Menu
Dragon Quest Swords : La Reine Masquee et la Tour des Miroirs
  • Wii
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières previews jeux vidéo / Dragon Quest Swords : La Reine Masquee et la Tour des Miroirs sur Wii /

Aperçu Dragon Quest Swords : La Reine Masquee et la Tour des Miroirs sur Wii du 26/07/2007

Preview : Dragon Quest Swords : The Masked Queen And The Tower Of Mirrors
Wii
Partager sur :

Ayant choisi la DS pour accueillir le neuvième opus de la série Dragon Quest, Square Enix a imaginé pour la Wii un épisode très particulier, relevant davantage du jeu d'action arcade que du véritable RPG. Une fois comprises les origines du titre, on se félicite que les concepteurs aient osé développer un concept aussi rafraîchissant, qui mériterait d'être retenté à l'avenir mais d'une manière un peu plus ambitieuse, de sorte que plus personne ne trouve le moyen de médire sur ce qui aurait pu être le RPG ultime dont vous êtes le héros.

A l'origine de Dragon Quest Swords se trouve un jeu pas vraiment comme les autres car ne se jouant sur aucune console, intitulé Kenshin Dragon Quest. Présenté pour la première fois sur le stand de Square Enix au Tokyo Game Show 2003, ce soft fonctionnait à partir d'une sorte de bouclier qui se branchait directement sur la télé et servait de capteur pour traduire à l'écran les attaques du joueur qui brandissait une épée en plastique. Véritable attraction sur le salon, Kenshin Dragon Quest avait su faire l'unanimité auprès des plus jeunes et de tous ceux qui ont rêvé un jour ou l'autre de vivre leur propre aventure, l'épée au poing en tranchant à tout va ! Perfectible car parfois défaillant au niveau du capteur de mouvements et proposant un contenu limité, ce titre n'en fut pas moins une révélation pour certains, dans le sens où il posait la première pierre d'un concept qui, une fois abouti, pouvait donner lieu à quelque chose d'exceptionnellement immersif. Je ne vous cacherai pas qu'en apprenant le développement de Dragon Quest Swords sur Wii, seule console capable d'offrir le même type de gameplay que son brillant aîné, j'ai commencé à compter les jours nous séparant de la sortie du jeu au Japon. A présent que celui-ci est en vente libre sur tout l'archipel, retenons notre souffle et voyons si nos espoirs ont été entendus.

Dragon Quest Swords : The Masked Queen And The Tower Of Mirrors
Les Slime Knights se découpent verticalement, autrement ils sautent de leur monture.
Au risque d'insister lourdement, Dragon Quest Swords n'est pas un RPG au sens conventionnel du terme. Il est donc évident que si vous vous attendez à une aventure dont le scénario alambiqué vous entraînera durant plus de 60 heures dans des contrées propices aux combats au tour par tour, vous allez vous sentir floué par cet épisode. Dragon Quest Swords est un titre qu'il faut traiter en connaissance de cause, et ne pas le condamner injustement pour sa durée de vie qui reste tout à fait honorable pour un jeu d'action. La trame principale se termine en moyenne en une petite dizaine d'heures, mais il convient de doubler ce chiffre si vous espérez mettre la main sur les innombrables secrets que renferme le titre.

Dragon Quest Swords : The Masked Queen And The Tower Of Mirrors
Un bouclier en bien piteux état.
Second point important, le gameplay exagérément old-school pourrait sembler d'un autre âge à beaucoup, si l'on oublie de prendre en compte la volonté des développeurs de se rapprocher à la fois des ancêtres du RPG et des jeux d'arcade offrant une particularité de prise en main. Dès lors, on comprend mieux pourquoi le soft nous impose une progression en vue subjective à la Shadowgate 64, qui pourra forcément choquer par sa linéarité et son manque de souplesse. Le pire, c'est que les déplacements sont imposés à la croix directionnelle au lieu du stick, puisque le Nunchuk n'est pas du tout utilisé. En dehors des phases d'exploration dans la cour du château, le joueur est contraint de suivre des rails sur lesquels il avance pas à pas, le haut-parleur de la Wiimote restituant de manière assez amusante le son de vos pieds foulant le sol. A travers les yeux d'un héros anonyme, vous voilà projeté au coeur même de l'aventure avec pour unique but d'avancer en déminant les hordes de monstres qui vous barrent la route.

Dragon Quest Swords : The Masked Queen And The Tower Of Mirrors
La contre-attaque est le seul moyen de briser la garde de certains adversaires.
A l'inverse de Kenshin Dragon Quest, la perspective ne passe en mode combat que lorsqu'un groupe d'adversaires apparaît, vous donnant ainsi le signal que vous attendiez pour dégainer votre lame et brandir la Wiimote de la même façon que vous manieriez une épée pour trancher l'écran de toutes parts. Autre particularité, les ennemis sont maintenant répartis sur deux rangs, et puisque seuls les sortilèges vous permettent de viser les plus éloignés, il faut souvent essuyer une vague d'attaques le temps que les monstres s'aventurent au premier plan. Mais ce qui surprendra le plus les habitués de Kenshin Dragon Quest, c'est que le fonctionnement même de la Sensor Bar de la Wii vous oblige à placer un pointeur à un endroit précis si vous voulez réussir à frapper un adversaire situé sur l'un des côtés de l'écran. Les frappes non ciblées étant automatiquement recentrées au milieu de l'écran, il faut donc s'habituer à ces nouveaux réflexes, et jongler habilement entre les coups de Wiimote et le déplacement du viseur. Après quelques tâtonnements, on se rend compte que tout ceci est plutôt bien optimisé, la précision étant toujours de mise, même si vous jouez avachi dans votre fauteuil en faisant des petits gestes du poignet et que la Wiimote n'est pas directement orientée vers l'écran. Néanmoins, le principal regret qu'auront les puristes réside justement dans le fait qu'on ne se sent plus aussi impliqué dans l'action qu'en étant placé debout en faisant de grands gestes avec une épée, même si celle-ci était en plastique et que l'illusion prenait fin à chaque fois qu'on portait le coup de grâce à un boss qu'on venait de trancher en rondelles. Un constat qui pourra décevoir tous ceux qui avaient été marqués par le côté physique de Kenshin Dragon Quest, les crampes aux bras et les ruissellements de sueur engendrés par une poignée de minutes passées à fendre l'air avec un bout de plastique, juste pour le fun.

Dragon Quest Swords : The Masked Queen And The Tower Of Mirrors
A vous de paramétrer la fréquence des interventions des alliés.
Physique, Dragon Quest Swords le devient seulement à partir du cinquième ou sixième chapitre, lorsque les choses sérieuses prennent forme et que le challenge commence vraiment à se faire sentir. Plus nombreux, plus fourbes et plus agressifs, les ennemis vous obligent à tirer parti de toutes les subtilités du gameplay, et à réagir vite pour saisir les rares opportunités que vous aurez de contre-attaquer entre deux parades à l'aide du bouclier. Bien positionné, celui-ci vous permet de repousser les assauts les plus puissants, mais il n'encaisse pas les coups sans subir de dommages et finit par se décomposer sous vos yeux, en commençant par les parties les plus souvent touchées. Il existe heureusement des moyens de le réparer ou même d'en changer, puisque l'optimisation de l'équipement est désormais possible dans cet épisode. Outre les pièces d'armure et les accessoires, ce sont surtout vos épées que vous allez choyer tout particulièrement, sachant que l'homme au casque à cornes vous donne la possibilité de forger toutes sortes de lames, moyennant une grosse somme d'argent et un certain nombre de matériaux récupérés dans les niveaux. Autant dire que ce n'est pas en seulement dix heures que vous allez pouvoir réunir la totalité des lames, et il serait bien dommage de lâcher le soft avant d'avoir acquis l'ensemble des techniques spéciales relatives à chacune des épées du jeu.

Dragon Quest Swords : The Masked Queen And The Tower Of Mirrors
Une attaque létale en pleine préparation.
Ces attaques létales se déclenchent uniquement lorsque la jauge de frappe est à son maximum, et s'exécutent de différentes façons, soit en faisant tournoyer la pointe de l'épée vers le ciel, soit en traçant un symbole infini le plus vite possible par exemple. Il ne reste plus ensuite qu'à rabattre l'énergie accumulée vers le sol pour terrasser tous les ennemis dans un déluge de flammes, de glace ou de foudre, selon le type d'attaque utilisée. Epéiste dans l'âme, notre héros n'a hélas pas la chance de disposer de sortilèges, c'est pourquoi des alliés viendront parfois lui prêter main forte pour exécuter quelques magies bien senties. Au nombre de trois, ces personnages de soutien ne sont donc pas directement jouables, mais ils n'hésiteront pas à vous prodiguer des soins ou des sorts de soutien si le besoin s'en fait sentir. A chaque fois que vous entamez un donjon, vous devez choisir lequel d'entre eux vous accompagnera, sachant qu'ils gagnent chacun de l'expérience et obtiennent leurs techniques progressivement. Libre à vous de leur donner des directives pour modifier leur comportement, mais le plus simple est de les faire intervenir manuellement pour garder le contrôle de leurs MP.

Dragon Quest Swords : The Masked Queen And The Tower Of Mirrors
Des sorciers vaincus par la magie.
Si l'on met de côté tout l'aspect aventure et quêtes annexes sur lesquels nous reviendrons sans doute plus longuement au moment du test, Dragon Quest Swords remplit parfaitement son office en matière d'action sans jamais faire dans la facilité. Difficile de vous décrire le plaisir ressenti en jouant, lorsqu'il faut anticiper les assauts d'une dizaine de monstres à la fois, déplacer rapidement le bouclier pour parer un jet de flammes continu, ou encore se préparer à renvoyer une boule d'énergie en la frappant au moment précis où elle vous arrive dessus. Les boss sont également l'occasion de prouver votre maîtrise de l'arme blanche, en gérant au mieux les quelques items contenus dans votre sac et en garantissant la survie de votre allié qui n'attend qu'un signal de votre part pour doubler la taille de votre bouclier, lancer une magie d'attaque ou de soutien ou vous encourager vocalement. Car c'est bien la première fois que les joueurs japonais ont la chance d'avoir un Dragon Quest doublé, puisque ce n'était pas le cas du huitième épisode lorsqu'il est sorti en version originale. Et entendre un Arc Demon vous hurler "Ionazun" en déchaînant la foudre sur votre tête est le meilleur moyen de déconcentrer le fan de la série. Je n'ai malheureusement plus la place d'en dire davantage, mais j'espère vous avoir convaincu que Dragon Quest Swords est un titre à prendre au sérieux, un pur divertissement qui augure de ce que pourrait devenir le RPG s'il a pour vocation de se rendre plus immersif qu'il ne l'est maintenant depuis plus de 20 ans. Espérons que les joueurs ne feront pas la bêtise de confondre les ambitions de ce titre avec celles d'un épisode plus classique, comme l'Odyssée du Roi Maudit, et ils comprendront alors qu'il est aussi possible d'aborder le genre d'une toute autre façon.

Mis à jour le 26/07/2007 à 18:00
Wii Action RPG Square Enix

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Derniers tests
14
TestUrban FlowSur Switch
14
TestBeyond a Steel Sky
PC PS4 Switch
18
TestF1 2020
PC PS4 ONE
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Ghost of Tsushima
17 juil. 2020
3
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020