CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Find Your Next Game
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tutoriels
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Preview Dirty Bomb
Profil de Rupan,  Jeuxvideo.com
Rupan - Journaliste jeuxvideo.com

La dernière fois que nous avons évoqué un jeu entièrement créé par Splash Damage, c'était en mai 2011 suite à la sortie de l'infortuné Brink. Un titre qui possédait un potentiel certain mais qui a notamment payé très cher son lancement raté. Depuis, le studio anglais a bossé sur divers projets, à commencer par Batman : Arkham Origins dont il s'est chargé de concevoir la partie multijoueur. Des commandes qui ont ensuite permis de développer en interne des jeux auxquels les équipes avaient pleinement envie de donner naissance. C'est le cas de Dirty Bomb, un nouveau FPS multi dans la veine des précédentes productions de Splash Damage. Mais free-to-play cette fois.

Dirty Bomb
Dirty Bomb

Un point s'impose tout d'abord sur le nom du jeu. Un temps rebaptisé Extraction, le FPS de Splash Damage est redevenu Dirty Bomb il y a quelques mois déjà. Ce qui ne change en rien sa nature puisqu'il s'agit toujours d'un titre essentiellement tourné vers le multi destiné aux joueurs PC. A ce titre, il semble d'ailleurs que l'expérience négative vécue lors de la sortie de Brink a définitivement vacciné le studio anglais. Des versions consoles ne sont donc pas prévues. Un point sur lequel les développeurs ont lourdement insisté, comme pour envoyer un message à tout ce public qui avait apprécié à l'époque le travail réalisé sur Wolfenstein : Enemy Territory. C'est un jeu que Splash Damage souhaitait faire et non un produit dicté par les tendances du marché. Tel est en tout cas le discours officiel.

Une question d'ADN

Dirty Bomb
Avec Dirty Bomb, Splash Damage renoue avec les maps à objectifs façon Enemy Territory.
Concrètement, Dirty Bomb s'inscrit dans la droite lignée de Enemy Territory. Splash Damage ne s'est pas aventuré en terrain inconnu. C'est même tout l'inverse. Ce FPS vous propose donc de prendre part à des matchs par équipe (5 contre 5 ou 8 contre 8) dans divers modes de jeu. Le principal d'entre eux, celui autour duquel devrait se focaliser l'attention des joueurs, se nomme Stopwatch. Il faut y remplir une série d'objectifs – en général trois – en un minimum de temps. Un camp tient le rôle d'attaquant pendant que l'autre défend. Puis on inverse le tour suivant. Celui qui détient le meilleur chrono à l'issue des deux manches a gagné la partie. Au cours de notre session de prise en main, nous avons pu jouer sur deux cartes. Sur la première (Whitechapel, un quartier de Londres éventré de toutes parts), il nous fallait réparer un véhicule avant de l'escorter et de déposer pour terminer des charges explosives à un endroit précis. Sur la seconde map (Underground, une station de métro abandonnée parcourue par d'énormes pompes jaunes), il nous était demandé de capturer une zone avant de faire exploser là aussi les lieux.

Un système fermé

Dirty Bomb
Il faut apprendre à composer avec des personnages prédéfinis...
Clavier et souris en mains, Dirty Bomb se joue comme un FPS ordinaire. Rien à signaler de particulier au niveau des contrôles si ce n'est que tout a été fait pour faciliter la vie aux novices. Le jeu ne propose en effet que deux armes et autant de capacités actives. Pas besoin d'avoir un doctorat en « Enemy Territory » pour s'en sortir. On remarque par ailleurs que les armes manquent pour le moment un peu d'impact. Mais dans l'ensemble, tout se tient. En fait, la grande particularité de Dirty Bomb vient du fait que l'on doit composer avec des personnages prédéfinis. Impossible ici de modeler son avatar. Il faut opter parmi un roster plutôt dense de mercenaires. Ces derniers possèdent chacun une arme primaire et secondaire, deux capacités actives et trois autres passives (à débloquer en accumulant de l'expérience). Au fur et à mesure des parties, de nouveaux protagonistes viennent garnir votre réserve de personnages sans que vous puissiez pour autant choisir lesquels. Tout est aléatoire. Histoire d'avoir un peu de variété, il existe plusieurs variantes d'un même mercenaire avec des armes et des capacités différentes. En match, vous pouvez en emporter trois avec vous. Ce qui permet de changer de profil à chaque mort et de s'adapter ainsi aux différentes situations. On retrouve en effet des archétypes connus comme le soldat de base, le sniper, le tank, le mécanicien ou encore le médic.

Dirty Bomb
... qui possèdent toutefois des variantes.
Les personnages sont évidemment dotés d'armes et de capacités en rapport avec leur profil. Le sniper peut capter les battements de cœur aux alentours et détecter ainsi la présence d'ennemis. Le médic embarque des packs de soin dont ses petits camarades profiteront lorsqu'ils seront en difficulté. Il a par ailleurs la possibilité de soigner rapidement un membre de l'équipe tout en sachant que tout le monde peut aider un ami à se relever mais que cela prend beaucoup plus de temps. Le soldat distribue lui des munitions. Certains mercenaires sont capables d'utiliser des grenades à fragmentation, d'autres des cocktails Molotov. Et ainsi de suite. Inutile d'aller plus loin dans l'énumération puisque, vous l'aurez compris, les rôles sont pour le moins ordinaires. Du côté des capacités passives, on trouve là aussi du classique avec des temps de rechargement de nos armes réduits, une résistance accrue aux dégâts explosifs ou encore une augmentation de la rapidité avec laquelle notre santé revient. Bref, chaque équipe doit bien sûr veiller à la complémentarité de ses membres pour s'en sortir convenablement.

Les conséquences du modèle free-to-play

Dirty Bomb
Monsieur Wayne est prié de venir déplacer sa voiture garée sur un emplacement réservé.
Il ne faut pas se le cacher, ce système fermé à base de profils prédéfinis colle parfaitement avec les ambitions de Splash Damage. D'une part parce que les joueurs les moins habitués au genre s'y retrouvent plus facilement s'ils n'ont pas à bidouiller les personnages. Et d'autre part parce que cela permet de vendre ensuite des mercenaires pour ceux qui n'auraient pas la patience de les débloquer un à un. Car qui dit free-to-play dit monétisation. Et c'est par ce biais que Splash Damage compte notamment gagner de l'argent. Le studio assure par ailleurs que l'équité sera conservée entre les joueurs. Cela reste bien entendu à prouver. Pour autant, ne confondons pas jeu simplifié et mauvais jeu. Car à travers les parties que l'on a pu effectuer transparaît tout le savoir-faire du studio. L'exercice est globalement extrêmement bien maîtrisé. Les matchs sont réellement plaisants à disputer et on se prend ainsi très rapidement à vouloir enchaîner les parties sans interruption.

Un univers sans saveur

Dirty Bomb
La direction artistique n'affole pas vraiment les rétines.
Sur le plan visuel, Splash Damage a opté pour un rendu étrange, ni vraiment réaliste, ni cartoon, ni pleinement futuriste. C'est un peu comme si le studio n'avait pas osé assumer complètement une direction. Du coup, on se retrouve avec un résultat sans saveur, sans personnalité. On peine à réellement s’enthousiasmer pour cet univers aseptisé. Les environnements mais surtout les personnages pâtissent malheureusement eux aussi de cette absence de parti pris. On a du mal à les identifier, à les conserver en mémoire. Il y avait pourtant mieux à faire avec le contexte, ce Londres futuriste déserté par la population suite à l'utilisation d'une « dirty bomb ». D'autant que Splash Damage a prouvé par le passé, en particulier avec Brink, que ses artistes étaient capables de beaucoup mieux.

Nos impressions

Il suffit de lancer quelques parties de Dirty Bomb pour se rappeler les raisons qui expliquent la popularité de Splash Damage. Dans le feu de l'action, dans la peau des mercenaires, le plaisir est omniprésent. Le studio anglais sait ce qu'il fait et ça se sent. On saluera notamment cette maîtrise du level design et cette capacité à proposer des matchs rythmés à la perfection. A l'inverse, l'univers nous semble vraiment peu enthousiasmant. Et on se méfie de ce système avec des profils prédéfinis qui apparaît très limité sur le papier. A ce stade, Dirty Bomb semble cependant avoir suffisamment d'arguments pour s'imposer comme un bon free-to-play.

L'avis de la rédaction
Bon
PC Splash Damage Warchest FPS
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
brice-07 brice-07
MP
Niveau 7
le 05 juil. 2015 à 22:37

Pour ma part j'ai une petite dizaine d'heure dessus et je n'ai jamais joué à ses prédécesseurs.

Je le trouve très sympa, on a vraiment à y gagner à jouer coop avec son équipe. Dirty Bomb me rappelle un mode de Time Splitter Futur Perfect, avec ce principe d'attaque défense et d'objectifs à accomplir avant la fin du temps imparti. Les map sont top, les perso interessants.

Seul bémol pour moi (attention je joue à la version Béta) c'est ce crénelage encore présent malgré l'antialiasing du jeu. J'ajouterai que je suis obligé de jouer en low avec une gtx 670m + i7 3610QM si je veux rester en 60 fps constants. Pas vraiment de différence avec le high cepndant... Même en low c'est pas trop dégeu.

Bref, je le trouve prometteur!

Lire la suite...
Commentaire édité 05 juil. 2015, 22:38 par brice-07
Derniers tests
15
TestF1 24
PC PS5 Xbox Series
15
TestWuthering Waves
PC PS5 PS4
15
TestPaper Mario : La Porte MillénaireSur Switch
Les jeux attendus
1
Assassin's Creed Shadows
15 nov. 2024
2
Grand Theft Auto VI
2025
3
Kingdom Come Deliverance 2
2024
La vidéo du moment