Menu
Astria Ascending
  • Tout support
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • Switch
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Jeux RPG / Derniers tests jeux vidéo / Astria Ascending / Tests Astria Ascending /

Test du jeu Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?

Astria Ascending
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de TheXsable
L'avis de TheXsable
MP
Journaliste jeuxvideo.com
27 septembre 2021 à 14:00:02
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
Fnac PS4 39.99€ Amazon PS5 39.99€ Fnac PS5 39.99€ Fnac Switch 39.99€ Amazon Switch 39.99€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Test Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?

Astria Ascending se trouve une date de sortie !

71 669 vues

Annoncé pour la première fois en mars dernier, Astria Ascending est un projet assez particulier. Sans être un remake ou une suite, le titre reprend de nombreux éléments de Zodiac : Orcanon Odyssey, un jeu mobile français qui avait pour ambition de proposer une expérience de J-RPG "à l'ancienne" en faisant appel à des anciens de Final Fantasy. Sur les bases de ce projet laissé inachevé suite à un lancement polémique, les Français d'Artisan Studios ont décidé de développer leur propre jeu complet pour consoles et PC. Mais au-delà de son aspect visuel charmant, Astria Ascending a-t-il de quoi s'imposer comme un incontournable du J-RPG indépendant ?

L'histoire d'Astria Ascending signée Kazushige Nojima, scénariste connu pour son travail sur Final Fantasy VII, Final Fantasy VIII, Final Fantasy X, Final Fantasy XIII, Kingdom Hearts ou encore Kingdom Hearts II, se déroule dans le monde d'Orcanon où cohabitent cinq races différentes. Malgré leurs différences, tous les peuples prospèrent après avoir accepté de vivre au sein de l'Harmonie dont la déesse Yuno est garante. Pour préserver l'ordre au sein des différentes régions, cette dernière peut compter sur des Demi-Dieux, des femmes et des hommes choisis pour servir le bien commun et qui se voient conférés de à l'aide de puissants pouvoirs pendant trois ans avant de mourir. Dans ce contexte, le joueur va suivre les aventures de la 333ème génération de Demi-Dieux, composée de quatre humains et de quatre non-humains, qui vont devoir faire face à un vent de révolte grandissant au sein de l'Harmonie alors qu'il ne leur reste plus que trois mois à vivre.

Une aventure trop classique

Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?

Une fois les bases du scénario posées, on est agréablement surpris de voir que le titre aborde des thèmes adultes comme le racisme, les stéréotypes, la perte d'un enfant pour des parents ou encore l'éternel débat sur l'équilibre entre l'ordre et la liberté au sein d'une société. Ces thèmes prennent d’autant plus d’épaisseur que la plupart des cinématiques du jeu disposent de doublage, en japonais ou en anglais. Malheureusement, on se rend rapidement compte que ces sujets ne sont que survolés et rarement approfondis ce qui a de quoi laisser le joueur sur sa faim. Même constat pour ce qui est de la trame principale. Tout au long de la vingtaine d'heures nécessaire pour voir le bout de l'aventure en ligne droite, on se rend de temple en temple pour affronter des invocations et les recruter sans réelles motivations scénaristiques convaincantes.

Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?

D’ailleurs, la structure des donjons a aussi du mal à se renouveler tout au long de l’aventure. Pourtant, le jeu confère régulièrement au joueur de nouveaux pouvoirs pour varier ces phases d'explorations : créer une statue, tirer un sort de vent pour bouger des caisses, brûler des éléments du décor à l'aide de boules de feu... Malgré cet effort, l’aspect 2D du titre donne le sentiment de faire toujours la même chose. On se contente de sauter de plateforme en plateforme pour traverser les différents tableaux qui composent le temple en croisant quelques ennemis en chemin tout en résolvant des énigmes plutôt simples. Pour briser cette monotonie, le titre propose également des phases de shoot'em'up à dos de Fedorah, la monture des Demi-Dieux qui leur permet de se déplacer d'une région à l'autre du monde d'Orcanon. Hélas, ces dernières restent peu palpitantes car on sent que le moteur de jeu n’a pas été pensé pour ce type de gameplay.

Plus qu'un beau jeu ?

Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?

Bien plus que son histoire, c'est surtout grâce à ses graphismes en 2D qu'Astria Ascending a attiré l'attention du public. Avec ses visuels dessinés à la main, le jeu donne le sentiment de se balader dans un artwork géant dans un style qui rappelle les productions Vanillaware (Muramasa : The Demon Blade, Odin Sphere ou plus récemment 13 Sentinels : Aegis Rim), en particulier Dragon's Crown pour ce qui est des proportions exagérées de certains personnages. Les environnement ont aussi fait l'objet d'un soin particulier pour un rendu pictural efficace. Un résultat obtenu notamment grâce à la participation de Hideo Minaba (directeur artistique sur Final Fantasy VI, Final Fantasy IX et Final Fantasy XII) et de sa société CyDesignation aux illustrations et à la conception des personnages.

Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?

À la musique, on retrouve également Hitoshi Sakimito (Final Fantasy Tactics, Vagrant Story ou encore les jeux Vanillaware) en tant que producteur et directeur du son pour une bande originale qui livre de nombreuses bonnes pistes qui confèrent un charme assez agréable à l’ensemble du titre. Finalement, c’est plutôt du côté des animations que le verni commence à se craqueler. À plusieurs occasions au cours de l'aventure, il arrive que les effets d'une action se produisent avant même que son animation ne soit terminée ce qui crée un décalage assez gênant visuellement, autant lors des phases d'exploration que des combats. De plus, il est assez difficile de déclencher une attaque préventive sur un ennemi, même après l'avoir paralysé ou attaqué dans le dos, pour une raison inconnue.

Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?
Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?

À côté de cela, c'est dans ses combats que le titre est le plus généreux. Toujours dans cette optique de faire un J-RPG à l'ancienne, les affrontements se déroulent au tour par tour. Si dès le début du jeu vous contrôlez les huit Demi-Dieux simultanément, seuls quatre peuvent être présents en même temps sur le terrain. Fort heureusement, il est possible de changer de personnages à la volée ce qui permet une meilleure liberté d'action. Côté mécanique, le titre propose un système de Points de Concentration (PC), à mi-chemin entre Persona 5 et Bravely Default. En sacrifiant un tour ou en exploitant une faiblesse élémentaire d'un ennemi, vos combattants cumulent des PC qui peuvent ensuite être dépensés pour augmenter la puissance d'une attaque ou d'un sort de 50 à 200%. Tout l'enjeu des combats sera d'exploiter au mieux cette mécanique pour venir à bout le plus efficacement de vos adversaires notamment grâce à la variété de vos personnages. Capitaine, soldat, voleur, escrimeur, invocateur, érudit, sorcier... Chaque Demi-Dieu est unique et permet une approche différente.

Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?

En plus de son système de combat simple mais d'une grande efficacité, le titre comporte un système de jobs à l'image de nombreux J-RPG old-school. Au-delà de leur classe de base, tous les Demi-Dieux peuvent en cumuler trois autres supplémentaires (job principal, secondaire et de support). Chaque job possède un arbre dans lequel on débloque des compétences contre des points récoltés en combat. Grâce à ces systèmes, chacun est libre de façonner ses personnages en fonction de son style de jeu. On peut en dire autant pour ce qui est de la difficulté. Si de base l'aventure offre un challenge relevé pour les amateurs du genre, le titre n'en oublie pas pour autant de proposer différentes options pour permettre aux joueurs de personnaliser l'expérience selon leurs envies. Au-delà de changer la difficulté en cours de route, il est possible de modifier le pourcentage de points d'expérience reçu après un combat ou encore les informations affichées sur la carte. Le titre sait également être généreux dans son contenu puisqu’en plus de sa trame principale et de ses quêtes, ce dernier dispose d’un système de jeu de cartes appelé J-Ster qui rappelle le Triple Triad de Final Fantasy VIII.

Un manque d’ergonomie gênant à la longue

Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?

Si la richesse de ses mécaniques de RPG constitue le point fort d'Astria Ascending, c'est surtout dans ses soucis d'ergonomie que l'expérience pèche. Malgré le fait qu'ils soient riches en possibilités, les combats ont pour principal défaut d'être souvent beaucoup trop longs à cause de la lenteur des animations. Ce qui ne serait pas un problème dans d'autres jeux modernes du même genre en devient ici car le jeu ne contient pas d'options pour augmenter la vitesse de jeu en combat. Une absence étonnante quand on sait que ce genre de fonctionnalité est aujourd'hui la norme dans les J-RPG.

Astria Ascending : Que vaut le jeu de rôle français développé avec des anciens de Final Fantasy ?

On retrouve aussi ce manque d'ergonomie dans le menu équipement qui n'a pas de bouton pour optimiser le stuff de ses personnages. Cela devient vite lourd quand il faut répéter l'opération sur les huit Demi-Dieux puisqu'il n'y a pas d'options pour équiper automatiquement un objet une fois acheté en boutique. Ainsi, par la somme de tous ces petits détails, l'expérience finit par être lourde à certains moments. Ces petits manquements d'ergonomie sont d'autant plus étonnants comparés à toutes les options pour personnaliser l’expérience que nous avons citées plus haut.

Conclusion

Points forts

  • Un rendu dessiné à la main de toute beauté
  • Des mécaniques de RPG solides pour un système de combat complet
  • Des thématiques adultes...
  • Une bande-originale qui comporte de bonnes pistes
  • Challenge relevé pour les vétérans, difficulté adaptable pour les débutants
  • Le J-Ster, un jeu de cartes efficace

Points faibles

  • Des combats beaucoup trop longs à cause de la lenteur des actions
  • Une aventure à la structure trop répétitive
  • ... jamais exploitées et desservis par une histoire trop classique
  • Des décalages fréquents entre les animations et leurs effets assez gênants
  • Absence d'options d'ergonomie (vitesse de combat, optimisation de l'équipement...)
  • Des phases de shoot'em'up peu intéressantes

Note de la rédaction

13
Grâce à la beauté de ses graphismes et de sa musique, Astria Ascending possède un charme indéniable. Loin de se contenter d’être une belle carte postale, le titre n’en oublie pas pour autant de proposer des mécaniques de RPG solides pour offrir un challenge relevé aux amateurs du genre. Malheureusement, son déroulé trop classique et ses soucis d’ergonomie rendent l’aventure par moment laborieuse au point de nuire au plaisir du joueur. N’en reste pas moins un sympathique titre qui, derrière ses défauts, possède une atmosphère qui pourra ravir les nostalgiques de J-RPG à l'ancienne.
16

L'avis des lecteurs (1)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de TheXsable,  Jeuxvideo.com
Par TheXsable, Journaliste jeuxvideo.com
MP
Dernières Preview
PreviewPokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante : Nous l'avons vu en action, voici notre avis 13 oct., 15:00
PreviewFF 14 Endwalker : Une conclusion épique pour le MMO de Square Enix ? 13 oct., 14:00
PreviewForza Horizon 5 : Notre premier avis sur l'open world motorisé que rien n’arrête 11 oct., 15:00
Les jeux attendus
1
Gran Turismo 7
04 mars 2022
2
Battlefield 2042
19 nov. 2021
3
God of War : Ragnarok
2022