Menu
Orcs & Elves
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Orcs & Elves sur DS /

Test du jeu Orcs & Elves sur DS

Orcs & Elves
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 novembre 2007 à 18:00:00
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (44)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.9/20
Test Orcs & Elves

Orcs & Elves : Trailer

16 461 vues

Alors que les RPG japonais se bousculent au portillon de la DS, surtout sur l'archipel nippon, les jeux de rôle à l'occidentale se font beaucoup plus discrets sur ce support. C'est donc avec un réel intérêt qu'on célébrera l'arrivée de Orcs & Elves sur la portable de Nintendo, un titre résolument old-school qui fera verser une larme aux plus nostalgiques, amateurs de jeux de rôle papier et de livres dont vous êtes le héros.

Orcs & Elves

Venu tout droit de l'univers des mobiles, Orcs & Elves est une conversion d'un jeu pour téléphones portables, le concept original ayant été en grande partie conservé. Le soft est qualifié de "dungeon-crawling", un genre qui s'apparente à du RPG au tour par tour dans des donjons labyrinthiques infestés de créatures issues du bestiaire caractéristique de l'heroic-fantasy. L'aventure se fait uniquement en solo, chaque tour de jeu permettant d'effectuer un pas de plus dans des couloirs étroits et poussiéreux ou de lancer une attaque en direction d'un monstre situé à portée de tir. Un concept assez particulier et carrément old-school qui s'adresse donc exclusivement aux joueurs marqués par les premiers titres du genre dans la lignée de Dungeon Master et affectionnant les ambiances à la Shadowgate.

Orcs & Elves
Si la passion vous gagne en voyant cette image, ce jeu est fait pour vous.
Orcs & Elves est une création du studio américain id Software, imaginée par le célèbre John Carmak et suivant d'assez près le gameplay de Doom RPG sur mobile. L'approche se veut ainsi résolument distincte de celle d'un Deep Labyrinth, seul autre partisan du "dungeon-crawling" sur DS et avec lequel on établira donc forcément quelques comparaisons. On se souvient que le titre d'Atlus misait son intérêt sur une jouabilité au stylet qui s'est avérée finalement beaucoup plus limitée que prévu, son univers coloré étant par ailleurs assez déroutant. Avec Orcs & Elves, on revient à des choses plus classiques mais qui parleront davantage au public occidental. L'ambiance médiévale fantastique se révèle beaucoup plus sombre que dans Deep Labyrinth, dragons, orcs et goules nous attendant à chaque coin de porte pour nous sauter à la gorge. Les sprites sont tout bonnement énormes et même si ça pixellise à mort, le public visé par le soft appréciera d'autant plus ce côté hommage aux RPG d'un autre temps. Assez sommaire également, l'animation se focalise sur le découpage de monstres à grands renforts de gerbes de sang. Les spectres s'enflamment en hurlant, les cerbères se font décapiter en montrant les crocs et les chairs putréfiées s'amassent sur le sol dans un immonde gargouillis.

Orcs & Elves
Quatre puissants sortilèges à acquérir durant la quête.
Avec un peu d'expérience, vous apprendrez à massacrer même les cadavres inanimés pour éviter que des ombres ne viennent leur donner une seconde vie sous une forme immatérielle. Les monstres visqueux n'hésiteront pas non plus à dévorer les corps de leurs congénères pour reprendre de l'énergie, d'où l'intérêt de ne laisser aucune trace de votre passage en nettoyant minutieusement chaque zone du jeu. Assez complet, le bestiaire a surtout la bonne idée de proposer son lot de créatures présentant différentes faiblesses, à vous de trouver la meilleure méthode pour en venir à bout sans y laisser des plumes. Bien que réduit au départ, votre arsenal s'enrichira rapidement de toutes sortes d'armes de mêlée, d'armes de jet ou d'artefacts ensorcelés. En dehors des épées destinées aux êtres de chair et de sang, le sceptre magique viendra efficacement à bout des ennemis plus ou moins éloignés, à défaut de recourir aux arbalètes pour éviter toute tentative d'approche de la part de vos adversaires. En cas d'encerclement, le marteau de guerre réduira ces derniers en charpie si vous le faites tournoyer autour de vous, sans oublier les autres armes puissantes tels le souffle du dragon ou les oeufs de phoenix. Plus subtil, le parchemin de la méduse a le pouvoir de figer une cible en la pétrifiant, un bon moyen de neutraliser les gargouilles lorsqu'elles attaquent en groupe.

Orcs & Elves
Vérifiez l'humeur du dragon avant de marchander...
Bien que sa capacité magique soit limitée, le sceptre sera malgré tout votre meilleur allié dans cette quête à l'issue incertaine. Quatre sorts puissants vous seront octroyés pour que vous puissiez faire s'abattre la foudre, un déluge de flammes ou générer la confusion dans les rangs ennemis. Le sceptre incarne d'ailleurs votre seul véritable compagnon d'aventure, même s'il n'a l'air au départ que d'un vieux bâton faible et bavard. Le héros étant muet, le sceptre Ellon se chargera de dialoguer avec les nains fantômes et autres autochtones que vous croiserez dans ces environnements peu accueillants, ses réflexions apportant beaucoup à l'atmosphère générale du titre. Le rapport établi entre le personnage principal et son sceptre rappellera sans doute aux adeptes des séries de livres dont vous êtes le héros la relation qui unit Pip, l'aventurier de la Quête du Graal, à son épée Excalibur Junior. Le joueur incarne un être issu d'un guerrier elfe et d'une valkyrie, convoqué par le roi des nains pour éradiquer le mal qui frappe le Mont Zharrkarag. Infestée par les orcs et dévastée par les sbires d'une magicienne noire, la cité n'est plus qu'un champ de ruines en proie aux créatures les plus sordides. Le seul havre de paix dans lequel vous pourrez vous ressourcer n'est autre que le repaire de Gaya, un puissant dragon qu'il vaut mieux ne pas énerver pour éviter d'attiser son courroux. En plus de vous proposer un éventail d'armes, d'anneaux et de potions dont vous pourrez marchander le prix, Gaya vous donnera accès à un cristal de régénération inépuisable et à une salle de téléportation qui vous enverra directement dans les différents niveaux que vous aurez déjà explorés.

Orcs & Elves
Si vous venez de boire une bière de nain, le sort de pétrification risque de se retourner contre vous.
Le fait de pouvoir ainsi revenir dans le repaire du dragon rend l'aventure un peu facile dans son ensemble, du moins si vous la parcourez en Normal puisque les autres degrés de difficulté garantissent un challenge bien plus élevé mais inaccessible au commun des mortels. On peut donc regretter que les donjons défilent aussi rapidement, d'autant que la carte est suffisamment claire pour qu'on ne risque pas d'errer même dans les labyrinthes les plus sinueux. Les aventuriers se feront un devoir de déceler la totalité des passages secrets pour gagner de l'expérience bonus et débloquer tous les artworks, mais même ces derniers se découvrent sans peine, trahis bien souvent par un indice visuel ou un défaut d'alignement sur une portion de mur. Les endroits condamnés par des portes runiques requièrent un code secret que vous révéleront les spectres des nains si vous acceptez de leur venir en aide. La progression est donc résolument linéaire, fidèle au principe du "dungeon-crawling" qui trouve son principal attrait dans le côté addictif de l'action et la montée en puissance du héros. Bien que généralement basiques, les combats deviennent un peu plus stratégiques lorsque vous êtes aux prises avec un grand nombre d'ennemis qui favorisent le recours à toutes les armes de votre inventaire. L'aventure est ainsi suffisamment prenante pour être parcourue d'une traite sans risque que le joueur ait envie d'abandonner en cours de route. Un titre fort sympathique au final, bien que destiné à un certain public, et que les joueurs actuels risquent donc de snober.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Les adeptes des RPG à l'ancienne trouveront un charme fou aux graphismes qui renvoient à une époque désormais révolue. On reconnaît la patte d'id Software et le mélange 2D/3D est intéressant, même si on a vu beaucoup mieux sur DS.

  • Jouabilité 15 /20

    Orcs & Elves est à classer dans le registre des "dungeon-crawling", RPG à l'occidentale reprenant le concept des jeux de rôle dans la lignée de Dungeon Master. Le tour par tour et la vue subjective sont parfaitement appropriés et l'arsenal d'armes et de magies est assez conséquent. L'usage du stylet reste facultatif.

  • Durée de vie 10 /20

    En mode Normal, les 12 niveaux se parcourent rapidement et presque trop facilement, d'autant que la sauvegarde est autorisée à tout moment, mais les autres modes se chargeront de hausser le challenge. La durée de vie globale reste malheureusement bien faible.

  • Bande son 13 /20

    En dehors du thème principal, les musiques en cours de jeu sont rarissimes, sans doute dans une volonté d'accentuer l'immersion et le sentiment d'insécurité tout au long de la quête. Les bruitages d'un autre âge seront appréciés des nostalgiques.

  • Scénario 14 /20

    Le scénario baigne dans les récits d'heroic-fantasy pure avec son bestiaire visqueux et ses races rivales. La relation avec le dragon est plutôt bien vue, tout comme le rôle du sceptre qui vole la vedette à notre héros. Mention spéciale pour les événements scriptés, notamment l'intervention du rat-garou blanc, pilleur de trésors.

Orcs & Elves est un soft qui s'adresse principalement aux nostalgiques des RPG old-school à l'occidentale. Le concept rebutera sans doute la plupart des joueurs actuels mais les autres ne pourront pas décrocher de ce titre avant d'en avoir vu la fin. Avec son atmosphère caractéristique de l'univers médiéval fantastique et sa narration qui rappelle les livres dont vous êtes le héros et les jeux de rôle papier, Orcs & Elves ressuscite une époque que l'on croyait à jamais disparue.

Note de la rédaction

14
14.9

L'avis des lecteurs (44)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de Romendil,  Jeuxvideo.com
Par Romendil, Journaliste jeuxvideo.com
MP
DS Electronic Arts id Software RPG
A lire aussi
Wiki de Orcs & Elves 07 déc. 2014, 17:14
01:35
Images : Des Orcs et des Elfes 30 oct. 2007, 14:37
Dernières Preview
PreviewHalo Infinite va-t-il s'imposer comme le FPS de cette fin d'année ? 19 nov., 09:01
PreviewBabylon's Fall : vers un Platinum en demi-teinte ? 18 nov., 17:05
PreviewDying Light 2 : plus grand, plus viscéral, plus narratif ? 16 nov., 16:00
Les jeux attendus
1
Elden Ring
25 févr. 2022
2
Halo Infinite
08 déc. 2021
3
Gran Turismo 7
04 mars 2022