Menu
Wolfenstein : The New Order
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
  • PS3
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Preview : Wolfenstein : The New Order
PC
Partager sur :

Six mois sans nouvelles sonnent souvent comme l’arrivée d’un vent mauvais. Après une première rencontre en mai dernier, Wolfenstein avait effectivement disparu des écrans radars sans raison apparente, et l’on se demandait bien si B.J. Blazkowicz allait partir en guerre contre l’empire nazi. Mais un nouveau rendez-vous avec le père fondateur du FPS a confirmé que l’offensive aura bel et bien lieu au printemps.

Wolfenstein : The New Order

La première rencontre avec ce mythe que représente Wolfenstein nous avait laissés sur notre faim. The New Order n’était pas un mauvais jeu, loin de là, mais rien de ce qu’il nous proposait, laissait suggérer que nous nous trouvions devant un opus sortant des sentiers battus, encore moins que nous étions devant une nouvelle itération d’un des mythes du FPS. S'il est aujourd’hui visiblement difficile, voire impossible (?) pour les développeurs d’accoucher de scénarios originaux, on s’attendait certainement à autre chose de la part de MachineGames. Même s'il est vrai que, la licence ayant construit sa notoriété autour du conflit nazi, il était bien compliqué pour le studio d’accoucher d’un scénario incroyable, Return to Castle Wolfenstein ayant déjà consommé l’option zombie. Du coup, sans chercher bien loin, The New Order a choisi de nous parachuter dans un univers post-apocalyptique où l’Allemagne a gagné la Seconde Guerre mondiale grâce aux avancées technologiques d’une machine de guerre appartenant au général Strasse, également connu sous le sobriquet « Deathshead » (le Boucher). Il faut dire que ce type n’a rien d’un enfant de chœur, s’amusant à jouer les chirurgiens pas vraiment diplômé, dépeçant les prisonniers pour en faire des machines. Après avoir séjourné plusieurs années dans le coma, B.J. Blazkowicz se réveille et découvre cette horreur et un spectacle de désolation qui va le décider à prendre le taureau par les cornes.

Graphiquement suranné

Wolfenstein : The New Order
A l'image de ceux de Iron Sky, les nazis de The New Order ont su évoluer avec le temps.
La première séquence se déroule dans un avion qui prend la direction du château dans lequel se réfugie Strasse. Une mise en bouche qui va servir de tutorial et rapidement virer à une bataille aérienne et inciter notre ami à prendre place au poste de tir. Quelques minutes suffiront à dézinguer les assaillants, quelques cinématiques interviendront pour résumer le contenu de ce qui nous attend, bref jusque-là, rien de bien folichon. Du déjà-vu et revu, une partie de gameplay sans grand intérêt et surtout un détail frappant qui ne manquera pas de gêner tout au long de ce hands on. Nous jouons sur PS4 et rien de ce que l’on voit à l’écran ne peut le laisser supposer. Nous n’irons pas jusqu’à affirmer que le jeu est laid, cela paraîtrait un peu trop sévère, mais sincèrement, on s’attendait à autre chose qu’une direction artistique bien en deçà des attentes. Textures ternes, scintillements et visages anguleux, autant de détails qui nous renvoient plus aux prémices de la PS3 qu’à cette nouvelle ère dans laquelle nous venons de rentrer. Une mise en bouche délicate, qui aurait pu sonner le glas de Wolfenstein si ce qui suit n’avait pas rehaussé le niveau d’un FPS pour le moment cantonné à rester dans la catégorie des « bons mais sans plus ».

Du combat classique

Wolfenstein : The New Order
C'est moi ou on dirait un Xenomorphe de métal ?
La dernière fois que nous avions touché à The New Order, l’impression de succession de couloirs, de murs invisibles, de cette liberté de mouvements cadenassée par une limite technique trop affichée, avait assez déçu. Combien de jeux se sont ainsi cassé les dents, en offrant ni plus ni moins qu’un long couloir à suivre du début à la fin. A la suite de la première prise en main, cette sensation arrivait largement en tête des griefs que l’on pouvait retenir. Mais comme par enchantement, cette brimade a disparu dès notre arrivée dans le château. Même si on ne parlera jamais d’open world, même s'il n’existe qu’une seule sortie vers le prochain checkpoint, les passages pour y arriver se conjuguent au pluriel. Du coup, on arpente les travées de l’enceinte, on récupère des munitions ici et là, et forcément, on tombe sur des gardes. Aucun problème de visée, aucun souci au niveau d’une IA bien décidée à ne pas attendre de se faire descendre sans rien faire, les échanges de feux nourris offrent du rythme et un peu de challenge bienvenu. D’ailleurs, pour diversifier les techniques d’approche et les styles de combats que chacun affectionne, un arbre de talents est accessible pour façonner le soldat B.J. Furtivité, Tactique, Attaque, Démolition : quatre branches dans lesquelles le joueur attribuera ses points d’xp chèrement gagnés en fonction de ses affinités (grenades explosant au contact des ennemis, chargeur augmenté pour les armes de poing, augmentation des munitions récupérées…). Cet arsenal et ses compétences s’avéreront largement suffisants pour venir à bout des dangers qui se dresseront devant vous, même si, pour certains robots, un peu plus de dextérité sera nécessaire. En effet, là encore principe déjà vu maintes fois, pour désosser les monstres d’acier, il faudra se concentrer sur leur seul défaut et en abuser, la plupart du temps, il s’agira de leur œil.

Surfer sur le mythe

Wolfenstein : The New Order
Pour un peu, on se croirait en plein Jin-Roh.
Evidemment, à la lecture d’un tel aperçu, on peut légitimement penser que Wolfenstein : The New Order n’est pas un bon jeu. Effectivement, la qualité intrinsèque du titre est discutable. Visuellement daté, mécanismes de gameplay sans génie, séquences de jeu prévisibles, le titre n’affiche pas le cachet d’antan de la licence et semble rentrer dans le rang. Pourtant, ce qui porte à en découvrir plus, ce qui incite à vouloir avancer dans ce château, c’est cette éternelle haine que l’on éprouve (du moins pour ceux qui ont déjà joué à Wolfenstein) vis-à-vis de ces nazis qui nous en ont tant fait baver auparavant. Bien sûr, on ne verse ici que dans la germanophobie vidéoludique et cette soif de voir enfin ce Strasse disparaître pour toujours. Car cette ambiance, si sombre soit-elle en dépit d’une touche artistique en deçà, transporte. A sa manière. Que les Allemands aient mis au point une technologie incroyable, qu’elle ait gagné la guerre, finalement là n’est pas l’intérêt fondamental de The New Order. Ce qui pousse l’envie d’en découdre, c’est simplement le fait de se dire que nous sommes au cœur d’un mythe du jeu vidéo. Bien sûr, il n’est pas parfait, loin de là, bien sûr on aurait certainement préféré y plonger différemment. Mais puisque nous y sommes, puisque l’occasion de se frotter à ces nazis si chers à nos manettes se présente, il serait dommage de passer à côté. Et ce, même si une fois terminée, cette escapade en terre ennemie ne restera pas dans les mémoires.

Nos impressions
L’hésitation et la réflexion furent longues. The New Order mérite-t-il un « moyen » ou un « bon ». Dans l’absolu, si « moyen + » existait, il aurait certainement mieux collé aux sentiments qui animent après une session passée en compagnie de Blazkowicz. Sans réelle surprise mais sans être une tannée non plus, ce Wolfenstein n’affiche pas les prétentions que l’on est en droit d’attendre pour un jeu en 2014. Le travail orchestré par les développeurs est satisfaisant pour ceux qui ne seraient pas trop regardants sur la performance technique. Pour les autres, en revanche, la lassitude pointera le bout de son nez rapidement tant le titre reprend trop de mécanismes éprouvés par le genre depuis de nombreuses années.
Profil de [[Turkish]]
L'avis de [[Turkish]]
MP
Journaliste jeuxvideo.com
24 février 2014 à 15:59:00
Mis à jour le 24/02/2014 à 15:59
PC FPS Machine Studios Bethesda Softworks
Commander Wolfenstein : The New Order
PC
Fnac
6.00 €
Toutes les offres

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
skp14ever
skp14ever
MP
le 22 mai 2014 à 21:16

Est ce que je suis le seul à avoir remarqué que le nom du héros, "b.j", est l'abreviation de blowjob, qui signifie... Un acte buccogénital en Français?

Lire la suite...
action17
action17
MP
le 21 mai 2014 à 11:37

Tout simplement un putain de jeu et des graphismes hallucinants. J'ai un ASUS et même réglages en ultra fluidité parfaite. AUCUN REGRET de cet achat.

Lire la suite...
bof50634
bof50634
MP
le 15 mai 2014 à 19:42

Moyen, et il faudra un peu plus que du "tuer du nazi" pour me le faire voir autrement qu'un bon jeu cru 2009.

Lire la suite...
Tsurugi
Tsurugi
MP
le 15 mai 2014 à 17:34

En espérant que le test soit plus clair que l'aperçu.
Pour un devoir littéraire genre 16/20 mais pour ce faire une idée du jeu genre 8...
Pas de monde ouvert.
Textures baveuses.
Mécaniques de jeu classiques.
Et Haine de Nazi en pixels?..C'est quoi cet aperçu?

Lire la suite...
edena88
edena88
MP
le 13 mai 2014 à 22:18

"la lassitude pointera le bout de son nez rapidement tant le titre reprend trop de mécanismes éprouvés par le genre depuis de nombreuses années."

Sauf pour ceux qui comme moi n'ont pas jouer a des FPS depuis des années parce qu'il n'aime pas le multi. j'Attend un FPS mono joueur, avec une histoire, et le dernier wolf m'avais vraiment plus.

L’aperçu est trop rigide, tout est basé sur comparaison d'autre jeu ou de capacité technique par année, il n'y a pas assez de recul lors de cette aperçu.

Ou est l’opinion du testeur sur le coté ludique du jeu? (c'est à dire le plus important dans un jeu).

Lire la suite...
granduc83
granduc83
MP
le 28 avr. 2014 à 01:07

je suis d'accord avec Darkvash, et je dirais qu'il est facile de critiquer quelqu'un pour ses fautes d'orthographe quand le contenu est blessant (donc juste?) pour le (la) critique cela dit, Darkvash n'est pas payé pour corriger son ressenti... je pense aussi qu'ils ne vous ont peut être pas assez grassement récompensé, sûr qu'ils n'ont pas les moyens d'autres studios que vous chérissez, car votre critique est juste une exécution... franchement, j’attends de voir de quoi vous êtes capables avant de lancer des critiques aussi acerbes. enfin, il est facile de dire 'je n'ai pas aimé', et développer les arguments (ce qu'il a fait, votre employé, mais être sincère, ce qu'il n'est pas; là c'est de l’apriori du début à la fin de la critique, même quand il a trouvé bon le passage il cache ses bons ressentis derrière des phrases négatives... bravo...
franchement, c'est peut être un bon employé, mais un sacré enfoiré en tant qu'humain.... désolé.et si cette critique ne lui plait pas imaginez le ressenti des concepteurs aux vues de la sienne....
moi je dis que ce jeu mérite vraiment qu'on s'y colle, après si t'aimes pas Wolfenstein saga, passe ton chemin et vas jouer à COD...

Lire la suite...
Fusei
Fusei
MP
le 25 avr. 2014 à 15:29

C'est Mamoru Oshii qui doit être content.

Lire la suite...
madmaxrun
madmaxrun
MP
le 14 mars 2014 à 12:00

:cool:

Lire la suite...
ariakkan
ariakkan
MP
le 05 mars 2014 à 14:12

Un défouloir sans prétention dans un univers nanardedesque, c'est exactement ce que j'en attendais !

Lire la suite...
Pseudo supprimé
le 02 mars 2014 à 20:13

Je ne suis même pas surpris... espérons qu'il ait de meilleurs qualités que celui de 2009.

Lire la suite...
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Fnac PC 6.00€ Fnac Marketplace ONE 9.94€ Fnac Marketplace PS4 10.96€ Rakuten ONE 11.99€ Fnac Marketplace PS4 12.85€ Amazon PC 28.75€
Marchand
Supports
Prix
Derniers tests
17
TestPersona 5 Scramble : The Phantom StrikersSur PS4
17
TestThere Is No Game : Wrong DimensionSur PC
15
TestFall Guys : Ultimate Knockout
PC PS4
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Microsoft Flight Simulator
18 août 2020
3
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020