Menu
Culpa Innata
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Culpa Innata
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de CptObvious
L'avis de CptObvious
MP
Journaliste jeuxvideo.com
06 février 2008 à 18:00:00
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.5/20
Test Culpa Innata

Culpa Innata : Trailer

39 431 vues

Steam commence à jouer à plein régime son rôle de distributeur online pour les petits développeurs ne pouvant pas se payer le luxe d'une version boîte. Les sorties de jeux indépendants se multiplient, enrichissant mois après mois le catalogue disponible sur la plate-forme de Valve. On trouve un peu de tout et, parfois, on tombe sur un jeu quasiment inconnu, qui mériterait pourtant de sortir de l'anonymat, comme Culpa Innata.

Culpa Innata

Culpa Innata, c'est avant tout un univers fort. Après des décennies de chaos, le monde a enfin trouvé la stabilité après l'avènement de la World Union en 2025. Seuls quelques "Etats-Voyous" subsistent (Russie, Inde, Chine...), à l'écart de cette belle harmonie. Nous sommes maintenant en 2047 et tout semble idyllique : plein emploi, aucune maladie, et le dernier meurtre remonte à quinze ans. Le monde est devenu très individualiste. Chaque citoyen se voit attribuer un Human Development Index représentant son évolution dans la pyramide sociale. Ce futur rappelle beaucoup certaines oeuvres d'anticipation, comme Le meilleur des Mondes pour le patrimoine génétique purifié et la suppression de la cellule familiale au profit de centres éducatifs. Ou aussi le film Demolition Man pour le côté société aseptisée : les gens ne connaissent plus la violence, consomment des aliments produits artificiellement, etc. Mais même si on sent dans Culpa Innata un mélange d'influences indéniables, le jeu parvient à se détacher de ses modèles pour proposer sa propre vision de l'avenir, très réussie et d'une grande cohérence grâce à une foule de petits détails immersifs.

Culpa Innata
Ouch ! J'aurais mieux fait de rester à l'intérieur, c'était déjà plus beau...
Le joueur incarne Phoenix Wallis, un officier de paix du Global Peace and Security Network. Elle est notamment chargée d'interroger les candidats à l'immigration venus des Etats-Voyous, afin de déterminer s'ils sont aptes à faire partie de la World Union. Soudain, elle va se voir confier une tâche beaucoup moins ordinaire : résoudre un meurtre ! Un certain monsieur Bogdanov, immigré d'origine russe, a été assassiné alors qu'il était retourné dans son pays d'origine pour une raison inconnue. Il va donc falloir mener l'enquête dans les rues d'Adrianopolis, cité parfaite bâtie autour d'une pyramide lumineuse. Sur la forme, le jeu se présente comme un jeu d'aventure à la troisième personne relativement classique. Il suffit de cliquer pour se déplacer et interagir dans les environnements en 3D, d'ailleurs assez laids. Il est vrai qu'il s'agit d'un jeu à petit budget, et c'est dommage, car il aurait vraiment mérité une meilleure réalisation pour soutenir son univers. Même l'animation faciale, pourtant spécialité originelle des développeurs, est finalement assez décevante. Certes, on sent qu'il y a du travail pour rendre les visages réalistes et expressifs, mais ça reste assez rigide. On est loin du pêcheur de Lost Coast...

Culpa Innata
Bienvenue à Adrianopolis, étranger. Ici, on ne tue plus les gens depuis 2032. Enfin presque.
Mais revenons plutôt au gameplay. Une des forces de Culpa Innata est de laisser une grande liberté au joueur. On peut se rendre où on veut dans Adrianopolis, à condition d'avoir préalablement débloqué les lieux accessibles en posant les bonnes questions aux différents personnages. Les dialogues laissent pas mal d'alternatives, il faudra rencontrer plusieurs fois chaque personne pour apprendre tout ce qu'ils ont à dire au fil des jours. Le soir, Phoenix peut rentrer chez elle ou sortir avec des amis. Dans la journée elle peut passer à son bureau pour inspecter à l'aide de son ordinateur les divers indices récoltés. Une ville à parcourir librement, le héros qui peut rentrer à son appartement, des outils informatiques d'analyse, mais... C'est Blade Runner ! Oui, il y a vraiment des similitudes avec ce mythique point & click futuriste d'enquête policière. Autre emprunt, à la série des Experts cette fois, il faut régulièrement rendre des comptes au supérieur de Phoenix qui pourra lui attribuer des mandats selon les preuves présentées. Evidemment, l'enquête contient son lot de puzzles à résoudre. Qu'il s'agisse de codes à décrypter ou d'un circuit imprimé à connecter correctement, ils sont assez faciles mais bien conçus. Culpa Innata est donc un bon jeu, mais ses graphismes l'empêchent de vraiment convaincre. Néanmoins, si vous êtes prêts à faire abstraction de cet aspect, vous serez probablement sous le charme de son univers. En outre, le jeu ne coûte qu'une vingtaine d'euros sur Steam, où il est pour l'instant disponible en anglais, en espérant une éventuelle traduction française si un éditeur daigne passer par là.

Les notes
  • Graphismes 8 /20

    Résolution bloquée en 1024x768, aliasing omniprésent, Culpa Innata accuse quelques années de retard sur le plan visuel. Les décors sont généralement moches, surtout en extérieur. Les personnages s'en sortent mieux mais ce n'est pas encore ça. Le design de cet univers futuriste était pourtant chouette, quel dommage que les développeurs n'aient pas bénéficié de plus de moyens pour lui faire honneur.

  • Jouabilité 15 /20

    Plutôt classique, le gameplay intègre tout de même quelques éléments qui font furieusement penser à Blade Runner, une sacrée référence. Le joueur bénéficie donc d'une grande liberté, agréable dans un genre d'ordinaire plus linéaire. Les énigmes sont bien pensées. On note toutefois quelques soucis d'interface, comme l'utilisation des objets qui nécessite d'abord une sélection dans l'inventaire puis un clic sur une icône. On a déjà vu plus pratique.

  • Durée de vie 14 /20

    L'aventure est assez longue, dans une bonne moyenne pour le genre. Bon point pour la rejouabilité : il peut y avoir quelques changements mineurs d'une partie à l'autre selon l'ordre dans lequel on effectue les actions ou les réponses choisies pendant les dialogues.

  • Bande son 10 /20

    Le doublage anglais est correct, les musiques moyennes, sans plus. Les bruits de pas percutants de l'héroïne tapent vite sur le système.

  • Scénario 15 /20

    L'histoire, et surtout le contexte dans laquelle elle prend place, sont les gros points forts du jeu. On sent que le background a été travaillé et c'est un plaisir d'en apprendre un peu plus sur cet avenir imaginaire à chaque découverte. Les cut-scenes qui rythment la progression sont en revanche assez mal réalisées puisqu'elles utilisent le moteur 3D du jeu.

Culpa Innata est l'exemple typique du jeu qui aurait pu devenir un hit entre les mains d'une équipe expérimentée disposant d'un budget conséquent. Malheureusement, Momentum n'a pas eu les moyens de ses ambitions et nous livre donc un jeu très perfectible sur la forme, mais réussi sur le fond. C'est toujours mieux que l'inverse.

Note de la rédaction

13
17.5

L'avis des lecteurs (2)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de CptObvious,  Jeuxvideo.com
Par CptObvious, Journaliste jeuxvideo.com
MP
PC Momentum AS Strategy First Aventure
A lire aussi
01:39
Images : Culpa Innata 04 oct. 2007, 21:28
Images : Culpa Innata 05 sept. 2007, 20:55
Dernières Preview
PreviewWartales : un RPG médiéval qui vous veut du mal 30 nov., 16:00
PreviewHalo Infinite va-t-il s'imposer comme le FPS de cette fin d'année ? 19 nov., 09:01
PreviewBabylon's Fall : vers un Platinum en demi-teinte ? 18 nov., 17:05
Les jeux attendus
1
Elden Ring
25 févr. 2022
2
Halo Infinite
08 déc. 2021
3
Gran Turismo 7
04 mars 2022