Menu
R.A.W. Realms of Ancient War
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
R.A.W. Realms of Ancient War
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
26 septembre 2012 à 13:51:34
10/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
Rakuten PC 2.99€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Aussi disponible sur :PS Now
Test R.A.W. Realms of Ancient War
Chargement du lecteur vidéo...

Connu pour ses portages console de jeux de rôle PC, mais aussi pour ses productions originales (So Blonde), le studio français Wizarbox nous propose cette fois un hack'n slash coopératif : R.A.W. Realms of Ancient War. Téléchargeable sur le PlayStation Store et le Xbox Live Arcade, ce titre mérite-t-il l'investissement de la quinzaine d'euros ou des 1.200 MS points demandés ?

R.A.W. Realms of Ancient War

Les hack'n slash coopératifs ne sont pas ce qui manque sur les plates-formes de téléchargement, où on a déjà vu le meilleur (Crimson Alliance sur Xbox 360, Dungeon Hunter Alliance sur PS3) comme le pire (Dungeons & Dragons : Daggerdale). Du coup, on attendait sans doute de R.A.W. Realms of Ancient War un brin d'originalité ; quelque chose qui soit susceptible de nous surprendre, de nous réjouir, voire de nous émerveiller. Hélas, c'est ici le classicisme qui prévaut. L'univers d'heroïc-fantasy très générique, duquel Wizarbox peine à tirer un semblant de scénario, aligne de nombreux lieux communs (les nains creusent des mines, les humains gardent des tours et les elfes gambadent dans les forêts) agrémentés de références explicites à Tolkien (vous y croiserez notamment des Ents) ou encore à Donjons & Dragons (les Beholders sont de la partie). Mais après tout, on aurait tort de jouer les blasés, vu qu'on ne demande pas à chaque hack'n slash de réinventer le genre et qu'il en faut aussi pour les néophytes. Le problème, c'est surtout que R.A.W. est un titre bancal et mal réalisé, qui enfile comme des perles les étrangetés de game design.

R.A.W. Realms of Ancient War
Parcouru en solo, le jeu s'avère relativement difficile.
R.A.W. Realms of Ancient Wars remplit pourtant assez bien le cahier des charges imposé par le genre, en vous offrant notamment le choix entre 3 classes de personnages suffisamment différentes pour nuancer l'expérience de jeu. Le guerrier est un combattant au corps-à-corps qui inflige de lourds dégâts et provoque de puissants AOE en bondissant sur des groupes d'ennemis. Le sorcier excelle pour sa part dans le combat à distance, capable qu'il est d'arroser ses adversaires de torrents de flammes ou de salves d'éclairs. Enfin, la rôdeuse est sans doute la plus polyvalente, puisqu'elle peut cribler ses ennemis de flèches ou les affronter au contact, mais aussi poser des pièges et user de furtivité. Chacun de ces héros dispose d'une réserve de mana lui permettant d'utiliser des pouvoirs et des capacités spécifiques, de plus en plus nombreux au fil de la progression. Chaque niveau gagné permet en effet d'acheter ou d'améliorer une compétence (active ou passive) à choisir dans un arbre relativement fourni, sachant que certaines ne seront accessibles qu'à un pallier donné (lvl 10 puis 20). Votre personnage gagnera aussi en puissance grâce à son équipement. Le loot, structuré autour des typiques niveaux de rareté, est bien étudié : votre sac n'est jamais ni trop vide ni trop plein, d'autant que le mode coopératif vous permet de transférer à votre acolyte les objets dont lui seul a l'utilité. De ce point de vue, nous vous le disions, le contrat est rempli.

R.A.W. Realms of Ancient War
Ne vous laissez pas encercler, même si les AOE sont puissants.
R.A.W. pèche malheureusement dans de nombreux autres domaines. Pour commencer, l'action ne délivre pas le fun attendu. Même lorsque vous êtes entouré d'une cohorte de monstres –ce qui est assez fréquent– vous ne parvenez pas à ressentir le moindre souffle épique, car les affrontements manquent cruellement de punch. La faute au manque de réactivité des commandes, mais aussi à la faible sensation d'impact de vos coups. Le guerrier passe même régulièrement à travers ses ennemis tout en continuant à mouliner dans le vide, sachant que l'IA est elle aussi victime de cette gestion désastreuse des collisions qui empêche de contourner décemment un obstacle. Le résultat, c'est une mêlée confuse qui incite au matraquage de bouton, d'autant que la lisibilité de l'action est loin d'être optimale : la caméra trop éloignée empêche de se sentir immergé dans l'action (sans procurer pour autant de plus-value tactique), les monstres ne se détachent pas assez de l'environnement et la vision est parfois obstruée par un élément du décor au premier plan. Autres griefs en vrac : l'ultra-linéarité de la vingtaine de niveaux traversés (le chapitre d'introduction n'est qu'un leurre), le manque de variété dans le bestiaire, qui se borne la plupart du temps à vous foncer dessus, la trop grande rareté des "vrais" boss, que ne compense pas la multiplication des named, l'absence totale d'interactivité avec le décor (rien ne peut y être cassé) et la terrible inutilité des pièges, inoffensifs.

R.A.W. Realms of Ancient War
R.A.W. est très classique, sauf peut-être en termes de design.
Bref, la seule fonctionnalité un tant soit peu originale de R.A.W., qui suscitera peut-être chez vous un semblant d'intérêt, c'est la possibilité, ouverte à toutes les classes, de prendre possession de l'esprit de certains ennemis afin de les retourner contre leurs congénères. Mais rien de bien excitant en dehors de ça, car ce n'est pas la narration poussive, dépourvue de voix, d'animations et de toute mise en scène, qui viendra vous sortir de la lassitude engendrée par le jeu. Les rares quêtes ne sont elles-mêmes que de vagues prétextes trouvant leur résolution quelques mètres à côté (mention spéciale au coffre de la mine naine). Il resterait le plaisir de découvrir de jolis environnements si seulement ceux-ci ne se montraient pas aussi inégaux : d'un niveau à l'autre, on passe du plus joli au plus abject (le design de la forêt elfique). Qui plus est, l'aspect technique, fait de modélisations grossières qui n'empêchent pas quelques ralentissements occasionnels, reste relativement faible. Nous avons même été confrontés à certains bugs dans le cadre de ce test : des monstres disparaissant mystérieusement en plein combat (mais dont la jauge de vie reste affichée), un niveau complet effectué en mode "behind the scene" à cause d'un problème de collision, ou encore des armes dont le nom ne correspond pas vraiment aux performances (une épée épique gorgée de bonus nommée... épée basique ?!?). Tout cela témoigne d'un manque évident de finition.

R.A.W. Realms of Ancient War
La lisibilité est telle qu'on perd souvent son héros des yeux.
Les plus grosses lacunes de R.A.W. se situent pourtant dans son mode coopératif pour 2 joueurs. S'il procure sa petite dose de fun supplémentaire, vous ne pourrez en profiter qu'en local, aucune option de jeu en ligne n'étant implémentée. Ajoutons à cela que la progression de votre partenaire ne sera pas enregistrée : si vous devez quitter la partie et revenir au menu principal (volontairement ou non), il perdra tout. Le titre ne fait en réalité que caler le deuxième joueur sur votre propre progression : s'il souhaite vous accompagner à nouveau, il sera mis à niveau et devra réassigner ses points de compétences et se dégoter un nouvel équipement. Le plus étrange, c'est que le rôle du second joueur n'est pas pour autant réduit à celui de faire-valoir. Son soutien est même essentiel, puisqu'une fois l'un des deux héros à terre, il peut se relever au bout de 5 secondes si son acolyte est parvenu à "tenir". Cette fonctionnalité engendre d'ailleurs un fossé en termes de difficulté entre le solo et le coopératif, car le système de "vies", qui n'enregistre votre progression qu'une fois le niveau bouclé, représente un challenge de taille quand il est vécu tout seul ! D'autres détails nous chagrinent, comme l'impossibilité pour les 2 joueurs de gérer leur inventaire en même temps (un défaut auquel n'échappent pas tous les jeux du genre), qui a pour effet de gonfler une durée de vie suffisamment intéressante en soi d'une dizaine d'heures de jeu en mode Normal.

Avertissement : les images qui illustrent ce test proviennent de l'éditeur.

Les notes
  • Graphismes 10 /20

    Les décors sont, artistiquement parlant, très inégaux : on passe d'une niveau où l'on trouve que "tiens, c'est joli" à un autre où on se dit que "finalement, non, c'est moche". On déplorera en outre les faiblesses techniques de la réalisation, la lisibilité perfectible et les problèmes de collision.

  • Jouabilité 12 /20

    L'équipe de Wizarbox a parfaitement récité ses gammes en ce qui concerne le système de jeu et de progression. Mais l'action manque de dynamisme et de variété, tandis que les nombreuses errances en termes de game design -surtout en mode coopératif– achèvent de ternir l'expérience.

  • Durée de vie 14 /20

    Pas de new game +, certes (R.A.W. n'a pas le budget d'un Diablo III), mais la vingtaine de niveaux traversés offre une durée de vie tout à fait appréciable d'une dizaine d'heures de jeu. On déplore tout de même une difficulté mal équilibrée entre le mode solo et le mode coopératif.

  • Bande son 9 /20

    Les thèmes musicaux, qui soulignent (trop) discrètement l'action, n'ont rien d'impérissable, mais ce sont surtout les bruitages franchement pénibles qui agacent. On regrette également que les incursions narratives et les séquences de dialogue ne bénéficient d'aucun doublage.

  • Scénario /

Comment évoquer R.A.W. Realms of Ancient War sans donner l'impression de charger la mule ? Ce hack'n slash joyeusement old-school, qui remplit fort bien le cahier des charges du genre, rivalise en effet de maladresses profondément irritantes, à tel point qu'on finirait par en omettre les qualités. Certains jugeront l'action peu excitante, d'autres se plaindront de la réalisation inégale et de la finition imparfaite du titre. Mais tous s'accorderont sans doute sur un point : le mode coopératif pour 2 joueurs qui, non content de n'être accessible qu'en local, n'enregistre pas la progression de votre partenaire, est une mauvaise blague qui ne motive pas l'achat.

Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
26 septembre 2012 à 13:51:34
10/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
PS3 Action RPG Wizarbox Focus Home Interactive
Dernières Preview
PreviewAge of Empires IV : une histoire qui risque de durer... 10 avr., 19:01
PreviewResident Evil Re:Verse : Capcom peine à trouver la formule multijoueur idéale ! 08 avr., 18:22
PreviewNier Replicant ver.1.22 : Nos impressions après une dizaine d’heures de jeu 29 mars, 17:07
Les jeux attendus
1
Diablo II : Resurrected
2021
2
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022
3
Resident Evil Village
07 mai 2021