Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News débat et opinion /

Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ? du 28/07/2015

News débat et opinion
Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ?
Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ?
Partager sur :
Rappel
Aucun joueur n'apparaissant sur les photos (à part Semphis) n'a été soupçonné de dopage. Ces images ont été choisies pour leur côté illustratif et ne sont pas là pour accuser ces personnes d'une quelconque triche.

Dans cet article, nous allons revenir sur la polémique qui a secoué le monde de l’e-sport il y a quelques jours. Le dopage a fait son entrée dans le milieu, et par la grande porte : les révélations d’un joueur américain de l’équipe Cloud 9 ont fait le tour du monde et ont forcé la ligue la plus influente du milieu à repenser sa vision du sport électronique. C’est justement au moment où ce dernier commence à accomplir ses rêves de professionnalisation avec des jeux tels que Counter-Strike : Global Offensive, League of Legends, Starcraft 2 ou Dota 2, qui arrivent à atteindre des niveaux de spectacle inédits, que ce coup de projecteur nauséabond a fait son apparition. Alors, le dopage et les contrôles antidopage ont-ils un sens dans l’e-sport ? Qui est à blâmer ? Nous allons essayer de répondre à ces questions en analysant la situation inédite dans laquelle se trouve aujourd’hui ce milieu. Mais avant de se lancer à corps perdu dans cette aventure, offrons-nous une petite "piqûre" de rappel…

LE CAS SEMPHIS

Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ?
L'interview à l'origine de la polémique (Semphis à gauche).

Semphis, c’est le joueur qui a mis le feu aux poudres. Le jeune Canadien évoluant actuellement au sein de l’équipe Counter-Strike : Global Offensive de la structure Nihilum Gaming a brisé le silence en avouant publiquement que lui et ses coéquipiers étaient sous Adderall lors d’un tournoi majeur. Bien évidemment, cette substance est considérée comme un produit dopant par l’Electronic Sports League (ESL) qui organisait la compétition et était donc interdite. Suite à cette déclaration, la presse mondiale s’est emparée de cette affaire qui a clairement dépassé le cercle très fermé de l’e-sport.

Mais l’Adderall qu’est-ce-que c’est ? C’est si grave que cela, docteur ? Plutôt oui. Adderall est le nom commercial d’un psychostimulant se rapprochant sur de nombreux points de la méthamphétamine. Destiné originellement aux patients ayant un fort déficit de l’attention, ce produit s’est rapidement vu détourné de son usage normal par des personnes souhaitant booster leurs capacités mentales. Ainsi, une partie des étudiants américains s’en servent afin d’être beaucoup plus concentrés qu’à l’habitude lors d’un examen. Donc oui, il s’agit clairement d’un produit dopant pouvant servir aux professionnels de l’e-sport. Les psychostimulants améliorent grandement l'attention des joueurs qui sont alors bien plus réactifs et efficaces. Dans des jeux où la réactivité est de mise, il s'agit d'un avantage non négligeable qui s'apparente évidemment à de la triche.

Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ?

Comme nous l’avons évoqué plus tôt, au même titre que la NBA, l’ESL interdit l’Adderall. Mais alors que la National Basketball Association effectue des tests antidrogue réguliers, l’Electronic Sports League s’en remet à la bonne foi des joueurs en leur faisant simplement confiance. Et clairement avec le cas Semphis, il semblerait qu’il faille réagir puisque l’homme, en plus de promettre à son équipe de sévères sanctions, ajoute même que dans la ligue américaine nommée l’ESEA, « tout le monde prend de l’Adderall ». Alors y aurait-il quelque chose de pourri dans le monde du sport électronique ? Pour mieux comprendre ce problème il faut remonter à la source et se poser une question toute bête, pourquoi les joueurs se dopent-ils ?

POURQUOI CERTAINS JOUEURS SE DOPENT-ILS ?

Le dopage est devenu quelque chose d’assez banal dans le sport en général. Mais en un sens, il est possible de comprendre les sportifs ayant recours à de tels produits. Ces personnes ont généralement voué une bonne partie de leur vie à leur sport. Arrivés au top, après des années d’entraînement, ces athlètes atteignent enfin le sacro-saint cercle des meilleurs de la profession. Mais alors qu’ils s’apprêtent à gravir les marches du podium, une nouvelle porte sur laquelle est inscrit en lettres d’or le mot « Dopage » s’érige devant eux. Ces compétiteurs dans l’âme ont trop lutté pour en arriver là et ce n’est pas ce dernier défi qui viendra les arrêter. « A la guerre comme à la guerre, s’il faut passer par là pour être le patron, alors qu’il en soit ainsi ». C’est bien souvent dans ce genre de circonstances que des joueurs tombent dans le cercle vicieux du dopage. Je veux être au sommet, il faut que je me donne les moyens d’y arriver, mais aussi d’y rester. Bien sûr, cela ne concerne pas tout le monde et un pourcentage sûrement majoritaire (même si aucun chiffre n'existe pour le moment) réussi a atteindre les sommets sans avoir recors à de telles méthodes.

Finales mondiales de League of Legends 2014

Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ?

Lorsque nous évoquons le sport professionnel, nous faisons donc appel à la notion de « dépassement de soi », mais également à celle de « spectacle ». En effet, il faut que tout le monde ait droit à sa petite part. Le public paye pour aller se divertir, avec cet argent les organisateurs créent des shows gargantuesques qui peuvent offrir des récompenses à leurs compétiteurs. Mais justement, c’est bien cette notion de "show" qui donne une première idée du problème. Pour offrir un spectacle de la meilleure qualité possible qui attirerait le plus de spectateurs possible, il faut que les acteurs principaux de cette pièce soient les plus impressionnants possible. Et quoi de mieux pour motiver un être humain que de lui faire miroiter une belle somme d’argent en échange d’une performance spectaculaire ? Pas besoin d’aller chercher plus loin, avec cela vous avez droit à un joli combat de gladiateurs se battant pour remporter la plus grosse part du gâteau.

Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ?
Les Newbee ont gagné 5 millions de dollars lors de l'International 2014 de Dota 2.

Si l’on voulait pousser le vice un peu plus loin, nous pourrions dire qu’à ce stade, le sport n’est plus une passion, mais un moyen pour atteindre le pactole. L’éthique des règles accolée à l’image de la compétition saine est alors troquée pour l’éthique du profit. Avec des cash prizes pouvant atteindre plusieurs millions de dollars pour les vainqueurs, il est tout naturel que la compétition prenne une autre dimension aux yeux de ces joueurs aux pupilles dilatées par l’Adderall. Mais à la différence de League of Legends, dont les meilleures équipes prennent aujourd’hui part à une course de fond les forçant à rester concentrées pendant toute une saison qui dure de nombreux mois, le modèle de la compétition au coup par coup est sûrement le plus touché. En effet, il suffit de regarder le tableau : autant se droguer pendant une année entière a de quoi faire réfléchir, autant se doper le temps d’un tournoi durant une semaine ou deux et pouvant rapporter gros pourrait sûrement faire basculer beaucoup de monde.

En poussant les compétitions d’e-sport à un tel degré de professionnalisme, les responsables des ligues font ainsi surgir les mêmes soucis qui frappent les sports traditionnels, dont le dopage. Tout en restant très dommageable, cela reste parfaitement logique. Mais quitte à s’inspirer des modèles déjà existants pour la dimension spectaculaire, autant continuer à regarder du même côté pour trouver la solution aux problèmes que cela apporte. Vous l’avez deviné, nous allons maintenant parler du bon vieux test antidopage que l’ESL a promis de mettre en vigueur prochainement.

LE DÉPISTAGE A-T-IL DU SENS ?

Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ?

Le dépistage a pour objectif de déterminer, généralement grâce aux urines, si un athlète a ingéré des produits interdits par la réglementation d’une compétition. Même si, sur le papier, cette idée reste parfaitement adaptée au problème, dans les faits cela reste loin d’être la solution miracle. Pour commencer, les tests sont bien souvent effectués de manière aléatoire et restent assez évitables. En plus de ne pas se présenter physiquement à ces derniers, les joueurs peuvent les contourner d’une autre manière bien plus inquiétante. Si l’Adderall et de nombreuses autres drogues sont dépistables, alors les joueurs souhaitant arriver à la victoire coûte que coûte pourraient bien se tourner vers d’autres psychostimulants bien plus dangereux pour la santé. Nous pouvons par exemple citer la taurine qui avait été utilisée par l’armée américaine lors de la guerre du Vietnam afin d’améliorer l’attention et la capacité de concentration de ses soldats. A haute dose, cela avait provoqué de très violents maux de tête et mêmes des hémorragies cérébrales.

Pour constater un autre souci pouvant survenir avec l’implémentation de cette méthode, il n’y a pas besoin d’aller chercher très loin. Du côté du cyclisme, sport extrêmement surveillé, une affaire avait fait beaucoup de bruit il y a quelques années. Le cycliste Lance Armstrong, considéré comme l’un des meilleurs compétiteurs de sa génération, a pris sa retraite après avoir gagné des dizaines de titres et le statut de légende. Peu après, l’homme a fini par avouer avoir eu recours à l’usage de produits dopants, et notamment l’EPO. Mais comment un sport subissant autant de contrôles a pu laisser passer cela ? En plus d’avoir mis au point un système bien rodé, le sportif a pu profiter de l’aval de certains dirigeants avec qui il entretenait des liens amicaux forts. Mais ces responsables corrompus pensaient surtout à l’argent que pouvait rapporter une figure telle qu’Armstrong qui attirait les foules. Malheureusement, l’e-sport est un monde qui pourrait être particulièrement touché par de telles pratiques. Dans un milieu où les joueurs sont bien souvent érigés au rang de rockstars, il ne serait pas étonnant de voir se confondre éthique et intérêts financiers. En effet, si un joueur jouissant d’une communauté de fans incroyable venait à perdre son niveau, ce serait toutes les compétitions de ce jeu qui perdraient également une partie de ses spectateurs ne suivant plus leur héros déchu… Par conséquent, ces gladiateurs particulièrement attractifs pourraient bien recevoir l’aide de responsables peu regardants, pensant surtout au "spectacle".

Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ?
Stephano, joueur de Starcraft 2, devenu une véritable rockstar de son milieu.

Si les joueurs professionnels sont les premières personnes à être pointées du doigt dans des cas de dopage, il serait également judicieux de se tourner vers le modèle des compétitions en lui-même. Dans un système où les joueurs sont érigés au rang d’icônes et les cash prizes de plus en plus gros, il n’est pas étonnant de constater ce genre de dérives. Il est par ailleurs intéressant de noter que ces gratifications ne sont pas uniquement pensées pour les joueurs, mais aussi, et surtout, pour impressionner le public. La question qui survient alors naturellement est la suivante : Un système proposant des récompenses se comptant en millions de dollars est-il compatible avec l’éthique ?

UN PROBLÈME DE FOND

Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ?

Même s’il est compliqué de donner une réponse digne de la recette d’une pierre philosophale sportive, nous pouvons apporter une première piste. L’e-sport se démarque de la plupart des sports traditionnels sur un point, il ne fait pas appel aux capacités physiques, mais plutôt aux capacités mentales. L'utilisation de produits stupéfiants n'a alors plus le même objectif. Si le rugby est le sport subissant le plus de cas de dopage selon l'Agence Française de Lutte contre le Dopage, c’est parce qu’il réclame une condition physique importante qui peut être grandement améliorée par des substances bien différentes de l’Adderall. Si construire un corps sur la durée à l’aide de produits dopants se révèle tout à fait supportable, utiliser des psychostimulants sans arrêt sur une longue période paraît en revanche impossible à tenir. Avec cet argument propre aux "sports de réflexion", une première méthode pourrait venir enrayer un peu le fléau du dopage naissant. Celle-ci est par ailleurs utilisée par la plupart des sports collectifs et même par Riot Games pour League of Legends : le modèle saisonnier. En effet, les joueurs ne pouvant pas avoir recours à de l’Adderall en permanence, la réduction du nombre de tournois au coup par coup pour des compétitions hebdomadaires devrait sûrement engendrer une baisse du nombre de tests positifs…

Le dopage dans l'e-sport : Un pas de plus vers le professionnalisme ?
Feux d'artifice, concerts... L'e-sport est devenu un véritable spectacle ces dernières années.

Malheureusement, le spectacle restant tout de même le fondement de cette industrie, il faut bien organiser au moins un gigantesque combat de gladiateurs pouvant rassembler les foules grâce à son côté événementiel. Et de ce côté-là, League of Legends et tous les autres (Counter-Strike : Global Offensive, Starcraft 2 ou Dota 2) jouent dans la même cour en proposant un grand tournoi annuel désignant le "champion des champions". En plus d’exalter l’ego, ce titre se voit bien entendu accompagné d’une jolie couronne surplombée du sigle "dollar" qui aura vite fait de pousser les moins scrupuleux au dopage. Mais supprimer toutes les grosses compétitions reviendrait à détruire ce qui fait l’essence même du sport, le petit côté pimenté qui nous amène à trembler autant que l’équipe que nous chérissons. Alors, même si les contrôles antidopage peuvent apporter un semblant de sécurité, il ne s’agit pas d’une méthode infaillible et nous nous retrouvrons face au même mur que les autres sports traditionnels. Mais finalement, n’est-ce-pas là le point de comparaison entre sport et e-sport tant attendu par les acteurs du milieu ? Même si l’e-sport se serait bien passé de cet héritage méphitique issu du sport traditionnel, il faut reconnaître que le dopage reste une preuve du professionnalisme que les "athlètes du jeu vidéo" tentent de faire reconnaître depuis de très nombreuses années. Le sport électronique a fait son entrée dans la cour des grands, il faut désormais en assumer les conséquences. Les bons... et les mauvais côtés.

L'e-sport en France

Chargement de la vidéo Reportage
Crédits photos :
Merci à Gamegavel pour son aimable autorisation concernant la 4ème photo (Les Newbee).
Profil de daFrans,  Jeuxvideo.com
Par daFrans, Rédaction jeuxvideo.com
MP
FPS Stratégie MOBA Valve Blizzard Entertainment Riot Games eSport

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Miamlebigmac
Miamlebigmac
MP
le 23 août 2015 à 19:17

La scène CSGO dans l'esport : que des cheaters, et maintenant ils s’aperçoivent que les gens se dopent aussi :rire: quel bande de naifs.

Lire la suite...
golgoth666
golgoth666
MP
le 15 août 2015 à 23:33

J adore le bouton bas de page "Encore plus de commentaires" , mais il manque pas un mot genre "Encore plus de commentaires Supprimés" ? il me semble que si ^^ Tres bon article au demeurant

Lire la suite...
]TanTanTan[
]TanTanTan[
MP
le 05 août 2015 à 01:35

Ils se droguent pas pour gagner mais pour supporter de jouer à ces jeux de merdes (CoD,Stacraft ect...)

Lire la suite...
baka_nyaaa
baka_nyaaa
MP
le 04 août 2015 à 09:59

le stagiaire qui mes en pls la majorité des ancien avec un article :rire:

Lire la suite...
levietnamese
levietnamese
MP
le 04 août 2015 à 00:07

dafrans est vraiment très motivé et passionné. Beaucoup d'articles viennent de lui et la plupart sont excellent. Celui là est particulièrement savoureux et très professionnel. On dirait un un article pondu par un journaliste. Très prometteur ce stagiaire.

Lire la suite...
superdjidane2
superdjidane2
MP
le 03 août 2015 à 20:48

Laissons les jouer prendre les substance qui leur plaisent selon leur bon plaisir... Ne laission pas l'anti dopage pourrir le monde du jeu vidéo...

Lire la suite...
Darkmiaul
Darkmiaul
MP
le 03 août 2015 à 15:47

Très bon article, vraiment

Lire la suite...
airacless
airacless
MP
le 03 août 2015 à 14:12

Ce commentaire a été supprimé.

Lire la suite...
_Elkmar_
_Elkmar_
MP
le 02 août 2015 à 18:48

Le stagiaire qui te pond un article 1000 fois plus intéressant que ce que les anciens nous sortent depuis respawn :rire:

Certains devraient en prendre de la graine.

Lire la suite...
Commentaire édité 02 août 2015, 18:50 par _Elkmar_
CocoSioux
CocoSioux
MP
le 02 août 2015 à 13:04

Et le professionnalisme il est où sur JVC? Heureusement qu'il y a encore des stagiaires...

Lire la suite...
Top commentaires
Silent_Gay
Silent_Gay
MP
le 28 juil. 2015 à 09:26

Voir de telles pratiques me désole. Où est donc passée la dignité des joueurs ?

Lire la suite...
Jules_Verge
Jules_Verge
MP
le 28 juil. 2015 à 22:33

Autant j'ai adoré LOL pendant presque 2 ans parce qu'il a aussi popularisé les mobas ( dota c'etait quand même moins connu faut l'admettre ) autant c'est un des pionniers dans la destruction programmée du fun dans les JV.

On ne joue plus pour décompresser et se taper des barres sans pression, maintenant on joue pour gagner, et Riot avec sa politique de showbiz a outrance typiquement capitaliste qui prône l'e-sport a toutes les sauces y est pour quelque chose.

Depuis ce fameux tournant dans le jeu avec la première Dreamhack ( ou toutes les teams etaient composées de god tiers nobrain style vlad et karthus passons.. ) la mentalité de l'immense communauté de ce jeu s'est dégradée pour devenir tristement célèbre chez les joueurs du monde entier.

Les gens ne cherchent plus d'eux-même les stratégies, ils copient/collent bêtement des builds que des "pro" leur disent de faire, une méta insipide et cloisonnée au possible, tout une myriades d'opportunistes qui font leur beurre sur cette generation de joueurs dénués d'esprit critique qui ne savent qu'être anti ou pro sans prendre le recul necéssaire, qui blâment leur propres camarades a chaque erreur parce qu'ils se prennent pour leur idole en carton avec son corps de phasme sauf qu'ils sont en ligue cuivre rouillé ect..

Pöurquoi je m'attarde sur LoL me direz vous ? Parce que cet esprit de compétition n'est pas sain et qu'il se propage aussi vite que la peste. Sur plein d'autres jeux avec une bonne communauté je vois ( souvent en vacances) des kévins flooder , parler en caps lock, imbus de leur personne, imposant des réponses a leur questions futiles tout en croyant avoir la science infuse et devinez quoi ? Ils viennent quasiment tous du même jeu ( je leur pose la question ).

Ce jeu est une plaie pour l'avenir du jv, surtout qu'ayant vu les bénéfices que cela donnait, des tas de boites veulent faire pareil histoire de donner du serieux a leur jeu, montrer au monde que leur jeu "c'pas pour les fiottes c un truk de pgm"

Ces gens la n'ont rien de pro, c'est juste des nolifes drogués ( comme on a pu le constater avec cette article mais entre nous c'était un secret de polichinelle ) qu'on déifie, qu'on starise , qu'on te vend comme un produit pour que tout les jeunes joueurs dans leur naiveté veulent mimer car c'est dans la nature de l'homme d'aller dans les traces de leur illustres prédécesseurs comme le disait un certain Machiavel.

Eux n'ont rien d'illustres, ils ont des PC de guerre ( fluidité tant sur la connexion que sur les fps ) ils jouent beaucoup ( en forgeant qu'on devient forgeron, logique imparable ) et ...Bah voila c'est tout. Ils jouent des compos nobrain, sont rageux et narcissiques ect..

J'ai limite plus de respect pour les joueurs de foot même si c'est a peu près le même système daubé c'est dire...

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Gotham Knights
2021
2
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
3
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020
4
Call of Duty : Black Ops Cold War
13 nov. 2020
5
Halo Infinite
2021