Menu
Grand Theft Auto
  • Tout support
  • PC
  • GB
  • PS1
Actus
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News jeu /

GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?

News jeu GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?

Si aujourd’hui les joueurs semblent lassés par GTA V, le jeu a pourtant eu le droit à ses lettres de noblesse dans la presse vidéoludique, que ce soit au moment de sa sortie ou au fil de ses différentes versions. Il faut dire que cela fait des années que la saga de Rockstar s’est imposé comme un mastodonte, rarement décevant, du jeu vidéo. Et pourtant, presque 25 ans auparavant, une certaine presse n’était pas vraiment favorable au jeu, pour le plus grand plaisir de ses créateurs.

19 864 vues

Vis ma vie de gangsta

GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?

Nous sommes en 1995. Alors que le studio DMA Design célèbre le succès de Lemmings, leur troisième production, son fondateur, David Scott Jones, et Mike Dailly rêvent déjà de nouveaux horizons. Ils veulent voir plus grand : modéliser une ville virtuelle dans laquelle la loi du plus fort règne. Ils se lancent donc avec leurs acolytes dans le développement d’un simulateur de combat en pleine rue. Petit à petit, le projet se dessine et se complète. Différentes envies et inspirations viennent se greffer (la volonté de créer un jeu de course à la Hot-Wheels, l’envie de jouer les mauvais garçons…), et ainsi naît Grand Theft Auto premier du nom, jeu d’action vous invitant à carjacker et tuer les membres d’un gang ennemi, les policiers, ou qui bon vous semble. En somme, un jeu où vous pouvez laisser parler votre âme de gangster en plongeant dans l’illégalité et la violence, avec tout l’aspect défouloir que cela implique.

Le but de Race’n’Chase {nom initial du projet} est de produire un jeu de courses et d’accidents multijoueur fun, addictif et dynamique, usant de méthodes graphiques nouvelles.

Description du jeu à ses prémices

GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?

Si aujourd’hui, la plupart des joueurs connaissent GTA, certains ignorent sans doute ce à quoi le premier opus ressemblait. On est bien loin des environnements en 3D et du réalisme de GTA V ou de ses prédécesseurs. En 1997, c’est un jeu en vue du dessus et tout en pixels qui se présente aux joueurs. Et pourtant le sentiment de liberté est bien là et le jeu, malgré ses nombreuses influences (Elite, Syndicate, Mercenary…), sort du lot. Il devient très vite un succès, imposant la licence à venir comme une référence : GTA, le jeu qui vous plonge dans la peau des mauvais garçons. Côté critique, on salue le sound design (fort marqué dès le premier opus), la quasi-carte blanche qui est laissée au joueur et le côté défouloir, mais on épingle aussi beaucoup les graphismes datés, et certains s’indignent même de la violence qui est représentée. Jouer à être violent, tuer sans conséquences, cela dérange quelques-uns. Une minorité comme souvent bruyante qui octroie au jeu une réputation sulfureuse et crée la polémique.

Bad buzz is good buzz ?

On le connaît, cet inévitable débat qui ébranle la scène politique ici et là : les jeux vidéo seraient violents, dangereux, en somme à bannir… Si aujourd’hui le discours tend peu à peu à évoluer, il est devenu commun de voir quelques irréductibles s’insurger à la sortie d’un Call of Duty ou d’un GTA, justement. Cependant, dans les années 90, cela n’était pas vraiment courant. Alors c'est presque une surprise quand, le 20 mai 1997, le baron Campbell de Croy prend à partie la Chambre des Lords (de façon très simplifiée, l’équivalent anglais du Sénat) pour les prévenir de la terrible menace qui plane : la sortie d’un jeu fait de délits de fuite, carjackings et autres courses poursuite avec la police.

GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?

Ce même homme politique (plutôt conservateur vous l’aurez deviné) est d’ailleurs revenu à la charge en janvier 1998 en demandant une révision du système de classification des jeux. Selon lui, interdire le jeu au moins de 18 ans ne suffisait pas. Le parallèle, aujourd’hui bien connu, entre la violence et les crimes perpétués en jeu et dans la vraie vie, ne fait aucun doute à ses yeux. Il faudrait donc interdire ou limiter la diffusion de ce genre de jeux pour réduire la criminalité… Ce court (et vain) débat donnera notamment lieu à des échanges plutôt lunaires :

Lord Avebury : Mes seigneurs {My Lords}, le Ministre est-il au courant que des démonstrations de Grand Theft Auto sont actuellement distribuées à travers des magazines en vente auprès du public, mais que mon enfant de 12 ans, qui a essayé l’une de ces copies, m’assure que ça ne l’a en aucun cas motivé à sortir et voler des voitures ?

Lord Williams de Mostyn : Mes seigneurs {My Lords}, je suis ravi d’apprendre cette excellente nouvelle. Mais rien n’empêche que fournir ainsi de tels jeux est une infraction pénale. Cela se pourrait bien que le noble Lord, Lord Averbury, exprime, en conséquence, le désir d’avoir une conversation privée avec son fils.

Après ces quelques déboires, les tabloïds s’affolent aussitôt. Le Daily Mail, connu pour ses titres à scandale, dépeind GTA comme un « jeu vidéo criminel qui glorifie les voyous réalisant des délits de fuite ». Et tout le monde y va de sa nouvelle couche à tartiner bien comme il faut. L’association écossaise des membres du commerce automobile s’est ainsi indigné que de jeunes gens puissent découvrir les vols de voiture de cette façon, tandis que l’équivalent anglais de Familles de France (qui avait notamment obtenu le retrait de Sanitarium des rayons une semaine seulement après sa sortie en 1998), Family and Youth Concern décrit le jeu comme « dérangé » et invite activement les parents à « refuser de l’acheter à leurs enfants ». En somme, l’opinion publique s’emballe et cloue GTA sur le pilori. Mais au lieu de l’achever, cette campagne ravivera au contraire la flamme de la rébellion chez les plus d’un million de joueurs qui se précipiteront en magasin pour s’offrir un exemplaire de ce jeu controversé. Un coup du sort ? Et bien non. Cette sombre affaire serait en réalité le fruit d’une campagne de marketing réfléchie, œuvre d’un professionnel de la communication : Max Clifford.

Le succès d’un seul homme ?

Tout est dû à Max Clifford

Mike Dailly pour The Sunday Times

GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?

Une fois le jeu réalisé, il faut dire que les développeurs de DMA Design se retrouvaient avec une lourde tâche sur les bras : comment vendre un jeu violent et mettant en scène des actes illégaux sans susciter la controverse ? Comment, en somme, atténuer la campagne de communication pour que la pilule passe mieux ? Un véritable casse-tête n’est-il pas ? C’est pourquoi Max Clifford, approché par BMG Interactive pour s’occuper de la campagne marketing du jeu, propose une stratégie tout à fait différente : créer et alimenter la polémique afin que les conservateurs, à travers leur plaidoyer engagé en faveur de la suspension du jeu, finissent par en faire la publicité. Une stratégie qui pourrait sembler risquée mais qui, dans les mains de Max Clifford, transforme GTA en poule aux œufs d’or. C’est d’ailleurs pour cela même que ce personnage atypique a été choisi.

Attaché de presse et agent publicitaire, Max Frank Clifford a construit sa légende auprès des plus grands. De Frank Sinatra à Muhammad Ali, il a su faire de ses clients des stars et tirer les moindres ficelles, surtout les moins conventionnelles, pour les maintenir au sommet. C’est notamment lui qui est à l’origine de la fameuse rumeur ayant fait la une des tabloïds et permis de relancer la carrière de Freddie Starr : « Freddie Starr a mangé mon hamster ». Autant dire que le bonhomme n’a pas volé son titre de « maître dans la manipulation des tabloïds », même si, quelques années plus tard, c'est lui qui en fera la une suite à sa condamnation pour huit agressions sexuelles perpétrées sur des mineures...

GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?
GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?

Si ces accusations n’étaient pas de mise à l’époque, les méthodes douteuses de Clifford rebutaient déjà Dave Jones. C’est Sam Houser (futur co-fondateur de Rockstar Games et réalisateur et producteur de la franchise depuis Grand Theft Auto III), alors membre de BMG Interactive, qui aurait appuyé la stratégie de Clifford et poussé Jones à rencontrer Clifford. Une rencontre qu’il a racontée à David Kushner pour son livre Jacked : l'histoire officieuse de GTA  :

« On soufflera aux bonnes personnes que cela pourrait être une bonne chose pour eux de dénoncer combien ce jeu est scandaleux et de le critiquer, disait Clifford, j’alimenterais ces rumeurs à l’oreille d’un des Lords, racontant qu’il y a ce jeu développé en Ecosse qui est tout à fait abject, et alors, en seulement trois mois, vous ferez les gros titres » Et je me disais « mouais pourquoi pas... », mais tout ce qu’il a dit est devenu réalité.

C’est ainsi que la machine de la controverse que nous présentions plus haut fut lancée. Des rumeurs placées dans les bonnes oreilles, sans doute même quelques pots-de-vin glissés par-ci par-là : voilà comment enflammer un débat selon Clifford. Ceci étant fait, il suffira de quelques actions marketings désinvoltes, un ou deux posters chocs et une campagne publicitaire reprenant le plaidoyer virulent de Lord Campbell pour hisser GTA au rang des must-have de la fin des années 90.

GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?

Alors, bad buzz is good buzz ? Pour ce qui concerne la licence GTA il semblerait bien que oui. Les différents débats ont bien contribué à faire connaître le premier opus et lui construire une réputation sulfureuse, attirante pour les jeunes adolescents et adultes. Au fil des années, la franchise reprise par Rockstar Games a continué de soulever les foules avec diverses polémiques (Hot Coffee, The Lost and Damned…), alimentant l’intérêt des joueurs. Pour autant, il est important de dire que les jeux de la franchise GTA ne marchent pas seulement grâce à cette réputation qu’ils se sont forgée. Comme le rappel Kushner dans son livre, « Le scandale seul ne fait pas vendre ». C’est ce savant mélange entre un marketing bien pensé et des jeux de qualité qui a fait le succès de ce véritable pilier du jeu vidéo.

Profil de meakaya,  Jeuxvideo.com
Par meakaya, Rédaction jeuxvideo.com
MP
PC GB PS1 Take-Two Interactive Rockstar Games Tarantula Studios Action Rétrogaming

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Ben4h20
Ben4h20
MP
le 27 sept. à 16:39

"Si aujourd’hui les joueurs semblent lassés par JVC, le site a pourtant eu le droit à ses lettres de noblesse dans la presse vidéoludique"

Lire la suite...
-Maiden666-
-Maiden666-
MP
le 27 sept. à 08:31

Parce qu'a l'époque la press etait libre de ces test !! aujourd'hui c'est le cheque de l'éditeur a la press qui fait la note !!

Lire la suite...
the-dr1ver
the-dr1ver
MP
le 27 sept. à 08:09

Quand on parle de quelque chose, en mal ou en bien, on en parle !

Lire la suite...
TintinMiota
TintinMiota
MP
le 27 sept. à 07:12

si le journaliste pouvait éviter d'orienter l 'information selon son point de vue politique ou alors s'il le fait au moins argumenter ce serait plus intéressant. par exemple en quoi c est un vain débat la violence dans GTA monsieur ? a part votre parti pris qui balance ça comme une évidence. Merci

Lire la suite...
Sainte_Miranda
Sainte_Miranda
MP
le 27 sept. à 03:04

Le 6 qui sera exclu Microsoft :cimer:
Les soniaises en larmes qui se contenteront de Kena Directors Cut https://image.noelshack.com/fichiers/2017/17/1493282542-jesus-chauve.png

Lire la suite...
DoctorWhoFr
DoctorWhoFr
MP
le 27 sept. à 01:04

Grand theft auto, maintenant plus connu sous l'appellation GTA. J'avais 10/11 ans quand j'ai commencé a joué dessus. J'en est passé d'excellent moment dessus a me marré a tout défoncé façon gros tarba et par moment a faire le bon samaritain qui respecte tout. J'en est passé des moments a kiffé de joué car aucun enjeu juste du divertissement et j'avais la chance a mon époque que mes parents me rappel que ce qui est dans le jeu est pas ce qui est dans la vie réel, bref, éducation parentale quoi comparé a de nos jours.

A l'époque, les jeux étaient de véritable divertissement alors que aujourd'hui c'est plus des pompes a fric ou chaque jeu est avant tout conçu pour inclure des microtransactions, des boutiques et autres connerie. Aujourd'hui, c'est l'époque de la censure qui s'installe avec des jeux qui répondent aux revendication des minorités quitte a lissé leurs créations ou bien souvent par peur d'être pointé du doigt par ces minorités qui leurs feraient bien mauvaise presse (Personne aime être pointé du doigt façon). Aujourd'hui, va faire un massacre gratuit dans GTA pendant des dizaines de minutes, ce serait un massacre sur les réseaux avec des commentaires du style cette personne a un sérieux penchant pour le meurtre ou cette personne est en passe de commettre une action sanglante IRL, cette personne est folles de s'amuser a faire cela on est dans le psychiatrique la, faut l'enfermer.

Aujourd'hui, c'est la bien pensance et le politiquement correct qui s'installe dans le paysage avec leur morale a deux balles qui sert juste a mettre sous cloche ce que ils ne veulent pas entendre, une merde reste une merde et ce quelques soit le nom que on lui donne. Un(e) technicien(ne) de surface sera toujours un employé payé pour faire le ménage, pour ramassé les merdes/déchets fait par les autres dans les magasins en exemple.

Lire la suite...
Commentaire édité 27 sept., 01:04 par DoctorWhoFr
StrangerFruit
StrangerFruit
MP
le 26 sept. à 22:57

Pourquoi des screens de GTA Advance ? :(

Lire la suite...
ClaireDearing
ClaireDearing
MP
le 26 sept. à 20:56

payer pour des mauvaises notes surement pas
mais avoir des articles qui font les scandalisés et qui nourrissent une polémique sur un fait soit disant choquant, ça peut être intéressant
après on est en 2021, avec les réseaux sociaux on a plus besoin de payer pour ça

Lire la suite...
spinradalicante
spinradalicante
MP
le 26 sept. à 19:52

De "famille de france", identitaires hysteriques parmis d'autres,
à melanchon et ses attaques deconnectées sur assassin's creed,
en passant par ce député de je ne sais plus quelle contrée qui accusait "Rule of rose" d'incitation a la pedophilie,
on oublira pas le bloc réac sur-actif/milticomptes de forumeurs de ce site.

Bien sur, entendre les aboiements des soit disants defenseurs de "valeurs",(au mepris des processus d''appropriation, propres à chaque joueur/joueuse, qui completent et parfois surpassent le stereotype ou le discours) a toujours inciter au buzz mediatique..

Ce qui m'a marquer perso,
c'est les debuts de GTA coté loufoque, (bourré de cheat code pour faire pleuvoir des pnj, inverser la gravité etc) quand son concurrent Saint Row proposait une vision gangster plus realiste.
Et ce moment où ça c'est inverser, gta se voulant " realiste"/cliché et Saint Row repoussant les limites du loufoque.

Autre reflexion, on presente souvent Gta comme une critique acerbe de la societe etasunienne, il en fait plutot la promotion decomplexée.
Exemple type, Nico Bellic, immigrant qui se retrouve confronté à cette realite/cliché, evolue et atteint la reussite en adoptant justement les memes comportements...En terme de critique acerbe on a vus mieux...
Mais ca souligne egalement le pouvoir d'appropriation et d'interpretation par les joueurs/joueuses, sujet (en dehors du prisme du moding) peu etudié et pourtant capital.

Lire la suite...
akinawa
akinawa
MP
le 26 sept. à 19:46

''Si aujourd’hui les joueurs semblent lassés par GTA V"'
Pas le grand public en tout cas vu les ventes monstrueuses, et il serait plus judicieux de parler de GTA Online, c est lui qui fait toujours vivre le jeu aujourd'hui :oui:

Lire la suite...
Top commentaires
GrosVendu
GrosVendu
MP
le 26 sept. à 14:29

News jeu GTA : Payer pour avoir mauvaise presse, une bonne stratégie ?

Vous savez pertinemment que c'est le contraire
GRBP II 17/20
RAGE 2 17/20
WIII R 18/20
….
Et Jean Passe

Lire la suite...
Commentaire édité 26 sept., 14:33 par GrosVendu
Raton86
Raton86
MP
le 26 sept. à 14:44

Les deux premier gta la bonne époque, j'étais fan

Lire la suite...
A lire aussi
Les jeux attendus
1
Gran Turismo 7
04 mars 2022
2
Battlefield 2042
19 nov. 2021
3
Call of Duty : Vanguard
05 nov. 2021
4
God of War : Ragnarok
2022
5
Grand Theft Auto : The Trilogy – The Definitive Edition
2021