CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Page Dossier 1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons
1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons

Les Dungeons and Dragons sont probablement les side-scrolling beat'em up les plus populaires de Capcom, les seuls dont il a jugé bon d'une réédition il y a quelques temps de ça dans une compilation nommée Chronicles of Mystara. Mais commençons par le commencement, avec le premier opus : Tower of Doom.

1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons
Il y a même un scénario ! De Capcom...

En 93, Capcom décide de revenir sur un concept qu'il a à peine effleuré avec The King of Dragons, celui d'un beat'em up intégrant de vrais composantes de RPG. Il va cette fois ci s'appuyer sur les mécaniques et le lore d'un jeu de rôle papier extrêmement populaire alors : Dungeons and Dragons. Ce jeu sort sous licence et s'intitule Dungeons and Dragons : Tower of Doom. Il suit les péripéties de quelques aventuriers dans les contrées de Mystara.

1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons
On t'a repéré, Solid Snake !

Le gameplay de Tower of Doom est très efficace. Du Final Fight dans l’esprit, mais avec une movelist riche en attaques et en mouvements, plus que dans les productions de l’époque, même les autres productions de Capcom. En plus de la possibilité de frapper de nombreuses façons différentes, on peut parer, contrer, se baisser, faire une roulade en arrière, faire une glissade en avant… Mais la grosse force du titre, celle qui le démarque de ses concurrents, c’est son aspect RPG. Vous choisissez votre personnage parmi 4 classes : Guerrier, Nain (guerrier aussi), Clerc (un guerrier avec de la magie blanche) et Elfe (une épéiste archère avec de la magie noire). Ces personnages montent en niveau à mesure qu’ils gagnent de l’expérience. Ils peuvent aussi ramasser de meilleures armes et équiper des anneaux. On dispose d'un inventaire dans lequel on peut stocker des armes de jets, des objets magiques, des clés (pour ouvrir des coffres), des sorts. Les sorts s’utilisent selon les règles du jeu de rôle D&D de l’époque. Une fois consommés, il faudra attendre le prochain dodo (ce sont des instants fixés au préalable par le scénario) pour les récupérer. On se rend aussi dans des échoppes où on peut acheter des consommables et réorganiser son inventaire.

Beaucoup des règles de D&D sont respectées, et les stats des personnages ont un impact en rapport avec ces règles.

1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons

Le jeu est long et il propose en plus, à intervalles réguliers, de choisir le lieu de sa prochaine destination, lui assurant ainsi une encore meilleure rejouabilité. Ce titre est en fait un OVNI, en terme de contenu, pour l'époque et pour le genre. Si on reprend en compte la richesse du gameplay et le plaisir introduit par les mécaniques de RPG, Tower of Doom est la vraie star des nombreux beat'em up sortis en 1993. Certes éloigné du feeling retro et immédiatement fun d'un Cadillac & Dinosaurs, mais fruit d'un travail plus poussé, d'une volonté d'enrichir le genre.

1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons
Ne négligez pas l'importance de ces établissements.

Et bien, tout cela va être sublimé à la sortie, en 1996, de sa suite, Dungeons and Dragons : Shadow over Mystara. Shadow over Mystara, c’est tout ce qu’on trouve dans Tower of Doom, en encore plus généreux. Encore plus de classes (un mage et une voleuse rejoignent les effectifs), encore plus de coups, encore plus d’objets, encore plus de sorts, encore plus de niveaux, encore plus d’embranchements, encore plus d’ennemis... Et surtout un aspect stratégie très proéminent. Parce qu’autant dans Tower of Doom, les 4 classes savaient se battre au corps à corps, les 4 classes avaient un bouclier… Autant dans Shadow over Mystara, jouer le mage ou la voleuse, c’est plus du tout pareil.

1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons
Le prêtre met ses pieds où il veut, et c'est souvent dans la gueule…

Jouer à plusieurs devient une vraie expérience collective. Le guerrier aura à cœur de garder la ligne de front tandis que le mage devra user de ses sorts au moment le plus opportun. Le clerc pourra toujours soigner celui qui flanche, et la voleuse récupérer des items sur les ennemis ou leur infliger des dommages colossaux par derrière, lorsqu'elle n'avertit pas des pièges. Bref, ce sont les combats d’un Baldur's Gate en version Beat’em up.

Les joueurs expérimentés jouent souvent en formation.

1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons

Shadow over Mystara réussit le tour de force de ramener du monde, en 1996, devant une borne d'arcade qui ne propose pas un environnement 3D. Le jeu a un immense succès d'estime auprès des fans de beat'em up old school, et avec Alien vs. Predator, concourt souvent dans leurs coeurs au titre de meilleur beat'em up de l'âge d'or du genre. Un chef-d'œuvre, tout simplement.

PC PS4 ONE WiiU PS3 360 PS2 SNES Iron Galaxy Clover Studios Capcom Ubisoft Action Beat'em All Plate-Forme Aventure Compilation Jouable en solo Multi en ligne Multi en coopératif Zombies Horreur Contemporain Rétrogaming
Annonce
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
mazouballondor
mazouballondor
MP
le 27 mars 2016 à 07:39

le chant du cygne

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • 1987 - 1989 : Des débuts timides
  • Décembre 1989 : Un raz-de-marée nommé Final Fight
  • 1991 : King of Dragons, Knights of the Round, Captain Commando : Capcom creuse son avance
  • 1992 - 1993 : Le style Capcom
  • 1994 : Le précurseur (où on parle du mythique Alien vs. Predator)
  • 1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons
  • 1993 - 1996 : Une domination remise en cause sur console
  • 1994 - 1997 : la douce agonie du genre
  • 2001 : On ne vit que deux fois (la renaissance du genre, avec Onimusha)
  • 2001 : Le roi Dante
  • 2003 : L'essai Chaos Legion
  • 2003 : Retour à la 2D, avec Viewtiful Joe
  • 2002 - 2006 : Retour sur la série Onimusha
  • 2006 - God Hand : un hommage au genre
  • 2006 - Beat'em up et morts vivants avec Dead Rising
  • 2003 - 2008 : L'aboutissement d'un genre (où on parle des suites de Devil May Cry)
  • Vers un beat'em up Resident Evil ? (1ère partie)
  • Vers un beat'em up Resident Evil ? (2ème partie)
  • Capcom est-il toujours le roi du beat'em up ?
A lire aussi
Le beat'em up selon Capcom 26 mars 2016, 14:37
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Micromania ONE 14.99€ Micromania ONE 14.99€ Amazon PS4 17.12€ Micromania PS4 19.99€ Cdiscount PC 39.99€ Rakuten PC 47.82€
Marchand
Supports
Prix
La vidéo du moment