Menu
Hinterland
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Hinterland
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de CptObvious
L'avis de CptObvious
MP
Journaliste jeuxvideo.com
20 octobre 2008 à 17:05:08
9/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (3)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.7/20
Test Hinterland

Hinterland : Trailer n°2

2 412 vues

Tilted Mill est connu pour ses city-builders, qu'ils soient antiques (Caesar IV) ou modernes (SimCity Sociétés). Sans renier totalement cet héritage, le studio tente aujourd'hui de combiner la gestion urbaine avec un tout autre genre, le hack'n slash. Un bien curieux mélange, de ceux qui, en gastronomie, donnent des résultats succulents comme le canard à l'orange. Ou parfois, malheureusement, de la morue aux fraises.

Hinterland

Hinterland ne manque pourtant pas de bonnes idées. A commencer par son concept de base, qui propose donc de réunir deux genres que tout semble opposer : la gestion et le hack'n slash. En résumé, vous incarnez un personnage chargé par un monarque de bâtir une ville dans un coin sauvage de son royaume médiéval fantastique. En fait de ville, il s'agira tout au plus d'une bourgade, qui ne dépassera jamais quelques dizaines d'habitants. Chaque citoyen pourra aider votre personnage dans son aventure, qui consistera essentiellement à explorer la carte pour y occire des monstres. Chose qui rapporte évidemment de l'or, indispensable pour développer la ville et y faire venir de nouvelles recrues, qui à leur tour vous assisteront dans votre entreprise de nettoyage, et la boucle sera bouclée.

Hinterland
Au début, le héros est bien seul.
Mais n'allons pas trop vite en besogne. Au départ, vous serez seul, dans la peau d'un des dix-sept avatars disponibles. Il ne s'agit pas de classes à proprement parler, puisque la façon de jouer reste globalement la même quel que soit votre choix. La sélection d'un protagoniste influe surtout sur l'équipement de départ, les capacités de gestion et l'aptitude au combat. Le combat, justement, constituera une bonne partie du gameplay. La carte de la région est divisée en cases, les "sites", chacun contenant une dizaine d'ennemis à éliminer : orcs, gobelins, trolls, elfes noirs, zombies, squelettes, loups et autres créatures issues du classique bestiaire heroïc-fantasy. Pour les tuer, il va falloir leur taper dessus à coups d'épée, de hache ou de masse, comme dans tout hack'n slash qui se respecte. Et comme d'habitude, cette activité rapportera de l'expérience et de nouveaux objets.

Hinterland
Divisée en cases, la carte recèle de nombreuses ressources.
N'allez cependant pas croire qu'on se trouve en présence d'un nouveau Diablo, car cet aspect du gameplay est assez peu développé. Il n'y a que deux sortes d'items (normaux ou magiques), l'inventaire ne comporte que quatre cases (arme, armure, bouclier, objets divers), les caractéristiques à améliorer à chaque niveau se limitent à attaque, défense et vie... Mais plus que cette simplification à outrance, c'est avant tout la maniabilité qu'il faut blâmer. Tilted Mill n'est pas habitué au hack'n slash et ça se sent. Pour déplacer votre personnage, cliquer à un endroit ne suffit pas, il faut maintenir le bouton de la souris enfoncé ! Et pour utiliser une potion de soin, il faudra la faire glisser depuis la barre située en bas de l'écran jusqu'au portrait de votre avatar en haut à droite. On a déjà vu plus ergonomique comme interface... On se rabat alors sur la partie gestion en se disant que là au moins, le studio est en terrain connu.

Hinterland
Le village commence à prendre forme.
Dans cette phase, qui se déroule lorsque vous êtes près de votre maison, des gens viennent régulièrement vous rendre visite, de passage pour quelques jours. Si vous souhaitez qu'ils restent et s'installent, libre à vous de leur construire une maison moyennant un peu d'or. Chaque personne a sa profession, et donc son utilité à un moment ou un autre de la partie. Au départ, il faudra plutôt recruter un fermier ou un trappeur afin de pourvoir aux besoins en nourriture de la future population. On pourra ensuite faire appel à un artisan pour forger des armes, à un herboriste pour concocter des potions, etc. Leurs maisons peuvent être améliorées, la production le sera également. Au fil de la progression, des personnages de plus en plus puissants feront leur apparition. Un garde par exemple, très pratique pour protéger le village des incursions de pillards. Ou encore un prêtre, un aubergiste, un marchand...

Hinterland
Que ferait-on sans Robert, Godefroy et Philémon ? Pas grand-chose en effet.
Mais en contrepartie, ils seront plus exigeants : il leur faudra non seulement de grosses sommes d'or, mais également un niveau minimal de réputation, à acquérir en éliminant des ennemis mais aussi en accomplissant des petites missions pour le roi (très basiques, la plupart consistent uniquement à donner une somme d'or ou de nourriture). Certaines professions nécessitent aussi un objet ou une ressource pour daigner s'installer en ville. Il en va ainsi du voyant, qui réclamera une boule de cristal, ou du nécromancien, qui exige une crypte pour nourrir sa sombre magie en âmes fraîches. Il faudra donc en repasser par la case cassage de monstres pour trouver lesdits objets ou prendre le contrôle des sites possédants les ressources en question. C'est le principe d'Hinterland : les deux phases s'alimentent mutuellement. La partie action vous donne de quoi développer votre ville, et vos citoyens vous octroient en retour de quoi continuer à éradiquer allègrement les ennemis jusqu'au dernier, synonyme de victoire (les monstres ne réapparaissent pas).

Hinterland
Les graphismes sont assez quelconques, pour ne pas dire plus...
Mieux, les habitants ne se contentent pas de soutenir votre effort de guerre passivement, ils peuvent également arrêter leur travail pour se joindre à vous et partir au combat. Ils disposent de leur propre inventaire et peuvent donc être équipés en conséquence. Dans certains cas, ils seront un appui précieux, même si on déplore un pathfinding perfectible et une IA aux fraises. Une fois le danger passé, ils pourront reprendre une activité normale en retournant aux champs ou à la forge. Il faudra alors remplacer leur équipement guerrier par des objets plus appropriés. En effet, vos batailles ne rapportent pas que des armes, mais aussi un tas d'outils utiles pour augmenter les productions : un piège pour le trappeur, de l'engrais pour le fermier, un livre pour le prêtre, etc. Une des rares bonnes idées à mettre au crédit de Tilted Mill. Car pour le reste, Hinterland est quand même décevant. On l'a vu, la partie hack'n slash n'est pas brillante, du fait du manque de possibilités et d'une maniabilité peu adaptée. Malheureusement, c'est un peu le même constat pour l'aspect gestion qui, s'il ne pâtit pas des mêmes tares niveau jouabilité, reste lui aussi limité. Il y a finalement assez peu de professions et donc de bâtiments différents à construire et, de ce fait, on tourne rapidement en rond. Au bout de quelques parties, une impression de répétitivité prend immanquablement le dessus. Bref, sans même évoquer sa réalisation quelconque, le mélange proposé par Hinterland se révèle finalement assez indigeste.

Les notes
  • Graphismes 9 /20

    Hinterland ne brille pas vraiment par ses graphismes. Si les bâtiments sont correctement modélisés, les décors sont quelconques. Le jeu ne propose même pas des environnements différents avec d'autres types de climat ou de végétation. Quant aux animations, elles sont parfois à la limite du ridicule.

  • Jouabilité 9 /20

    Hinterland ne manque pas d'idées, on ne peut pas lui enlever ça, ne serait-ce que par son concept de base qui vous propose d'incarner à la fois le premier édile d'un village et un casseur de monstres. Mais passée la surprise de la découverte, il reste un gameplay à la fois bancal et peu profond, qui ne fait qu'effleurer les deux genres sans en atteindre la moelle.

  • Durée de vie 8 /20

    Malgré la présence de quelques options, les parties se ressemblent toutes. On aura donc vite fait de se lasser. Reste l'argument du petit prix, mais ça ne sera pas suffisant.

  • Bande son 11 /20

    Bruitages et musiques sont corrects. Rien d'inoubliable, mais l'ambiance médiévale est assurée, c'est l'essentiel.

  • Scénario /

Si le mélange gestion/hack'n slash paraissait séduisant sur le papier, le résultat est bien décevant dans les faits. Hinterland ne fait que survoler, parfois maladroitement qui plus est, les deux genres qu'il ambitionnait de réunir. Au lieu de satisfaire les deux communautés, le nouveau titre de Tilted Mill risque donc de se mettre à dos les fans des deux catégories.

Note de la rédaction

9
12.7

L'avis des lecteurs (3)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de CptObvious,  Jeuxvideo.com
Par CptObvious, Journaliste jeuxvideo.com
MP
Dernières Preview
PreviewWartales : un RPG médiéval qui vous veut du mal 30 nov., 16:00
PreviewHalo Infinite va-t-il s'imposer comme le FPS de cette fin d'année ? 19 nov., 09:01
PreviewBabylon's Fall : vers un Platinum en demi-teinte ? 18 nov., 17:05
Les jeux attendus
1
Elden Ring
25 févr. 2022
2
Halo Infinite
08 déc. 2021
3
Halo Infinite Multiplayer
08 déc. 2021