Menu
Créer un contenu
News débat et opinion Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien

Conspués par les bien-pensants et les grenouilles de bénitier... pointés du doigt pour leurs actes, les vilains se contentent de végéter au second plan, cantonnés au rôle de faire-valoir. Tapis dans l'ombre, ils attendent ce jour fatidique où leur présence sera considérée comme le moteur de tout récit, portés par une foule ayant enfin ouvert les yeux et cessé de croire aveuglément dans cet éternel héroïsme.

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien

La notion d’antagoniste

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Kain

Avant de condamner ces êtres de pixels devant un semblant de tribunal de la Haye, il s'agirait de revenir à la source de leur existence : une nécessité narrative. Par définition, antagonistes se dit de personnes s’opposant dans une lutte idéologique pouvant prendre la forme d’un conflit au sens littéral. Étymologiquement parlant, “antagoniste” vient du mot grec ἀνταγωνιστής composé de άντι (face à) et άγών (contest) et désigne un personnage ou un groupe faisant face au protagoniste, représentant donc une opposition, un obstacle voire une menace dans un récit pour un personnage principal souvent qualifié de héros.

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Handsome Jack

Méchant, “Bad Guy”, vilain (“Villain” dans la langue de Shakespeare)... et j’en passe, les noms d’oiseaux volent malgré un impact sans commune mesure sur l’histoire. L’antagoniste est le garant de l’équilibre des forces chahutant le récit. Le héros ne peut donc subsister sans le méchant qui l'accompagne. Cependant, le héros n’existe que par et pour cette lutte intestine, cette opposition tandis que le vilain déroule sa destinée. A la fois unique et multiple, moteur du récit, source de séquences dantesques au gameplay spécifique et figure iconique, le vilain occupe l’espace vidéoludique depuis la naissance même du 10ème art.

Il serait temps de considérer ces personnages pour ce qu’ils sont : l’essence même du jeu vidéo car sans vilain, le héros s’apparente à une coquille vide errant sans but à l’image du joueur arpentant ces dédales virtuels.

Un moteur narratif

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Alma

Souvent moteur de l’histoire, le héros se contentant de réagir selon la situation, le méchant donne l’élan nécessaire à la progression du scénario. Tandis que le protagoniste adopte le comportement attendu (antihéros y compris), l’antagoniste guide celui-ci, le fait trébucher. Sans vilain, point d’histoire. Sans opposition, point d’affrontement aussi bien idéologique que l’épée à la main. Ces 2 entités se complètent, dansent la gigue au sein d’un gameplay articulé autour des capacités du héros et sa faculté à répondre aux défis lancés par son opposé.

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
GlaDOS

La narration se nourrit d’échanges, de mystères dévoilés à demi-mot, de simples conversations et transforme les personnages en outils au service du récit. Dénué de scénario avec un grand “S”, Portal 2 n’en reste pas moins narratif porté par un GlaDOS à l’humour caustique omniprésent. Cette entité donne ainsi toute sa saveur au First Person Puzzler de Valve tout en guidant le joueur à travers les niveaux. Semant consciemment des indices tout au long de l’enquête, interpellant les différents acteurs de l’aventure, le tueur à l’Origami de Heavy Rain vagabonde librement sous notre nez endossant ainsi le rôle de moteur narratif. Alma du FPS horrifique F.E.A.R., dans un autre registre, tient la main du héros tout au long de son périple à grand renfort de visions cauchemardesques.

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Vaas Montenegro

Depuis que le monde se veut vidéoludique, éditeurs et studios ont puisé dans leur imagination débordante et donné naissance à un nombre incalculable d’antagonistes et certains tirent leur épingle du jeu, occultant l’existence même d’un héros relégué au second plan. Charisme exacerbé à l’appui, la plume derrière ces êtres virtuels virevolte au coeur du récit imaginé par les scénaristes au point de graver la psyché de ces vilains dans le coeur des joueurs. Et la folie de Vaas Montenegro suinta de nos écrans le 29 novembre 2012, une journée marquée à jamais par la folie d’un autochtone ayant embrassé son “pète au casque”. Intérêt principal de Far Cry 3, Vaas incarnait ce FPS en étant à l’origine de scènes plus mémorables les unes que les autres.

Vaas Montenegro (Far Cry 3) : une douce folie estivale

Un rôle de boss

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Yhorm le Géant

Le vilain de jeu vidéo endosse bien souvent le rôle de boss. A la fin d’un niveau ou encore en guise de conclusion d’un périple de plusieurs heures, le boss ponctue l’aventure et récompense les efforts consentis par le joueur avec une séquence de gameplay conçue pour l’occasion. Sève de la saga des Souls, ces êtres singuliers illuminent de leur aura les jeux de From Software. Vordt de la Vallée Boréale, Gundyr le Champion, Yhorm le Géant... forgent les souvenirs des aventuriers morts après morts, échecs après échecs.

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Zeus

Les dieux eux-mêmes ne peuvent aller à l’encontre de cette envie d’en découdre avec ces boss au point d’embrasser cette destinée. La saga God of War, réputée pour sa mise en scène, s’articule autour de ces séquences de gameplay dantesques entre phases de combat et QTE (Quick Time Event) afin de garantir cette notion d’épique. Zeus, Arès, Aphrodite, les Titans et autres demi-dieux tombent sous les coups d’un Kratos guidé par sa seule colère. L’aura du dieu de la guerre ne peut déployer ses ailes qu’à l’ombre des géants qu’ils terrassent.

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Psycho Mantis

Parfait exemple de l’importance des boss, la saga Metal Gear Solid en a fait sa marque de fabrique. Un scénario dense, un message antimilitariste, des personnages charismatiques, la franchise de Hideo Kojima restera dans les mémoires par la multiplication des combats de boss. Séances de sniper, explosion du quatrième mur, attaque de Metal Gear et combat à mains nues, le premier épisode de la série des Solid est un modèle du genre. La palme de la créativité et du charisme revient à Psycho Mantis et ses aptitudes surnaturelles lui offrant l’opportunité d’interagir avec le réel que ce soit par les vibrations de votre manette ou la lecture de votre carte mémoire.

Dark Souls 3 : Combat de boss face au Sage de Cristal

Une icône vidéoludique

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Wario

Sonic, Link, Mario, Solid Snake, Kratos, le Master Chief, le commandant Shepard… certains personnages dépassent leur prérogative et endossent le costume de porte-parole de leur média d’origine. Couvertures de magasine, posters, goodies, seuls les héros jouissent d’une renommée profitant des plaisirs des campagnes marketing. Et pourtant, certains vilains se frayent un chemin dans notre mémoire pour ne plus jamais en ressortir devenant de fait des icônes au même titre que les héros qu’ils affrontent.

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Bowser

A la croisée de la tortue et du dinosaure, Bowser a su quitter son rôle de vilain pour entrer au panthéon des personnages les plus populaires du jeu vidéo. Ancienneté oblige, de nombreux joueurs ont affronté cet être à la peau jaune surmonté d’une carapace avec des piques pour faire “Badass”. Nintendo tenait son vilain de référence. Concurrent direct de la firme au grand N, Sega a attendu 6 ans pour se doter d’un vilain de ce calibre. Opposé au hérisson supersonique, le Dr. Robotik connu également sous le nom de Dr. Eggman marqua de son empreinte la Megadrive.

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Pyramid Head

Des bruits de pas lourds accompagnés d’une lame frottant sans répit sur le sol brisent un silence de mort. Pyramid Head approche et avec lui la certitude de prendre ses jambes à son cou sous peine de trépas sans détour. Le Nemesis procurait cette même appréhension. Un ennemi si puissant, si coriace que la seule option envisageable était la fuite. Le combat se résumant à épuiser ses munitions et sa patience sur un sac à Points de Vie. 2 entités si marquantes de par leur aura et leur concept qu’elles dépassent leur fonction de boss continu au point d’occulter les héros pris en chasse. Malgré des heures passées sur les Silent Hill, le nom des protagonistes suintent de ma mémoire au profit d’un Pyramid Head immortel.

Bande-annonce de Resident Evil 3

Une entité multiple

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Les forces Covenant

La vision moderne du jeu vidéo délaisse la personnification de la menace à l’exception de quelques personnages secondaires au profit d’une entité multiple composée de soldats “random”, de chair à canon venant s’empaler sur le héros. Call of Duty, Battlefield, Halo, Assassin’s Creed… ces franchises sont passées à la vitesse supérieure. En démultipliant les intervenants, les scénaristes diluent l’impact des antagonistes et réduisent leur influence sur le récit. Les Covenants et leur alliance extraterrestre, Abstergo et ses employés, les Reapers de Mass Effect, les infectés de Dead Island, aucun méchant ne ressort de ces licences à l’exception d’un peuple, d’une organisation, d’une société.

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Albert Wesker

Les 2 concepts subsistent encore dans la saga Resident Evil, alliant vilain d’envergure et pluralité des antagonistes. Les zombies constituent le premier obstacle des joueurs. Umbrella Corps en trame de fond tire les ficelles avec l’aide d’un Albert Wesker omniprésent pour un résultat hybride fusionnant le meilleur des ces 2 mondes. Il en résulte un récit tentaculaire à la portée planétaire sachant être incarné par quelques têtes de proue triées sur le volet, un scénario à grande échelle sachant conserver un cadre intmiste.

Bande-annonce de Halo Reach

Le vilain dans tous ces états

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Revolver Liquid Ocelot

Du simple boss garant de la difficulté au moteur de la narration en passant par son rôle d’icône d’une franchise, les fonctions de vilain dans le jeu vidéo varient grandement selon les besoins du titre. Bien que nécessaires pour créer ce principe d’opposition pro/antagoniste, certains jeux préfèrent diluer ses attributions et créer un ennemi commun défini par son seul objectif et donc dénué d’intérêt. Certains personnages allient pourtant ces fonctions. A la fois juge, juré et bourreau, ils font la pluie et le beau temps au sein de leur jeu respectif.

Sans vilain, le jeu vidéo n'est rien
Sephiroth

Méchant devant l’éternel de la franchise Final Fantasy, Sephiroth domine de la tête et des épaules un Final Fantasy VII encensé par la critique et le public à juste titre. Récit prenant, héros haut en couleur et mécaniques de gameplay sans faille, FFVII avait également pour lui un allié de taille : son méchant principal. Charismatique, déterminé, puissant, ce guerrier aux cheveux argentés démontre la portée d’un tel personnage au sein d’un jeu surpassant la dimension héroïque par la plume et la mise en scène. Beau Jack incarne avec prestance cette nécessité de concevoir une opposition digne de ce nom. Élocution parfaite, humour acide et mégalomanie définissent cet être singulier ayant forgé sa destinée à la force du poignet mais surtout de l’arnaque. Antagoniste tellement apprécié qu’un spin-off fut créé dans le seul but de narrer son ascension, passant de l’état de vilain à celui de “héros”.

Bande-annonce du Remake de Final Fantasy VII

P.S. De nombreux autres vilains ont marqué le marché du jeu vidéo au fil des décennies parmi lesquels Ganondorf (méchant emblématique de la licence The Legend of Zelda) Revolver Liquid Ocelot (“frère” d’armes de Solid Snake) ou encore The Joker, (un super-vilain issu des comics Batman ayant ébloui la série de jeux Arkham par son seul rire). Il était bien entendu impossible de tous les citer au sein de l'article.

Pièce maîtresse à la fois du récit, du gameplay voire même d’une franchise, le vilain appose sa griffe sur les jeux osant donner vie au concept même d’antagoniste sans le diluer à outrance dans une pluralité trop souvent employée. Libre de ses mouvements, cet être virtuel sert ses propres desseins, nourrissant le récit par sa seule présence. La renommée d’un héros se forge au contact d’un opposant digne de ce nom. Gloire et réputation naissent à l’ombre d’un méchant mordant la poussière. A l’image de Batman arpentant la ville de Gotham, sans vilain le jeu vidéo n’est rien.

Profil de Silent_Jay,  Jeuxvideo.com
Par Silent_Jay, Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
joe_monsters
joe_monsters
MP
le 23 juil. 2016 à 19:12

Pardon mais utiliser "vilain" dans le sens de "méchant" est un anglicisme. En anglais, on dit "villain", mot pouvant se traduire par "méchant". Le mot "vilain" en français signifie "laid, désagréable à voir"... et il s'agit d'un adjectif. Il y a bien un nom "vilain" mais celui-ci était essentiellement utilisé au Moyen Âge pour désigner les paysans. Bref... Je trouve ça tout de même un peu moyen de lire ce genre d'erreurs sur un article écrit par un professionnel. Soignez votre vocabulaire, bon sang !

Lire la suite...
DRI--DRI
DRI--DRI
MP
le 20 juil. 2016 à 10:51

Vaas Montenegro ... ce vilain foiré.... , ques qu'il a d’exceptionnel sérieux ? on aurait du mettre " Le Maitre " de Fallout 1 qui est largement supérieur a ce bouffon rempli de cliché qui gâchait la trame de Far cry 3 ...

Lire la suite...
Michelche78
Michelche78
MP
le 15 juin 2016 à 23:38

Décidément, maintenant chez jv.com on enfonce les portes ouvertes. La course au clic...
Votre "dossier" s"applique autant aux films qu'aux livres. Bref, rien de nouveau sous le soleil. Vous n'êtes plus que l'ombre de vous même...

Lire la suite...
hammerbros
hammerbros
MP
le 07 juin 2016 à 23:45

vous savez à quoi on reconnait un bon héros? A son vilain(flander's compagny)

Lire la suite...
chapodebouffon
chapodebouffon
MP
le 07 juin 2016 à 08:39

Personellement je préfère les histoires plus floues qui ne soient pas régit entièrement par le concept de séparation: les bons totalement bons d'un coté et les mauvais totalement mauvais de l'autre.
Des personnages haut en couleurs qui possèdent tous leurs parts d'ombre et de lumière ^^.

Lire la suite...
Pseudo supprimé
le 06 juin 2016 à 16:39

Il y a beaucoup de jeux aujourd'hui où il n'y a ni bien ni mal, on se forge sa propre opinion et c'est tout aussi bien ! :( Bref, dossier où j'ai été en désaccord sur beaucoup de choses !

Lire la suite...
GameInside
GameInside
MP
le 06 juin 2016 à 00:13

Dommage que ce dossier ressemble plus à une ode aux vilains qu'à une vraie réflexion sur leurs places dans les jeux aujourd'hui.
Je ne suis pas contre le fond (contrairement au dossier qui associait les boss à une expression de maschisme...), mais asséner qu'un jeu vidéo sans ennemi n'est rien, c'est un gros raccourci réducteur. Aucun jeu ne se passe d'obstacles, ça c'est vrai (et logique), mais certains peuvent se passer d'antagonistes. Flower pour ne citer que lui. Je rejoins Alveio93 sur ce point.

Lire la suite...
Alveio93
Alveio93
MP
le 03 juin 2016 à 20:19

Il y a d'excellents jeux sans grand méchant dans l'histoire.
Ce qu'il aurait fallu dire c'est qu'un très bon méchant permet de sublimer un bon scénario, dans le cas des jeux où un antihéros est "nécessaire".

Lire la suite...
NeMetallo-66
NeMetallo-66
MP
le 02 juin 2016 à 19:01

Personnellement j'aimerais avoir un peu plus de jeux où le mechant est le "hero" de l'histoire... etc.

(Et je ne parle pas de jeux comme inFamous où on peut choisir d'etre du mauvais coté.) mais de pouvoir incarner un VRAI mechant.

Lire la suite...
Commentaire édité 02 juin 2016, 19:02 par NeMetallo-66
wynner92
wynner92
MP
le 01 juin 2016 à 18:04

Pour citer Alfred Hitchcock : "Meilleur est le méchant, meilleur est le film". Pareil pour les jeux! Les boss ne sont malheureusement plus trop à la mode...

Lire la suite...
Top commentaires
UltimateZeus
UltimateZeus
MP
le 30 mai 2016 à 09:42

Le jeu ou il y a le plus de vilain est Call of duty en ligne

Lire la suite...
kyller92
kyller92
MP
le 30 mai 2016 à 09:52

Je ne suis... tellement pas d'accord. On peut tout à fait faire un jeu sans vrai vilain et avec un scénario excellent. Ce dossier est sacrément réducteur pour le jeu vidéo en général :noel:
Un scénario peut motiver un joueur à progresser avec d'autres raisons que "il faut tuer le grand méchant".

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Gran Turismo 7
04 mars 2022
2
Battlefield 2042
19 nov. 2021
3
God of War : Ragnarok
2022
4
Call of Duty : Vanguard
05 nov. 2021
5
Grand Theft Auto : The Trilogy – The Definitive Edition
11 nov. 2021