Menu
The Last of Us Part II
  • PS4
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PS4 / The Last of Us Part II sur PS4 / Tests The Last of Us Part II PS4 /

Test du jeu The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant sur PS4

Test : The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
PS4
The Last of Us Part II
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
12 juin 2020 à 09:01:29
19/20
Profil de Kaaraj
Avec Kaaraj
MP
Twitter

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1526)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Fnac Marketplace PS4 49.89€ Rakuten PS4 50.00€ Amazon PS4 51.95€ Amazon PS4 56.47€ Fnac PS4 59.99€ Fnac Marketplace PS4 63.75€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

Sept ans, c'est le temps qu'il nous aura fallu attendre pour enfin découvrir de quoi a été fait la vie de Joël et Ellie après les atrocités qu'ils ont vécu et enduré. Sept ans à imaginer comment Naughty Dog allait pouvoir concrétiser (ou non) les fantasmes de millions de joueurs restés pantois face à ce plan final de The Last of Us, chargé d'une émotion intense, mais surtout d'une multitude de questions. La réponse est enfin là et comme nous pouvions nous en douter, elle sera synonyme de tendresse, d'émerveillement, mais aussi de beaucoup de souffrance.

Video-test de The Last of Us Part II : Entre poésie et sauvagerie

Chargement de la vidéo Test The Last of Us Part II en vidéo
Note :

The Last of Us Part II ayant une très forte dimension narrative, nous éluderons sciemment de nombreux passages et aspects du jeu afin de ne rien vous spoiler d'important pour vous préserver l'effet de surprise.

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
Le premier The Last of Us pose les bases d'une histoire peu originale mais poignante

The Last of Us fut un jeu aux influences ouvertement cinématographiques et nourri par son envie de raconter une histoire poignante entre un homme et une jeune fille sur fond de pandémie ayant décimé la plupart des êtres humains. Quand on y regarde de plus près, le titre de Naughty Dog n'innovait pas vraiment dans son gameplay (correct, mais loin d'être exempt de tout reproche) ni même ses références, le tout se situant à la croisée des chemins de I am Legend et de La Route. Pourtant, The Last of Us est aujourd'hui considéré comme un chef-d'oeuvre. Comment expliquer cet état de faits ? S'il tient tout d'abord au ressenti personnel de l'histoire, il passe également par le travail sur ses personnages principaux dont la relation évoluera tout au long du jeu jusqu'à faire naître des émotions perdues chez Joël à l’égard d'Ellie, passant de simple «colis» à un substitut de sa fille perdue.

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
La relation entre Joël et Ellie ne cessera d'évoluer pour le meilleur et pour le pire dans The Last of Us

Dès lors, le réalisateur Neil Druckmann, aidé de la scénariste Halley Gross, n'aura de cesse de jouer sur cette corde sensible en confrontant son duo aux atrocités d'un monde où la barbarie omniprésente a entraîné une notion cruciale de survie ayant depuis longtemps modifié les comportements humains. Emouvant et sanglant, The Last of Us aura marqué les joueurs par la justesse de ses situations et la subtilité de sa narration.

Reprenant le récit quatre ans après la fin du premier volet, Part II va tout au long de son intrigue s'attacher à nous décrire ce qui s'est passé durant cette ellipse temporelle afin de mieux nous faire comprendre le parcours d'Ellie et de Joël tout en introduisant le fantastique personnage d'Abby, nouvelle antagoniste de cette seconde partie.

Humaniser son ennemi

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
L’éblouissante introduction, dans tous les sens du terme.

A l'image de ce monde post-apocalyptique ayant redéfini les fondements mêmes des rapports entre individus, les différents protagonistes de cette suite ont dû s'adapter, changer, parfois au delà de leurs propres convictions, pour survivre. Alors que le premier The Last of Us s'articulait autour de l’affrontement entre la milice des Lucioles et les forces militaires de la FEDRA, Part II rabat les cartes en intégrant deux autres groupuscules, le Front de Libération de Washington (WLF) et les Scars menés par une mystérieuse prophète. Posant une toile de fond plus ample, ce second épisode ne cessera d'alimenter nos réflexions en créant des jeux de miroirs entre les vies d'Ellie et d'Abby. Si Druckmann et Gross n'arrivent pas toujours à offrir une véritable légitimité à certains personnages secondaires en les creusant suffisamment, il parvient une fois de plus à humaniser nos ennemis en ne les présentant nullement comme de vulgaires cibles à abattre mais au contraire, en leur offrant une véritable épaisseur, un passé, des convictions et une raison d'être. A l'image de David dans The Last of Us, Abby n'est pas qu'une simple guerrière mue par un désir irréfléchi de violence. Ainsi, tout au long de l'aventure, on apprendra à la connaître, à l'apprécier même, ceci étant sans doute la plus grande force du jeu mettant constamment en perspective ce qu'ont vécu ses personnages pour mieux nous amener à réfléchir au sens de nos actions.

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
Lutter contre les infectés ou mourrir

Misant à nouveau sur un aspect road movie, Part II use des ressorts propres au genre pour développer une histoire d'amour tout en conservant ce qui a cimenté le premier épisode : la relation entre Ellie et Joël. A l'image de ce qu'avait déjà fait le DLC Left Behind, The Last of Us Part II nous replongera à plusieurs reprises dans le passé via différents flash-back. Tantôt terrifiants, tantôt émouvants, ces passages servent parfaitement la narration en se posant comme autant de moments de vie ayant (dé)construit une relation basée sur l'amour d'un père qui ira jusqu'à se transformer en mensonge, en égoïsme, afin de prolonger ce bonheur quitte à sacrifier une nouvelle fois l'humanité.

Tout en évoquant le passé, Part II offre également un présent à son casting, Ellie notamment, éprise de Dina, un très beau personnage féminin campé par Shannon Woodward (Raising Hope, Westworld), toujours juste dans son interprétation. La relation unissant les deux jeunes femmes sert ainsi de contre-poids à une réalité bien plus dure synonyme d'affrontements brutaux qui émailleront le voyage des jeunes femmes, de Jackson à Seattle.

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflantThe Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflantThe Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
L'avis de Kaaraj
Du point de vue narratif, The Last of Us Part II opte pour quelques parti-pris audacieux, que ce soit par son approche temporelle réaliste qui permet de mettre en avant la difficulté de traverser un tel monde, ou le fait de proposer un scénario particulièrement clivant dont l’orientation devrait engendrer quelques vifs débats. Il est pourtant difficile de ne pas en saluer l’exécution, en grande partie due à une galerie de personnages réussis et dont la crédibilité est assurée par un minutieux travail de caractérisation et d’approfondissement. Cutscenes, séquences de gameplay, échanges facultatifs ou même notes et documents éparpillés : Naughty Dog ne néglige aucun support pour apporter de la profondeur à son scénario et ses protagonistes. Ces parti-pris peuvent certes occasionner quelques longueurs, mais ces dernières démontrent finalement leur utilité à l’heure de s’émouvoir du destin d’un personnage : sans un tel travail en amont, il n’est pas certain que The Last of Us Part II serait parvenu à faire mouche sur sa proposition narrative.

What a painful world

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
Nombre de panoramas sont à couper le souffle

L'occasion pour Naughty Dog de nous offrir l'un des plus beaux jeux de la PS4, par le biais de décors semi ouverts proprement majestueux et de scènes plus claustrophobiques noyées dans une obscurité chargée de spores et des teintes rougeâtres des plus anxiogènes. Bien plus éclectique que le premier volet, The Last of Us Part II accumule les lieux dépeignant avec maestria un univers exsangue à travers villes dévastées, immeubles en ruines ou sous-sols suintants. Profitant de magnifiques jeux de lumière, le titre se complaît dans une variété environnementale étonnante nous poussant à nous arrêter constamment pour admirer le travail des artistes.

Les easter eggs ne manquent pas dans le jeu

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflantThe Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflantThe Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant

Si d'un point de vue macro, cette suite ne souffre quasiment d'aucun défaut, elle étonne également au niveau des animations faciales. Les expressions, criantes de réalisme, simulent l'effort, la joie mais aussi la souffrance qui se lisent sur le visage des protagonistes, qu'ils soient centraux ou non, et ce aussi bien à travers un dialogue qu'une stealth kill. La technique sert ainsi la narration en offrant aux moments intimistes, ou aux excès de rage, une crédibilité de chaque instant renforçant parfaitement l'immersion. Sur ce point, mentionnons aussi la gestion des dégâts, les ennemis pouvant être démembrés ou perdre une moitié de leurs visages en fonction de l'impact des balles. Les animations corporelles ne sont pas en reste et si on décèle quelques imperfections (la «marche arrière» trop mécanique ou les sauts manquant d'amplitude), la grosse majorité font montre d'une véritable souplesse rendant les empoignades ou gestes plus communs (enjambement d'un muret, rechargement d'une arme) parfaitement réalistes.

L'avis de Kaaraj
En basant une grande partie de sa proposition à Seattle, le dernier-né de Naughty Dog courrait le risque de peiner à se renouveler visuellement. Il n’en est pourtant rien. The Last of Us Part II varie davantage ses décors que son aîné, n'hésitant pas à jouer sur ses éclairages, ses effets météo, ou l’heure de la journée pour offrir une ambiance réellement différente à chaque endroit exploré. Ceux-ci ne manquent d’ailleurs pas non plus de diversité et oscillent entre des paysages urbains dévastés et d’autres plus naturels, mais regorgeant eux aussi de dangers. Difficile également de lui reprocher grand-chose sur sa technique pure : exception fait de deux ralentissements (hors-affrontement, en plus), d’un soupçon de tearing, et d’un bug de collision débloqué en quelques secondes, le titre s’est avéré irréprochable pendant la trentaine d’heures que je lui ai consacré. Ses environnements superbes, ses textures bluffantes et même ses animations d’un niveau rarement atteint par le milieu finissent sans nul doute d’en faire l’un des plus beaux, si ce n’est le plus beau titre de cette génération. Est-ce réellement une surprise au regard du passif de Naughty Dog ?

Le sens du détail

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
Les phases en bateau vous permettront principalement de relier quelques lieux

D'un strict point de vue de la construction, Part II n'innove pas vraiment et une impression de déjà-vu se fera forcément ressentir d'autant que durant la trentaine d'heures qui vous seront nécessaires pour boucler l'aventure, le schéma restera identique. On naviguera donc constamment entre séquences faisant évoluer l'histoire et traversée d'un lieu donné, l'objectif à atteindre passant automatiquement par la découverte d'innombrables lieux propices à des échauffourées avec des infectés, des Scars ou les Wolfs. Comme il y a sept ans, la façon d'opérer sera sensiblement différente en fonction des ennemis bien que le jeu nous enjoigne à utiliser l'infiltration plutôt que l'approche directe tant on aura tôt fait d'être rapidement débordé.

Si le tout fonctionnait plutôt bien dans The Last of Us, malgré un vrai classicisme, l'IA ennemie n'était pas au diapason et notre compagnon, invisible aux yeux de nos ennemis, provoquait parfois des situations des plus cocasses. Bien que toujours imparfait, Part II fait grandement évoluer les choses. Ainsi, lorsque nous sommes épaulés par un partenaire, ce dernier se placera de façon plus réaliste et se montrera bien plus utile en blessant ou en achevant nos adversaires au moment opportun. Ca n'a l'air de rien, mais croyez bien que ceci ajoute une dimension plus convaincante à ces phases de gameplay. Il faut aussi comprendre que Naughty Dog a travaillé sur quasiment tous les aspects de ces séquences afin de leur insuffler une tension constante, aidées en cela par les compositions de Santaolalla servant de pouls régulier à l'action.

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflantThe Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflantThe Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
En améliorant vos capacités, vous aurez la possibilité de mieux discerner vos ennemis

L'aspect sonore, en plus de marquer la mesure, nous renseignera aussi sur le degré de menace, la musique, discrète mais omniprésente tant que nous ne sommes pas repérés, s'emballant prestement dès lors qu'un ennemi nous voit. Une fois encore, l’immersion s'avère incroyable d'autant que les gardes ne manqueront pas de communiquer entre eux, de siffler pour marquer leur présence, ou d'hurler le nom d'un de leurs camarades abattus. Dès lors, le chassé deviendra le chasseur, ceci nous poussant à varier les plaisirs en utilisant tous les moyens mis à disposition pour écrémer les rangs ennemis. On n'aura alors de cesse de jongler entre les différentes armes disponibles, de se cacher dans les hautes herbes pour surprendre nos adversaires ou même de retourner à certains moments les infectés contre les miliciens, à l'image de ce que Days Gone proposait déjà. Jouissif.

Une question d'accessibilité :

Si nous y reviendrons en détails dans quelques jours via un contenu dédié, notez que Naughty Dog a mis les petits plats dans les grands pour rendre son jeu accessible aux plus grands nombres.

Outre de très nombreux réglages liés à la difficulté du jeu, on y trouve quantité d'options pour celles et ceux ayant des problèmes de vue : Agrandissement de l'interface, couleur de l'ATH, Mode daltonien, etc. Il est également possible d'opter pour des assistances afin que notre personnage effectue automatiquement certaines actions.

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflantThe Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflantThe Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
Notons enfin plusieurs options pour les malentendants que ce soit en plein combat ou lors de l'exploration à l'image des «signaux de parcours», autrement dit des indications audio ou des signaux sonores désignant les zones où il convient de s'accroupir, de sauter, les vitres à briser à proximité...
The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
Ce volet comporte davantage de scènes anxiogènes mélant infectés et humains

On reprochera malgré tout que la technique consistant à jeter un objet vers un ennemi pour le déstabiliser afin de l'éliminer d'un seul coup, soit toujours trop efficace, même dans les niveaux plus avancés où les adversaires seront mieux équipés. Anecdotique cependant puisque cette fois, les ennemis seront plus difficiles à contourner ou à appréhender grâce à des routines plus évoluées ou bien encore les chiens de garde pouvant nous flairer et nous suivre sur de longues distances. Il conviendra alors de les éliminer en premier et ce même, si à l'image de votre serviteur, cela vous fendra à chaque fois le cœur. Difficile également de ne pas encenser le travail sur le level-design. Que ce soit en usant des différents étages des bâtiments ou des zones plus ouvertes, propices au retrait pour mettre en place une stratégie, Part II offre toujours au joueur une pluralité de chemins. On regrettera tout de même que les passages sous-marins (très réussis au demeurant, notamment grâce à une très bonne gestion de la lumière et des particules) n'aient pas été davantage mis à profit.

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
Parfois, il faudra affronter la réalité des "choses"...

Ce soucis du détail se retrouve également dans une mécanique issue du premier volet nous demandant de trouver des matériaux pour améliorer nos armes, que ce soit dans des coffres (dont il faudra dénicher la combinaison) ou bien encore des zones accessibles en résolvant quelques «énigmes» basées sur la physique. En effet, pour upgrader notre équipement, il nous faudra trouver des établis synonymes d'une multitude d'animations associées. Ici aussi, cela peut sembler secondaire, mais voir Ellie allumer une lampe avant de commencer à bricoler ou changer chaque pièce de l'arme qu'elle améliore rend ces passages communs bien plus «ludiques». Le système d'upgrades, justement, a été légèrement repensé. Désormais, vous ne pourrez améliorer qu'une seule fois chacun des éléments de vos armes en utilisant un unique type de ressources.

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflantThe Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflantThe Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant

Bien entendu, on pourra encore crafter divers items (cocktails molotov, mines, surins, kits de soins...) via un système hérité du précédent volet. Enfin, le switch rapide d'armes/objets lié à la croix directionnelle n'a pas évolué et pour peu que vous trouviez des holsters, il sera possible de le faire plus rapidement. Enfin, il conviendra d'améliorer vos capacités. Ici aussi, peu de changements par rapport à ce que proposait The Last of Us puisqu’il vous faudra trouver des magazines synonymes d'arbres de compétences puis utiliser des pilules pour débloquer les skills afin de gagner en résistance, d'affiner la perception de vos ennemis, etc.

L'avis de Kaaraj
Tout au long de son aventure, The Last of Us Part II ne cherche jamais à renier son héritage : vous ne serez ainsi jamais perdus face à sa structure globalement linéaire et son approche mêlant action et infiltration, dans la droite lignée du premier opus. Mais s’il ne se veut pas novateur sur ce point, il brille dans sa capacité à améliorer chaque facette de son gameplay, que ce soit par un level design peaufiné (bonne gestion de la verticalité, variété des décors et des outils de dissimulation), une approche plus authentique du système de craft et de progression, ainsi qu’une envie de renouveler régulièrement les “énigmes” annexes. Le tout en conservant une capacité constante à casser vos routines de jeu par le biais d’un nouvel ennemi, d’une nouvelle mécanique, ou d’un script savamment placé et généralement employé une seule fois dans l’aventure. En fouillant l’environnement, vous aurez aussi souvent l’occasion de reconstituer de petites histoires totalement facultatives venant apporter de la densité à l’univers par l’intermédiaire de documents et de corps dissimulés ci et là, voire de déclencher un dialogue contextuel ou même une cutscene à côté de laquelle il était totalement possible de passer. Le diable est dans les détails, dit-on, et sur ce point, Naugthy Dog s’est clairement attaché à ce que son titre ne souffre d’aucune incohérence ou imprécision.

The Last of Us

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant
Cet épisode vous confrontera très souvent aux conséquences de vos actes

Tout efficace qu'est le gameplay, on reprochera toutefois quelques affrontements parfois confus, à cause d'une absence de lock, ou des affrontements contre des ennemis plus imposants, assez quelconques à cause de patterns trop faciles à analyser. Pour autant, chaque combat sera l'occasion de ressentir une excitation certaine d'autant que le jeu s'avère rarement punitif grâce à un système de check point bien pensé.

La survie passera donc aussi bien par l'exploration, indispensable pour améliorer ses attributs et son équipement, que l'affrontement face à des ennemis plus intelligents ou des infectés dont les nouveaux venus vous procureront quelques montées d'adrénaline. Haletantes, les rixes se ponctueront parfois par des choix moraux n'ayant finalement aucun impact. En effet, de façon aléatoire, le dernier membre d'une escouade en vie nous suppliera de l'épargner, le choix de l'éliminer ou non se soldant de toute façon par sa mort. Une idée pour le moins étrange, fragilisée par l'obligation constante de tuer et devenant d'elle-même caduque dans la destinée de nos héros régulièrement poussés dans leurs derniers retranchements.

Entre requiem et hymne de la vie...

The Last of Us Part II : La vengeance au coeur d'un récit époustouflant

Au delà de cette façon un peu superflue de nous rappeler que le concept de moralité est ici central (du moins au sein de l'histoire), The Last of Us Part II met constamment dans le mille, que ce soit à travers son scénario, ses thématiques ou son gameplay. Piochant dans divers genres cinématographiques, du film d'horreur à celui d'aventure en passant par le film de guerre, le titre de Naughty Dog fait montre d'une créativité sans faille afin de maintenir l'intérêt du joueur du début à la fin. Généreux de bout en bout (au point d'étirer peut-être un peu trop sa narration dans le dernier tiers), trouvant un équilibre, pourtant précaire, entre sauvagerie et tendresse infinie, cette suite se laisse savourer jusqu'à son plan final, simple, mélancolique et d'une véritable justesse.

L'avis de Kaaraj
Par son parti-pris temporel réaliste, The Last of Us Part II offre naturellement une direction plus crédible quand il s’agit de dépeindre la notion de survie, également accentuée par un gameplay au corps-à-corps viscéral et un danger omniprésent qui vous invite à privilégier la discrétion plutôt qu’une approche directe. S’il n’appartient pas au genre du jeu de survie auquel il se contente d’emprunter quelques codes, à commencer par son univers, The Last of Us Part II n’en reste pas moins une oeuvre d’une cohérence remarquable, dont aucun aspect ne semble avoir été conçu indépendamment des autres. Un point qui lui permet d’ailleurs de compenser certaines de ses faiblesses, comme ses quelques longueurs narratives vite oubliées grâce au plaisir pris à explorer et nettoyer les zones concernées manette en main. Dans le sens inverse, certains atouts majeurs du titre viennent aussi en sublimer d’autres, à l’image du détail des animations et des mouvements qui rend les affrontements plus plaisants et immersifs.
Les notes
+Points positifs
  • La qualité d'écriture des personnages
  • L'absence de manichéisme
  • Des décors somptueux profitant de tonalités plus disparates
  • Level-design très réussi
  • Un mélange plus harmonieux des genres
  • Un gameplay bien plus efficace
  • Les compositions de Gustavo Santaolalla, discrètes et servant de pouls aux scènes d'action
  • Une VF et un sound design de grande qualité
  • Entre 25 et 30h de durée de vie
-Points négatifs
  • L'effet de surprise n'est plus vraiment là
  • La narration s'étire quelque peu en longueur dans son dernier tiers
  • Quelques rebondissements et séquences un peu forcés
  • Des phases sous-marines sous-exploitées
  • Certaines séquences d'action peuvent paraître inutilement longues

Jouant du début à la fin avec nos émotions, cette suite oscille constamment entre rêve éveillé, où la tendresse d'un échange figé à jamais dans un lointain passé suffira à nous émouvoir, et brutalité du temps présent indissociable d'un chemin de croix mû par un implacable sentiment de vengeance. Faisant de l'imprévisible une norme, débordant de créativité à travers des instants empreints de délicatesse, cette suite surprend et nous fera réfléchir à la conséquence de nos actes tout en nous malmenant émotionnellement. Ayant peaufiné son gameplay, désormais bien plus immersif, cette Part II s'impose comme un fabuleux titre d'action/infiltration mais aussi et surtout comme un récit, se perdant parfois dans quelques étirements narratifs et autres scènes superflues mais ne déviant jamais de sa ligne directrice vouée à offrir à ses personnages une conclusion, qu'elle soit heureuse ou non. Comme toutes les créations portant la marque de leurs auteurs, The Last of Us Part II suscitera des débats, des réactions, ce qui, à l'image de ses protagonistes, reste terriblement humain. Qu'on apprécie ou non, il reste ici une œuvre majeure qui nous hantera plusieurs jours après l'avoir terminé et qu'on évoquera désormais comme le nouvel exemple à suivre dans son domaine ou plus simplement comme une histoire époustouflante, déchirante et magnifique à la fois.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
12 juin 2020 à 09:01:29
19/20
Profil de Kaaraj
Avec Kaaraj
MP
Twitter
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1526)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Mis à jour le 29/06/2020 à 14:40
PlayStation 4 Action Infiltration Survival-Horror Naughty Dog Sony Post-apocalyptique
Dernières Preview
PreviewHyper Scape : Vertical et nerveux, le BR d'Ubisoft en a dans le ventre ! 02 juil., 22:07
PreviewDeath Stranding : Le combo clavier-souris pour un pari réussi ? 01 juil., 09:00
PreviewFuser : Un second contact très convaincant pour le jeu de mix musical d’Harmonix 30 juin, 15:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Ghost of Tsushima
17 juil. 2020
3
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020