Menu
Wheelman
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Wheelman
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
26 mars 2009 à 17:53:51
9/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (26)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.9/20
Test Wheelman

Wheelman : Trailer de lancement

9 904 vues

Acteur, producteur, réalisateur et même scénariste, Vin Diesel est aussi héros de jeux vidéo à ses heures perdues. Déjà modélisé dans l'excellent Riddick, le grand gaillard fait son retour sur nos machines dans Wheelman. Développé par son propre studio, le jeu se veut être une sorte de point de départ d'une série qui devrait passer, notamment, par les salles obscures.

Wheelman

Wheelman, comme son nom l'indique, plonge le joueur dans la peau d'un pilote émérite, en l'occurrence Vin Diesel alias Milo Burik. Agent infiltré, notre machine à explosions va offrir ses services de chauffeur à toute la pègre de Barcelone dans le but d'avoir de quoi coincer une tripotée d'escrocs. Un Barcelone virtuel qui n'a pas grand-chose en commun avec la cité ibérique au delà du fait qu'il fait toujours soleil... Ah... on me dit que le soleil se couche une fois par jour à Barcelone, au temps pour moi... Bref, les développeurs n'aiment pas la nuit et le font bien voir. A mi-chemin entre jeu de courses et GTA-Like, Wheelman est un défouloir sans précédent qui ressemble de près à un film d'action réalisé avec les pieds. Tant pis pour le suspense, il était trop compliqué pour nous de construire l'article en faisant passer les points forts du jeu avant ses tares tant ces dernières sont nombreuses. Calqué sur le concept de film hollywoodien à budget illimité, Wheelman échoue là où il se devait de réussir pour que l'on accepte d'oublier certains de ses défauts, à savoir au niveau de la réalisation.

Wheelman
Une vraie démarche de super héros...
Techniquement, Wheelman accumule les faux pas. Seule satisfaction, la modélisation de Vin Diesel, une réussite. Pour le reste, attendez-vous à cligner des yeux au moins autant que les décors clippent dans tous les sens. A quelques 50 mètres de votre véhicule apparaîtront des buildings entiers, comme si une machine aussi puissante n'était pas capable d'afficher des immeubles sous-texturés comme ceux du Barcelone virtuel qui nous est proposé. Au-delà de ça, l'aliasing s'installe au second plan pour ne plus jamais le quitter et faire scintiller tout l'écran lorsque l'on est en mouvement ! Chic alors ! Pire encore, les textures popent et repartent à leur guise, notamment durant les cinématiques qui font rejaillir le manque de finition de Wheelman au-delà du petit minois de Vin. Au final, le moteur fait sérieusement penser à celui des Crash Time puisque l'environnement dans lequel on évolue est lisse comme de la soie. Il sera bien compliqué pour les développeurs de justifier cette absence de soin et de détails par la taille de la map, loin d'être impressionnante ou par des effets utilisés en pleine action, eux aussi, extrêmement sommaires. Wheelman est pourtant coloré et pas forcément hideux comme peuvent l'être certains titres qui manquent complètement de personnalité, c'est donc d'autant plus dommage.

Wheelman
Vin a le mérite d'imposer le respect tout au long de l'aventure.
Au niveau du gameplay, si quelques mécanismes apportent beaucoup au genre, d'autres sentent sérieusement le réchauffé. On pense par exemple aux courses-poursuites avec la police qu'il est possible d'achever en fuyant une zone circulaire indiquée sur le radar ou en pénétrant dans un garage pour y repeindre sa caisse. Qui a parlé de GTA ici ? Au-delà de ce repompage, on regrette que la difficulté soit si mal dosée et que les phases à pied ressemblent à un grand n'importe quoi. Vin ne sait pas sauter, est incapable de se mettre à couvert dos à un véhicule ou à un mur et peine à résister au recul d'un pistolet mitrailleur. Peu importe, la visée est semi-automatique, il vous incombera de corriger ce problème par vous-même ou de composer simplement avec en multipliant les je vise, je tire, je relâche, je vise, je tire, je relâche... Si vous ajoutez à cela un principe de récupération d'énergie automatique complètement foiré, vous obtenez un gameplay imprécis et frustrant. Enfin, cerise sur le gâteau, l'IA fait régulièrement preuve d'une débilité profonde en se coinçant toute seule entre une poubelle et la carcasse d'une voiture. De plus, elle a la fâcheuse tendance à camper sur ses positions sans jamais chercher à vous surprendre. D'une fois que l'on connaît la posture de chacun, il n'y a plus de challenge...

Wheelman
Le soleil se couche mais vous ne verrez jamais la nuit dans Wheelman.
Allez, tout n'est pas bon à jeter dans Wheelman, à commencer par quelques idées aussi surréalistes qu'amusantes durant les phases en véhicule. A l'instar d'un Pursuit Force, Vin peut par exemple bondir de véhicule en véhicule par la simple pression d'une touche au moment opportun. Si vous vous rapprochez suffisamment d'une voiture ou d'une moto, il sera possible de vous en emparer sans même toucher le sol après en avoir expulsé son chauffeur. Son arme principale étant le véhicule qu'il conduit, l'acteur américain n'a qu'à donner de violents coups de volant à l'aide du stick analogique droit pour dégager les côtés et réussir ce qu'un joueur de Burnout appellerait des takedowns. La feature est bien fichue et contribue à rendre chaque course-poursuite extrêmement nerveuse. Lorsqu'il fait le spectacle en transformant Barcelone en champ de guerre apocalyptique, Vin remplit une jauge de focalisation qui va lui permettre, durant un court instant, soit de déclencher un turbo, quasi inutile au passage, soit de se concentrer sur un tir qui fera mouche 90% du temps. Il s'agit d'un bullet time durant lequel il suffit de viser le moteur du véhicule d'un ennemi pour le faire exploser littéralement. Le plus clinquant mais aussi le plus drôle demeure le "cyclone" où notre héros effectue un 180 degrés en pleine course pour s'attaquer aux véhicules qui le suivent.

Wheelman
Pour éliminer vos poursuivants, rien de tel qu'un petit coup de volant à droite ou à gauche.
L'histoire de Wheelman va rapidement vous échapper dans la mesure où Vin n'est qu'un pantin qui enchaîne les missions pour toutes les pourritures de Barcelone, sans que l'on n'y trouve le moindre lien avec son boulot d'agent infiltré. Cette linéarité, vous pourrez la casser en effectuant des missions secondaires, un bon paquet d'ailleurs, dispersées aux quatre coins de la map du PDA de notre beau gosse (?). Il existe sept types de missions secondaires, entre contre-la-montre, courses, vols de voitures, destructions, road rash-like, courses en taxi... L'objectif étant d'apporter des améliorations à la conduite de Vin et à la résistance et à la puissance de vos véhicules ce qui, soit dit en passant n'a pas le moindre intérêt dans la mesure où vous progresserez sans difficulté si vous zappez ces missions secondaires. Nous aurions bien apprécié la présence d'un mode multijoueur puisque le profil de Wheelman colle parfaitement au jeu en réseau mais malheureusement, il faut faire sans, les développeurs n'y ayant même pas pensé... Décidément, Wheelman avait du potentiel à tous les niveaux mais l'inexpérience et le manque de soin des équipes de Tigon Studios ont contribué à tuer dans l'œuf ce projet, jugé achevé alors qu'il fait davantage penser à une bêta bourrée d'imperfections.

Les notes
  • Graphismes 10 /20

    La moitié des ressources a visiblement été utilisée pour modéliser Vin Diesel, avec succès. L'autre moitié s'est avérée bien insuffisante pour donner vie à un Barcelone aliasé, bourré de clipping et affichant des textures complètement lisses et dégueulasses. Wheelman est techniquement à la ramasse, dénué de toute physique digne de ce nom mais possède un certain charme et a le mérite d'en mettre plein la vue au joueur, jusqu'à la dernière seconde. De leur côté, les véhicules et la modélisation des dégâts sont tout juste passables.

  • Jouabilité 11 /20

    Si les phases à pied et les gunfights sont complètement loupés, celles en véhicules ont beaucoup plus de gueule et profitent de quelques idées intéressantes et bien utilisées pour qu'on les apprécie vraiment. Certes, il manque une vue intérieure, il est totalement absurde de ne pouvoir se battre au corps-à-corps et la difficulté mériterait d'être beaucoup mieux dosée mais au final, Wheelman sait être amusant et explosif quand il le faut. Il profite en sus d'un système de checkpoints sans lequel certaines missions auraient été un calvaire à recommencer depuis leur début. Ouf, on est à peu près sauvé...

  • Durée de vie 12 /20

    Si les développeurs avaient inclus un mode multijoueur et des missions secondaires dignes d'intérêt, l'expérience aurait sans doute gagné en profondeur. Malheureusement, rien de tout ça n'est au rendez-vous, pas plus que des missions prenantes et variées. Wheelman est linéaire, répétitif, usant... huit heures durant.

  • Bande son 11 /20

    Outre le fait que le doublage de Vin Diesel soit relativement pathétique, on note certains décalages entre les paroles et les mouvements de lèvres. Les musiques sont en revanche assez en phase avec l'univers et avec le principe de GTA-like où l'exhaustivité prévaut.

  • Scénario 6 /20

    A l'instar d'un film d'action qui mise tout sur des scènes bruyantes et explosives, le scénario est plat et s'est semble-t-il avéré être le dernier souci du studio Tigon. Du début à la fin de l'histoire, on se demande quel gain un agent infiltré retire à servir les intérêts de la racaille de Barcelone, à rouler sur des gens (qu'il ne tuera jamais, trop rapides) et à mettre le dawa dans la cité hispanique.

Vin Diesel est un homme expéditif et à son image, les studios Tigon ont paré au plus pressé en bâclant Wheelman. Dotée d'un potentiel certain, cette production transpire la version bêta et cumule trop de tares pour être considérée comme un bon investissement. Malgré un gameplay par moments fendart et original, ce GTA-like très orienté courses-poursuites est trop linéaire et souffre cruellement de l'absence d'un mode multijoueur. Les moments de plaisir sont trop rares pour que l'on vous conseille de fourrer votre nez dans les magouilles barcelonaises, quel que soit le pot de Vin que l'on vous promette...

Note de la rédaction

9
13.9

L'avis des lecteurs (26)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de Rivaol,  Jeuxvideo.com
Par Rivaol, Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter
PC Tigon Studios Midway Action Course
A lire aussi
Dernières Preview
PreviewWartales : un RPG médiéval qui vous veut du mal 30 nov., 16:00
PreviewHalo Infinite va-t-il s'imposer comme le FPS de cette fin d'année ? 19 nov., 09:01
PreviewBabylon's Fall : vers un Platinum en demi-teinte ? 18 nov., 17:05
Les jeux attendus
1
Elden Ring
25 févr. 2022
2
Halo Infinite
08 déc. 2021
3
Gran Turismo 7
04 mars 2022