CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourSoldes
    • Toutes les offres
    • Meilleures offres
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tutoriels
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News business EA est-il trop dépendant de FIFA Ultimate Team et des Sims ?
Profil de Kaaraj,  Jeuxvideo.com
Kaaraj - Journaliste jeuxvideo.com

Avec “À la fac”, Les Sims 4 s’est offert il y a une semaine sa 8e extension en un peu plus de 5 ans d’existence. De son côté, FIFA 20 poursuit son petit bonhomme de chemin au gré des mises à jour et d’évènements ponctuels sur FIFA Ultimate Team, sans oublier de s’inviter dans les tops des ventes de jeux de nombreux pays. Régulièrement cités parmi les bons élèves - commercialement parlant - d’Electronic Arts, les deux franchises occupent un poids prépondérant dans le chiffre d’affaires de l’entreprise américaine. Faut-il donc s’inquiéter de la potentielle trop grande dépendance d’EA à ces deux licences ?

EA est-il trop dépendant de FIFA Ultimate Team et des Sims ?

Si la question mérite d’être posée, c’est justement parce que les derniers bilans financiers de l’entreprise témoignent du statut occupé par ces deux franchises. Du côté de FIFA, un coup d’oeil au bilan complet de l’année fiscale 2019 (se déroulant entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019) permet de matérialiser l’ensemble de manière chiffrée : FIFA 17 et 18 représentaient 11% des revenus nets de leurs années fiscales respectives, contre 14% pour FIFA 19. Mais le chiffre qui importe le plus concerne surtout les revenus générés par le mode Ultimate Team (tous jeux confondus : FIFA, Madden, NHL). Ils représentaient 16% des revenus totaux en 2017, puis 21% en 2018, avant de passer en 2019 à 28%, signe d’une dépendance toujours plus importante aux revenus générés par ces modes. Et si ce montant comprend comme évoqué quelques lignes plus haut l’ensemble des jeux proposant un mode Ultimate Team, le communiqué précise bien qu’une “part significative de l’ensemble provient de FIFA Ultimate Team”.

FIFA 20 et Les Sims 4

EA est-il trop dépendant de FIFA Ultimate Team et des Sims ?EA est-il trop dépendant de FIFA Ultimate Team et des Sims ?

Pour que vous vous rendiez compte du caractère imposant de ces chiffres, sachez que les revenus liés à l’ensemble des modes Ultimate Team représentent donc 1,37 milliards de dollars sur la dernière année fiscale. À titre de comparaison, l'intégralité des revenus sur PC des jeux Electronic Arts n’atteint “que” 780 millions de dollars. Pourtant, le géant américain peut aussi compter sur une autre de ses licences phares pour booster également ses chiffres : alors que la part de ses ventes en dématérialisé ne cesse d’augmenter dans ses revenus totaux, EA cite ainsi trois jeux moteurs de son revenu issu des ventes numériques : Madden NFL 19, FIFA Ultimate Team et donc, Les Sims 4. Pas vraiment une surprise au regard de la multiplication des extensions sur le dernier épisode en date de la licence. Si le revenu net a légèrement baissé vis-à-vis de la précédente année fiscale (4,95 contre 5,15 milliards), l’éditeur l’explique d’ailleurs par une baisse drastique des revenus (732 millions de dollars) des franchises Battlefield et Mass Effect Andromeda, contrebalancées par une augmentation de 435 millions des revenus pour les licences FIFA et Les Sims. Les Sims 4 est également cité comme contributeur solide des revenus liés au produit (vente directe de jeu quelle que soit sa forme) ainsi qu’aux ventes de jeux physiques.

Un catalogue riche, mais moins porteur ?

EA est-il trop dépendant de FIFA Ultimate Team et des Sims ?
Anthem

Dans les faits, de tels chiffres peuvent être perçus de manière positive pour l’éditeur puisqu’ils témoignent de sa bonne santé financière. Mais mettre tous ses oeufs dans le même panier n’est pas une solution idoine : actuellement, comme évoqué plus haut, Ultimate Team représente 28% des revenus totaux, tandis que les revenus des services en ligne (comprenant les achats en jeu, les DLC, les abonnements et l’eSport) occupent eux 45% du revenu net total. Ultimate Team étant compris dans les revenus des services en ligne, nous pouvons donc en déduire qu’il représente plus de la moitié des montants générés par cette catégorie. À l’heure de l’avènement du dématérialisé et des jeux-service, la tendance serait plutôt à l’augmentation des revenus des services en ligne, et donc de l’importance des revenus liés à Ultimate Team au sein de l’ensemble. Ce montant ne s'explique toutefois pas seulement par l’évolution actuelle du marché, mais également par quelques difficultés rencontrées par l’éditeur sur ses autres licences.

Les grands noms ne manquent pas chez EA, qui a même récemment tenté de lancer une nouvelle licence avec Anthem. Mais le succès n’a pas été au rendez-vous pour cette dernière, Electronic Arts précisant en mai dernier en marge de la présentation de ses résultats financier qu’Anthem “n’a pas répondu aux attentes commerciales”. L’éditeur espère cependant offrir une seconde vie au titre si l’on se fie aux sources de Kotaku, qui évoquaient il y a quelques jours qu’une refonte serait actuellement en cours :

Nous avons passé quelques mois à démonter le jeu pour voir les éléments qui méritaient fondamentalement d’être modifiés. Depuis, nous sommes en train de tout refaire, explique l'une des sources citées.

Au delà d’Anthem, plusieurs autres franchises font ici office de géantes endormies : les derniers Need For Speed ont été tièdement accueillis par la critique (61 à 62 pour Payback, 72 à 74 pour Heat), Star Wars Battlefront II a bien fonctionné, mais a souffert en terme d’image à son lancement et a finalement dû renoncer à ses lucratives lootboxes quelques semaines plus tard pour montrer patte blanche auprès des joueurs. Les difficultés entourant le développement de Mass Effect Andromeda n’ont également pas permis à la licence de revenir sous une forme aussi marquante que la trilogie qui l’a précédée. Battlefield se trouve entre deux opus et le prochain n’est pas attendu avant l’année fiscale 2022 (1er avril 2021-31 mars 2022), tandis que l’annonce du quatrième Dragon Age se fait également attendre.

EA est-il trop dépendant de FIFA Ultimate Team et des Sims ?
Apex Legends

Et si le fraîchement sorti Star Wars Jedi Fallen Order dispose d’un bon potentiel de vente, l’absence de microtransactions et le caractère purement solo de l’aventure ne peut pas en faire une alternative commercialement viable sur le long terme à FIFA ou Les Sims. Contrairement à des titres tels qu’Anthem ou Apex Legends, par exemple, qui avec leurs modèles multijoueurs propices au jeu-service et leurs microtransactions (Apex Legends est d’ailleurs free-to-play) disposent d’un réel potentiel pour offrir une source de revenu pérenne à l’éditeur. La solution se trouve donc peut-être dans le suivi à long terme d’Apex Legends dans un secteur concurrentiel fort actuellement dominé par Fortnite, mais aussi dans la potentielle refonte d’Anthem, dont la réussite pourrait offrir une alternative en terme de revenus. À moins que la législation sur les lootboxes ne vienne tout balayer d’un revers de main.

La législation des Lootboxes pourrait tout changer

À terme, l’expansion des récentes législations concernant les lootboxes pourrait en effet bouleverser le modèle du jeu-service, dont la part dans les revenus des éditeurs (comme Electronic Arts) devient plus importante. Les revenus liés à Ultimate Team sont par exemple générés par l’achat de packs dont vous ignorez les récompenses, un choix qui a notamment poussé la commission des jeux de hasard à se pencher sur la question il y a quelques années. Conséquence directe, la Belgique, par la voix de son ministre de la justice Koen Geens a choisi d’interdire les lootbox dans son pays :

Le mélange des jeux vidéo avec les jeux de hasard, surtout à un âge précoce, représente un danger pour la santé mentale. Nous devons également nous assurer que les enfants et les adultes ne soient pas confrontés à des jeux de hasard lorsqu’ils cherchent juste à s’amuser dans un jeu vidéo.

Les joueurs de FIFA ne peuvent donc plus acheter ces packs avec de l’argent réel en Belgique et doivent se contenter de les récupérer via l’acquisition de crédits in-game. Un choix nettement plus juste en terme d’équilibre de jeu, mais qui interroge sur les solutions possibles du côté d’Electronic Arts : si la belgique n’est pas l’un des marchés majeurs du jeu vidéo, d’autres pays - dont la France - suivent cette situation avec curiosité et il n’est pas exclu que l’application d’une décision similaire survienne sur des marchés plus importants… Ce qui aurait d’énormes conséquences économiques pour Electronic Arts, qui serait contraint de renoncer à plus d’un quart de ses revenus.

Au delà de chercher à diversifier ses revenus, l’une des solutions serait donc avant tout de repenser son modèle de jeu-service pour l’émanciper de celui des lootboxes actuelles, trop risqué et qui pourrait potentiellement devenir illégal dans d’autres pays. En l’état, la solution pourrait passer par la vente de packs indiquant clairement les joueurs présents à l’intérieur, mais en cassant une partie de son concept qui joue énormément sur la surprise - notamment via les animations de découverte des joueurs “lootés” - les microtransactions permettraient-elles de générer un revenu aussi important qu’avec les Lootbox actuels ? Il est permis d’en douter, même si pour le moment, rien n’est encore acté concernant l’expansion de la législation sur les lootboxes.

Les Sims 4 s'invitent à la fac

Electronic Arts
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
the-dr1ver the-dr1ver
MP
le 26 nov. 2019 à 09:49

Et encore, même Les Sims ne fonctionnent plus si bien que ça depuis le quatrième opus.

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
10 févr. 2023
2
Final Fantasy XVI
22 juin 2023
3
The Day Before
01 mars 2023
4
Star Wars Jedi : Survivor
28 avr. 2023
5
Cyberpunk 2077 - Phantom Liberty
2023
La vidéo du moment