Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / 2019 : Tops, flops, coups de cœur et coups de gueule de la rédaction /

L'année d'Anagund : Un coup de génie et des axes d'améliorations - 2019 : Tops, flops, coups de cœur et coups de gueule de la rédaction

Page Dossier
L'année d'Anagund : Un coup de génie et des axes d'améliorations
L'année d'Anagund : Un coup de génie et des axes d'améliorations
Partager sur :

Jamais sans ma Switch !

On dit souvent que le jeu vidéo se porte divinement bien, et 2019 l’a de nouveau confirmé. En tant que marché, le secteur bat continuellement des records et il est plaisant de voir son évolution constante, surtout en tant que professionnel. Pour avoir bossé pendant 10 ans pendant le milieu bancaire, je sais reconnaître ma chance de travailler dans un cadre qui bouge constamment, avec des annonces excitantes et des tonnes de nouvelles choses à faire et à découvrir.

Puisqu’on arrive sur une fin de génération de console, du moins pour la PS4 et la Xbox One, j’aurais pu m’attendre à trouver mon bonheur sur ces deux machines, que les développeurs maîtrisent parfaitement aujourd’hui… Et pourtant, c’est la Nintendo Switch qui m’a le plus épaté, avec une ludothèque affolante de quantité et de qualité, à ne plus savoir où donner de la tête. Entre les productions estampillées Big N comme l’excellentissime Luigi's Mansion 3 et ses phases de gameplay pleines de surprises ; et ses nombreux jeux indépendants aux concepts originaux, il n’y a pas un mois où au moins deux ou trois jeux ne m’ont pas épaté au plus haut point. Il y a eu le trip metallo-rétro de Valfaris, la durée de vie infinie de Super Mario Maker 2, les twists deFire Emblem : Three Houses, les multiples options d’un WarGroove ou encore les joies de la coop en couple d’un Yoshi's Crafted World. Impossible de tout citer. Mais si mon année fut très Nintendo, cela ne m’a pas empêché de voir d’autres horizons, avec notamment un énième retour à No Man's Sky qui continue d’évoluer, ou la découverte de Death Stranding, qui ne m’a pas plu tant que ça en tant que jeu vidéo mais qui a au moins le mérite d’essayer quelque chose et de réussir parfois, une prise de risque peu fréquente dans le monde des AAA.

L'année d'Anagund : Un coup de génie et des axes d'améliorations

Mon top 5 de 2019 :

  1. Baba is You

  2. Bloodstained : Ritual of the Night

  3. Valfaris

  4. Luigi’s Mansion 3

  5. WarGroove

Bande-annonce de Baba is You

Chargement de la vidéo Baba is You trailer
L'année d'Anagund : Un coup de génie et des axes d'améliorations

Mon coup de coeur : Baba is You, l’idée de génie

A 37 ans, avec à peu près 34 ans d’expérience de joueurs derrière moi, je ne suis pas souvent épaté par le game design d’un jeu. Je suis parfois ébloui par la maîtrise, la profondeur et la façon d’exploiter des idées, mais rarement par le concept de base. Pourtant, Baba is You m’a scotché comme je l’ai rarement été dans ma vie. Le jeune développeur finlandais Arvi « Hempuli » Teikari arrive avec un puzzle-game dans lequel on modifie soi-même les règles, jouant régulièrement avec nos perceptions de la logique vidéoludique. Quand un mur n’est plus un mur, quand la clef devient une pierre ou quand on se met soudainement à contrôler un lac de lave, on enchaîne les « Waooow » devant un titre qui nous oblige à penser « Out of the box » à chaque instant. Une bouffée d’air frais qui en sans doute une de mes plus grandes surprises de ces dernières années !

L'année d'Anagund : Un coup de génie et des axes d'améliorations

Mon coup de gueule : Le manque de diversité du jeu vidéo

L’explosion du marché du jeu vidéo, dont les bénéfices financiers en font aujourd’hui un secteur plus fort que le cinéma ou la musique, ne doit pas nous faire oublier qu’il s’agît d'un milieu jeune. Il doit encore mûrir sur de nombreux points, à commencer par la diversité. Malgré des efforts et de nombreuses exceptions, le secteur vidéoludique est souvent associé à un public mâle, blanc ou asiatique. Le problème, c’est qu’il a tendance à se recroqueviller sur lui-même, le rendant fortement hermétique à tout ce qui lui est "étranger". On parle souvent de la difficulté qu’ont de nombreuses femmes à évoluer dans ce milieu, voir même à l’intégrer, mais c’est encore plus profond que ça. Le manque de diversité est aussi culturel, et je pense que beaucoup de joueurs, sous prétexte de rester fidèles à des valeurs, ne se rendent pas compte que de faire du secteur un bastion ne pourra que lui nuire. J’avais déjà cette impression quand en voyant comment sont traités les néophytes/casuals, mais j’ai l’impression que même pour ceux qui ont le jeu vidéo comme passion, ne pas être né de la bonne couleur ou du bon sexe suffit à devenir un obstacle.

Mis à jour le 27/12/2019 à 09:23

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Char_Aznable01
Char_Aznable01
MP
le 03 janv. à 14:34

MON COUP DE GUEULE : LE MANQUE DE DIVERSITÉ DU JEU VIDÉO

Commence par critiquer le manque de diversité de la rédaction de JVC composé à 90% d' homme "Soy Boy" (et blanc puisque tu aime relever la couleur de peau dans ton bousin!) avant de te la jouer vertueux mais çà ce n'est pas près d'arriver...bah oui faut pas cracher dans la soupe hein!
Hypocrisie/20!

Malgré des efforts et de nombreuses exceptions, le secteur vidéoludique est souvent associé à un public mâle, blanc ou asiatique. Le problème, c’est qu’il a tendance à se recroqueviller sur lui-même, le rendant fortement hermétique à tout ce qui lui est "étranger".

Ou comment dénoncer du racisme en faisant du racisme...c'est prodigieux! Je suis moi même métisse d'un père "blanc" et d'une mère "jaune" (bah oui suivons ta logique!) et me définir par mes origines et ma couleur de peau (puisque je fait donc partie de ce fameux public que tu accuse!) pour dénoncer le racisme tu admettra que c'est complètement con!

Je ne te salue pas Annagund! Tu as perdu tout mon respect!

Lire la suite...
Commentaire édité 03 janv., 14:34 par Char_Aznable01
AliSnever
AliSnever
MP
le 29 déc. 2019 à 11:46

Ca me fait rire tous les "Baba Is You" placés pour se donner un genre élitiste qui s'en fout des graphismes.

On se doute que 99% de ceux là, ils n'y ont joué qu'une heure ou deux, c'est tout.

EDIT : ha oui en effet, j'avais pas lu le dernier paragraphe Social Justice Warrior.

Lire la suite...
Commentaire édité 29 déc. 2019, 11:48 par AliSnever
Mai2019
Mai2019
MP
le 28 déc. 2019 à 17:41

Heureusement que presque tout le moindre ne lit que les tops et en diagonale parceque le dernier paragraphe est assez comique...

Lire la suite...
Pseudo supprimé
le 28 déc. 2019 à 15:49

On pouvait s'attendre a ce qu'on cite une certaine uniformisation des genres quand au manque de diversite dans le JV. mais non on prefere ressortir la meme betise hypocrite et discriminante qui gangrene deja le cinema surtout quand ca fait plus de 10 ans que le JV s'est affranchi de l'image de loisir pour gamins de sexe masculin grace a l'ouverture aux casus que la wii a initie. Et no comment sur l'histoire de la couleur de peau ou l'auteur vire dans le racisme

Lire la suite...
Commentaire édité 28 déc. 2019, 15:50 par pseudo supprimé
Tenchu777
Tenchu777
MP
le 28 déc. 2019 à 00:13

"Le manque de diversité du jeu vidéo"
forcer la diversité est propagandiste et raciste car c'est jugé selon selon une race ou une idéologie.

Lire la suite...
m73
m73
MP
le 27 déc. 2019 à 12:23

C'est quand même assez osé de dire que jeu vidéo manque de diversité et en même temps faire l'apologie de la switch alors que nintendo ressort les mêmes recettes depuis des années. Non que la qualité ne soit pas là mais Nintendo fait du nintendo , le fait très bien mais derrière c'est remaster HD qui datent de 6 ans en arrière et très peu de tiers sinon indy qui apportent un peu de bonheur mais qui proposent déjà beaucoup plus sur Pc et ce depuis longtemps.

Lire la suite...
snacoil
snacoil
MP
le 27 déc. 2019 à 12:17

Wargroove <3

Lire la suite...
Spoilgotseason8
Spoilgotseason8
MP
le 27 déc. 2019 à 11:49

Top excellent. Valfaris est une pepite. Je suis sur le boss de fin qui me donne du fil a retordre.

Lire la suite...
Top commentaires
Mai2019
Mai2019
MP
le 28 déc. 2019 à 17:41

Heureusement que presque tout le moindre ne lit que les tops et en diagonale parceque le dernier paragraphe est assez comique...

Lire la suite...
snacoil
snacoil
MP
le 27 déc. 2019 à 12:17

Wargroove <3

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • L'année de 87 : le jeu vidéo accessible, la claque C-RPG, la déception Google
  • L'année d'Anagund : Un coup de génie et des axes d'améliorations
  • L'année d'Antistar : 2019 est morte, vive(ment) 2020 !
  • L’année d’Ayden : Du physique au dématérialisé, le jeu vidéo poursuit sa mue
  • L'année de Carnbee : De nouveaux noms au service du jeu. Mais gare aux désillusions.
  • L’année de Clementoss : la Switch en force, la grande épopée Final Fantasy XIV et le cross-play
  • L'année de Damien-Scaletta : 2019 l'année des annonces, 2020 l'année des réponses
  • L'année d'Indee : une "année de transition" pourtant riche en nouveautés
  • L'année de JeromeJoffard : Les services par abonnement et le grand retour de Capcom
  • L'année de Jiikaa : Un démarrage du tonnerre, un atterrissage en douceur
  • L’année de JustineChloe : Découvertes narratives, Ubisoft cultive votre esprit et le blâme du marketing
  • L'année de Kaaraj : une année riche en créativité, mais pauvre en conférences E3
  • L'année de LaPetitePelle : le retour de Capcom, le règne de la Switch et l'arrivée de Stadia
  • L'année de Logan : Jeuxvideo.com ou ma seconde famille, le passé revisité, un potentiel gâché
  • L'année de MalloDelic : l'aube d'une nouvelle ère pour le jeu vidéo
  • L'année de Midnailah : Sous le signe des concessions
  • L'année de naglaglasson : le retour des jeux de gestion/stratégie à l'ancienne
  • L'année de oliveroidubocal : les derniers jours de nos consoles actuelles
  • L’année de Panthaa : Les derniers changements à l'aube d'une nouvelle génération...
  • L'année de Rivaol : l'évolution de jeuxvideo.com, la fin des saisons...
  • L’année de Silent_Jay : Abondance, Solidarité & Tumulte
  • L’année de Sylvain : du changement, des surprises et une ( grosse ) déception
  • L'année de thegreatreview : quelques originalités au milieu de sorties sentant le réchauffé
  • L'année de Tiraxa : Nostalgie, attentes, et transition technologique