Menu
Inazuma Eleven
  • Tout support
  • 3DS
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Inazuma Eleven
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de pixelpirate
L'avis de pixelpirate
MP
Journaliste jeuxvideo.com
27 janvier 2011 à 17:56:20
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (397)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.4/20
Amazon 3DS 42.85€ Amazon 3DS 43.40€ Amazon 3DS 47.00€ Amazon 3DS 69.88€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Test Inazuma Eleven

Inazuma Eleven : Le premier opus revient sur 3DS

5 511 vues

Grande habituée des charts Japon depuis bientôt trois ans, la série Inazuma Eleven arrive enfin sur nos DS européennes. Et pour ne rien gâcher, le premier volet nous est proposé dans une version optimisée et entièrement localisée. Il ne reste donc plus aucune excuse pour ne pas se plonger dans ce mélange de football et de jeu de rôle qui plaira à n'en point douter aux fans de Captain Tsubasa.

Inazuma Eleven

A l'instar d'un certain Olivier Atton, Mark Evans est un jeune garçon passionné de football dont le ballon est le meilleur ami. Courageux et volontaire, il a pour objectif de se hisser au plus haut niveau et de participer au Football Frontier qui rassemble les meilleurs joueurs nationaux. Mais avec l'équipe de jambes cassées du collège Raimon où il étudie, c'est pas gagné ! L'effectif est d'ailleurs en chute libre : les six autres joueurs encore inscrits, totalement démotivés, attendent avec résignation la dissolution du club. Mark réussit pourtant à enrôler quelques nouvelles recrues et à convaincre ses équipiers d'affronter la terrible Royal Academy qui leur barre l'accès au Tournoi national. Hélas, le courage et la persévérance ne suffisent pas toujours, puisque l'équipe de Raimon encaisse un cuisant 20-0 à quelques minutes de la fin. L'un des joueurs, lassé de se faire humilier de la sorte, décide même de quitter le terrain. C'est au moment où tout semble perdu qu'un certain Axel Blaze entre en scène : ancien joueur de haut niveau connu pour l'efficacité de sa frappe, la Tornade de feu, il décide de venir en aide à l'équipe de Raimon. Le vent va-t-il enfin tourner ?

Inazuma Eleven
Vous rencontrerez régulièrement des équipes pas possible !
Les fans de Captain Tsubasa (plus connu du grand public sous le nom d'Olive et Tom) constateront très vite qu'Inazuma Eleven entretient de nombreuses similitudes avec leur série fétiche. On y retrouve ces mêmes garçons qui ne vivent que pour le football et qui rivalisent d'exploits héroïques dans des rencontres au sommet, où ils se livrent des duels terribles et défient les lois de la physique. Le titre de Level 5 est d'ailleurs au centre d'une vaste franchise regroupant également manga, série animée et produits dérivés. Ces ambitions se mesurent dans le degré de finition du jeu, qui s'ouvre sur un générique entièrement doublé en français et multiplie les incursions de séquences animées d'une qualité similaire à celles des Professeur Layton. Caractérisées par une théâtralisation délicieusement excessive (le débarquement de la Royal Academy est un grand moment), ces cut-scenes sont le point d'orgue d'une composante scénaristique très prononcée, qui tout en étant ce qu'elle est (à savoir volontairement naïve et caricaturale), joue avec brio de ses ressorts dramatiques et multiplie les rebondissements. Le jeu se révèle même un peu verbeux par moments, il faudra s'y faire. Il faut dire qu'en comparaison de Captain Tsubasa : New Kick Off sorti récemment sur le même support, Inazuma Eleven est doté d'une composante RPG bien plus prononcée.

Inazuma Eleven
Le gameplay est fun mais relativement peu tactique et technique.
On y retrouve en effet l'architecture et les caractéristiques de la plupart des jeux de rôle japonais : on dirige un petit groupe de quatre personnages, on explore plusieurs lieux (en l'occurrence, les différents secteurs d'un collège et d'une ville), on interagit avec de nombreux PNJ plutôt loquaces, on est soumis à des rencontres aléatoires (sous forme de défis lancés par les autres clubs du collège), on gagne de l'expérience, on progresse en niveau, on acquiert de nouvelles capacités (forcément footesques) et on s'équipe, avant d'affronter une grosse équipe qui fait figure de boss de fin de chapitre. Le gameplay présente notamment de fortes similitudes avec la série Pokémon. Il y a ainsi plus de 1000 joueurs à recruter (parmi les autres clubs du collège ou les équipes déjà affrontées), disposant chacun d'un nom et d'un look spécifique, ainsi que d'un poste donné et de caractéristiques propres recouvrant plusieurs domaines (frappe, vitesse, endurance, précision, etc.). Comme dans Pokémon, chaque personnage et chaque technique est affilié à un élément en vertu d'un système qui a fait ses preuves (la terre bat le feu qui bat le bois, etc.). Un joueur peut apprendre jusqu'à 6 techniques différentes, qui s'obtiennent par plusieurs biais : en montant de niveau, en lisant des manuscrits dédiés ou bien à l'occasion d'événements de matchs scénarisés.

Inazuma Eleven
Les techniques spéciales sont délicieusement abusées.
Assez classique dans ses aspects de jeu de rôle, Inazuma Eleven se révèle plus original – voire quelque peu déroutant – quand on entre dans le vif du sujet. Les matchs bénéficient en effet d'une jouabilité entièrement tactile qui permet de déplacer un joueur, de passer le ballon ou de cadrer une frappe d'un simple coup de stylet. S'il est possible de réaliser certaines actions typiques comme une passe en profondeur ou un débordement suivi d'un centre et d'une reprise de volée, le skill y tient un rôle secondaire. Aussi bien placée soit-elle, une frappe ne fera jamais mouche si le gardien possède encore suffisamment de PT pour utiliser une capacité spéciale. Car dès qu'un joueur est arrêté ou menacé par un adversaire, un duel s'engage automatiquement, offrant le choix entre plusieurs options (esquiver, intercepter, tacler, etc.) dont l'issue est le résultat d'un savant calcul statistique. Mais ces confrontations donnent également la possibilité d'utiliser une technique adaptée à la situation. "Dribble rafale", "Tir comète", "Confusion", "Main Céleste"... Ces coups spéciaux variés et spectaculaires font tout l'attrait du jeu. Il faut toutefois garder à l'esprit que les matchs sont scénarisés (et parfois même elliptiques) et obligent à composer avec certaines contraintes pour espérer l'emporter. Mais c'est aussi ce qui fait leur charme, d'autant qu'ils sont l'occasion de rencontres improbables et bien barrées (cf. l'équipe d'Occult qui paralyse les joueurs adverses !).

Inazuma Eleven
Il y a de nombreuses façons de booster les stats de ses joueurs.
D'aucuns regretteront pourtant qu'en dépit de la disponibilité de plusieurs formations et d'une pause active, le jeu ne soit pas plus tactique, et que les performances dépendent bien moins de notre habileté au stylet que du niveau des joueurs. On comprend vite qu'il suffit de booster leurs caractéristiques en se rendant au centre d'entraînement pour y réaliser des exercices spécifiques, ou encore de leveler en multipliant les défis, dont les objectifs (intercepter le ballon, marquer le 1er but) manquent cruellement de variété. Du coup, malgré une base de joueurs extrêmement fournie, le recrutement est d'un intérêt limité : on a tendance à focaliser rapidement ses efforts sur les mêmes joueurs, d'autant que les techniques spéciales peuvent être transmises d'un équipier à l'autre. Il reste que ces petits défauts ne sont pas spécifiques à Inazuma Eleven, mais partagés par de nombreux RPG japonais. On se chagrinera davantage de l'absence de jeu en ligne, qui contraint à se rabattre sur le local pour profiter d'un multi que nous n'avons pas eu l'occasion de tester. Quoi qu'il en soit, il n'y a pas à faire la fine bouche, car Level 5 nous offre là un savoureux mélange de football et de jeu de rôle, sachant que cette version européenne bénéficie des améliorations des derniers opus sortis au Japon ainsi que d'une localisation très réussie. On attend la suite avec impatience !

Les notes
  • Graphismes 17 /20

    Le jeu bénéficie de graphismes très convaincants. La 2D, jolie et détaillée, fait forte impression : le rendu, d'une lisibilité exemplaire, permet d'identifier rapidement chaque personnage. Les animations de match sont réalisées dans une 3D légèrement cel shadée et peu anguleuse. Quant aux séquences animées, elles sont tout simplement superbes.

  • Jouabilité 15 /20

    Si la jouabilité tactile lors des matchs est un peu déroutante au départ, on s'y fait vite. Le système de jeu a beau ne pas être très technique, il n'en délivre pas moins un fun omniprésent qui découle justement de sa simplicité. Il est toutefois conseillé de ne pas prolonger ses sessions de jeu tant l'action peut se montrer répétitive à la longue.

  • Durée de vie 15 /20

    En fonction du temps passé à leveler, il faut 20 à 30 heures de jeu pour boucler l'aventure. Inazuma Eleven est riche de 1000 joueurs à recruter, qui peuvent être échangés via la liaison wi-fi de la console. Dommage que le mode multi, qui permet de jouer à 4 simultanément, soit limité au réseau local.

  • Bande son 16 /20

    Les compositions de Yasunori Mitsuda (Xenogears) ne sont pas impérissables mais illustrent l'aventure avec une certaine efficacité. Les bruitages en match sont soignés et le titre bénéficie de voix en français qui contribuent à l'atmosphère solide qui s'en dégage.

  • Scénario 17 /20

    Exploits héroïques, adversaires improbables, situations abusées et théâtralisation de tous les instants font la force d'Inazuma Eleven comme jadis celle d'un certain Captain Tsubasa. L'histoire a beau être naïve et dégoulinante de bons sentiments, elle est d'autant plus agréable à suivre qu'elle s'appuie sur de somptueuses cinématiques.

Inazuma Eleven est un savoureux mélange de football et de jeu de rôle, à consommer avec une certaine modération dans la mesure où il peut s'avérer un tantinet répétitif. L'aspect RPG, particulièrement prononcé, donne l'occasion de recruter de nombreux joueurs différents et de les amener à progresser à la manière de Pokémon. Les rencontres ont beau ne pas laisser une grande place à la technique et à la tactique, elles sont l'occasion d'un festival de coups spéciaux plus spectaculaires les uns que les autres, qui les rendent aussi jubilatoires qu'un épisode d'Olive et Tom. Le tout est magnifié par une réalisation superbe, qui s'appuie sur des séquences animées démontrant une fois de plus le savoir-faire de Level 5 en la matière. Voilà donc un menu de choix, mais gare à l'indigestion !

Note de la rédaction

16
17.4

L'avis des lecteurs (397)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de pixelpirate,  Jeuxvideo.com
Par pixelpirate, Journaliste jeuxvideo.com
MP
A lire aussi
Dernières Preview
PreviewAstérix & Obélix Baffez-les tous : le Streets of Rage gaulois qui met tout le monde d’accord ? 25 oct., 10:00
PreviewBoom Beach Frontlines : Entre stratégie et coopération, le jeu d'action à la Fortnite part en guerre sur mobiles 23 oct., 11:00
PreviewFootball Manager 2022 : le jeu de gestion sera-t-il une révolution ? 19 oct., 18:30
Les jeux attendus
1
Grand Theft Auto : The Trilogy – The Definitive Edition
11 nov. 2021
2
Gran Turismo 7
04 mars 2022
3
Battlefield 2042
19 nov. 2021