CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tutoriels
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Ghostwire Tokyo
Appréciations du jeu
16
L'avis de la rédaction
14.5
L'avis des lecteurs (50)
Achetez vos jeux au meilleur prix :
- Dispo sur PC - 53.99€
PC 24.99€ PS5 25.99€ PC 59.99€ Xbox Series 69.99€ PC 79.99€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Test Ghostwire Tokyo : Le jeu d'action-aventure surnaturel de 2022 sur PC et PS5 ?

Ghostwire Tokyo : Que vaut le nouveau jeu de Shinji Mikami ?

114 788 vues
Profil de Silent_Jay,  Jeuxvideo.com
Silent_Jay - Journaliste jeuxvideo.com

Tango Gameworks quitte les terres du survival-horror, et accoste sur les rives du jeu d’action-aventure avec Ghostwire Tokyo. Les studios fondés par Shinji Mikami (Resident Evil, Dino Crisis) nous invitent à découvrir la ville de Tokyo et à faire face à une mystérieuse anomalie le temps d’une épopée surnaturelle. Le titre édité par Bethesda Softworks est-il en mesure de marquer durablement les esprits ?

Acheter Ghostwire Tokyo sur PS5 chez E.Leclerc

Une investigation paranormale

Ghostwire Tokyo nous plonge au cœur d’une capitale nippone en proie à un étrange phénomène responsable de la disparition de la quasi-totalité de la population, exception faite d’un jeune japonais. Akito de son nom est parvenu à résister au mystérieux brouillard qui enveloppe la ville grâce à l’intervention d’un être spirituel nommé KK. Cette fusion donne l’opportunité au premier de sauver sa sœur cadette et au second de se venger du maître de l’occulte Hannya et des légions de Sans Visages à l’origine de la tragédie qui frappe Tokyo.

Un jeu d’action-aventure en monde ouvert prend le risque d'émietter son scénario sans jamais parvenir à l’imposer. Suite à une introduction percutante et un premier acte hautement scénarisé, il faut bien reconnaître que le récit est mis en retrait au point de devenir par instant un spectateur de sa propre histoire. Toutefois, la mise en scène, qui est principalement là pour exposer l’intrigue, met les petits plats dans les grands quand nécessité fait loi et nous sert des cinématiques de haute volée, certes peu nombreuses, mais parfaitement réalisées. A noter que Ghostwire Tokyo se dote de doublages en japonais et en anglais ainsi que de sous-titres en français.

Les scénaristes comptent également sur une narration par le gameplay via des séquences qui ne manquent ni d'imagination ni de poésie pour faire avancer l’intrigue. Le jeune héros et son alter ego passent par toutes les émotions, et nous avec, au cours de séquences oniriques visuellement bluffantes et inspirées autant du 7e Art, surtout horrifique, que du folklore japonais. Il se dégage de ces instants en apesanteur, où les notions de temps et d’espace perdent tout sens commun, une créativité qui touche à la mélancolie. La principale thématique qui sous-tend le récit, à savoir le deuil, s’épanouit ainsi autant par le fond, l’histoire d’Akito et de KK, que par la forme… le gameplay.


Une purification de la cité tokyoïte

Avec Ghostwire Tokyo, Tango Gameworks se lance un défi, celui de concevoir un monde ouvert crédible reproduisant à l’échelle 1:1 le centre névralgique de la capitale du Japon. Les studios supervisés par Shinji Mikami nous promettaient un Tokyo grandeur nature et ils ont tenu parole. La cité tokyoïte s’étend à perte de vue (ou presque) et regorge de lieux iconiques à découvrir sous un nouveau jour surnaturel. Certes, la cité est dépeuplée ce qui est amplement justifié par le scénario, mais elle n’est ni vide ni dénuée d’intérêt pour autant. Tokyo se veut à la fois réaliste et dépaysante, vraie et paranormale; familière et énigmatique.

Il se dégage de ce dédale urbain une atmosphère pesante de fin du monde. Malgré des environnements qui finissent par se répéter, Tokyo oblige, le plaisir de la découverte reste intact tout au long d’une aventure qui exige une quinzaine d’heure pour se terminer en ligne droite (30 heures pour finir le jeu à 100%). La cité nippone devient à sa manière un personnage à part entière avec ses codes, ses gimmicks et une histoire qui n’appartient qu’à elle. Tango Gameworks transforme cette métropole en un champ d’opportunités avec son lot de missions principales et secondaires, parfois redondantes, et cette volonté de pousser les murs. L’exploration ne se résume pas à errer dans les rues, mais joue avec la notion de verticalité, et entraîne Akito sur les toits ainsi que dans les sous-sols de la ville.

Sur le plan technique, la nouvelle création de Tango Gameworks n’a pas à rougir face à la concurrence. Au contraire, le titre s’avère solide, exempt de bugs ce qui garantit une progression sans heurt, et offre un dépaysement total avec ses visuels léchés. Ghostwire Tokyo ne restera pas dans les mémoires pour avoir été une révolution graphique, mais cela importe peu. Sa principale force réside dans son atmosphère singulière égale à nulle autre et sa faculté à surprendre par une direction artistique fusionnant environnements urbains et éléments surnaturels pour un résultat rarement (voire jamais) vu. Mention spéciale aux effets visuels, et tout particulièrement à ceux transposant les pouvoirs du héros à l’écran.


L’art de l’exorcisme

Tango Gameworks délaisse ici les codes du survival-horror et se réapproprie ceux du jeu d’action-aventure. Ghostwire Tokyo mise sur des affrontements nombreux et intenses, et non sur la survie et une gestion minutieuse des ressources. Il existe bien des items pour récupérer de la santé et une notion de “munition”, mais cela s’avère secondaire voire tertiaire. Le titre se focalise sur l’utilisation des pouvoirs du héros qu’il manie, et donc nous aussi par extension, avec une facilité déconcertante. Il se dégage des combats un plaisir simple et grisant, enivrant même, celui de maîtriser les éléments et notre destinée.

La vue à la première personne, qui pourrait en dérouter plus d’un, renforce ce sentiment d’immersion et accentue l’urgence de la situation. Le champ de vision réduit et les angles morts accentuent ce sentiment omniprésent de ne pas être seul. Néanmoins, Akito et KK peuvent compter sur leurs aptitudes surnaturelles, le tissage d’éther, pour venir à bout d’un bestiaire suffisamment varié pour renouveler l’intérêt des affrontements, et il en va de même pour les objectifs qui leur sont confiés. Sans véritablement révolutionner le genre, Tango Gameworks se démarque par son approche ésotérique du jeu d’action en vue subjective.

Les exorcistes sont également amenés à faire preuve de discrétion, principalement lorsque Akito et KK sont séparés, et à utiliser des armes “mortels”, à commencer par un arc et divers talismans aux propriétés multiples. Ces phases d’infiltration, peu nombreuses il faut bien l’avouer, agrémentent le voyage sans en altérer véritablement la tonalité. Les puzzles, les boss et autres variantes ludiques imaginées par les studios japonais servent le même objectif, à savoir briser un certain sentiment de répétition inhérent au genre. En définitive, Ghostwire Tokyo n'est pas parfait, se répète par instant, mais fait preuve d'originalité, et c'est bien là l'essentiel.


Un apprentissage spirituel

Au début de l’aventure, Akito et son alter égo éthéré KK ne sont pas en mesure de confronter Hannya. Pour gagner en puissance et débloquer de nouvelles aptitudes, ils sont invités à libérer un maximum d’âmes, à purifier la cité nippone et à remplir divers objectifs en échange entre autres d’un gain substantiel d’expérience et une montée de niveau. Vous l’aurez compris, Ghostwire Tokyo intègre des mécaniques issues des jeux de rôle sans que cela devienne prédominant. Cette dimension Light-RPG, présente dans de nombreux jeux modernes, nous immerge d’autant plus dans l’aventure et renforce notre lien émotionnel avec les protagonistes en influant directement sur leur destinée.

A terme, 100% des aptitudes et autres compétences du héros sont débloquées. Si le chemin varie d’un joueur à l’autre, la destination reste définitivement la même. Akito et KK sont voués à maîtriser l’art de l'exorcisme dans son ensemble. Il est toutefois possible de privilégier certains chapelets aux propriétés variées, à équiper selon les objectifs en cours, et d’opter pour une tenue en particulier dont l’intérêt est pour cette dernière purement esthétique. Ghostwire Tokyo est un jeu d’action-aventure avant tout et limite donc les opportunités de personnalisation ludiques et cosmétiques à quelques options.

Conclusion

Points forts

  • Un récit ésotérique centré sur la thématique du deuil
  • Les phases de jeu oniriques
  • La reconstitution de Tokyo à l'échelle 1:1
  • L'exploration et la verticalité du level design
  • Une atmosphère surnaturelle inspirée du folklore japonais
  • Des combats grisants face à un bestiaire riche
  • La dimension Light-RPG
  • Les doublages japonais/anglais et les sous-titres en français

Points faibles

  • Un récit parfois en retrait
  • Des environnements urbains peu variés
  • Une durée de vie assez courte (15h en ligne droite - 30h pour le 100%)
  • Le sentiment de répétition après une dizaine d’heures (missions, objectifs)

Note de la rédaction

16

La proposition vidéoludique de Tango Gameworks fera date. Sans jamais atteindre la perfection, Ghostwire Tokyo marque les esprits. La reconstitution à l’échelle 1:1 de la capitale nippone, l’exploration d’un monde ouvert surnaturel et urbain ainsi que le système de combat éthéré valent à eux seuls le détour. Certes, le récit est parfois en retrait et un certain sentiment de répétition s’invite en fin de parcours, mais ces quelques défauts sont compensés par la singularité même de l'œuvre imaginée par Shinji Mikami et ses équipes. Ghostwire Tokyo est bel et bien ce voyage mémorable tant espéré.

Acheter Ghostwire Tokyo sur PS5 chez E.Leclerc

14.5

L'avis des lecteurs (50)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Cette page contient des liens affiliés vers certains produits que JV a sélectionnés pour vous. Chaque achat que vous faites en cliquant sur un de ces liens ne vous coûtera pas plus cher, mais l'e-commerçant nous reversera une commission. Les prix indiqués dans l'article sont ceux proposés par les sites marchands au moment de la publication de l'article et ces prix sont susceptibles de varier à la seule discrétion du site marchand sans que JV n'en soit informé. En savoir plus.
PC PS5 Tango Gameworks Bethesda Action
Retour au test
Configurations recommandées
Desktop
PC MM1 S
Inférieur à 2000€
AMD Ryzen 5 3600 / 16 Go DDR4 3000 MHz / Nvidia RTX 3070
Portable
PC ML3 3070
Entre 2200 et 3100€
Intel Core i7 11800H / 16 Go DDR4 3200 MHz / Nvidia RTX 3070
Du ray-tracing efficace, mais gourmand

Ghostwire Tokyo sur PC propose tout un panel d'options graphiques très modernes : en plus du ray-tracing pour les ombres et les reflets, réglables sur plusieurs niveaux, on trouve les technologies d'upscale DLSS et FSR. Si vous avez une carte graphique GeForce RTX, on vous encourage à activer le DLSS, surtout si vous voulez jouer avec le ray-tracing. Ce dernier est en effet particulièrement gourmand en ressource. Pour les autres GPU, FSR fonctionne bien, mais la qualité du rendu en prend un coup.

Dernières Preview
PreviewPokémon Écarlate Violet Le Disque Indigo : un DLC prometteur plein de surprises 21 nov., 15:03
PreviewSuper Mario vient concurrencer les jeux vidéo stars du RPG avec un aplomb incroyable 02 nov., 15:01
PreviewAvatar Frontiers of Pandora : plus qu’un Far Cry avec un filtre bleu ? Nos premières impressions ! 30 oct., 17:00
Les jeux attendus
1
The Day Before
07 déc. 2023
2
World of Warcraft : The War Within
2024
3
Final Fantasy VII Rebirth
29 févr. 2024
La vidéo du moment