnarok
2022
3
FIFA 22
01 oct. 2021