Menu
Commander : Europe at War
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Commander : Europe at War
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de dharn
L'avis de dharn
MP
Journaliste jeuxvideo.com
24 décembre 2007 à 18:00:00
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
Test Commander : Europe At War

Couvrant les théâtres d'opération européens et atlantiques, Commander s'attaque au grand classique du wargame au tour par tour : la Seconde Guerre mondiale. Bénéficiant d'une prise en main immédiate, il initiera en douceur les amateurs de stratégie à un genre habituellement réservé aux spécialistes.

Commander : Europe At War

S'il y a bien une chose horripilante avec les wargames, c'est leur outrageuse complexité et le manque récurrent d'accessibilité qui en résulte. De fait, seuls les stratèges les plus expérimentés ont en général le courage de se lancer dans des parties qui nécessitent la prise en compte d'une foule de paramètres et la gestion de dizaines d'unités. Le petit studio anglais Slitherine, connu pour ses simulations historiques sur l'Antiquité, a eu la bonne idée de produire un jeu qui permettrait aux néophytes de se plonger dans la Seconde Guerre mondiale sans se noyer dans un océan d'informations et de variables. Il en résulte un petit wargame facile à maîtriser, qui, bien qu'il ne soit pas exempt de défauts, se révèle des plus agréables à jouer.

Commander : Europe At War
En apparence, on croit avoir affaire à un wargame bien indigeste.
Tout d'abord, le joueur devra choisir entre les forces de l'Axe ou les Alliés. S'il ne souhaite pas démarrer une campagne intégrale, il aura tout le loisir de choisir un scénario se déroulant plus tard dans la chronologie des événements. Une fois la difficulté réglée et quelques options activées (comme le brouillard de guerre ou la recherche aléatoire), il se retrouvera à la tête de la coalition sélectionnée. A partir de là, il s'agit de gérer l'économie, la politique, les progrès scientifiques et surtout les opérations militaires de tous les pays rangés sous notre bannière. L'essentiel de la réflexion est en effet concentré sur le déploiement des troupes et les instructions à donner aux divers éléments constituant notre armée. L'invasion de chaque territoire devra être méthodiquement planifiée du côté de l'agresseur tandis que le défenseur veillera à ne laisser aucune faille dans ses lignes.

Commander : Europe At War
Pourtant, la qualité de l'interface et la simplicité des commandes rendent l'expérience très agréable.
Oubliez les spécificités techniques des Panzer, Messerschmitt, et autres Morris Scout Cars, Commander : Europe At War ne propose que 12 types d'unités. Quelques bateaux, trois sortes d'avions, des blindés et un peu d'infanterie suffisent à reproduire toutes les batailles. Si, de prime abord, cela semble bien peu, le système demeure pourtant parfaitement cohérent et stratégique. Les mouvements s'effectuent sur une grille d'hexagones plaquée sur une carte allant de la Côte Est américaine jusqu'aux confins de la Russie. Il suffit de cliquer sur l'unité et une série de destinations possibles apparaît. On peut utiliser le chemin de fer pour aller plus vite ou le transport naval pour traverser les mers. Les lignes de ravitaillement sont calculées automatiquement, de même que le va-et-vient des convois de ressources (que l'on peut tout de même escorter ou détruire). Chaque hexagone présente des caractéristiques liées au terrain ou à la ville qu'il représente. Un hexagone de montagne conférera par exemple un bonus de défense très conséquent tandis que les plaines autoriseront un déplacement rapide.

Commander : Europe At War
Les progrès technologiques sont décisifs pour l'issue finale du conflit.
Les combat se déclenchent très facilement en cliquant sur l'objectif. Le résultat potentiel s'affiche au bas de l'écran sous la forme d'un ratio. L'issue des batailles, qui ne s'encombrent pas d'inutiles animations, réserve toutefois son lot de surprises. Pour les bombardements aériens, les escortes comme les éventuelles interceptions sont gérées automatiquement par le CPU. Ceci évite d'avoir à allouer des unités à telle ou telle opération, accélérant notablement le déroulement des événements. La fluidité des parties est en outre grandement favorisée par la lisibilité exemplaire de l'écran principal. Des icônes suffisamment larges et bien rangées, un espace de navigation rapide et quelques chiffres, celui-ci est un régal de concision. D'autre part, les menus sont clairs et rapidement accessibles. Acheter des unités ou orienter nos recherches scientifiques vers un domaine précis ne demande que trois clics de souris. La gestion des ressources s'effectuera également sans peine puisque les joueurs sont assistés par le CPU.

Commander : Europe At War
L'Allemagne est prête à envahir la France en passant par la Belgique.
Bien sûr, cette simplification à outrance présente aussi quelques inconvénients. La politique se limite par exemple à des déclarations de guerre et au déclenchement d'événements scriptés comme l'annexion de la Syrie. L'IA, par ailleurs, n'est pas toujours brillante, loin s'en faut. Il fallait voir la Royal Navy stationner bêtement au nord de l'Irlande pendant que toute notre flotte d'invasion débarquait à Londres. Du coup, l'Angleterre est tombée en moins de trois mois pratiquement sans résistance. Et cette catastrophe majeure n'a aucunement précipité l'entrée en guerre de la Russie ou des Etats-Unis... Un manque de réalisme qui pourra heureusement être compensé par la possibilité de jouer contre un adversaire humain online ou en réseau local. De plus, l'éditeur de scenarii permet de corriger certaines incohérences historiques. Cependant, à tout bien peser, il est clair que Commander ne conviendra pas aux vieux briscards du wargame. Trop de concessions ont été faites sur la profondeur et le réalisme de l'expérience. Pour conclure, nous avons là un très bon titre pour les débutants et les stratèges fatigués. Les autres retourneront jongler ailleurs avec leurs dizaines d'unités spécialisées et tout le cortège de statistiques obscures qui va avec.

Les notes
  • Graphismes 9 /20

    Aussi moches qu'un wargame mais clairs, les graphismes ont au moins l'avantage de préserver nos yeux. Pour une fois en effet, pas de chiffres minuscules ou d'info-bulles s'ouvrant à tout va. Dommage pourtant que la carte d'Europe soit aussi approximative et que la traduction française soit truffée de fautes d'orthographe.

  • Jouabilité 16 /20

    Rarement un jeu de stratégie PC sur la Seconde Guerre mondiale aura été aussi simple à prendre en main. Toutes les opérations se font quasi-instinctivement et la navigation dans les menus est un jeu d'enfant. Sans une gestion maladroite du défilement de la carte, Commander aurait approché l'excellence.

  • Durée de vie 8 /20

    Peu de scenarii et seulement deux campagnes obligeront les modeurs à pallier au manque évident de contenu. En l'état, l'IA ne présente pas non plus suffisamment de qualités pour opposer une véritable résistance. Heureusement, le multijoueur online reste une alternative intéressante.

  • Bande son 9 /20

    On se lasse bien vite de la musique de fond et les bruitages n'ont rien d'exceptionnel.

  • Scénario /

    -

En dépit de ses nombreuses petites imperfections et de sa réalisation basique, cette simulation historique constitue un excellent choix pour tous ceux qui souhaitent s'initier aux wargames sans prise de tête. Accessible et simple, tout en restant relativement profond, Commander : Europe At War est le tremplin idéal vers des défis plus relevés.

Note de la rédaction

14
16

L'avis des lecteurs (4)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de dharn,  Jeuxvideo.com
Par dharn, Journaliste jeuxvideo.com
MP
PC Slitherine Software Stratégie
Dernières Preview
PreviewPokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante : Nous l'avons vu en action, voici notre avis 13 oct., 15:00
PreviewFF 14 Endwalker : Une conclusion épique pour le MMO de Square Enix ? 13 oct., 14:00
PreviewForza Horizon 5 : Notre premier avis sur l'open world motorisé que rien n’arrête 11 oct., 15:00
Les jeux attendus
1
Gran Turismo 7
04 mars 2022
2
Battlefield 2042
19 nov. 2021
3
God of War : Ragnarok
2022