Menu
Sonic CD
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
  • iOS
  • Android
  • Mega-CD
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Sonic CD
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
16 décembre 2011 à 17:45:59
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.6/20
Test Sonic CD
Chargement du lecteur vidéo...

Fidèle à sa politique de réédition, SEGA nous propose un portage de Sonic CD sur iOS et Android. Cet épisode Megadrive est loin d'être le plus connu, non seulement parce qu'il est sorti à l'origine sur Mega-CD, dont le succès est resté assez confidentiel en Europe, mais surtout parce qu'il n'a été que peu exploité dans les différentes compilations dédiées au hérisson bleu. Voilà donc une bonne occasion de redécouvrir l'un des meilleurs opus de la série !

Sonic CD

Dirigé par Naoto Oshima, le co-créateur du personnage, Sonic CD est sorti en 1993 en exclusivité sur Mega-CD afin d'exploiter le potentiel de ce support avant-gardiste qui ne connaîtra pas le succès escompté, notamment en Europe. Depuis, il n'avait été réédité que dans le cadre de la Sonic Gems Collection, parue en 2005 sur Gamecube et PS2. Il reste donc l'un des opus Megadrive les plus méconnus (derrière l'excellent Knuckles' Chaotix), même si l'émulation a permis aux fans de la série de rattraper le temps perdu. Avec ce portage sur iOS et Android, SEGA permet à tous ceux qui seraient passés à côté de redécouvrir ce Sonic inventif et superbement réalisé, qui fait partie des meilleurs de la série.

Sonic CD
La première rencontre entre entre Amy et Sonic... qui ne savait pas encore ce qui l'attendait.
Le hérisson y affronte pour la première fois Metal Sonic (à ne pas confondre avec Mecha Sonic, l'un des boss de Sonic 2). Ce nouvel alter ego mécanique créé par le Dr. Robotnik a enlevé sa copine Amy Rose, dont c'est aussi la première apparition. Mais l'enjeu est encore plus important, puisque le diabolique inventeur profite de cette diversion pour se mettre en quête des Pierres du Temps afin de contrôler le futur. C'est d'ailleurs cette thématique qu'exploite Sonic CD, un épisode à part dans la série : chaque niveau peut être parcouru dans le présent, le passé et le bon ou le mauvais futur. En maintenant quelques secondes sa vitesse après avoir activé un panneau temporel, Sonic peut en effet voyager dans le temps, sachant qu'en détruisant le transporteur du Dr. Robotnik caché dans le passé, il a le pouvoir d'améliorer l'avenir : le futur sous contrôle d'Eggman redeviendra alors un futur où il n'a pas encore semé la pagaille. La restauration d'un bon futur dans chaque zone est optionnelle, mais elle permet d'aboutir à des phases de boss plus sereines ainsi que de débloquer la "bonne" fin du jeu. On apprécie surtout que le design des niveaux s'adapte à ces voyages dans le temps. La Sonic Team a fourni un travail énorme, et a même pris la peine de se fendre d'une allitération pour nommer les sept actes (Palmtree Panic, Tidal Tempest, Stardust Speedway...).

Sonic CD
Détruire dans le passé les transporteurs temporels d'Eggman permet de changer le futur.
Sonic CD n'est pourtant pas dénué de défauts. En premier lieu, il est possible – voire facile – de passer à côté de ce qui fait une grande partie de la richesse du jeu, à savoir ces voyages temporels. Maintenir sa vitesse suffisamment longtemps pour activer les bonds dans le temps n'est pas toujours chose aisée au vu de l'architecture tortueuse des niveaux. Qui plus est, la recherche des panneaux implique une part d'exploration qui ne plaira pas à ceux qui avaient apprécié l'évolution vers la vitesse pure typique de Sonic 2. S'ils veulent profiter à fond du contenu offert, ils devront pourtant se résoudre à ce rythme étrange. Dans le cas contraire, le jeu se boucle d'autant plus vite qu'il n'est guère difficile : les boss ne sont bien souvent qu'une simple formalité et l'option de sauvegarde automatique (d'origine) permet de reprendre sa partie à la zone où l'on a échoué. Même la bonne fin peut être obtenue d'une façon alternative, en récoltant les sept Pierre du Temps au travers des stages spéciaux dédiés. Ces derniers, qui consistent à détruire des soucoupes volantes dans une arène en fausse 3D, s'avèrent toutefois aussi étranges que peu jouables.

Sonic CD
Les boss de Sonic CD ne sont généralement qu'une simple formalité.
Côté gameplay, cet opus n'intègre pas énormément de nouveautés en dehors de l'apparition du Super Peel Out, une variante du Spin Dash où Sonic sprinte debout. Le Spin Dash classique est, soit dit en passant, proposé dans une version plus contraignante qui nécessite d'être chargée une seconde. Cette réédition permet toutefois d'opter pour un Spin Dash plus familier – une bonne idée ! Hélas, le pad virtuel n'offre pas la précision nécessaire à la jouabilité particulièrement technique de cet épisode, ce qui occasionne quelques ratés. En revanche, la faible résolution d'origine s'accommode fort bien des smartphones actuels, et a même été retravaillée pour offrir un format panoramique et pour s'adapter au mieux à l'écran Retina de l'iPhone 4. Époustouflants à la sortie du jeu, les graphismes n'ont rien perdu de leur superbe. Le scrolling parallaxe gère de multiples plans, l'animation est d'une grande fluidité et les environnements, qui changent en fonction de l'époque, sont particulièrement fins et colorés. La rotation du décor lors des phases de looping et le rendu en fausse 3D des stages bonus évoquent le fameux Mode 7 de la SuperNES, et l'espace de stockage offert par le CD-ROM permet même à SEGA de proposer des séquences animées en guise d'intro et de conclusion. Mais c'est bien la bande-son, d'une qualité remarquable, qui a le mieux profité du support : variées et superbement orchestrées, les compositions de Sonic CD sont un régal pour les oreilles. On bénéficie par défaut de la (superbe) version japonaise ; ceux qui lui préfèrent la version US n'auront qu'à aller faire un tour dans les options !

Mais la cerise sur le gâteau, c'est sans nul doute la présence de Tails en guise de personnage jouable, à débloquer en bouclant le jeu une première fois. Cette attention de SEGA, ô combien appréciable !, est l'argument ultime qui nous pousse à conseiller cette réédition de Sonic CD à tous les amateurs de la série, qui pourront découvrir ou redécouvrir un épisode qui n'a rien perdu de son charme.

Les notes
  • Graphismes 17 /20

    Sublime à sa sortie, la 2D de Sonic CD n'a rien perdu de son attrait, d'autant que le rendu visuel d'origine été retravaillé pour s'adapter à l'écran panoramique des smartphones ainsi qu'à la résolution de l'écran Retina (où le jeu est de toute beauté). L'animation est d'une fluidité irréprochable.

  • Jouabilité 12 /20

    Outre la subsistance des quelques défauts du jeu d'origine (voyages temporels pas toujours aisés à activer, stages spéciaux ratés, difficulté globale peu prononcée), Sonic CD souffre d'une jouabilité perfectible sur smartphones en raison du manque de précision imputable au pad virtuel. Cette version n'en reste pas moins assez plaisante, d'autant qu'elle permet de paramétrer l'expérience de jeu à sa convenance.

  • Durée de vie 13 /20

    Pour qui parcourt Sonic CD à toute berzingue, l'expérience sera courte. Mais cet épisode offre un excellent potentiel de rejouabilité : on y revient, que ce soit pour explorer les différentes versions de chaque niveau, pour satisfaire aux deux conditions de victoire (la restauration de tous les bons futurs et la récupération des sept Pierres du Temps), ou encore pour jouer avec Tails ! Ajoutons à ça un mode Time Attack et quelques extras, et on obtient une durée de vie très correcte.

  • Bande son 18 /20

    La bande-son de Sonic CD était d'une qualité exceptionnelle à sa sortie et – support CD oblige – le restera. La possibilité d'opter pour la version japonaise ou US achève de nous combler.

  • Scénario /

Cette réédition de Sonic CD pourra intéresser les amateurs de la série qui étaient, jusque-là, passés à côté de ce très bon épisode. Toujours aussi plaisante en dépit des quelques défauts hérités du jeu d'origine, l'expérience souffre hélas d'une jouabilité perfectible, imputable au manque de précision du pad virtuel. Elle profite toutefois de nombreuses options de paramétrage, permettant notamment d'opter pour la bande-son japonaise ou sa version US. L'inclusion de Tails en tant que personnage jouable représente un argument supplémentaire en faveur de l'acquisition de ce portage. Proposé à un tarif très honnête, il vous permettra de découvrir ou de redécouvrir un jeu de plates-formes qui n'a rien perdu de son charme.

Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
16 décembre 2011 à 17:45:59
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.6/20
Android Plate-Forme Sega Sonic Team
Dernières Preview
PreviewResident Evil Village : Le Survival-Horror de référence à son meilleur ? Il y a 1 heure
PreviewHot Wheels Unleashed : Milestone et Mattel veulent créer la surprise 15 avr., 19:00
PreviewThe Elder Scrolls Online Blackwood : Méhrunes Dagon fait son grand retour ! 15 avr., 16:06
Les jeux attendus
1
Resident Evil Village
07 mai 2021
2
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022
3
Diablo II : Resurrected
2021