CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Page Dossier 1994 : Le précurseur (où on parle du mythique Alien vs. Predator)
1994 : Le précurseur (où on parle du mythique Alien vs. Predator)

1994 entame le déclin du beat’em up dans les salles d’arcade. La 3D s’installe et les gens la réclament. Virtua Fighter et autre Ridge Racer accapare toute l’attention.Dans ce contexte glacial ne vont sortir que 3 beat’em up. Dont Alien vs. Predator de Capcom.

1994 : Le précurseur (où on parle du mythique Alien vs. Predator)
Alien vs. Predator, à la base, n’est jamais qu’un autre beat’em up à scrolling horizontal dans le plus pur style Capcom. Basé sur un nouveau système, le CPS-II, il est plus beau, plus dynamique et n’hésite pas à saturer l’écran d’ennemis. Mais jusque-là, rien d’extraordinaire. Un maximum de 3 joueurs pourra choisir d’incarner un personnage parmi deux predators et deux synthétiques, et affronter une opposition farouche d’aliens et… non, je ne veux pas vous spoiler le magnifique scénario du jeu écrit sur le même morceau de papier toilette dont Capcom se sert pour toutes ses productions.

Pourtant le titre fout un (premier) grand coup de pied dans la ruche grâce à un détail tout bête : on peut juggler ses ennemis. C’est-à-dire toucher leurs hitbox alors qu’ils sont en l’air. Combiné à un système de cancelling hérité de Street Fighter II aux petits oignons, le jeu invente Devil May Cry avant l’heure. Les joueurs peuvent faire preuve d’inventivité dans leurs combos et en sortir de plus en plus beaux, techniques et variés. Vous pourrez trouver de jolis exemples sur internet. Toujours est-il qu’attaquer n’a jamais été aussi fun dans un beat’em up.

1994 : Le précurseur (où on parle du mythique Alien vs. Predator)
4 persos, 4 jeux

Mais ce n’est pas tout. Comme dit plus haut, le titre se veut extrêmement dynamique. Et ça passe par un système de dash et de sauts à différentes hauteurs, tous réalisés via la touche B, qui permettent aux combattants hors normes que l’on peut incarner de se mouvoir avec une précision et une vitesse enivrante. Combattants qui n’ont jamais été aussi différents les uns des autres dans un jeu du genre ! Passer d’un personnage comme Linn, hyper agile et aérienne, incapable d’attraper ses ennemis au sol, au catcheur de service (Dutch) qui n’a même pas un seul vrai saut, c’est devoir complètement modifier sa façon de jouer.

Les adversaires, qui abondent l’écran, sont agressifs comme jamais. Malgré ces nouvelles possibilités de gameplay et l’efficacité effroyable des personnages, le jeu est dur, très dur, mais toujours juste. Il fait aussi la part belle aux armes à feu. Tous les personnages en ont une sur eux (actionnable avec une troisième touche) et en ramasseront fréquemment. Parfaitement intégrées, ces dernières ne transforment jamais le jeu en run’n’gun et ne viennent que renforcer la nervosité du titre. La courbe de progression d’Alien vs. Predator est énorme. Une fois maîtrisée, on ressort de chaque partie essoufflé, mais heureux.

Compilation de combos (une vidéo de lucoctober)
Le système de combo est extrêmement permissif, mais même les plus habiles des joueurs ne maîtriseront pas le jeu facilement.
PC PS4 ONE PS3 360 PS2 SNES Iron Galaxy Clover Studios Capcom Ubisoft Activision Plate-Forme Beat'em All Action Compilation Aventure Jouable en solo Multi en ligne Multi en coopératif Zombies Contemporain Horreur Rétrogaming
Annonce
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
G7K
G7K
MP
le 26 mars 2016 à 18:14

Dommage qu'il n'ait pas été porté sur console à l'époque.

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • 1987 - 1989 : Des débuts timides
  • Décembre 1989 : Un raz-de-marée nommé Final Fight
  • 1991 : King of Dragons, Knights of the Round, Captain Commando : Capcom creuse son avance
  • 1992 - 1993 : Le style Capcom
  • 1994 : Le précurseur (où on parle du mythique Alien vs. Predator)
  • 1993 - 1996 : les Dungeons and Dragons
  • 1993 - 1996 : Une domination remise en cause sur console
  • 1994 - 1997 : la douce agonie du genre
  • 2001 : On ne vit que deux fois (la renaissance du genre, avec Onimusha)
  • 2001 : Le roi Dante
  • 2003 : L'essai Chaos Legion
  • 2003 : Retour à la 2D, avec Viewtiful Joe
  • 2002 - 2006 : Retour sur la série Onimusha
  • 2006 - God Hand : un hommage au genre
  • 2006 - Beat'em up et morts vivants avec Dead Rising
  • 2003 - 2008 : L'aboutissement d'un genre (où on parle des suites de Devil May Cry)
  • Vers un beat'em up Resident Evil ? (1ère partie)
  • Vers un beat'em up Resident Evil ? (2ème partie)
  • Capcom est-il toujours le roi du beat'em up ?
A lire aussi
Le beat'em up selon Capcom 26 mars 2016, 14:37
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Micromania ONE 14.99€ Micromania ONE 14.99€ Amazon PS4 17.12€ Auchan PS4 19.99€ Cdiscount PC 39.99€ Rakuten PC 47.82€
Marchand
Supports
Prix
La vidéo du moment