CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tutoriels
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News jeu Pourquoi se souvient-on davantage de Dark Souls que de Demon's Souls ?
Profil de Indee,  Jeuxvideo.com
Indee - Journaliste jeuxvideo.com

Au début des années 2010, il a redéfini les attentes des joueurs en matière d’action-RPG. Aujourd’hui, comment ne pas avoir entendu parler de Dark Souls ? Beaucoup se souviennent de son level design tortueux, de ses combats impitoyables ou encore de son gameplay assigné aux gâchettes de la manette, à une époque où “coup d’épée” correspondait forcément aux boutons du pad. Mais peu gardent en tête son aîné, Demon’s Souls, qui avait pourtant déjà tous les ingrédients qui ont fait de Dark Souls un jeu culte. Alors pourquoi retient-on plutôt l'un que l'autre ?

Pourquoi se souvient-on davantage de Dark Souls que de Demon's Souls ?

Pour comprendre le pourquoi du comment, il faut remonter quelque temps en arrière. Au tout début de son développement en 2007, Demon’s Souls est un projet particulier. L’industrie du jeu vidéo est alors en plein boom des jeux casual avec le succès phénoménal de la Wii, sortie un an plus tôt, et les gros jeux d’action comme Call of Duty 4 : Modern Warfare ou le premier Uncharted se tournent vers des systèmes de santé plus permissifs, où une bouffée d’air frais panse les blessures les plus graves. Bref, le maître-mot à l’époque, c’est “accessibilité”. Et c’est seulement grâce à un contexte favorable que le pionnier des Souls a vu le jour, comme l’explique dans les colonnes de Edge Takeshi Kajii, ex-produceur chez Sony Computer Entertainment (qui a édité le jeu au Japon) :

En vérité, si nous avons pu permettre au projet une telle liberté créative, c’est grâce à un timing et à un calendrier de sorties chanceux. En ce sens, nous avons eu de la chance. Ce n'est pas le genre de jeu que les entreprises peuvent généralement se permettre de faire sans une tempête parfaite de bon timing, des personnes qualifiées et la volonté de prendre un risque - Takeshi Kajii, produceur chez Sony Computer Entertainment sur Demon’s Souls

Pourquoi se souvient-on davantage de Dark Souls que de Demon's Souls ?

Ce risque, il tient en trois mots : “difficulté à l’ancienne”. Avec Demon’s Souls, From Software et Sony souhaitent ramener à la vie une exigence quasi-passéiste, à l’image des anciennes productions du studio comme les King’s Field. "Hidetaka Miyazaki (directeur créatif de Demon’s Souls, Dark Souls, Bloodborne, Sekiro et aujourd'hui PDG de From Software, ndlr) voulait que l'on sente le poids des armures et des armes" nous explique Damien Mecheri, co-auteur des deux ouvrages Dark Souls - Par-delà la mort, aujourd'hui éditeur chez Third Editions. "C'est un fan du film Excalibur de John Boorman".

Un pari osé mais contrôlé. Dès le départ, le titre est envisagé comme une production de taille moyenne (80 personnes au maximum alors que les AAA occidentaux pouvaient déjà en compter plusieurs centaines) de plus réservée au marché japonais. “Sony ne croyait pas du tout au projet" précise Damien Mecheri.

Anecdote 1 : “Dans Demon’s Souls, la perma-death était initialement prévue”

Vous reprendrez bien une louche de cruauté sur votre plat de souffrance ? Oui, à un moment du développement de Demon’s Souls, la mort permanente du personnage a été envisagée. Une mort un peu beaucoup punitive qui aurait - cerise sur le gâteau - aboutie à la “suppression des données de sauvegarde”, comme le raconte Takeshi Kajii dans la même interview de Edge. “On était tous d’accord qu’on serait allés trop loin avec ça. Mais cela prouve le temps que l’on a passé à explorer le sens et les mécaniques de la mort dans le jeu, lors du réglage de ce sentiment gratifiant que Demon’s Souls était censé procurer”.

Demon's Souls - Trailer

Sortie mondiale cabossée

Un projet "OVNI" dont les ventes sont aujourd’hui tout de même estimées à 1,7 millions d’exemplaires dans le monde. Pas trop mal. Surtout quand on sait que son illustre grand frère, Dark Souls, s’est écoulé à 2,3 millions d’unités (sans compter son remaster, sorti en 2018) deux ans après son arrivée sur consoles et un an après sa version PC. Mais pas grand chose ne laissait présager un tel succès pour Demon’s Souls. Au départ, From Software est d’ailleurs assez pessimiste : les joueurs n’ont pas apprécié la démo présentée au Tokyo Game Show et les premières ventes au Japon, bien qu’honorables (40.000 exemplaires), déçoivent l’équipe.

Pourquoi se souvient-on davantage de Dark Souls que de Demon's Souls ?

Mais le bouche à oreille prend. Si bien que Demon’s Souls dépasse les 100.000 unités vendues sur le sol japonais, quelque temps après sa sortie en février 2009. C’est là qu’une distribution mondiale est envisagée. Non pas par Sony (qui regrettera plus tard de ne pas avoir fait du premier Souls un jeu first-party) mais par Atlus, notamment connu pour développer et éditer les Persona. D’après Gamasutra, le papa de Playstation estimait que Demon’s Souls était “trop exigeant et inhabituel pour le public occidental”. Atlus a flairé le bon filon et a racheté les droits de publication. Et ça paye. En quelques mois, le titre s’écoule à 280.000 exemplaires aux Etats-Unis.

Anecdote 2 : “Demon’s Souls, c’est pourri !” (Sony)

L’histoire de Demon’s Souls regorge d’anecdotes qui valent la peine d’être racontées. Notamment la réaction de Shuhei Yoshida, à l’époque président des Worldwide Studios de Sony, lorsqu’il s’est essayé au jeu, peu de temps avant sa sortie. “J’y ai joué près de deux heures et après tout ce temps, j’étais toujours bloqué dans la zone de départ” raconte-t-il dans une interview accordée à GameInformer. “J’ai dit ‘c’est pourri, c’est un jeu incroyablement mauvais’ et je l’ai mis de côté”. Une histoire qui n'a sans doute pas aidé Demon's Souls à sortir du Japon grâce à Sony.

Pourquoi se souvient-on davantage de Dark Souls que de Demon's Souls ?

Huit mois séparent la parution de Demon’s Souls au Japon et aux USA. Pour l’Europe, l’écart est encore plus important, avec une sortie fin juin 2010 (contre février et octobre 2009 pour les deux autres versions). Et ce n’est même pas Atlus qui se chargera de distribuer le titre sur le Vieux Continent. Jusque récemment, la firme passait par des éditeurs européens pour y publier ses jeux. C’est Bandai Namco qui a pris le relais.

Si on résume : entre ce dernier, Atlus et Sony, on ne peut pas vraiment dire que Demon’s Souls a fait l’objet d’une communication tonitruante et uniforme, lui qui n’était même pas censé sortir du Japon. Surtout que le titre était limité par d’autres frontières, celles de la PS3, en tant qu’exclusivité. A contrario, Dark Souls est arrivé avec une communication bien mieux orchestrée, et sa sortie mondiale s’est étalée sur seulement quelques jours pour les versions PS3 et 360 (la version PC arrivant un peu moins d’un an plus tard). Et comme évoqué plus haut, les ventes n’ont été que meilleures. Mais si on retient aujourd’hui davantage Demon’s Souls que Dark Souls, ce n’est pas uniquement pour des raisons marketing.

Dark Souls - Trailer

Dark Souls, le Demon's Souls "plus plus"

Car si tous les bons ingrédients étaient réunis dès le départ (le sentiment d'accomplissement que l’on retire de chaque combat, le level design tortueux, le mode multijoueur et les messages que l’on peut laisser derrière soi) cette formule, Dark Souls l’a sublimée. “C’est le jeu de la maturité pour Miyazaki” affirme Sylvain Romieu, second auteur des volumes de Dark Souls - Par-delà la mort aux côtés de Damien Mecheri.

Ce dernier tempère toutefois : "A 90%, Dark Souls est un remake de Demon’s Souls". Comme une refonte en plus poussée, sorte de Demon's Souls "Plus Plus". Avec un level design plus ambitieux (un grand monde interconnecté au lieu de plusieurs royaumes indépendants) mais aussi une histoire un peu plus abordable. Même si elle reste particulièrement mystérieuse. "Demon's Souls est plus cryptique que Dark Souls" analyse ainsi Damien Mecheri, "avec des inspirations païennes, liées à la corruption et au poison, alors que son petit frère a des thèmes plus forts qui parlent immédiatemment, comme celui du feu par exemple".

Pour le lore, c’est fou ce qu’ils ont fait sur Dark Souls. Pendant cinquante heures, à quelques rares exceptions près, tout est cohérent. S'il y a un cadavre à tel endroit, c’est qu’il est tombé de l’étage supérieur, et tout ça c’est raconté par l’intermédiaire de l’environnement et des descriptions d’objets - Sylvain Romieu, co-auteur des ouvrages Dark Souls - Par-delà la mort : Volume 1 & 2.

Pourquoi se souvient-on davantage de Dark Souls que de Demon's Souls ?

Une narration environnementale reprise de Demon's Souls mais avec cette fois des personnages plus marquants - ou qui ont en tout cas davantage marqués. Certains d'entre eux sont devenus cultes, au point d'évoquer immédiatement le nom "Dark Souls" à une bonne partie des joueurs (même à ceux et celles qui n'y ont pas joué). Le plus connu de tous étant sans doute Solaire d'Astora, dont la pose et le plastron, en honneur au soleil, ont imprégné la mémoire des joueurs. Tout comme le look de Siegmeyer de Catarina et son casque en forme d'oignon. Des aventuriers qui ont leur petite personnalité et que l'on recroise plusieurs fois dans l'aventure. De son côté, Demon's Souls ne peut pas vraiment se vanter d'avoir laissé son empreinte de cette manière.

Anecdote 3 : "Pourquoi Dark Souls et pas Demon's Souls 2 ?"

C'est en effet une question que l'on peut légitimement se poser. Premier élément de réponse : c'est Sony qui détient les droits de Demon's Souls, qui était exclusif à la PS3. L'ambition d'un jeu multi-plateforme incarnée par Dark Souls (qui appartient à Bandai Namco) est une potentielle raison pour expliquer l'absence d'une suite au pionnier des Souls, dont le remake sortira d'ailleurs uniquement sur PS5 à une date encore inconnue.

Mais d'après Damien Mecheri, la véritable raison serait plutôt à dénicher du côté de Miyazaki, qui n'aime pas faire des suites. "Il a une philosophie de game design très établie : faire ressentir un sentiment d’accomplissement au joueur. Chaque fois, il reprend ces bases pour créer un nouveau jeu". Miyazaki a seulement supervisé Dark Souls II en parallèle de Bloodborne et a déclaré ne plus vouloir travailler sur Dark Souls après la sortie du troisième opus.

Toutefois, le pionnier des Souls est à l'origine d'un défrichage de terrain salvateur pour Dark Souls, qui a pu débarquer tranquillement deux ans après la sortie de son aîné. Ce dernier a rappelé aux fans d'action-RPG le plaisir d'une difficulté bien dosée mais juste, où le sentiment d'accomplissement est roi. De fil en aiguille, From Software s'est ainsi tissé une base de joueurs très solide, qui ont répondu présent à chaque nouveau jeu. Si les ventes totales de Demon's Souls sont aujourd'hui estimées à 1,7 millions d'exemplaires dans le monde, son lointain grand frère, Sekiro, a dépassé les deux millions d'unités l'an passé. En à peine dix jours.

PC Switch PS4 ONE PS3 360 From Software Bandai Namco RPG Action Jouable en solo Multi en ligne Multi en coopératif Multi en compétitif Heroic Fantasy
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
MrB4nGBanG MrB4nGBanG
MP
Niveau 1
le 21 août 2020 à 05:39

Je comprends pas ce que le post viens faire ici sous "xbox one". ça ne concerne aucun d'entre nous qui n'avons aucunement eu accès au game.

Lire la suite...
Dark Souls
PCSwitchPS4ONEPS3360
Dark Souls Remastered
PCSwitchPS4ONE
Meilleures offres
Achetez vos jeux au meilleur prix :
- Dispo sur PC - 35.99€
PS4 23.99€ PS4 28.97€ 360 34.99€ PC 39.99€ ONE 44.99€ PS4 68.00€
Marchand
Supports
Prix
Les jeux attendus
1
Grand Theft Auto VI
2025
2
Stellar Blade
26 avr. 2024
3
Rise of the Ronin
22 mars 2024
4
Senua's Saga : Hellblade II
21 mai 2024
5
Dragon's Dogma II
22 mars 2024
La vidéo du moment