Menu
Créer un contenu
Test high tech Test du volant Logitech G923 : Au point mort
3
Par oliveroidubocal -
Logitech G923
Amazon
340,99 €Livraison gratuite
Fnac
340,99 €Retrait en magasin
Fnac
340,99 €Retrait en magasin
Cdiscount
348,00 €Livraison 11,00 €
Cdiscount
352,00 €Livraison 11,00 €
Rue du commerce
354,99 €Livraison 2,99 €

Logitech sort aujourd’hui deux nouveaux volants, l’un pour plateformes PlayStation/Windows, l’autre pour Xbox/Windows, et tous deux portent le nom de G923. Deux volants que nous avons eu la chance d’avoir entre les mains avant tout le monde mais qui n’auront pas réussi à combler tous nos espoirs.

Video-test du volant Logitech G923

Vous êtes peut être simracer depuis assez longtemps pour avoir connu l’âge d’or de Logitech en matière de volants. Un âge où les Driving Force faisaient le bonheur des joueurs PlayStation 2 sur Gran Turismo 3, quand le fabuleux G25 ouvrait la voie des volants haut de gamme, avec son moteur puissant et son pédalier à trois pédales. Pour le grand public, et pour la quasi totalité des joueurs de l’époque, il n’y avait pas d’alternative à Logitech. Rien de mieux qu’un Driving Force GT pour jouer sur PS3, rien de plus abouti qu’un G27 pour conduire sur PC. Et puis, à l’aune de la sortie des PlayStation 4 et Xbox One, l’ancienne direction de la société suisse a décidé de s’écarter du monde des consoles, mettant sous le tapis tous les projets de volants et laissant la voie libre à Fanatec, et surtout à Thrustmaster, de créer de nouvelles références.

Spécifications
CompatibilitéPS4/PC ou Xbox One/PC
Rotation Max900°
Retour de force Dynamique
Motorisation2 moteurs à balais
PalettesRotatives
Mémoires internesNon
Réglage de rotationNon
Pédalier3 pédales
Levier de vitessesNon fourni
Poids volant2.2 kg
Poids pédalier3 kg
ConnexionFilaire USB
Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Une année plus tard, en Juillet 2015, re-changement de direction : Logitech se remettait en ordre de marche pour lancer un nouveau modèle pour chaque current-gen de Microsoft et Sony, respectivement les G920 et G29. Deux volants qu’à l’époque nous avions trouvé décevants car ils reprenaient de nombreuses caractéristiques techniques des G27 et Driving Force GT, sans apporter de réelles nouveautés, et surtout sans atteindre le niveau d’une concurrence qui continuait d’avancer. Après cinq années de silence et un partenariat fort avec l’écurie McLaren', nous pouvions espérer que Logitech vienne à nouveau se frotter aux meilleurs, dévoilant un modèle eSport digne de ce nom histoire d’aller chercher la couronne qui était la leur. C’était même quelque chose que nous attendions de pied ferme. Et c’est alors que nous avons reçu les deux G923.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Chacun sa boite, son jeu de couleurs, son logo, les deux G923 ne se distinguent pourtant que par quelques très légers détails. A l’intérieur, une carte électronique adaptée à chaque plateforme, bien évidemment, et à l’extérieur deux petits boutons de différence, sur le bras central où le modèle PlayStation accueille Share, Option et Home quand le modèle Xbox se limite au seul bouton Home. Si on compte les fonctions sur l’ensemble du volant et que l’on fait le point, c’est finalement bien deux boutons manquants côté Xbox, à savoir les L3 et R3 correspondant aux clics des sticks analogiques des manettes. La faute à quelques limitations historiques du côté de la console américaine.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Pour le reste, vous aurez bien évidemment reconnu l’ergonomie du G29, jusque dans les moindres détails. Et en effet, il s’agit de la même structure, du même châssis, des mêmes éléments de contrôle, du même indicateur à LEDs qui manquait au G920, de la même esthétique exception faite du jeu de couleurs qui gagne ici en sobriété, ce qui n’est pas plus mal. En même temps, pourquoi réviser quelque chose qui fonctionne très bien? La roue de 28 centimètres reste un choix idéal dans la plupart des configurations, avec ici un méplat léger sur la partie basse qui lui donne un côté GT sans pour autant gêner à la pratique du drift ou du rallye. De toute façon, il faudra faire avec puisqu’il n’est toujours pas question de changer de roue comme chez le concurrent.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Côté finition, cette roue délaisse quand même le cuir pour un polyuréthane dur texturé* (* Voir MAJ), de telle sorte qu’à un mètre on croit encore être en présence de cuir cousu main. Surtout que les coutures, elles, sont bien présentes, ne serait-ce que pour l'esthétique. Ca rappelle fortement la proposition de Thrustmaster avec son T300RS et à l’utilisation c’est un peu moins bien que le G29, la souplesse de la peau n’étant pas présente. Il est donc clairement conseillé de sortir les gants de course pour en profiter pendant de longues sessions sans avoir les mains mâchées.

MAJ : Du vrai cuir selon Logitech
Suite à notre test, Logitech nous a confirmé la présence de cuir sur la roue du G923. Nous avons donc entaillé la matière rigide que nous prenions pour du plastique pour effectivement trouver une fine couche de cuir en surface, collée à l’armature de la roue. De notre point de vue, cette trop fine épaisseur, l’absence de molleton et le manque de souplesse du matériau empêchent le cuir d’atteindre les qualités mécaniques que nous connaissions sur les précédentes productions de Logitech, alors que côté esthétique, ce cuir peine franchement à se démarquer d’un simple polyuréthane.
Test du volant Logitech G923 : Au point mort
Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Derrière le volant, deux palettes rotatives suivent strictement les mouvements de la roue. Là encore, pas de surprise, le comportement du ressort et du contacteur étant tout à fait le même que sur G29/G920. La course de déclenchement avoisine un centimètre et il est possible d'enchaîner les passages de vitesses sans revenir en position initiale. Les habitués de Thrustmaster ou Fanatec trouveront néanmoins le toucher un peu mollasson, la profondeur un peu trop importante.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Le G923 propose un nombre de contrôles conséquents : 4 boutons d’action en plastique dur, sérigraphiés selon la plateforme, 4 boutons supplémentaires répartis sur la partie basse de la plaque et offrant un contact très sec, une croix directionnelle souple bien calibrée pour voyager dans les menus, un large double bouton +/-, ainsi qu’une molette crantée cliquable légèrement améliorée par rapport à celle du G29.

Test du volant Logitech G923 : Au point mortTest du volant Logitech G923 : Au point mort
Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Au global, c’est largement suffisant pour aborder la plupart des jeux de course tout en ayant quelques réglages sous la main. Dans F1 2020, on peut par exemple gérer sa stratégie à la molette et son ERS au +/-, dans Assetto Corsa choisir un paramètre à la molette, le valider, puis modifier la valeur au +/-, etc. Très franchement, nous n’avons rien à redire sur la partie ergonomie, c’est limpide, facile à utiliser en course, et parfaitement sérigraphié pour une utilisation dans la plupart des simulations grand-public. On n’est pas au niveau d’une roue type McLaren , mais en même temps, ce n’est pas du tout le même public visé, ni le même prix.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Le G923 récupère aussi le système de serrage de ses ancêtres. Là encore, pourquoi changer puisqu’il offre une certaine facilité d’exécution, et un blocage suffisant dans la plupart des situations. Les possesseurs de cockpits regretteront simplement l’impossibilité de remonter les pattes au maximum pour ne pas les retrouver contre ses genoux sur certains modèles. Pour le reste, nous apprécions toujours autant le passage des câbles, certes difficile d’accès à l’heure d’ajouter ou de retirer un accessoire, mais qui permet d’ajuster la longueur de câble sortant et de participer grandement à la propreté de la gestion du câblage. A noter d’ailleurs que d’après Logitech, le G923 reste compatible avec le levier de vitesses de la marque, le Driving Force Shifter.

Test du volant Logitech G923 : Au point mortTest du volant Logitech G923 : Au point mortTest du volant Logitech G923 : Au point mort
Test du volant Logitech G923 : Au point mort
Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Sous les pieds, vous n’aurez pas beaucoup plus de surprises qu’avec le reste puisque Logitech a totalement repris le modèle de pédalier du G29, lequel était déjà quasi identique au G27 et au G25. On retrouve donc ce pédalier très lourd et stable qui a fait la réputation des modèles précédents. , Joliment fini avec ses pédales et bras en inox, il propose toujours un réglage latéral des plaques pour augmenter l’espace entre les pédales, ce qui n’est vraiment pas un luxe si vous comptez jouer avec vos chaussures.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Logitech a aussi amélioré notablement la résistance de la pédale de frein, lui donnant un début de course plus souple et une butée clairement plus dure. Un moyen d’imiter une cellule de charge même si la technologie derrière tout ça reste celle de potentiomètres, un peu à la manière du cône de caoutchouc amovible sur le pédalier T3PA de Thrustmaster. Nous regrettons cependant que le câble de connexion reste encore et toujours à l’arrière, en sortie d’une arête courbe, ce qui rend bien difficile le calage du pédalier contre un mur, pourtant nécessaire pour encaisser l’augmentation de résistance du frein quand on n’a pas de cockpit.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort
Test du volant Logitech G923 : Au point mort

L’installation sur un stand ou un cockpit reste néanmoins particulièrement simple, Logitech offrant 6 points de fixation au châssis avec des vis M6 (non fournies), alors que l’installation sur tapis ou moquette profite toujours de la griffe amovible, plus ou moins efficace suivant le type de revêtement sur lequel le pédalier est agrippé. Dans l’ensemble, ce pédalier fait preuve d’une bonne stabilité, même si nous conseillons systématiquement une fixation à un élément plus large et plus lourd.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Le support logiciel se fait avec le Logitech G HUB, disponible uniquement sur PC Windows à l’heure de notre test. On retrouve exactement les mêmes possibilités que pour les G29 et G920, à savoir un remapping intégral du volant et la possibilité d’assigner n’importe quelle fonction ou macro à chaque touche. Les réglages de sensibilité et de retour de force peuvent être réglés manuellement ou laissés à l’appréciation de chaque jeu, alors que la sensibilité des pédales peut être ajustée manuellement, avec un seuil de saturation pour chacune.

Si le G Hub propose bien une gestion des profils, ceux-ci ne sont malheureusement pas intégrables au volant pour être utilisés sur une autre plateforme. Nous regrettons aussi l’absence de contrôle sur le True Force, ce nouveau protocole de communication qui peut utiliser des données audio pour sa gestion du retour de force.

Test du volant Logitech G923 : Au point mortTest du volant Logitech G923 : Au point mort
Test du volant Logitech G923 : Au point mort

S’il reste compatible avec les mêmes jeux que le G920 sur Xbox One, ou que le G29 sur PS4 (adieux la compatibilité PS3 au passage) le G923 profite d’un nouveau protocole de communication avec les titres compatibles auxquels il est connecté : le TrueForce. Par ce biais, le G923 récupère plus d’informations que ses prédécesseurs sur les réactions physiques du véhicule et même sur l’environnement sonore, et ce à condition que le jeu soit compatible (ce qui est possible via une mise à jour). A la manière d’un ButtKicker (un haut-parleur dédié aux vibrations), le son peut ainsi être transformé en réactions du moteur et d’une certaine manière informer le joueur de la présence d’adversaires, de variations de surface, … Ca nous rappelle un certain T-GT de Thrustmaster, à la différence que ce dernier utilise un transducteur dédié pour transmettre ces informations et non son moteur central. Et ça, on peut dire que ça change tout.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

En effet, la motorisation et la transmission moteur/volant du G923 restent identiques à celles des G29 et G920. Et ces éléments électro-mécaniques sont aujourd’hui datés et incapables de faire ressentir toutes les subtilités promises par le TrueForce. Nous retrouvons ici les mêmes errances qu’avec le G29, à savoir un moteur qui sature très vite et qui offre très peu de nuances, ainsi qu’une transmission qui “saute” constamment faute de souplesse, créant un effet de rumble non désiré et particulièrement désagréable.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Dans un jeu compatible TrueForce (Gran Turismo Sport par exemple, ou Grid sur PC en version spéciale), on sent effectivement une différence entre un G29 et un G923 … Mais celle-ci n’est en rien avantageuse. Oui le volant vibre plus quand on passe proche du moteur vrombissant d’un concurrent … Sauf qu’il vibrait déjà trop de base, et ce rajout d’informations ne fait que brouiller un peu plus un message rempli de “clac clac” et de “brrrr” complètement inutiles, tant pour l’immersion que pour la performance. En clair, on a au mieux un rendu équivalent à celui d’un G29, au pire un rendu un peu plus brouillon, et c’est très très loin d’être glorieux.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

C’est là le plus gros soucis de ce G923. Il nous ressert la même technologie de motorisation que le G27. La même résistance qui ne tient absolument pas la comparaison avec un T300 ou un TX de Thrustmaster, et surtout une transmission qui dénature le moteur physique des jeux. Là où on attend un retour subtile, le G923 nous sort une grosse vibration. Là où l’on cherche la résistance en courbe, le G923 nous sort son antique effet rumble. Et même si l’écart en terme de finition reste bien présent, nous en sommes à préférer le T150 PRO et sa transmission par courroie, plus à même d’atténuer les limitations du moteur pour offrir des sensations agréable. Surtout que T150 et G923 sont finalement assez proche en terme de puissance.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Du coup, vu l’écart technologique qui le sépare de ses concurrents, on aurait pu penser que Logitech replacerait son volant à un tarif plus avantageux, surtout au vu des promotions ahurissantes dont profitent régulièrement les G29 et G920, vendus régulièrement à moins de 200€. Mais que nenni, c’est bien à 400€ que ces deux modèles sont mis aujourd’hui sur le marché. 400€, c’est le prix d’un T300RS GT Edition, un volant avec pédalier 3 pédales, et surtout une motorisation brushless, à la fois puissante et nuancée. 400€, c’est aussi le prix de deux T150 Pro, toujours chez Thrustmaster, un volant avec une finition inférieure, mais à la puissance comparable au G29, lui aussi équipé d’un pédalier 3 pédales, et avec une transmission largement plus agréable en jeu. Logitech joue à fond la carte de la réputation et trouvera certainement preneur à plein tarif comme après remise … mais quel coup à sa réputation.

Test du volant Logitech G923 : Au point mort

Il y a de toute évidence un décalage monstre entre ce que sort Logitech aujourd’hui et ce que nous attendions d’une telle sortie. Si l’ensemble garde de belles qualités en termes de fabrication, et ce malgré la disparition du cuir qui faisait la réputation de ses prédécesseurs, c’est bien au niveau des sensations de conduite et des vibrations que le G923 accuse le coup, la faute à une motorisation qui prend simplement deux générations de retard. Vu la politique tarifaire de Logitech, et même avec la perspective de futures offres alléchantes, ces deux G923 sont à nos yeux d’immenses déceptions. Nous attendions tellement plus de cette série légendaire.

Conclusion

Points forts

  • Une réussite esthétique
  • Ergonomie pratique et lisible en jeu
  • Un pédalier stable et rigide
  • Le nouveau frein, très agréable
  • Le support logiciel efficace

Points faibles

  • Des sensations d’un autre temps
  • La motorisation saccadée, incapable de nuances
  • La transmission directe qui saute tout le temps
  • Le TrueForce n’apporte rien, presque au contraire
  • Plus de cuir mais une finition en plastique dur imitation cuir
  • Ca manque un peu de place sur le pédalier
  • La roue n’est pas amovible
  • Le cable du pédalier vers l'arrière empêche de le caler
  • Le modèle PS4 n'est plus compatible PS3
  • Retour à 400€ en attendant les offres

Note de la rédaction

400€ pour une version revisitée du G29/G920. Des petites choses en plus, des petites choses en moins, mais au final rien qui ne permette à l’ensemble de se hisser au niveau de la concurrence. Voir aujourd’hui que la gamme volants de Logitech est au point mort depuis le G27 est pour nous synonyme d'une immense tristesse, désormais parfaitement personnalisée par ce G923.
Nos derniers tests High-Tech
Test des Pixel 6 et Pixel 6 Pro : un tournant majeur pour les smartphones de Google
4.5
Google
Test de la carte graphique Radeon RX 6600 : moins chère et meilleure qu'une RTX 3060 ?
3
AMD
Test du clavier mécanique Pyro : Roccat maîtrise son sujet et son prix
4
Roccat
Test de la chaise gamer Anda Seat Kaiser 2 : du confort pour les grands gabarits
4.5
AndaSeat
Test des Apple AirPods 3 : Les meilleurs écouteurs pour votre iPhone ?
4
Apple
Dernières news hardware
Nvidia : les GeForce RTX 40 neuf fois plus puissantes que la PS5 ? 02 déc., 12:35
Razer et Qualcomm créent la seule console avec Forza, Mario et Pokémon 02 déc., 12:28
Steam Deck : des exclus pour la console portable ? Valve s’exprime 02 déc., 10:43
Xbox Series S : il transforme la machine en console portable grâce à un tout nouvel accessoire 02 déc., 08:00
Comparatifs et guides d'achat
Quel casque Bluetooth choisir ? 15 nov., 15:41
Comparatif des meilleurs joysticks, HOTAS et palonniers pour PC et consoles 02 nov., 13:29